La Colombie-Britannique en état d’urgence au milieu de la pire saison d’incendies de forêt jamais enregistrée au Canada

Publié le

La Colombie-Britannique en état d'urgence au milieu de la pire saison d'incendies de forêt jamais enregistrée au Canada

Au Canada, la province de la Colombie-Britannique a déclaré l'état d'urgence et des villes entières ont été entièrement incendiées lors de la pire saison d'incendies de forêt jamais connue au pays. Des ordres d'évacuation sont en vigueur pour plus de 35 000 personnes, et 30 000 autres personnes ont été invitées à se préparer à évacuer. Presque tous les 20 000 habitants ont déjà quitté la ville de Yellowknife, la capitale des Territoires du Nord-Ouest du Canada. Les scientifiques affirment que le changement climatique augmente le risque d'incendies de forêt, car ils sont alimentés par un temps de plus en plus chaud et sec. « Il y a ici une symbiose entre la façon dont le climat change par rapport à la durée d'une saison potentielle d'incendies et les combustibles qui fournissent de l'énergie aux incendies », explique Bob Gray, un écologiste des incendies de forêt, nous parlant depuis Chilliwack, en Colombie-Britannique. Gray prévient que la main-d'œuvre de lutte contre les incendies du Canada est limitée et compte sur un réseau de pompiers provinciaux, d'entrepreneurs et de pompiers internationaux.

TRANSCRIPTION

Ceci est une transcription urgente. La copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

AMY GOODMAN : C'est La démocratie maintenant !démocratienow.org, Le rapport Guerre et Paix. Je m'appelle Amy Goodman.

Nous terminons le spectacle d'aujourd'hui au Canada, où les troupes sont désormais mobilisées pour lutter contre d'énormes incendies de forêt partout au Canada, alors que le pays fait face à la pire saison d'incendies de forêt jamais enregistrée. La Colombie-Britannique a déclaré l'état d'urgence provincial. Des ordres d'évacuation sont en vigueur pour plus de 35 000 personnes.

Pour en savoir plus, nous nous rendons à Chilliwack, en Colombie-Britannique, pour une mise à jour. Nous sommes accompagnés de Bob Gray, écologiste des feux de forêt, vétéran de 45 ans dans la suppression des incendies, le brûlage dirigé et la gestion de la recherche au Canada, aux États-Unis et à l'étranger.

Bienvenue à La démocratie maintenant !, Bob Gray. C'est formidable de vous avoir parmi nous, mais dans de très mauvaises circonstances. Pouvez-vous expliquer ce qui se passe actuellement en Colombie-Britannique, puis dans les Territoires du Nord-Ouest et partout au Canada?

Lire aussi  Les décès liés à la chaleur augmentent alors que le GOP du Sénat fait pression pour annuler la réglementation climatique

BOB GRIS : Bien sûr. Bonjour, Amy.

Je vais commencer ici par la Colombie-Britannique. Nous sommes au d'une saison d'incendies record en termes de superficie brûlée. La saison des incendies a également été très catastrophique partout au Canada. Nous avons eu cinq pompiers qui ont été tués. Nous en sommes désormais à environ 1,7 million d'hectares brûlés. Cela représente 4,2 d'acres. Le record que nous avons eu remonte à seulement cinq ans, et il s'agissait de 1,3 million d'hectares. Nous sommes donc sur une trajectoire légèrement ascendante en ce qui concerne les zones brûlées.

Avant cela, nous avons connu une sécheresse l'été dernier, qui s'est prolongée jusqu'à l'automne et l'hiver, avec un manteau neigeux inférieur à la normale à certains endroits, normal à d'autres, mais qui s'est atténué très rapidement. Et les incendies ont commencé en juin et ne se sont tout simplement pas atténués. Nous envisageons un léger changement de temps aujourd'hui, mais les vents soufflent à nouveau, il y a un risque de précipitation à la queue de l'ouragan Hilary s'étendant aussi loin vers le nord. Et puis nous voilà de nouveau dans un temps chaud et sec, qui sera à nouveau précédé par des vents.

C'est donc un défi pour les pompiers. Nous n'avons pas un effectif important de pompiers au Canada. Nous comptons sur les pompiers et les entrepreneurs provinciaux et territoriaux. Cette année, heureusement, nous avons pu mobiliser des ressources des États-Unis et de l'étranger. Les pompiers américains sont particulièrement utiles car ils ont déjà travaillé dans ces écosystèmes.

Mais c'est une bataille longue et interminable, et elle n'est pas terminée. Il nous reste probablement encore deux mois de saison des incendies. Et de nombreuses personnes sont en train d'être évacuées, environ 150 000 partout au Canada. Nous en avons probablement 30 000 à 40 000 ici en Colombie-Britannique et 30 000 ou 40 000 autres en alerte d'évacuation. Et ces vents qui se lèvent aujourd'hui et demain mettront cela à l'épreuve une fois de plus.

AMY GOODMAN : Bob Gray, pourriez-vous nous parler des liens entre cette rage record d'incendies de forêt, si vous voulez, et son lien avec le changement climatique, et le temps de plus en plus chaud et sec que l'on connaît ? Je veux dire, je pense que l'élément manquant — certes, les médias aux États-Unis, les médias d'entreprise, couvrent largement la météo, maintenant environ 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, mais ce sont ces deux mots, « changement climatique », qui sont les moins susceptibles entendre.

Lire aussi  Sans électricité au milieu d’une vague de chaleur sans précédent, les maisons de Gaza deviennent des fournaises

BOB GRIS : Oui, il y a vraiment — il y a ici une symbiose entre la façon dont le climat change par rapport à la durée d'une saison potentielle d'incendies et les combustibles qui fournissent de l'énergie aux incendies. Nous assistons donc à des saisons d'incendies plus longues – elles commencent plus tôt et durent plus tard ; des conditions plus chaudes et plus sèches ; un déficit de pression de vapeur nettement plus élevé, qui extrait l'humidité des carburants ; des températures diurnes plus élevées, des humidités diurnes plus faibles. Et du jour au lendemain, nous ne constatons plus la reprise que nous connaissions auparavant. Ainsi, les conditions de brûlage du passé ralentissaient en quelque sorte et s'arrêtaient en milieu de soirée et pendant la nuit en raison de l'humidité élevée. Eh bien, maintenant, cela s'étend toute la nuit et jusqu'au matin, donc dans certains endroits, nous assistons à des incendies qui durent 24 heures sur 24. Ainsi, plus les conditions sont longues, chaudes et sèches, ce qui assèche simplement le carburant, plus il y a de carburant disponible plus longtemps. C'est juste une question de probabilités si nous obtenons un allumage. Et puis, une fois que les choses avancent, c'est terriblement difficile de les éteindre. C'est donc une combinaison de deux.

Le changement climatique entraîne également un déficit d'humidité des sols, c'est donc la sécheresse. Nous avons un paysage qui comporte beaucoup trop de densité de forêts qu'auparavant. Ainsi, davantage d'arbres sont stressés. Plus nous stressons les arbres, plus nous provoquons des maladies d'insectes, voire des décès dus à la sécheresse. Plus les arbres meurent, plus il y a de carburant. C'est donc un ensemble de choses. Il ne s'agit pas seulement du changement climatique. Si nous n'avions pas le carburant, nous pourrions avoir des conditions chaudes et sèches et ne pas avoir d'incendies. Il s'agit donc en réalité d'un problème combiné auquel nous sommes confrontés.

Lire aussi  Les trois derniers mois ont été les plus chauds jamais enregistrés, selon l'Agence européenne pour le climat

AMY GOODMAN : Il y a donc presque tous les 20 000 habitants qui ont quitté la ville de Yellowknife, la capitale des Territoires du Nord-Ouest du Canada, sans parler de ce qui se passe en Colombie-Britannique. Vous réclamez depuis longtemps un plus grand nombre de brûlages dirigés afin de réduire les risques de ces incendies massifs. Est-ce que cela a été mis en œuvre ? Nous avons juste une minute pour votre réponse finale.

BOB GRIS : Non, ce n'est pas le cas. Ici, en Colombie-Britannique, on brûlait environ 100 000 hectares par an, jusqu'au début des années 90, mais il y avait beaucoup de fuites et de fumée. Et ils n'ont jamais vraiment développé l'acceptabilité sociale pour le faire. À l'heure actuelle, en Colombie-Britannique, nous brûlons moins de 10 000 hectares par année, alors que nous devrions en brûler quelques centaines de milliers. Nous devons donc renforcer nos capacités, nos connaissances et notre expérience. Nous devons réduire les obstacles pour y parvenir. Et c'est efficace. C'est très efficace. Et le feu culturel aussi, porté par les peuples autochtones. C'est grâce à cela que ces paysages ont été gérés. C'était la sécurité alimentaire grâce au brûlage. Nous devons donc revenir à ces pratiques, et elles fonctionnent.

AMY GOODMAN : Eh bien, nous tenons à vous remercier beaucoup d'être avec nous. Bien sûr, nous continuerons à couvrir ce sujet. Bob Gray, écologiste des feux de forêt et expert en suppression des incendies, nous parle actuellement de Chilliwack, en Colombie-Britannique.

C'est tout pour notre émission. La démocratie maintenant ! est produit avec Renée Feltz, Mike Burke, Deena Guzder, Messiah Rhodes, Nermeen Shaikh, María Taracena, Tami Woronoff, Charina Nadura, Sam Alcoff, Tey-Marie Astudillo, John Hamilton, Robby Karran, Hany Massoud et Sonyi Lopez. Notre directrice générale est Julie Crosby. Un merci spécial à Becca Staley, Jon Randolph, Paul Powell, Mike Di Filippo, Miguel Nogueira, Hugh Gran, Denis Moynihan, David Prude et Dennis McCormick.

Si vous souhaitez vous inscrire à notre résumé quotidien, qui vous est envoyé directement par courrier électronique, rendez-vous sur freedomnow.org. Je m'appelle Amy Goodman. Merci beaucoup de vous joindre à nous.

Avatar de Charles Briot