Israël intensifie les démolitions de maisons à Silwan alors que les colons messianiques cherchent à prendre le contrôle

Publié le

Israël intensifie les démolitions de maisons à Silwan alors que les colons messianiques cherchent à prendre le contrôle

«C'est la tête du serpent», pouvait entendre Fakhri Abu Diab marmonner le policier israélien à un employé municipal.

Quelques instants plus tôt, quelqu'un frappait violemment la porte métallique. Fakhry comprit de qui il s'agissait ; personne ne frappe de manière aussi grossière, sauf la police israélienne.

qu'il ouvrait la porte, une demi-douzaine d'hommes, certains en uniforme de police, sont entrés dans la résidence d'Abou Diab, dans le quartier de Bustan à Silwan. Leur visite inopinée avait pour but de remettre en personne un avis de démolition.

L'avis, daté du 31 janvier 2024, signé par le « superviseur » de la division chargée des « démolitions de bâtiments » de la municipalité de Jérusalem, prévenait le destinataire, Fakhri, qu'il avait dix jours pour quitter son .

La veille, une équipe municipale accompagnée de policiers est passée par là et l'a informé que sa maison allait bientôt être démolie. Un entrepreneur faisait partie des hommes venus examiner le bâtiment destiné à la démolition. C'est à ce moment-là qu'il a senti que c'était sérieux.

Fakhri Abu Diab, 62 ans, a été une figure de proue dans une lutte vieille de plusieurs décennies pour défendre Silwan de la menace des colons israéliens bien financés et des desseins de la municipalité de Jérusalem dirigée par Israël. Les colons et la Ville partagent un objectif commun : changer le caractère de Jérusalem-Est en établissant une majorité juive. Sa maison a fait l'objet d'un premier ordre de démolition en 2012.

Dès 2004, les responsables de la municipalité de Jérusalem ont commencé à envisager des projets pour le quartier de Bustan à Silwan, citant la zone comme un site culturel important pour Israël, estimant qu'il s'agissait du même site où le roi a établi son royaume. Un parc national archéologique a été jugé crucial et des ordres de démolition ont été émis aux résidents palestiniens l'année suivante.

Aujourd'hui, le quartier de Bustan abrite quelque 1 500 Palestiniens. Fakhri affirme que 116 personnes risquent d'être déplacées de force.

Au fil des années, les habitants ont tenté de raisonner la municipalité de Jérusalem. Ils ont proposé un plan d'urbanisme prévoyant la création d'un « Jardin du Roi » à côté des logements pour les habitants de Bustan. Mais en 2023, la municipalité a finalement rejeté la proposition, affirmant qu'elle avait son propre plan et exigeant l'approbation des habitants. S'ils refusaient, leurs maisons seraient démolies.

«Je me sens déstabilisé, j'ai peur. Pour la première fois, je me sens impuissant », a déclaré Fakhry. Mondoweiss avec lassitude.

Douze personnes résident dans l'enceinte d'Abu Diab : Fakhri et sa femme, Um Muhammad, leur fils Muhammad, sa femme et leurs six enfants.

Lire aussi  Plus de 400 responsables de l'administration Biden exigent un cessez-le-feu à Gaza

« Quand les bulldozers arrivent, ils ne se contentent pas de démolir une maison ; ils détruisent mon passé, mon avenir, nos rêves, nos vies.

Des intentions douteuses

L'avocat des habitants de Bustan, Ziad Qawar, a déclaré : Mondoweiss que le plan de la municipalité engorgerait 80% du quartier et laisserait le reste aux résidents. Cependant, la mesure dans laquelle les résidents peuvent utiliser les 20 % restants pour se loger est vague.

Av. Qawar a remis en question la logique et la légalité de l'intention de la municipalité de démolir les maisons des gens dans le but de créer un parc archéologique.

