Un nouveau projet de loi de Floride mettrait effectivement fin à toute reconnaissance juridique des personnes trans

Publié le

Un nouveau projet de loi de Floride mettrait effectivement fin à toute reconnaissance juridique des personnes trans

Dans l'un des actes les plus extrêmes de la dernière décennie ciblant les personnes transgenres, un projet de loi présenté jeudi après-midi en Floride cherche à mettre fin à toute reconnaissance légale des personnes transgenres et impose des affidavits sexuels biologiques de masse pour les Floridiens transgenres et cisgenres. Ces affidavits seraient nécessaires au DMV pour le renouvellement des permis, permettant à l'État de rassembler des enregistrements du sexe biologique de toutes les personnes en Floride qui demandent un permis de conduire. Les affidavits pourraient permettre à l'État de compiler des listes de personnes transgenres titulaires d'un permis de conduire de Floride. Ils pourraient ensuite être utilisés pour appliquer d'autres lois anti-trans dans l'État. De plus, le projet de loi aurait un impact sur toutes les lois de Floride faisant référence au sexe, supprimant ainsi toute reconnaissance légale des personnes transgenres dans l'État.

Le projet de loi ressemble aux mesures prises dans d'autres pays qui ont mis fin à toute reconnaissance légale des personnes transgenres, comme la Russie en 2020 et la Hongrie en 2023. La Floride a également interdit les soins d'affirmation de genre pour de nombreux adultes transgenres, obligeant un nombre important d'entre eux à quitter l'État. De même, un autre projet de loi abolirait essentiellement les organisations à but non lucratif LGBTQ+ en Floride en empêchant ces organisations d'exiger que leurs employés reçoivent une formation sur les questions LGBTQ+. Il serait, par exemple, impossible de diriger une organisation LGBTQ+ sans nécessiter une formation sur les problématiques LGBTQ+. Si elle est adoptée, cette législation placerait la Floride parmi les régimes les plus répressifs à l'encontre des personnes transgenres au monde.

Le projet de loi commence par définir le « sexe » d'une manière qui exclut les personnes transgenres et incorpore cette définition au début du code juridique de Floride – Section 1.01. Il exige que toutes les lois de Floride adhèrent à cette définition, éliminant ainsi toute reconnaissance juridique des transgenres d'un seul coup. Il passe ensuite en revue de nombreux domaines du code et crée des politiques supplémentaires qui permettent de suivre le sexe assigné aux personnes transgenres à la naissance et d'appliquer les lois qui les excluent ou les criminalisent.

L'un de ces articles est centré sur les permis de conduire, le projet de loi stipulant que pour obtenir un nouveau permis de conduire en Floride, il faut signer un affidavit de sexe biologique. Toute personne possédant un permis qui ne correspond pas à l'affidavit de sexe biologique verrait son permis de conduire révoqué. Cela placerait les personnes transgenres de l'État dans la position précaire de signer l'affidavit et de permettre à la Floride d'avoir un enregistrement de leur transition, ou d'indiquer le sexe qu'elles ont choisi et de s'exposer potentiellement à des licences révoquées et à des sanctions pénales.

Voir la disposition pertinente ici :

Les affidavits seraient obligatoires pour tous les Floridiens demandant un permis de conduire. Ces documents pourraient potentiellement être utilisés à d'autres fins. Par exemple, la Floride pourrait utiliser les affidavits pour faire des références croisées avec les marqueurs de genre précédents sur les permis de conduire, créant ainsi une liste de toutes les personnes transgenres de l'État titulaires d'un permis de conduire. Cela reflète une tentative infructueuse du procureur général du Texas, Ken Paxton, qui visait à identifier le sexe attribué à la naissance de tous les titulaires de permis de conduire du Texas, mais ne disposait pas des données nécessaires. Grâce à cette disposition, la Floride a trouvé un de se procurer ces données. En outre, les affidavits pourraient être utilisés dans l'application d'autres lois anti-trans de l'État, telles que l'interdiction criminelle des toilettes pour adultes en Floride. Auparavant, les enquêtes sur le « sexe biologique » d'une personne transgenre pouvaient se heurter à des obstacles juridiques ; ce projet de loi pourrait cependant permettre aux représentants du gouvernement de consulter une base de données pour faire respecter l'interdiction des toilettes.

Lire aussi  Sans électricité au milieu d’une vague de chaleur sans précédent, les maisons de Gaza deviennent des fournaises

Le projet de loi ciblerait également les étudiants transgenres de Floride. Cela exigerait que les données collectées et déclarées par les collèges de Floride incluent le sexe attribué à la naissance de tous les étudiants. Plus précisément, il exige que les collèges identifient le sexe attribué à la naissance de « chaque individu » figurant dans l'ensemble de données, ce qui signifie que les collèges peuvent également devoir recueillir des affidavits similaires.

Enfin, le projet de loi affecte tous les autres domaines du droit de Floride. Les droits des personnes handicapées sont impactés, tout comme le droit du travail. Les commissions politiques chargées de désigner le genre doivent traiter les personnes trans comme leur sexe assigné à la naissance. La loi sur les droits civiques en Floride doit faire de même.

L'auteur du projet de loi, Dean Black, est bien connu pour avoir adopté une législation et des positions politiques sévères contre les trans. En 2023, il a critiqué la présence du maire de Jacksonville à la Pride, allant jusqu'à suggérer qu'il fallait « empêcher que cela se reproduise » par le biais d'une législation.

Le projet de loi est similaire à ceux adoptés par un petit nombre d'autres États en 2023, mais il va beaucoup plus loin que n'importe lequel d'entre eux. Le Montana a adopté un projet de loi qui « définirait le sexe » de manière à exclure les personnes transgenres de toutes les protections juridiques, mais ne comprenait aucune disposition d'application et on ne sait pas clairement comment l'État appliquera la loi. Le Kansas a également adopté une législation similaire. Bien qu'il soit également difficile de savoir comment appliquer la loi, le procureur général a une action en justice pour exiger que Kanas rétablisse tous les actes de naissance de toutes les personnes transgenres selon leur sexe assigné à la naissance. Une poignée d'autres États ont soit adopté une loi similaire, soit l'ont promulguée par décret : le Dakota du Nord, le Nebraska, l'Oklahoma et le Tennessee.

Lire aussi  « Oppenheimer » laisse de côté les victimes des essais nucléaires

Cependant, aucune de ces lois et ordonnances ne comporte les mêmes dispositions d'application que le projet de loi de Floride. De même, ces États ne disposent pas de la même série d'autres lois anti-trans qui, associées à ce projet de loi, le rendent particulièrement dangereux. Ce projet de loi est le 11e projet de loi anti-trans déposé en Floride ce cycle. L'État, qui a été conçu comme l'un des pires du pays pour les personnes transgenres, montre qu'il peut aller encore plus loin dans sa quête pour éradiquer les personnes transgenres de ses frontières.

Selon Follow The Money, plusieurs sociétés Fortune 500 ont fait un don à Rep Black, visible ici :

  • Chevron
  • Comcast
  • Elie Lilly
  • Duc
  • BNC
  • HCA
Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire