2024 verra une vague de hausses du salaire minimum, mais les impacts ne se feront pas sentir de manière uniforme

Publié le

2024 verra une vague de hausses du salaire minimum, mais les impacts ne se feront pas sentir de manière uniforme

Le 1er janvier 2024, le salaire minimum a augmenté d'un océan à l'autre. En effet, 22 États et plus de 40 villes et comtés ont connu des augmentations de salaire en 2024, la plupart approchant les 15 dollars. D'autres États suivront avec des augmentations du salaire minimum plus tard dans l'année. Sans aucun doute, cela est principalement dû au fait que des travailleurs sous-payés se sont organisés et se sont battus pour un salaire décent au cours de la dernière décennie, mais un salaire minimum est-il suffisant ? Par ailleurs, où ont lieu les augmentations du salaire minimum ? Un examen de la carte montre que le Sud est toujours à la traîne. Cela pourrait-il être dû au racisme sur le marché du travail ? Dans l'entretien exclusif avec Vérité qui suit, l'économiste progressiste Jeannette Wicks-Lim partage les résultats de ses recherches et ses idées sur la politique et l'économie de l'augmentation du salaire minimum. Wicks-Lim est professeur-chercheur au Political Economy Research Institute (PERI) de l'Université du Massachusetts à Amherst et se spécialise en économie du travail, en mettant l'accent sur le marché du travail à bas salaires.

CJ Polychroniou : Le salaire minimum fédéral est toujours de 7,25 dollars, mais des salaires minimum plus élevés sont entrés en vigueur début janvier dans 22 États, tandis que trois autres (Floride, Nevada et Oregon) augmenteront leur salaire minimum plus tard en 2024. Combien et de quelle sorte les travailleurs seront affectés par ces augmentations de salaire, et quelle est l'importance de ces augmentations du salaire minimum dans l'amélioration du niveau de vie global des travailleurs à faible salaire ?

Jeannette Wicks-Lim: Tout d'abord, concernant votre question sur le nombre et le type de travailleurs qui bénéficieront de ces augmentations du salaire minimum : l'Economic Policy Institute est une excellente ressource pour comprendre les faits de base sur qui bénéficiera de ces augmentations du salaire minimum.

Il existe deux types fondamentaux d'augmentations qui résultent de ces augmentations : les augmentations obligatoires et les augmentations à effet d'entraînement. Les augmentations obligatoires sont les augmentations qui permettent aux travailleurs d'atteindre le nouveau niveau de salaire minimum, plus élevé. Les augmentations à effet d'entraînement sont des augmentations que les employeurs peuvent choisir d'accorder aux travailleurs qui gagnent un peu plus que le salaire minimum – il s'agit souvent de travailleurs plus expérimentés que les travailleurs débutants qui sont plus de gagner le salaire minimum. Les employeurs peuvent le faire pour que les travailleurs les plus expérimentés continuent de gagner plus que les travailleurs débutants après l'augmentation du salaire minimum. Au total, environ 10 millions de travailleurs – en incluant les deux types d'augmentations – bénéficieront d'augmentations de salaire. Cela représente environ 15 pour cent de la main-d'œuvre dans les États mettant en œuvre des augmentations du salaire minimum. L'impact – en termes de proportion de travailleurs concernés – est donc substantiel.

En raison principalement de la ségrégation professionnelle, les femmes sont surreprésentées dans les emplois peu rémunérés et ont donc tendance à recevoir une part disproportionnée des augmentations. Les emplois à bas salaires sont particulièrement concentrés dans les services de restauration, par exemple dans les restaurants fast-food. Les travailleurs d'autres secteurs de services, comme les aides-soignants à domicile et les éducatrices, sont bien représentés parmi ceux dont les salaires augmentent avec les augmentations du salaire minimum.

Les travailleurs noirs, autochtones et autres de couleur ont également tendance à être surreprésentés parmi les travailleurs qui bénéficient d'augmentations du salaire minimum lorsque l'on regarde les États qui adoptent des augmentations du salaire minimum. Cependant, il est important de noter que la majorité des Noirs américains ne résident pas dans les États qui augmentent leur salaire minimum, de sorte que, globalement, ces travailleurs sont sous-représentés parmi le bassin de bénéficiaires des augmentations du salaire minimum. Cela reflète le fait que les États du Sud, et en particulier ceux qui constituaient autrefois les États confédérés, ont tendance à avoir des normes de travail faibles. Cela est clairement visible lorsque vous regardez une carte indiquant les endroits où se produisent les augmentations du salaire minimum. L'histoire du racisme aux États-Unis – notamment dans le fonctionnement du marché du travail – apparaît ici clairement.

Lire aussi  Des milliers de Français payent leur électricité moins chère grâce à ce simple formulaire

Ensuite, concernant votre question sur la façon dont les augmentations du salaire minimum affectent le niveau de vie des travailleurs à bas salaire : je sais, grâce aux multiples études que mes collègues de PERI et moi avons réalisées dans le passé, que les revenus des travailleurs au salaire minimum contribuent généralement à hauteur de 40 pour cent du revenu minimum. le revenu de leur ménage afin qu'une augmentation significative des taux de rémunération de ces travailleurs ait un impact significatif sur les revenus de leur ménage. Ces travailleurs appartiennent généralement à des ménages à revenus faibles ou moyens.

Aujourd'hui, certaines des augmentations du salaire minimum qui seront adoptées sont assez modestes : elles ne tiennent compte que de l'augmentation de l'inflation plutôt que de l'augmentation du salaire plancher en termes corrigés de l'inflation. Ce sont donc les travailleurs des États qui élèvent le salaire plancher en termes réels, corrigés de l'inflation, qui peuvent s'attendre à une amélioration significative de leur niveau de vie. En gros, environ la moitié des États qui augmentent leur salaire minimum adoptent des augmentations de l'ordre de 3 pour cent – ​​ce qui reflète, d'une manière générale, des ajustements liés à l'inflation. Un autre quart de ces États ont des augmentations de salaire minimum de l'ordre de 7 pour cent, et le quart restant augmente leur salaire minimum de plus de 10 pour cent.

Dans les États où le salaire minimum a augmenté d'au moins 10 pour cent, mes calculs au dos de l'enveloppe suggèrent que le travailleur moyen qui reçoit une augmentation sera en mesure d'augmenter le revenu de son ménage d'environ 4 pour cent (augmentation de 10 pour cent x 40 pour cent). contribution au revenu du ménage). Il s'agit d'une augmentation significative. Pour un ménage à faible revenu de trois personnes (disons un revenu de 35 000 $), cela se traduit par une augmentation annuelle de près de 1 400 $. Dans le même temps, étant donné le taux d'inflation de ces dernières années, même les plus petites augmentations d'ajustement à l'inflation constituent d'importantes garanties pour au moins maintenir le niveau de vie des travailleurs.

Pourquoi la moitié du pays augmente-t-elle le salaire minimum alors que l'autre moitié ne le fait pas ? Dans ce contexte, pouvez-vous parler de la politique derrière les augmentations du salaire minimum ? Par exemple, depuis le début de la pandémie de COVID-19, de fortes campagnes publiques ont été menées pour augmenter les salaires et mettre fin aux salaires inférieurs au minimum.

Je ne suis pas un politologue, donc mes opinions à ce sujet sont plus impressionnistes que basées sur les recherches que j'ai effectuées. Ce qui semble être un facteur déterminant dans l'adoption ou non d'une hausse du salaire minimum est la manière dont les électeurs peuvent directement peser sur la question.

Lire aussi  Trump a ordonné de ne pas proférer de menaces sur les réseaux sociaux dans le cadre d'une caution de 200 000 $

Ce que j'ai observé, c'est que les augmentations du salaire minimum sont généralement extrêmement populaires dans les urnes. Lorsque les électeurs ont la possibilité de se prononcer directement sur la question de savoir si leur État devrait renforcer cette norme du travail, ils votent généralement en grand nombre en sa faveur. Il semble que les électeurs considèrent les augmentations du salaire minimum comme raisonnables, justes et potentiellement bénéfiques pour eux-mêmes et pour l'économie. Il s'agit d'une question populaire même au sein des deux principaux partis politiques. Prenons l'exemple de la Floride, où 71 % des électeurs ont voté en faveur de l'établissement d'un minimum obligatoire dans cet État en 2004. Cette même année, la majorité de ces électeurs de Floride ont voté pour le candidat républicain à la présidence, George W. Bush.

À mesure que l'on s'éloigne du droit des électeurs à s'exprimer directement, comme dans le cas des hausses du salaire minimum proposées par les législateurs des États, les résultats semblent plus mitigés et la politique partisane semble jouer un rôle plus important. Obtenir une augmentation du salaire minimum par l'intermédiaire d'une législature d'État dominée par le Parti républicain est, semble-t-il, presque impossible. Encore une fois, ce n'est pas mon domaine de recherche, mais cela me suggère que les intérêts commerciaux réussissent mieux à faire pression sur les législateurs de tendance républicaine que sur les électeurs de tendance républicaine. Cela suggère que les législateurs de tendance républicaine bénéficient davantage de ces intérêts commerciaux que les électeurs de tendance républicaine. Pourtant, les États ont de plus en plus assumé le rôle de renforcer ce plancher alors que le taux fédéral stagnait. En 1980, par exemple, deux États appliquaient un âge minimum supérieur au taux fédéral : le Connecticut et l'Alaska. Aujourd'hui, comme vous le constatez, environ la moitié des États du pays augmentent leur taux de salaire minimum tandis que le taux fédéral reste inchangé. Je parierais que les États qui ont un salaire minimum plus élevé que le niveau fédéral et Les législatures des États à tendance républicaine ont généralement obtenu leur taux de salaire minimum grâce à une initiative de vote.

Au niveau fédéral, il n'existe aucune possibilité de poser cette question directement aux électeurs. Les États qui fonctionnent avec le taux fédéral ont connu de longues périodes sans augmentation du salaire minimum – de 1982 à 1989 (huit ans), puis de 1998 à 2006 (neuf ans), et maintenant de 2010 à aujourd'hui (au moins 14 ans). années). La dernière augmentation fédérale – en 2009 – en tant que deuxième étape d'une augmentation en deux parties, a été promulguée par un président républicain et un Congrès américain dirigé par les démocrates. Depuis, aucun n'est passé.

Les augmentations du salaire minimum affectent-elles le marché du travail ?

Je me concentrerai sur l'un des principaux impacts du salaire minimum sur le marché du travail : le salaire minimum a joué un rôle important, du moins historiquement, dans la réduction des inégalités salariales. Avant 1980, le salaire minimum augmentait à peu près au même rythme que la productivité des travailleurs, de sorte que les salaires les plus bas augmentaient de manière significative au fil du temps. Et, en raison de l'effet d'entraînement des augmentations, ces augmentations rapprocheraient essentiellement le bas de la répartition des salaires vers le milieu. Une caractéristique importante du salaire minimum à noter est que, même si ces augmentations à effet d'entraînement étendent les avantages des augmentations du salaire minimum aux travailleurs gagnant plus que le salaire minimum, ce bassin de bénéficiaires est en réalité limité aux travailleurs situés au bas de l'échelle des salaires. En revanche, les travailleurs aux salaires élevés ne bénéficient pas d'augmentations suite aux modifications du salaire minimum. En conséquence, les augmentations induites par le salaire minimum ont pour effet de comprimer la répartition des salaires, c'est-à-dire de réduire les inégalités salariales globales. Je dis historiquement, parce que ce rôle a été affaibli au cours des dernières décennies, en particulier dans les États qui fonctionnent uniquement avec le minimum fédéral, le salaire minimum fédéral ayant perdu une part importante de sa valeur ajustée à l'inflation.

Lire aussi  « Publier n’est pas un crime » : le New York Times se joint à la lutte pour libérer Assange

Une autre manière importante par laquelle le salaire minimum a, encore une fois historiquement, réduit les inégalités salariales s'est produite lorsque la loi sur les normes de travail équitables a renforcé les normes du travail en élargissant le nombre de travailleurs qui seraient protégés. Avant 1966, la norme ne s'appliquait pas à une grande partie de la main-d'œuvre à faible salaire, à l'exclusion des professions dans lesquelles les travailleurs noirs étaient surreprésentés en raison de la discrimination raciale. Ces professions comprenaient l'agriculture et divers emplois du secteur des services. Dans leur étude de 2021, les économistes Ellora Derenoncourt et Claire Montialoux ont découvert que lorsque ces types d'occupations ont été nouvellement protégés en 1966, le salaire minimum fédéral a réduit d'environ un cinquième l'écart de revenus entre les travailleurs noirs et blancs.

Le salaire minimum est considéré par de nombreux économistes comme un outil important de politique publique pour lutter contre la pauvreté et les inégalités. Le salaire minimum tient-il ses promesses ?

J'ai déjà abordé le sujet de l'impact du salaire minimum sur les inégalités. Permettez-moi donc de me concentrer ici sur la question de la pauvreté. Je considère le salaire minimum comme étant avant tout un outil politique qui aide les ménages à faible revenu ou à revenu intermédiaire. En effet, le salaire minimum n'a pas d'impact statistiquement perceptible sur l'emploi (positif ou négatif) et il s'agit donc d'un outil politique qui profite le plus directement aux travailleurs salariés. Ceux qui sont au chômage ou qui ne font pas partie de la population active ne peuvent bénéficier qu'indirectement des augmentations du salaire minimum, par exemple via les revenus des autres membres du ménage ou en maintenant les normes de travail des emplois existants, de sorte que lorsque ces personnes trouvent un emploi, elles bénéficient du salaire minimum. plancher salarial. D'autres politiques doivent compléter des salaires minimums robustes pour lutter efficacement contre la pauvreté. Les autres politiques auxquelles je pense incluent des politiques économiques visant à amener l'économie américaine vers le plein emploi, des politiques qui subventionnent le travail traditionnellement non rémunéré (par exemple, la garde d'enfants et les soins aux personnes âgées) et des politiques qui réduisent les inégalités de richesse afin qu'un plus grand nombre de ménages puissent résister aux chocs financiers. , comme les urgences médicales et les périodes de chômage.

Cette interview a été légèrement modifiée pour plus de clarté et de longueur.

Avatar de Flore Malaud

Laisser un commentaire