«Beaucoup de détails sont inconnus. Nous ne savons pas qui sera propriétaire (du terrain et des bâtiments). Nous ne comprenons pas l'ampleur des constructions autorisées pour le logement », a-t-il déclaré. « À qui est destiné ce jardin ? Est-ce destiné au grand public ou aux colons ?

Les habitants de Bustan se sont rassemblés à l'hôtel de ville, rempli de colons qui souhaitent s'emparer de leurs maisons et de leurs terres afin d'ajouter une autre colonie à la colonisation existante de Silwan.

«Nous avons demandé à plusieurs reprises à la municipalité de divulguer les détails (du plan), mais malheureusement, ils n'ont pas été révélés. Ce projet fait partie d'un plan plus vaste qui conduit à la destruction de la mosquée Al-Aqsa pour construire un (troisième) temple juif », a ajouté Qawar.

Faible soutien

Au fil des années, des diplomates étrangers et d'anciens chefs d'État se sont rendus à Silwan pour exprimer leur soutien à ses habitants confrontés aux déplacements forcés, un crime de guerre au regard du droit international.

En 2015, Fakhri se souvient avoir rencontré l'ancien président américain Jimmy Carter, qui faisait alors partie d'une délégation des Elders, un groupe indépendant de dirigeants internationaux fondé par Nelson Mandela en 2007 pour promouvoir la paix, la justice, les droits de l'homme et une planète durable. .

« Israël est au-dessus des lois », a cité Carter lors de cette réunion, Fakhri. « Je compte habituellement sur un interprète, mais je me souviens que Carter avait prononcé cette phrase clairement. »

Il remet désormais en question l'efficacité de ces appels de haut niveau, soupçonnant qu'ils ont fait de lui la cible de responsables israéliens vengeurs.

En 2023, plusieurs diplomates d'Europe, d'Australie, du Canada, de Turquie et du Mexique ont rendu visite à Fakhry chez lui et ont écouté les menaces entourant ce quartier particulier de Silwan.

Lire aussi  Des groupes de presse appellent Biden à faire pression sur Israël pour qu’il cesse d’attaquer les journalistes

Même des diplomates américains se sont rendus à Silwan. Hady Amr, le représentant spécial pour les affaires palestiniennes, et George Noll, chef du bureau américain des affaires palestiniennes à Jérusalem, sont arrivés à Silwan en 2022 et 2023, respectivement. Plus récemment, en janvier 2024, le sous-secrétaire d'État américain Andrew P. Miller a rencontré Fakhri au Bustan.

Fakhri suppose désormais que l'avis de démolition qu'il a reçu était un message : il ne peut pas compter sur une aide extérieure pour sauver sa maison et son quartier.

« Le fait qu'ils essaient de le pénaliser personnellement montre la nature des personnes avec lesquelles nous avons affaire. Ce sont, à mon avis, des gangsters et des criminels de guerre », a déclaré Angela Godfrey-Goldstein.

Arieh King, l'adjoint au maire de Jérusalem qui dirige la colonie voisine de Ma'ale Zeitim à Ras al Amud, surplombant le Bustan, est l'une des principales forces qui poussent à l'agrandissement du parc de la « Cité de David » – en développant le Bustan comme Le parc à thème biblique King's Garden.

Le tristement célèbre adjoint au maire est connu pour être un disciple du rabbin fasciste et ultranationaliste Meir Kahana, qui prêchait le « transfert » ou le nettoyage ethnique. King est soutenu par le ministre des Finances d'extrême droite et « fasciste » autoproclamé Bezalel Smotrich, et par son compagnon politique Itamar Ben-Gvir, le ministre de la Sécurité publique, qui a appelé à des démolitions pendant le Ramadan et a exhorté Netanyahu à ne pas le faire. céder à la pression internationale.

Fakhri garde cependant espoir que la communauté internationale interviendra pour empêcher Israël de démolir sa maison et tout le quartier de Bustan. Il estime que la pression diplomatique est enfin « invoquée » contre Israël, faisant le point sur le récent décret de Biden sanctionnant les Israéliens se livrant à « des activités néfastes qui menacent la paix, la sécurité et la stabilité de la Cisjordanie ».

Ces Israéliens étaient quatre colons juifs liés à l'escalade de la violence contre les civils palestiniens en Cisjordanie. Certains pensent que le décret de Biden pourrait éventuellement atteindre les responsables pro-colons de la ville de Jérusalem, comme Arieh King, qui cherchent activement à transférer de force la population palestinienne hors de Jérusalem-Est.

« Il est temps que la municipalité de Jérusalem comprenne qu'elle fait partie du problème et que les Palestiniens veulent vivre une vie normale, et il est temps qu'elle le leur permette », a ajouté Godfrey.

Déplacement forcé

Des démolitions ont lieu partout à Jérusalem-Est occupée, notamment à Sur Baher, Jabal al-Mukabbir et al-Essawiya.

Lire aussi  J'ai passé 14 ans à Gitmo. Souvenons-nous des victimes de la « guerre contre le terrorisme » américaine.

Mais la zone de Jérusalem-Est qui présente les perspectives les plus sombres, sans exception, est Silwan, qui subit sans doute de plein fouet les desseins hostiles du mouvement des colons juifs à Jérusalem-Est. Le Bustan n'est pas le seul quartier de Silwan à risque de déplacement forcé. Les habitants de Batn al-Hawa, le quartier surplombant le Bustan, font face à des ordres d'expulsion après que des organisations de colons ont obtenu des revendications de propriété auprès des tribunaux israéliens.

Le groupe israélien de surveillance des implantations, Peace Now, affirme que les colons ont l'intention de déraciner toute une communauté à Jérusalem-Est en appliquant des lois qu'Israël accorde uniquement à ses citoyens juifs. La municipalité de Jérusalem, selon deux ONG israéliennes qui surveillent la planification et le zonage à Jérusalem-Est (Ir Amim et Bimkom), dénonce une politique délibérée qui entrave le développement des quartiers palestiniens de la ville. Cette stratégie a conduit les Palestiniens de Jérusalem-Est à se déplacer du centre-ville vers la périphérie, mettant souvent en péril leur statut de résident.

Près de la moitié des démolitions effectuées jusqu'à présent cette année par les forces israéliennes ont eu lieu à Jérusalem-Est occupée. Le reste s'est produit dans la zone C de la Cisjordanie, où Israël jouit d'un contrôle total conformément aux accords d'Oslo.

Selon l'ONU, Israël a déplacé 33 personnes et démoli 18 structures en janvier 2024 dans la région de Jérusalem-Est.

L'année 2023 a marqué le plus grand nombre de démolitions en Cisjordanie occupée depuis que l'ONU a commencé à enregistrer ce type d'actions. Le nombre de Palestiniens déplacés en 2023 était de 2 247 personnes, avec 1 169 structures détruites. Jérusalem-Est a représenté 20 pour cent des démolitions, avec 733 personnes déplacées.

L'article « Planned Negligence » d'Ir Amim de 2021 déclare que, depuis 1967, Israël a institué une « politique cohérente de discrimination généralisée dans les domaines de la construction et de la planification, découlant d'une politique de contrôle démographique qui cherche à restreindre la population palestinienne de Jérusalem ». En conséquence, un tiers des Palestiniens, soit quelque 100 000 individus, ont été contraints de quitter le centre de Jérusalem-Est et de s'installer dans les « bidonvilles » du camp de réfugiés de Shu'fat et de Kufur Aqab, du mauvais côté du mur de séparation. Ces deux zones sont des environnements urbains densément peuplés qui relèvent de la municipalité de Jérusalem mais ne bénéficient pas de services municipaux tels que l'urbanisme et les infrastructures, ce qui les transforme en un no man's land marginalisé.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire