Le vaccin contre la COVID avant ou pendant la grossesse réduit le risque de transmission de dommages au fœtus

Publié le

Le vaccin contre la COVID avant ou pendant la grossesse réduit le risque de transmission de dommages au fœtus

Une nouvelle étude portant sur des femmes enceintes qui ont contracté un coronavirus au cours de leur grossesse conclut que la vaccination contre le virus dissuade les nouveau-nés de souffrir d'une détresse respiratoire future.

L'étude de l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA), publiée jeudi, a révélé que les bébés de mères non vaccinées et ayant contracté le COVID-19 pendant leur grossesse couraient trois fois plus de risques de développer une détresse respiratoire que les bébés de mères qui n'avaient pas été vaccinées. n'ont pas été exposées au virus pendant la grossesse. Le risque était également plus faible pour les bébés dont les mères avaient reçu au une dose d'un vaccin contre le coronavirus mais avaient quand même contracté l'infection à un moment donné de leur grossesse.

« La prévalence du COVID-19 grave ou critique était plus élevée chez les mères non vaccinées. Les risques de détresse néonatale (détresse respiratoire) étaient considérablement réduits chez les nourrissons nés à terme si les mères recevaient au moins un vaccin à ARNm contre le COVID-19 avant l'infection », indique l'étude.

L'étude a examiné plus de 200 mères de la région de Los Angeles qui ont contracté le COVID-19 alors qu'elles étaient enceintes.

« Nous avons constaté des taux inhabituellement élevés de détresse respiratoire peu de temps après la naissance chez les bébés nés à terme de mères qui ont eu le COVID-19 pendant la grossesse », a déclaré Karin Nielsen, professeur de maladies infectieuses pédiatriques à l'UCLA et co-auteur de l'étude. Les résultats indiquent que « la vaccination protège contre cette complication », a ajouté Nielsen.

Lire aussi  Les États-Unis ont condamné les poursuites engagées contre les journalistes par Staline. Maintenant, il utilise son Playbook.

Les nourrissons souffrant de détresse respiratoire participant à l'étude ont fini par être hospitalisés pendant environ 24 jours en moyenne, note l'étude. L'étude a également révélé que davantage de cas de détresse respiratoire que d'habitude se sont produits chez les enfants de mères enceintes non vaccinées « à des âges gestationnels plus tardifs que prévu, alors que les nouveau-nés devraient vraisemblablement avoir une anatomie pulmonaire plus mature ».

Malgré certaines limites de l'étude, les auteurs ont conclu que « les personnes enceintes devraient être encouragées à recevoir des vaccins à ARNm contre la COVID-19, quels que soient leurs antécédents d'infection antérieure par la COVID-19 ».

L'étude s'ajoute aux recherches antérieures sur les personnes enceintes et le COVID-19. Une étude publiée début 2023, par exemple, a révélé que les personnes enceintes infectées par le COVID-19 sont plus susceptibles d'être admises aux soins intensifs ou même de mourir que celles qui ne sont pas infectées, mais que la vaccination réduit ces risques. Une étude de l'automne 2021 a également conclu que « la vaccination avant ou pendant la grossesse… est essentielle pour réduire l'impact du COVID-19 sur les mortinaissances.« 

De telles études sont essentielles car la désinformation sur le COVID-19 et les vaccinations a poussé les femmes enceintes à prendre des décisions qui sont en réalité pires pour leur santé, affirment les chercheurs.

Une enquête de la Kaiser Family Foundation (KFF) publiée en 2022 a révélé qu'une partie des personnes enceintes étaient mal avisées dans leurs convictions concernant les vaccinations contre le COVID-19. Selon ce sondage, environ un quart (24 %) des personnes enceintes ou des personnes essayant de le devenir pensaient à tort qu'elles ne devraient pas se faire vacciner contre le virus, tandis que 37 % ont déclaré avoir entendu cette suggestion erronée et ne pas savoir si elle était ou non. c'était vrai.

Lire aussi  La COP28 nous a donné un autre accord plein de lacunes pour les combustibles fossiles

Les directives actuelles des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommandent que toute personne âgée de plus de 6 mois soit vaccinée contre le COVID-19. « Cela inclut les personnes enceintes, qui allaitent, qui tentent de tomber enceintes maintenant ou celles qui pourraient tomber enceintes à l'avenir », indique le site Web du CDC.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire