Les journalistes palestiniens révèlent comment « l’objectivité » est utilisée pour les faire taire

Publié le

Wael al-Dahdouh speaks to grieving Palestinians

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Ici Bisan – et je suis toujours en vie.

Depuis plus de deux mois, plus de 2,7 millions de followers sur Instagram se précipitent pour vérifier sur leur téléphone ces mots du hakawatieh (conteur) palestinien Bisan Owda. Les dépêches de la cinéaste de 25 ans depuis Gaza sous les bombardements israéliens ont conquis le cœur d'un public mondial, y gravant la façon distincte dont ses yeux se plissent lorsqu'elle sourit et l'éclat de son appareil dentaire.

Depuis le 7 octobre, la bande de Gaza subit des bombardements incessants et une escalade du blocus brutal imposé par l'occupation israélienne et la dictature militaire égyptienne. Selon les rapports du ministère de la Santé de Gaza, le nombre de morts a atteint un chiffre sans précédent en 75 ans d'occupation : plus de 20 000 Palestiniens – et ce n'est pas fini.

Au milieu de cette violence, Bisan a commencé à publier des mises à jour vidéo quotidiennes lorsqu'elle pouvait capter une connexion Internet, capturant la vie sous le feu d'une Gazaouie. Ses vidéos présentent de dures réalités, depuis sa première gorgée d'eau propre après des jours de soif jusqu'aux scènes déchirantes de décombres et de membres déchirés de son peuple. Avec le temps, Bisan a enfilé une veste PRESS et est devenu journaliste pour divers médias non traditionnels. Regarder l'évolution de Bisan d'une conteuse numérique à une journaliste de terrain reconnue mondialement – ​​un conflit dont elle est à la fois la victime et la documentariste – m'a poussé à revisiter la question de l'objectivité journalistique.

J'appartiens à une génération d'Égyptiens dont les journalistes sont nés du ventre d'une révolution, notre travail étant alimenté par une vision de justice sociale enflammée en 2011 lors du Printemps arabe sur la place Tahrir. En tant qu'Arabes, nous venons de contextes où les journalistes sont torturés, incarcérés et assassinés en raison de leur travail. Aujourd'hui à Gaza, 97 journalistes et professionnels des médias ont été tués depuis le début des bombardements. Cette réalité nous empêche de nous détacher des luttes qui ont donné naissance à nos voix. Moi-même et la plupart des journalistes arabes en exil trouvons assez déroutants nos rencontres avec le mépris occidental à l'égard du journalisme activiste.

Lire aussi  Le magnat des médias Murdoch abandonne Trump pour DeSantis. Quel impact cela aura-t-il sur les élections ?

Depuis le 7 octobre, plusieurs grands médias américains auraient interdit aux journalistes et présentateurs arabes et musulmans de couvrir les massacres en cours en Palestine. Certains ont retiré des ondes des journalistes arabes parce qu'ils publiaient ou appréciaient simplement des messages pro-palestiniens sur les réseaux sociaux. D'autres médias ont introduit des directives révisées mettant en garde le personnel contre la signature de pétitions publiques ou de lettres ouvertes sur des questions qui pourraient influencer, ou sembler influencer, leur engagement en faveur d'une information juste et fondée sur des faits.

Cette apparente quête d'objectivité dans le journalisme occidental suggère la nécessité d'une position détachée, dénuée de préjugés personnels, qui prétend présenter les événements de manière factuelle, permettant ainsi au public de former ses propres conclusions.

La déshumanisation des Palestiniens par les grands médias occidentaux – dans la vie comme dans la mort – affecte tout, depuis leur plate-forme sélective jusqu'à la formulation trompeuse des histoires.

Pourtant, la neutralité en tant que règle sacrée du journalisme a été contestée à plusieurs reprises aux États-Unis, notamment lors de la montée de mouvements sociaux comme Me Too et Lives Matter.. Ces discussions sont revenues sur le devant de la scène avec les reportages sur le massacre de Gaza financé par les États-Unis. Non seulement les grands médias ont mis à l'écart les travailleurs des médias pro-palestiniens sous couvert d'objectivité, mais ils ont également violé ce principe même en se complétant constamment dans la fabrication du consentement au déroulement du génocide des Palestiniens.

Sur nos écrans, nous avons suivi la rhétorique dégradante de la couverture médiatique occidentale de la campagne génocidaire à Gaza, émanant d'une position de supériorité culturelle et politique. La déshumanisation des Palestiniens par les grands médias occidentaux – dans la vie comme dans la mort – affecte tout, depuis leur plate-forme sélective jusqu'au cadrage trompeur des histoires, le choix des interviewés, la conduite de leurs interviews et le confinement de la représentation arabe dans les reportages au sensationnalisme explicite. .

Lire aussi  Les médias d'entreprise obscurcissent le rôle de l'argent du PAC dans la défaite de Nina Turner

Être témoin du travail de journalistes palestiniens comme Bisan Owda met à mal la définition occidentale de la crédibilité, une définition introduite et maintenue par des personnes dont la position leur permet de s'éloigner des histoires qu'ils rapportent – ​​un détachement que nous, Arabes, ne pouvons pas nous permettre. Et Bisan n'est pas le seul exemple.

De nombreuses personnes dans le monde ont été émues aux larmes le 24 octobre alors que Wael Al-Dahdouh, Al JazeeraLe chef du bureau de Gaza à Gaza est tombé en panne devant la caméra. Alors qu'il était à l'antenne, il a appris qu'un raid aérien israélien avait tué sa femme, son fils, sa fille et son petit-fils alors qu'ils se réfugiaient dans une maison sûre. À l'hôpital des martyrs d'Al-Aqsa, la voix de Wael tremblait lorsqu'il parlait de ses proches assassinés.

Un instant, il rapportait la nouvelle ; le lendemain, il est devenu la nouvelle. Mais malgré sa défaite écrasante, Wael s'est tenu devant le micro le lendemain. D'une voix grave, il a déclaré : « C'est mon devoir, malgré la douleur et la blessure ouverte, de revenir devant la caméra. »

Wael Al-Dahdouh parviendra-t-il un jour à se détacher de son chagrin, après avoir enterré la majeure partie de sa famille ? Qui a le droit de considérer son œuvre comme une forme moindre de journalisme ?

Près de deux mois plus tard, le 15 décembre, Wael faisait un reportage depuis une école des Nations Unies à Khan Yunis, un refuge pour personnes déplacées au lendemain des bombardements nocturnes israéliens. Soudain, un missile israélien a frappé, le blessant grièvement ainsi que son caméraman, Samer Abu Daqqa. Wael, qui s'en est sorti de peu, a appelé à l'aide pour son collègue immobilisé alors qu'il était transporté à l'hôpital. Alors que Wael recevait son traitement, il fut témoin de l'inaction du monde alors que Samer saignait pendant des heures, jusqu'à son dernier souffle.

Lire aussi  La chaîne câblée d'extrême droite colportant les mensonges électoraux de Trump est financée par AT&T

Depuis des années, Wael Al-Dahdouh, 53 ans, est vénéré à Gaza pour avoir raconté au monde les histoires poignantes de son peuple, soulignant son refus persistant d'être effacé.

De nouveau devant la caméra, Wael parviendra-t-il un jour à se détacher de son chagrin, après avoir enterré la majeure partie de sa famille, perdu son collègue et soigné ses blessures, tout cela à cause des événements mêmes qu'il couvrait ? Qui a le droit de considérer son œuvre comme une forme moindre de journalisme ?

Lorsque nos récits sont étroitement liés à notre répression, la narration au sein de nos communautés assume naturellement un rôle activiste. Pourtant, nous sommes toujours considérés en Occident comme des sujets de reportages d'autrui, et non comme des conteurs fiables de nos propres luttes. Ces frictions soulèvent des questions importantes : sommes-nous, Arabes, inaptes à raconter nos propres expériences vécues ? Si la violence exercée contre nous n'est pas une lacune du système mondial, mais l'un des principaux objectifs qu'il sert, sommes-nous fondamentalement inqualifiés pour pratiquer le journalisme ? Nos histoires, paradoxalement, peuvent-elles être racontées uniquement par les mêmes groupes dont la vision du monde a établi les conditions de notre oppression en premier lieu ?

Les journalistes palestiniens comme Wael Al-Dahdouh et Bisan Owda, entre autres, avec leur expérience directe de la catastrophe, remettent en question les notions occidentales traditionnelles qui utilisent souvent un point de référence impérialiste centré sur le blanc comme référence pour mesurer l'objectivité. Ils nous montrent comment leur implication intime et leur sacrifice périlleux non seulement ne compromettent pas leur exactitude factuelle, mais une profondeur et un contexte inestimables qui manquent généralement aux reportages dits objectifs.

Les actuels dans les discours mondiaux, en particulier sur les Arabes, soulignent la nécessité d'aller au-delà des principes sacro-saints du journalisme forgés dans des espaces où nous étions absents, à des tables où aucune chaise ne portait notre nom et où nos voix restaient confinées aux statistiques.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire