Des groupes de presse appellent Biden à faire pression sur Israël pour qu’il cesse d’attaquer les journalistes

Publié le

Joe Biden speaks at Mother Emanuel AME Church

Alors qu'au moins 79 membres des médias palestiniens, israéliens et libanais ont été tués lors de la guerre israélienne contre la bande de Gaza au cours des derniers mois, une demi-douzaine d'associations de défense des droits de l'homme et de la liberté de la presse ont imploré mercredi le président américain Joe Biden « d'agir immédiatement et de manière décisive ». promouvoir les conditions permettant de rendre compte en toute sécurité et sans restriction des hostilités.

« Les États-Unis ont depuis longtemps un fort soutien à Israël, y compris une aide civile et militaire, et sont clairement l'un des partenaires les plus influents d'Israël », indique la lettre du Comité pour la protection des journalistes (CPJ), Freedom House, Freedom of the Press Foundation (FPF), Human Rights Watch, Knight First Amendment Institute de l'Université de Columbia et Reporters sans frontières.

Depuis l'attaque menée par le Hamas le 7 octobre qui a déclenché la réponse brutale d'Israël, Biden a contourné le Congrès pour armer les forces israéliennes tout en demandant aux législateurs une enveloppe de 14,3 milliards de dollars, en plus des 3,8 milliards de dollars d'aide militaire que les États-Unis accordent au pays chaque année.

« Nous pensons que votre administration peut et doit faire davantage pour poursuivre efficacement les journalistes tués dans les hostilités et pour protéger et soutenir les journalistes locaux et internationaux qui couvrent les hostilités », a écrit la à Biden, notant d'autres appels similaires. « Les États-Unis devraient user de leur influence considérable auprès du gouvernement israélien pour faire sur lui afin de garantir que les journalistes soient en mesure de documenter en toute sécurité les opérations militaires et de faire la lumière sur leur respect du droit humanitaire international. »

Lire aussi  Des groupes juifs prévoient une manifestation massive de cessez-le-feu à New York pour la première nuit de Hanoukka

La présidente du Comité pour la protection des journalistes, Jodie Ginsberg, a déclaré le mois dernier que « la concentration de journalistes tués dans la guerre entre Israël et Gaza est sans précédent dans l'histoire du CPJ et souligne à quel point la situation est grave pour la presse sur le terrain ». La lettre souligne que mercredi, le CPJ a recensé la mort de 79 journalistes : 72 Palestiniens, 4 Israéliens et 3 Libanais.

Les autorités locales de la bande de Gaza, gouvernée par le Hamas depuis près de deux décennies, ont déclaré mercredi que 115 journalistes palestiniens figuraient parmi les au moins 23 357 morts, dont plusieurs milliers de civils innocents, hommes, femmes et enfants. Quel que soit le véritable chiffre des journalistes, la lettre souligne que « presque tous » ont été tués par les Forces de défense israéliennes (FDI).

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken – qui est en visite au Moyen-Orient cette semaine – a été confronté à deux reprises le mois dernier à d'intenses réactions négatives pour avoir qualifié 2023 d'« année extraordinairement dangereuse » pour les membres de la presse, sans mentionner les personnes tuées dans le blocus et les bombardements soutenus par Israël. Gaza.

Comme le souligne la lettre : « Le porte-parole du Département d'État américain a récemment déclaré que les États-Unis n'avaient vu aucune preuve qu'Israël s'en prenait intentionnellement aux journalistes. Pourtant, des rapports crédibles émanant d'organisations de défense des droits de l'homme et des médias indiquent que les frappes de Tsahal dans le sud du Liban le 13 octobre ont tué Reuters journaliste Issam Abdallah et blessé six autres journalistes de Reuters, Al Jazeeraet Agence France-Presse étaient illégales et apparemment délibérées.

Lire aussi  Des militants de West Palm Beach font face à des accusations pour avoir partagé de la nourriture avec une communauté sans logement

« Tsahal a également reconnu avoir délibérément pris pour cible une voiture dans laquelle voyageaient des journalistes le 7 janvier, tuant deux journalistes et en blessant grièvement un troisième », poursuit la lettre. « Dans au moins deux autres cas, des journalistes ont rapporté avoir reçu des menaces de la part de responsables israéliens et d'officiers de Tsahal avant que les membres de leurs familles ne soient tués à Gaza. Bien entendu, l'assassinat ciblé ou aveugle de journalistes, s'il est commis délibérément ou imprudemment, constitue un crime de guerre, et la Cour pénale internationale a déclaré qu'elle enquêterait sur les informations faisant état de crimes de guerre commis contre des journalistes à Gaza.

Les groupes ont expliqué qu'en plus de risquer leur vie, ceux qui couvrent la guerre israélienne contre Gaza et l'escalade le long de la frontière israélo-libanaise sont confrontés à des défis, notamment « le refus d'Israël et de l'Égypte de permettre aux journalistes internationaux d'accéder à Gaza sauf sous escorte militaire israélienne (et même dans ce cas, avec des restrictions sur les reportages), les coupures d'Internet qui empêchent les informations et les témoignages de Gaza d'atteindre le monde extérieur, la détention arbitraire, ainsi que le harcèlement et l'intimidation.

« En outre, le gouvernement israélien exige que les médias israéliens soumettent presque tous les reportages détaillés sur la guerre à son bureau de ‘censure' pour examen, tout en interdisant les reportages sur des sujets importants d'intérêt public liés à la guerre à Gaza », ont-ils écrit. .

Les groupes veulent que Biden fasse pression sur toutes les parties pour qu'elles « respectent le droit des journalistes à rendre compte des hostilités, assurent la sécurité des journalistes, permettent à tous les journalistes cherchant à évacuer Gaza de le faire, renoncent au meurtre aveugle et délibéré de journalistes, rapidement et minutieusement ». enquêter sur toutes les attaques contre des journalistes et demander des comptes aux personnes qui en sont responsables.

Lire aussi  200 membres du Congrès s'engagent à ne pas intervenir dans la grève des travailleurs d'UPS

Ils exigent également un accru pour les journalistes ainsi que « des équipements de protection individuelle et du matériel utilisé pour la collecte d'informations », ainsi que « des évaluations approfondies, transparentes et publiques de l'utilisation finale des armes américaines et de l'assistance militaire à Israël ».

Les organisations appellent en outre Biden à « soutenir des enquêtes rapides, transparentes et indépendantes sur le meurtre de tous les journalistes et à mettre fin à l'impunité de longue date dans les meurtres de journalistes par Tsahal, y compris l'Américaine palestinienne Shireen Abu Akleh », qui a été tué en Cisjordanie occupée en mai 2022.

« L'administration Biden n'a fait que parler lorsqu'il s'agit des journalistes tués par les Forces de défense israéliennes », a déclaré Seth Stern, directeur du plaidoyer de la FPF. « L'administration Biden affirme qu'elle se soucie profondément de la liberté des journalistes de couvrir la guerre, mais elle n'a pas demandé à Israël de garantir la sécurité des journalistes ni de le tenir pour responsable lorsqu'il ne le fait pas. »

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire