L’Organisation mondiale de la santé accuse Israël d’avoir bloqué les ambulances

Publié le

L'Organisation mondiale de la santé accuse Israël d'avoir bloqué les ambulances

L'Organisation mondiale de la santé a accusé mardi les forces israéliennes d'avoir retardé un convoi d'aide et d'ambulance et d'avoir maltraité le personnel médical alors qu'elles tentaient de transférer des patients grièvement blessés vers un hôpital du sud de Gaza, entraînant au moins un mort.

Dans un compte rendu détaillé de ce qu'elle a qualifié de « mission à haut risque » menée le 9 décembre, l'OMS a déclaré que, alors que le convoi d'urgence se dirigeait vers l'hôpital Al-Ahli de Gaza pour livrer des fournitures médicales et récupérer des patients grièvement blessés, il était inspectés par les forces israéliennes à un point de contrôle et les membres de l'équipage ont été contraints de quitter les véhicules.

Deux membres de la Société du Croissant-Rouge palestinien (PRCS), un groupe d'aide humanitaire qui a participé à la mission, ont été détenus pendant plus d'une heure, a indiqué l'OMS, notant qu'un membre du personnel a vu un employé de la PRCS « être obligé de s'agenouiller sous la menace d'une arme ». puis emmené hors de vue, où il aurait été harcelé, battu, déshabillé et fouillé.

Lorsque le convoi a finalement été autorisé à avancer vers la ville de Gaza, l'un des camions humanitaires et une ambulance ont été touchés par des balles.

Le personnel de l'OMS a décrit la scène à l'hôpital Al-Ahli – l'un des rares établissements médicaux encore en activité dans la bande de Gaza – comme « un chaos total et une zone de catastrophe humanitaire ».

Alors que le convoi retournait vers le sud avec des patients blessés, le convoi a été de nouveau arrêté au même point de contrôle, retardant les soins aux Palestiniens grièvement blessés qui étaient fouillés par des soldats israéliens armés.

Lire aussi  Après le débrayage, les étudiants et les enseignants continuent de résister à la censure de DeSantis

« L'un des deux membres du PRCS temporairement détenus plus tôt lors de leur arrivée a été interrogé une seconde fois », a déclaré mardi l'OMS. « La mission a fait de nombreuses tentatives pour coordonner sa libération, mais finalement, après plus de deux heures et demie, elle a dû prendre la décision difficile de quitter la zone hautement dangereuse et de continuer, pour la sécurité et le bien-être des patients et des humanitaires. ouvriers. »

le PRCS, l'un des patients à bord du convoi est décédé des suites de blessures non soignées pendant ce retard.

L'OMS a déclaré que le 9 décembre n'était pas la première fois qu'elle était impliquée dans une opération d'urgence bloquée par les forces israéliennes.

« Le 18 novembre, six personnes du ministère de la Santé et du PRCS ont été arrêtées lors d'une mission dirigée par l'OMS visant à déplacer des patients de l'hôpital Al-Shifa », a déclaré mardi l'OMS. « Quatre personnes – trois du ministère de la Santé et un membre du PRCS – sont toujours en détention, plus de trois semaines plus tard. Il n'y a aucune information sur leur bien-être ou sur leur lieu de résidence. C'est inacceptable. »

« L'obstruction des ambulances et les attaques contre les travailleurs humanitaires et de santé sont inadmissibles », a ajouté l'agence des Nations Unies. « Les soins de santé, y compris les ambulances, sont protégés par le international. Ils doivent être respectés et protégés en toutes circonstances.

Les experts de l'ONU ont condamné la « guerre incessante » menée par Israël contre le système de santé de Gaza, qui peine à rester à flot au milieu de la campagne de bombardements et du blocus militaires israéliens en cours. Israël a bombardé et tiré sur des convois d'ambulances et des installations médicales à Gaza, tuant des patients et du personnel soignant.

Lire aussi  Le chef de l’OMS alarmé alors que l’hôpital Al-Quds de Gaza fait face à une menace d’évacuation immédiate

Le représentant de l'OMS pour Gaza et la Cisjordanie, Richard Peeperkorn, a déclaré mardi lors d'un point de presse que moins d'une douzaine d'hôpitaux fonctionnent toujours dans la bande assiégée alors que le nombre de personnes blessées par les frappes aériennes israéliennes continue d'augmenter. Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires a déclaré qu'entre les après-midi du 10 et du 11 décembre, au moins 416 personnes ont été blessées à Gaza et 208 ont été tuées.

« En seulement 66 , le système de santé est passé de 36 hôpitaux fonctionnels à 11 hôpitaux partiellement fonctionnels – un dans le nord et 10 dans le sud », a déclaré Peeperkorn par liaison vidéo depuis Gaza. « Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre des établissements de santé ou des hôpitaux. Nous espérons, nous le demandons, que cela n'arrivera pas.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire