Je refuse de soutenir le sionisme, je démissionne donc de mon poste de leader

Publié le

Nicole Morse speaks on behalf of Jewish Voice for Peace South Florida at a march organized by the South Florida Coalition for Palestine on November 11 in South Beach, Miami.

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Aujourd'hui, j'ai présenté ma démission en tant que directrice du Centre d'études sur les femmes, le genre et la sexualité (WGSS) à la Florida Atlantic University (FAU). Bien qu'il puisse à première vue sembler que ce choix ait été motivé par les attaques politiques de plus en plus intenses contre les études de genre en Floride, ces attaques sont précisément la raison pour laquelle j'aurais voulu rester directrice. En tant que chercheuse Genderqueer, je me suis profondément engagée dans la défense du centre et dans la défense de la valeur de notre recherche et de notre enseignement. Cependant, je suis également un universitaire juif antisioniste et, depuis le 7 octobre, je subis une pression incessante de la part de l'université pour renier ma pratique religieuse, ma communauté religieuse et mes engagements éthiques.

Le 16 janvier, les administrateurs de la FAU m'ont fait clairement comprendre que pour être un leader à l'université, je devais soutenir Israël. J'ai choisi de démissionner de mon poste de directeur afin de parler de ce que j'ai vécu et d'ajouter mon expérience aux centaines d'histoires d'universitaires et de travailleurs culturels qui sont ciblés afin de faire taire les critiques à l'égard de l'État d'Israël au milieu de son Campagne génocidaire à Gaza.

L'un des nombreux juifs antisionistes

Ayant grandi en tant que juif américain de troisième génération, j'ai découvert la Shoah et on m'a appris que les Juifs ont réagi à notre expérience du génocide en comprenant que résister à l'oppression est un impératif éthique et religieux. Même si j'ai aussi grandi immergé dans Hasbara (propagande de l'État israélien), les valeurs de mes parents et mon engagement en faveur de la justice m'ont conduit à la conviction qu'un État ethnonationaliste fondé sur le nettoyage ethnique, l'occupation/siège et l'apartheid est fondamentalement contraire aux valeurs de judaïsme. Tsédek (justice) et shalom (paix).

C'est une perspective partagée par de nombreux Juifs, qu'ils soient religieux ou laïcs. En fait, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, l'antisionisme était assez répandu parmi les Juifs du monde entier. À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, le Bund international du travail juif a rejeté le sionisme en faveur de l'internationalisme, du diasporisme et de la solidarité socialiste. En réponse à la Déclaration Balfour de 1917, le seul membre juif du Parlement britannique, Edwin Montagu, a qualifié la position sioniste de la déclaration d'antisémite.

Au 21e siècle, les Juifs antisionistes incluent tout le monde, depuis les groupes ultra-orthodoxes comme Satmar Hasidim et Neturei Karta, jusqu'aux Juifs s'organisant pour la justice sociale avec Jewish Voice for Peace (JVP), en passant par ma synagogue, Tzedek Chicago. Pour de nombreux Juifs du monde entier, l'antisionisme est un engagement politique de principe et une partie importante de notre identité religieuse et de notre pratique religieuse.

Lire aussi  La Banque mondiale a dépensé près de 15 milliards de dollars pour soutenir les combustibles fossiles depuis les Accords de Paris

Préjugés et répression à l'Académie

La FAU, cependant, entretient des liens profonds avec l'État d'Israël et toute allusion à l'antisionisme est rapidement réduite au silence. Ces dynamiques sont anciennes et antérieures au 7 octobre. En septembre 2023, j'ai subi des pressions de la part de l'administration de la FAU pour ne pas servir de conseiller pédagogique aux Étudiants pour la justice en Palestine (SJP) car, comme moi, certains membres du groupe sont attachés à la démocratie. principe « une personne, une voix » en Israël/Palestine. Au cours d'une réunion, un administrateur horrifié m'a dit que la démocratie dans la région « signifierait une majorité arabe ». Cela sous-entend que les personnes racialisées sont dangereuses, indignes de confiance et incapables de participer à la vie civique, ce qui est un trope colonialiste de longue date.

Après le 7 octobre, la situation à la FAU est rapidement devenue intenable pour de nombreux étudiants palestiniens, musulmans et arabes, confrontés au harcèlement raciste, à la rhétorique éliminationniste, aux menaces de mort et de viol – tout en ne recevant aucun soutien institutionnel. Ils ont été qualifiés par les dirigeants de la FAU de violents, voire implicitement d'antisémites. Certaines de ces dynamiques sont relatées dans un Presse universitaire histoire de la répression des voix pro-palestiniennes à la FAU.

Simultanément, alors que je participais aux efforts juifs en faveur d'un cessez-le-feu (y compris le jeûne juif hebdomadaire pour Gaza de ma synagogue et les pacifiques organisées par le JVP du sud de la Floride), je me suis retrouvé de la même manière ciblé et qualifié d'« antisémite », bien que je sois un juif pratiquant. Soyons clairs, l'antisionisme ne doit jamais être confondu avec l'antisémitisme, qu'il s'agisse d'une position défendue par des juifs ou des non-juifs, religieux ou laïcs. Mais mon expérience est inévitablement teintée par ma judéité, et par le fait d'être traité comme un antisémite. parce que de mon engagement religieux en faveur de l'antisionisme.

Harcèlement, accusations et enquêtes

Les enquêtes sur mon prétendu « antisémitisme » se sont concentrées sur deux incidents : ma lettre à l'éditeur, publiée par le Poste de Palm Beach le 9 octobre, et mon arrestation pour participation à une désobéissance civile pacifique au bureau du sénateur Rick Scott le 17 octobre. Ce sont des activités qui se sont produites en dehors de mes heures de travail et elles n'ont aucun rapport avec mes responsabilités à la FAU. Bien que ces actions aient fait de moi une cible de doxxing et de harcèlement de droite, ce sont des actions que tout participant à une société démocratique devrait pouvoir entreprendre et qui sont des stratégies couramment utilisées dans les mouvements pour le changement social.

Lorsque je me suis retrouvé sur la « liste de surveillance des professeurs » de Turning Point USA, quelques collègues m'ont contacté discrètement, mais je n'ai reçu aucun soutien de la part des dirigeants de la FAU. Au lieu de cela, j'ai subi des critiques incessantes ainsi qu'une intense pression institutionnelle pour changer mes opinions et mes actions religieuses et politiques. On m'a demandé à plusieurs reprises si j'arrêterais de participer aux manifestations. On m'a demandé de défendre mes convictions religieuses et d'expliquer en quoi elles ne sont pas antisémites. J'ai été interrogé à plusieurs reprises sur mon opinion sur le Hamas, même si j'ai clairement indiqué que je ne soutenais pas la violence contre les civils. Bien que je sois directrice du Centre WGSS, on m'a dit de ne pas discuter du consensus sur le terrain, ce qui se reflète dans les nombreuses déclarations de l'Association nationale d'études sur les femmes soutenant la libération palestinienne.

Alors que je participais aux efforts juifs en faveur d'un cessez-le-feu (y compris le jeûne juif hebdomadaire pour Gaza de ma synagogue et les manifestations pacifiques organisées par le JVP du sud de la Floride), je me suis retrouvé… pris pour cible et qualifié d'« antisémite ».

Cette campagne de pression a été généralisée. Après que des membres de l'organisation étudiante sioniste Owls for Israel m'ont harcelé le 9 octobre, on m'a averti de ne rien écrire sur cette expérience. Même s'il y avait de nombreux témoins oculaires, dont six policiers, j'ai dû faire face à des obstacles de la part des services de police lorsque j'ai tenté de signaler les menaces de viol, les insultes transphobes et les cris des étudiants : « »zona » (prostituée). Lorsque j'ai essayé de défendre les étudiants palestiniens confrontés à un harcèlement similaire, j'ai été plongé dans un labyrinthe bureaucratique et j'ai été averti que signaler les expériences partagées avec moi par des étudiants qui ne m'avaient pas donné leur nom pouvait constituer une violation de la politique. Des rumeurs sur mon licenciement imminent et des histoires de collègues interrogés à mon sujet ont circulé, créant une atmosphère de peur qui semblait destinée à m'isoler.

Lire aussi  Vous souhaitez soutenir les grévistes ? N'annulez pas encore votre abonnement Netflix.

Lorsque trois donateurs sionistes ont affirmé faussement dans des courriels privés que j'étais « prêt à mettre des vies en jeu » en raison de mon appartenance à des organisations et congrégations antisionistes, et ont ensuite exigé ma destitution de la direction du WGSS, j'ai reçu des demandes répétées d'informations sur mon identité. activités en tant que directeur, tout en restant presque entièrement dans l'ignorance de ce qui semble être une enquête en cours. Pendant des mois, j'ai été périodiquement convoqué à des réunions – ou, plus souvent, j'ai reçu des informations de troisième ou de quatrième main concernant cette campagne contre moi. Beaucoup de ces conversations ont inclus des pressions implicites et explicites pour que je démissionne de mon poste au sein du WGSS, y compris des avertissements selon lesquels ce qui est arrivé à Claudine Gay pourrait m'arriver. Le 16 janvier, j'ai eu le choix entre prendre un congé ou me désaffilier de ma congrégation antisioniste.

À aucun moment aucune preuve n'a été présentée suggérant que j'ai réellement causé un préjudice ou négligé mes responsabilités en tant qu'administrateur. Pourtant, on m'a dit que mes croyances religieuses ne sont protégées que tant qu'elles ne « nuisent pas aux autres », ce qui correspond à une tendance omniprésente consistant à considérer les sentiments des sionistes comme plus importants que le bien-être matériel des Palestiniens. Il semble que l'administration de l'université ait accepté au pied de la lettre les accusations fondées entièrement sur des informations douteuses sur l'antisionisme proposées par la controversée Ligue anti-diffamation, qui (comme l'a souligné une coalition de groupes de justice sociale) « a une histoire et une tendance constante ». d'attaquer les mouvements de justice sociale dirigés par des communautés de couleur, des personnes queer, des immigrés, des musulmans, des Arabes et d'autres groupes marginalisés, tout en s'alignant sur la police, les dirigeants de droite et les auteurs de violences d'État.

Lire aussi  Les enquêtes du DOE sur « l’antisémitisme » sur les campus répriment les critiques sur le génocide de Gaza

Un paysage de censure et de réduction au silence

Je suis loin d'être le seul à subir ce genre de pression. Dans tout le pays, les d'enseignement supérieur sont engagés dans une campagne de répression contre les défenseurs des Palestiniens tandis que les législatures adoptent des lois qui criminalisent la critique de l'État d'Israël. À l'Université de Columbia, le SJP et le JVP ont été interdits, et en Floride, les tentatives à interdire le SJP n'ont pas encore officiellement abouti, mais leur effet dissuasif est palpable. Dans tous les secteurs, les discours pro-palestiniens sont censurés et punis, et Palestine Legal qualifie le climat de répression de « sans précédent ».

Il est essentiel de se rappeler que cette répression de la liberté d'expression et de la liberté de conscience se produit au milieu de ce que de nombreux experts qualifient de génocide. Au 22 janvier, Israël avait tué plus de 25 000 personnes en Palestine, dont plus de 10 000 enfants, plus de 100 journalistes et plus de 300 professionnels de la santé. Le génocide cible aussi bien la culture que la population, et Israël a endommagé ou détruit plus de 100 sites culturels ainsi que toutes les universités de Gaza. Au milieu de mon horreur et de mon chagrin, je ressens plus que jamais que le judaïsme antisioniste est un élément nécessaire de l'effort collectif visant à construire un monde meilleur. Pour ma part, ma démission me donne l'opportunité de m'exprimer et de continuer à œuvrer pour la justice et la liberté pour tous, du fleuve à la mer. Comme l'a dit le rabbin Hillel, décrivant l'impératif éthique d'agir face à l'injustice : « Si ce n'est pas maintenant, quand ?

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire