La destruction du système de santé de Gaza n’est pas un sous-produit, c’est un objectif du génocide

Publié le

La destruction du système de santé de Gaza n'est pas un sous-produit, c'est un objectif du génocide

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Les quatre derniers mois ont exposé la communauté mondiale à une réalité que les Palestiniens connaissent depuis longtemps et à laquelle ils résistent depuis plus de 75 ans : le projet colonial de l'État d'Israël repose – à la fois en esprit et en pratique – sur l'élimination des territoires palestiniens. les gens, où qu'ils soient sur cette terre. Depuis le 7 octobre 2023, environ 33 000 Palestiniens ont été tués à Gaza, dont plus de 13 000 sont des enfants, et plusieurs milliers sont portés disparus et potentiellement enterrés sous les décombres de maisons détruites par les bombes israéliennes financées par l'argent des contribuables américains.

Le nombre de Palestiniens tués et blessés est mis à jour quotidiennement (lorsque cela est possible) par le ministère de la Santé de Gaza et par le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires, d'une manière qui semble désormais tout simplement froide. Le ministre israélien de l'Économie, Nir Barkat, a déclaré publiquement : « Israël a un message très clair à l'adresse de ses ennemis. Nous leur disons : regardez ce qui se passe à Gaza : vous subirez le même traitement si vous nous attaquez. Nous allons vous effacer de la surface de la Terre.» En effet, on peut trouver de telles proclamations d'intention génocidaire mondiale dans presque toutes les conférences de presse et apparitions dans les médias des responsables et porte-parole du gouvernement israélien, depuis le Premier ministre jusqu'en bas.

L'État israélien a fait du système de santé de Gaza une cible explicite de cette campagne d'anéantissement. Sur les 36 hôpitaux de Gaza, aucun n'est entièrement fonctionnel et seulement 14 le sont partiellement, tous fonctionnant à des niveaux dépassant largement leur capacité, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les autres ont été détruits ou ne peuvent plus fonctionner en raison du manque de ressources, notamment de fournitures et d'équipements médicaux essentiels, et du manque de prestataires de soins de santé, dont beaucoup ont été tués ou déplacés avec leurs familles en raison des attaques incessantes. Plus de 300 professionnels de la santé, dont des médecins spécialistes qui comptent parmi les rares à Gaza, ont été pris pour cible et tués par l'armée israélienne.

La destruction du système de santé n'est donc pas un sous-produit malheureux de la campagne de génocide contre les Palestiniens à Gaza, elle fait partie intégrante de cette campagne. En ciblant le système de santé, Israël entend désactiver et empêcher la guérison et la fourniture de soins à court terme et provoquer une mort massive de Palestiniens à Gaza à long terme.

Lire aussi  Les groupes LGBTQ et de défense des droits des immigrants publient des avis aux voyageurs pour la Floride

Considérez le fait que le 16 décembre Al Jazeera a rapporté que l'armée israélienne était entrée dans la cour de l'hôpital Kamal Adwan, dans le nord de Gaza, et, à l'aide de bulldozers militaires (« jarafa »), avait délibérément écrasé les patients et les familles rassemblées là, les enterrant sous les décombres. Lorsque les prestataires de soins de santé en là-bas ont tenu une conférence de presse, des tirs de l'armée israélienne ont commencé à leur être tirés à bout portant. Un jour plus tôt, des images avaient été diffusées d'un chat grignotant les restes d'un enfant palestinien mort, tué par l'État colonisateur.

Comme l'a noté le chirurgien palestinien Ghassan Abu-Sittah, une telle campagne de destruction – avec le système de santé au centre de la cible – vise à nettoyer ethniquement Gaza des Palestiniens et à la rendre inhabitable à l'avenir. En d'autres termes, non seulement la destruction des hôpitaux et le ciblage des prestataires de soins de santé sont une méthode pour maximiser la mortalité dans le présent, mais ils constituent également le prélude à une campagne plus large visant à maintenir le projet d'élimination en cours. L'OMS a souligné cette évaluation de la situation sanitaire à Gaza en notant que ceux qui ne meurent pas aujourd'hui pourraient mourir plus tard de maladies transmissibles ou de maladies autrement évitables, dont les traitements ont maintenant été refusés dans tous les domaines parce que le système même et les personnes équipées pour fournir ces soins ont été détruits ou tués.

Parallèlement à la destruction de sites d'enseignement (toutes les grandes universités de Gaza ont été décimées et plus de 94 doyens et professeurs d'université ont été tués) et d'infrastructures critiques telles que les lignes de télécommunication et les routes qui facilitent la formation des prestataires de soins de santé et la communication entre eux. C'est possible, Israël a également ciblé l'intégralité du système alimentaire à Gaza en bombardant des boulangeries, en déracinant des oliviers et en incendiant des terres agricoles. Le Programme alimentaire mondial a récemment noté que 80 pour cent des personnes les plus affamées du monde vivent désormais à Gaza, une statistique qui devrait faire brûler d'émotion tout prestataire de soins de santé (ou patient, ou praticien de la santé publique, ou même tout partisan de la santé en tant que droit humain). rage. Il ne s'agit pas d'une famine, comme l'ont appelé par euphémisme les têtes parlantes, mais d'une campagne délibérée visant à affamer un peuple assiégé vivant sous le joug d'un État colonial déterminé à l'effacer.

Lire aussi  Biden perd le soutien des électeurs musulmans alors que le bilan des morts à Gaza dépasse les 9 000

L'objectif de rendre Gaza invivable semble plus que jamais possible. Plus récemment, en plus d'avoir aidé et encouragé le génocide par une aide directe sous forme de fonds, de balles, de bombes et de navires de guerre, les États-Unis et d'autres puissances coloniales se sont tous alliés pour cesser de financer l'un des derniers systèmes de disponibles pour les Palestiniens en Palestine. Gaza, l'Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA), sous un prétexte qui semble au mieux fabriqué, et au pire génocidaire. L'UNRWA est un important fournisseur de soins de santé et d'autres services aux Palestiniens, et c'est également un employeur majeur. Il est horrible de constater que 152 employés de l'UNRWA ont eux-mêmes été tués par le génocide israélien depuis octobre.

Sur les 36 hôpitaux de Gaza, aucun n'est entièrement fonctionnel et seulement 14 sont partiellement fonctionnels, tous travaillant au-delà de leurs capacités.

Certes, la campagne ciblant les infrastructures sanitaires critiques à Gaza a commencé bien avant le 7 octobre. Rien de ce qui entre ou sort de Gaza ne le fait sans l'approbation de l'État d'Israël. Avant la récente campagne de nettoyage ethnique lancée par le régime de l'apartheid, le système de santé de Gaza était déjà au bord de l'effondrement, en partie à cause du siège économique et du blocus imposés par Israël depuis 17 ans. Les pénuries de médicaments essentiels, notamment de médicaments pour la cardiologie, atteignaient des niveaux critiques dépassant les 50 pour cent. L'accès à des soins spécialisés tels que les soins oncologiques obligeait souvent les patients à quitter Gaza. Pour pouvoir partir, ces patients devaient demander un permis de sortie d'Israël. Seulement 81 pour cent de ces demandes de permis médical pour quitter Gaza ont été approuvées en juillet 2023, selon l'OMS. Souvent, dans les cas où des permis de sortie étaient délivrés aux patients, les permis de sortie des compagnons n'étaient pas approuvés. Seulement 49 pour cent des permis de sortie des compagnons de Gaza ont été approuvés au cours de la même période. Cela signifie que les patients – parfois des enfants – ont dû quitter leur domicile seuls pour se faire soigner, sans l'accompagnement de leur famille. Ce fut le cas d'Aisha al-Lulu, 5 ans, dont les parents se sont vu refuser un permis de sortie pour l'accompagner alors qu'elle quittait Gaza pour se faire soigner dans un hôpital de Jérusalem. Elle est décédée une semaine après avoir subi une opération au cerveau, après avoir apparemment appelé sa maman et son Baba à l'hôpital. Comme les milliers de Palestiniens tués à Gaza depuis octobre, al-Lulu a été tué par un État colonisateur non seulement indifférent aux souffrances des Palestiniens, mais déterminé à accélérer ces souffrances et ces morts à grande échelle.

Lire aussi  L’administration Biden porte sa capitulation face à Israël à un nouveau niveau absurde

Mais ce n'est pas seulement la destruction du système de santé et donc la privation de vie des Palestiniens de Gaza qui préoccupent le projet sioniste. Plus de 380 Palestiniens ont été tués en Cisjordanie depuis octobre, et on ne compte plus les histoires d'ambulances empêchées d'atteindre les blessés, ainsi que de véhicules militaires israéliens bloquant les entrées des hôpitaux dans des villes comme Tulkarem et Jénine. La semaine dernière, des escadrons de la mort militaires et sécuritaires israéliens ont encore violé le caractère sacré des hôpitaux et tué trois jeunes hommes palestiniens, dont l'un était déjà paralysé, à l'hôpital Ibn Sina de Jénine. La déshumanisation des Palestiniens inhérente au projet sioniste d'effacement a également dépassé les frontières de la Palestine historique. À Chicago, dans l'Illinois, un enfant palestinien de 6 ans, Wadea Al-Fayoume, a été poignardé à mort par son propriétaire, tandis que trois palestiniens de premier cycle ont été abattus alors qu'ils se promenaient après le dîner de Thanksgiving à Burlington, dans le Vermont. L'une de ces victimes, Hisham Awartani, étudiant à l'université Brown, est désormais paralysée. Ce ne sont là que deux exemples parmi plusieurs attaques documentées contre des Palestiniens à travers le monde.

Ce projet d'annihilation nécessite donc (ou est peut-être conditionné à) une guerre contre tout ce qui vit : des animaux aux oliviers en passant par les humains – et il va sans dire que les Palestiniens sont effectivement des humains. En attaquant les sites mêmes nécessaires à la guérison et aux soins en plein génocide, le régime israélien a encore davantage fait des soins de santé une arme contre le peuple palestinien. Malgré cette tentative, les Palestiniens insistent fermement pour rester sur leurs terres et prendre soin de leur peuple par tous les moyens disponibles. Ils ont appelé de manière retentissante à la fin permanente du blocus et du siège illégaux, ainsi qu'à la fin de l'occupation et du projet colonial d'élimination sioniste qu'il soutient. Ils appellent à la libération de tous les Palestiniens, du fleuve à la mer et à travers le monde, afin qu'ils puissent retrouver leur santé sur leur terre et commencer à reconstruire un système de santé pour tous dans une Palestine libre.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire