Comment la nouvelle interdiction de forage pétrolier en Amazonie en Équateur influencera-t-elle le second tour des élections ?

Publié le

Comment la nouvelle interdiction de forage pétrolier en Amazonie en Équateur influencera-t-elle le second tour des élections ?

Les électeurs équatoriens ont massivement soutenu l'interdiction de toute future extraction de pétrole dans une section riche en biodiversité du parc national Yasuní en Amazonie – un résultat historique du référendum qui protégera les terres autochtones Yasuní du développement. Nous discutons avec Helena Gualinga, une jeune militante écologiste Kichwa Sarayaku d'Équateur qui a lutté toute sa vie contre l'exploitation pétrolière et affirme que les résultats du vote ont non seulement créé un « précédent crucial », car c'est la première fois qu'un pays vote selon une initiative de scrutin démocratique. sur l'extraction des ressources en Amazonie, mais démontre également que « l'Équateur est un pays engagé dans la protection de la forêt amazonienne et des peuples autochtones ».

TRANSCRIPTION

Ceci est une transcription urgente. La copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

AMY GOODMAN : C'est La démocratie maintenant ! Je m'appelle Amy Goodman, avec Juan González.

Nous terminons le débat d'aujourd'hui en Équateur, où les électeurs ont massivement soutenu dimanche un référendum historique bloquant l'extraction de pétrole dans le parc national Yasuní en Amazonie, la plus grande zone protégée d'Équateur, avec d'énormes réserves de pétrole traversant les terres indigènes Yasuní. Cet effort a été mené par des dirigeants autochtones et des défenseurs de l'environnement.

Cela survient alors que les Équatoriens se sont également rendus aux urnes pour une élection présidentielle anticipée qui a vu la gauche Luisa González se classer première avant le second tour des élections en octobre. Au moins trois dirigeants politiques ont été tués ou assassinés avant les élections.

Pour en savoir plus, nous nous rendons à Puyo, en Équateur, pour parler avec Helena Gualinga, une jeune militante écologiste Kichwa Sarayaku qui a fait campagne pour le référendum et a grandi dans la communauté isolée Kichwa Sarayaku de l'Amazonie équatorienne.

Helena, c'est merveilleux de t'avoir parmi nous. Pouvez-vous parler de l'importance de ce vote ?

HÉLÉNA GUALINGA : Salut. Oui. Ce vote… tout d'abord, ce référendum était censé avoir lieu il y a 10 ans, mais à cause de la corruption, il n'a pas eu lieu. Et maintenant, finalement, 10 ans plus tard, il a été adopté. Et il y avait beaucoup d'incertitude quant aux résultats. Cependant, aujourd'hui, l'Équateur a réellement montré qu'il est un pays déterminé à protéger la forêt amazonienne et à protéger les peuples autochtones.

Lire aussi  La chaleur extrême menace des écosystèmes marins entiers en Floride

Cela crée un précédent crucial pour tous les territoires autochtones d'Amazonie, ainsi que pour le monde, car c'est la première fois que les gens peuvent voter sur un projet , sans parler d'un projet pétrolier existant. Et maintenant, ce projet pétrolier doit être abandonné, même s'ils l'ont toujours fait – ils sont toujours actifs sur ce territoire. C'est vraiment très important au niveau national, mais je pense aussi pour le monde. Je veux dire, un pays comme l'Équateur, qui, vous savez, dépend économiquement du pétrole depuis de très nombreuses années, décide de rejeter le pétrole en Amazonie, montre vraiment que c'est dans cette voie que nous devrions nous engager.

JUAN GONZALEZ : Et Helena, c'est une histoire très personnelle pour toi. Vous avez grandi dans une communauté isolée de l'Amazonie équatorienne. Parlez-nous de votre communauté et pourquoi vous avez dit qu'être un activiste environnemental, ce n'était pas un choix pour vous.

HÉLÉNA GUALINGA : J'ai grandi à Sarayaku, une communauté située ici en Amazonie équatorienne. Nous avons combattu le pétrole quand j'étais enfant, et j'ai été témoin de tout ce qui se passe lorsque les grandes sociétés pétrolières tentent de s'introduire dans votre communauté sans consentement. Et, je veux dire, ce qui se passait à Yasuní se produisait : lorsqu'ils voulaient à y exploiter du pétrole, cela se produisait à peu près au même moment où ma communauté était capable d'expulser la compagnie pétrolière de notre territoire. C'est donc également une période très intéressante, où nous avons grandi en étant témoins de ce qui est arrivé à Yasuní il y a 10 ans lorsqu'ils ont autorisé l'exploitation pétrolière, et où nous avons pu protéger nos territoires.

Lire aussi  Un rapport fédéral révèle que des sépultures tribales et des sites culturels ont été « détruits » par le mur frontalier

Et maintenant, 10 ans plus tard, nous sommes capables de protéger ce territoire, ainsi que le territoire Yasuní, ce qui, vous savez, est incroyablement remarquable dans la façon dont cela a été fait, parce que c'est grâce au vote populaire, et nous avons des millions de personnes qui ont en fait soutenu cela. Donc, je veux dire, oui, bien sûr, cela a été très émouvant pour tous ceux qui ont été impliqués, et en particulier pour ceux qui viennent du territoire Yasuní et qui se battent pour cela depuis plus de 10 ans, en essayant de protéger leurs terres.

AMY GOODMAN : Et pouvez-vous nous dire en quoi c'est un coup dur pour le président équatorien, Lasso, et l'importance de la région, de la forêt de Yasuní, l'un des endroits les plus riches en biodiversité de la planète, et de la compagnie pétrolière qui est expulsée, Helena ?

HÉLÉNA GUALINGA : La compagnie pétrolière expulsée est une entreprise publique, Petroecuador. Il ne leur reste qu'un an de contrat. Donc, en gros, le référendum a pour but de voir s'il y a un nouveau contrat ou si le contrat est résilié. Le gouvernement ne sait pas vraiment où il en est réellement. Bien sûr, ils ont encouragé le vote « non », mais de nombreuses personnes au sein du gouvernement sont restées très silencieuses à ce sujet, ce qui est surprenant.

Je pense que ce qui est plus intéressant que la réponse du gouvernement, c'est la réponse des nouveaux candidats, car en même temps il y avait des élections présidentielles. Luisa González s'est clairement prononcée en faveur du « non » et contre la protection de cet endroit, car son parti était celui qui a effectivement autorisé l'exploitation pétrolière à Yasuní. Et son adversaire, Daniel Noboa, s'est prononcé en faveur du « oui », en faveur de sa protection. Il sera donc très intéressant également de voir comment ils, je suppose, au deuxième tour des élections, défendront le « oui » et le « non », car désormais, celui qui gagnera devra se conformer à ce que le gouvernement équatorien a adopté. les gens ont voté, c'est pour protéger cet endroit et créer un plan de sortie de la compagnie pétrolière. Je pense que c'est beaucoup plus intéressant, parce que le « non » a été — vous savez, il y a eu une campagne vraiment très dure de la part de Luisa González, de son parti et de son équipe.

Lire aussi  La Colombie-Britannique en état d'urgence au milieu de la pire saison d'incendies de forêt jamais enregistrée au Canada

AMY GOODMAN : Et donc, pour être clair, vous prenez la position inverse, avec le « oui » et le « non ». Quelles parties peuvent être exploitées par la compagnie pétrolière Helena ?

HÉLÉNA GUALINGA : Malheureusement, dans le parc national Yasuní, il y a — en plus de celui qui s'appelle Yasuní-ITT, qui était en question lors de ce référendum particulier, il y a encore huit blocs pétroliers en activité. Et, je suppose, à côté d'eux, il y en a 13 – ou, en dehors du parc national, il y a 13 blocs pétroliers qui sont encore exploités.

Hier, nous avons appris que les Huaorani, dont habituellement leurs frais de scolarité et leurs frais d'université sont payés par la compagnie pétrolière, maintenant ils ne sont plus payés par la compagnie pétrolière, ni leurs frais de scolarité…

AMY GOODMAN : Il nous reste 10 secondes.

HÉLÉNA GUALINGA : — des bourses — leurs bourses n'arrivent pas — vous savez, ils ne sont plus couverts par les compagnies pétrolières, même si sur le territoire Huaorani il y a encore 10 blocs pétroliers. Il y a donc eu beaucoup de confusion quant à la raison pour laquelle les provinces où se trouvent des blocs pétroliers étaient en réalité les seules à voter contre, alors qu'elles avaient une majorité de…

AMY GOODMAN : Helena, nous allons en rester là, mais nous allons continuer après, l'après-spectacle, avec une interview en espagnol. Helena Gualinga, nous parlant depuis l'Équateur. Je m'appelle Amy Goodman, avec Juan González.

Avatar de Charles Briot