La COP28 nous a donné un autre accord plein de lacunes pour les combustibles fossiles

Publié le

La COP28 nous a donné un autre accord plein de lacunes pour les combustibles fossiles

Les résultats des sommets mondiaux sur le climat ont à peine changé depuis que les Nations Unies ont tenu la première Conférence des Parties (COP) à Berlin en 1995. Parvenir à un consensus international sur l' climatique qui pourrait éviter les pires effets du réchauffement climatique et mettre la planète dans une situation difficile. la voie du développement durable a toujours été un objectif difficile à atteindre en raison de la puissance de l'industrie des combustibles fossiles et du court-termisme politique. En fin de compte, la « diplomatie des énergies fossiles » l'emporte toujours sur les intérêts de l'humanité et de la planète. Pourtant, d'une manière ou d'une autre, des déclarations de félicitations sont toujours faites à la fin de chaque COP. Pendant ce temps, les activités de l'industrie des combustibles fossiles se poursuivent sans interruption et les émissions de carbone restent sur une trajectoire de croissance non durable malgré la croissance des énergies propres.

La COP28, organisée par les Émirats arabes unis, autocratiques et riches en pétrole, s'est conclue le 13 décembre, avec les pays signataires de l'Accord de Paris s'engageant à contribuer à « l'abandon des combustibles fossiles dans les systèmes énergétiques ». Le président de la COP28, le sultan Ahmed Al Jaber, directeur de la Compagnie pétrolière nationale d'Abu Dhabi, a déclaré qu'il s'agissait d'un « plan d'action solide visant à maintenir le niveau de 1,5 degré Celsius à portée de main ».

C'est de la foutaise. L'accord conclu lors de la COP28 n'est pas un plan, et encore moins un plan solide, pour empêcher le monde de dépasser le seuil climatique de 1,5°C fixé par l'Accord de Paris en 2015. Un plan d'action comprend des étapes spécifiques, mesurables et limitées dans le temps. L'accord visant à « abandonner les combustibles fossiles dans les systèmes énergétiques » est un engagement climatique qui représente certes une progression par rapport aux engagements précédents, mais il ne s'agit encore que d'un engagement, c'est-à-dire d'une promesse juridiquement non contraignante. La campagne du président Joe Biden a été riche en promesses en matière de changement climatique et de justice environnementale, mais depuis son entrée à la Maison Blanche, sa politique n'a été rien de moins qu'un véritable coup de pouce aux combustibles fossiles. Les pays riches n'ont pas tenu leurs promesses de financement envers les pays pauvres. Et la plupart des pays ne parviennent pas à traduire leurs engagements climatiques en actions concrètes. Voilà pour les promesses de dons.

Ajoutant l'insulte à l'injure, « c'est un plan dirigé par la science », a déclaré le même homme du pétrole qui a récemment déclaré qu'il n'y avait « aucune science » pour éliminer progressivement les combustibles fossiles. La science est claire : les combustibles fossiles doivent disparaître. Mais le terme « élimination progressive » a été rejeté par des pays pétroliers comme l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, ainsi que par les deux plus grands pollueurs climatiques de la planète, les États-Unis et la Chine.

L'accord de la COP28 a également incorporé dans le texte final un langage extrêmement faible à l'égard du plus sale de tous les combustibles fossiles : le charbon. Les pays ont reconnu la nécessité d'accélérer « les efforts en vue d'une réduction progressive de l'énergie au charbon », langage utilisé lors des précédents sommets mondiaux sur le climat, mais l'accord ne dit rien sur la limitation des nouvelles centrales électriques au charbon. La Chine, en fait, va de l'avant avec la construction de nouvelles centrales électriques au charbon, même si elle s'engage à réduire l'utilisation du charbon au cours de son prochain plan quinquennal. De plus, le terme « sans relâche », lorsqu'il s'agit de combustibles fossiles, « signifie ne rien faire pour réduire le dioxyde de carbone et les autres gaz à effet de serre issus de la combustion du charbon, du pétrole et du gaz naturel » et est en réalité associé aux technologies de captage et de stockage du carbone.

En effet, l'accent mis sur des technologies non éprouvées telles que le captage, l'utilisation et le stockage du carbone est révélateur de la litanie de lacunes incluses dans le texte final de la COP28 qui offrent essentiellement à l'industrie des combustibles fossiles d'importantes voies de sortie. L'utilisation de telles technologies pour un avenir prétendument à faibles émissions ne fera que garantir que les combustibles fossiles resteront présents pour un avenir indéfini. En fait, en tant que principal journal économique d'Inde, Les temps économiques En d'autres termes, ce qu'il faut retenir de la COP28, c'est que les combustibles fossiles sont « là pour rester pendant des années ».

Lire aussi  Les Équatoriens votent pour rejeter le forage pétrolier dans la précieuse région amazonienne

En résumé, qualifier le résultat du sommet mondial sur le climat COP28 – un engagement non contraignant basé sur une formulation faible qui ne fixe même aucune limite à la production de pétrole, de gaz et de charbon – d'accord « historique » est tout simplement absurde.

Qualifier le résultat du sommet mondial sur le climat COP28 – un engagement non contraignant basé sur une formulation faible qui ne fixe même aucune limite à la production de pétrole, de gaz et de charbon – d'accord « historique » est tout simplement absurde.

Mais l'échec de la COP28 ne se résume pas à autre chose. L'accord a opérationnalisé le fonds pour les pertes et dommages pour aider les pays vulnérables à faire face aux impacts dévastateurs du réchauffement climatique, mais les promesses financières d' 790 millions de dollars sont bien en deçà des « milliers de milliards finalement nécessaires pour soutenir les pays en développement dans leur transition énergétique propre, en mettant en œuvre leurs politiques nationales ». plans climatiques et efforts d'adaptation », selon l'ONU. Le coût économique des pertes et des dommages dont les pays en développement ont besoin a été estimé à plus de 400 milliards de dollars par an.

Nous sommes engagés dans une course contre la montre pour arrêter le réchauffement climatique. La COP28 n'a pas été à la hauteur de la situation. « Cet accord contient d'importantes échappatoires industrielles pour une expansion désastreuse du gaz, la prolifération des plastiques et des escroqueries climatiques dangereuses comme le captage et le stockage du carbone », a déclaré Jean Su, directeur du programme de justice énergétique au Centre pour la diversité biologique. Vérité. « Il ne parvient pas non plus à offrir à la fois le soutien financier nécessaire aux pays en développement et un engagement significatif de la part des pays riches à agir en premier. Intégrer les « énergies fossiles » dans la décision finale est une victoire en soi, mais pas dans la lutte pratique pour la survie de la vie sur Terre.»

Lire aussi  Des écologistes mexicains lancent une campagne pour sauver les amphibiens menacés d'extinction

La COP28 devrait être considérée comme un échec « historique » plutôt que comme un accord « historique » qui change la donne. Un accord historique sur le climat serait celui qui comprendrait des engagements inébranlables visant à mettre fin aux subventions aux combustibles fossiles ; interdire aux banques de financer de nouveaux projets liés aux combustibles fossiles, car elles ont injecté des milliards de dollars dans le pétrole, le gaz et le charbon depuis l'adoption de l'Accord de Paris ; effacer la dette de tous les pays à faible revenu, qui dépensent désormais plusieurs fois plus pour rembourser leur dette que pour faire face aux effets dévastateurs du réchauffement climatique ; et promouvoir un plan coordonné pour financer le New Deal vert mondial.

Nous sommes bien entendu très loin de la réalisation d'attentes aussi élevées. En fait, la COP28 a confirmé ce que nous savions déjà, à savoir que la « diplomatie des combustibles fossiles » ne pourra jamais sortir du statu quo en matière de changement climatique. L'activisme reste notre seul véritable espoir. C'est pourquoi il est plus que crucial que la lutte pour forcer les gouvernements à écouter la voix de leurs citoyens non seulement se poursuive mais s'intensifie, alors que la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques de 2024 aura lieu dans moins d'un an. (La COP29 se tiendra en Azerbaïdjan – encore un autre autocratique financé par les combustibles fossiles.) En effet, comme l'a dit Su : « Le pouvoir populaire nous a amenés ici et l'élan est plus fort que jamais. La lutte contre le pétrole, le gaz et le charbon doit désormais être menée au niveau national, les États-Unis montrant la voie en suspendant l'approbation de nouveaux projets de combustibles fossiles et en fixant une forte contribution déterminée au niveau national pour la COP29 de l'année prochaine.»

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire