Certains des liens les plus importants de la COP28 ne se font pas entre chefs d’État

Publié le

Indigenous people stand and raise their fists during COP28

Une collection de documents internationaux publiés fin novembre par le Center for Climate Reporting, une organisation à but non lucratif, a révélé comment les responsables des Émirats avaient comploté pour utiliser la 28e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP28), organisée à Dubaï, comme une opportunité pour développer leur pétrole. contrats avec d'autres pays.

Les révélations ont été publiées jours avant le début de la COP28, portant un coup dur à la confiance du public dans le processus de négociation sur le climat. Les scientifiques, les décideurs politiques, les organisateurs locaux, les défenseurs et les chercheurs du monde entier sont de plus en plus sceptiques quant à la capacité des négociations de l'ONU à mener une action climatique significative. Malgré tout, la COP a ses côtés positifs : les éléments les plus prometteurs du sommet ne sont pas toujours les négociations elles-mêmes mais la convocation de ses sceptiques, qui soutiennent un mouvement climatique dynamique.

Le sommet de la COP est la réunion annuelle des dirigeants mondiaux organisée par l'ONU pour discuter des objectifs climatiques internationaux, mettre en œuvre les traités, faire le point sur les progrès et construire des coalitions nationales. Des avancées significatives ont été réalisées au cours des négociations, comme l'accord de Paris en 2015, dans lequel la plupart des pays ont officiellement accepté de réduire leurs émissions. Cependant, le processus a connu divers revers : impasses politiques, propositions rejetées et inaction des industries polluantes. Créer des engagements internationaux significatifs en matière de climat lors de la COP n'est rien de moins qu'une bataille difficile.

Mais en arrière-plan de ces négociations, des milliers d'organisations à but non lucratif, de chercheurs, de scientifiques, de représentants de mouvements populaires, de leaders de l'industrie, de Land Defenders, d'universitaires et de responsables des gouvernements locaux se réunissent également. Leurs objectifs sont divers, certains groupes souhaitant façonner les négociations pour le meilleur ou pour le pire. D'autres sont là pour rencontrer leurs responsables nationaux et les tenir responsables en consignant leurs promesses.

Lire aussi  Rapport : 10 sénateurs seulement possèdent jusqu'à 1,2 million de dollars de titres individuels des grandes sociétés pétrolières

Au cours des trois dernières années, j'ai travaillé avec diverses organisations préparant les sommets de la COP. Mon travail a touché à tout, des systèmes alimentaires, aux pertes et dommages, en passant par les mouvements féministes et de jeunesse. L'année dernière, j'ai même eu l'occasion de prendre la parole lors d'un panel sur le genre et le changement climatique lors de la COP27, organisée à Charm el-Cheikh, en Égypte. J'ai également travaillé avec la Coalition pour la santé et les droits sexuels et reproductifs et la justice climatique, un réseau d'organisations éliminant les cloisonnements entre les droits reproductifs et les questions climatiques, sur une stratégie de plaidoyer l'année dernière. C'était passionnant de collaborer avec des organisations et des experts en faveur de l'égalité des sexes du monde entier pour œuvrer en faveur d'une planète juste et durable. Il y avait tellement de choses à apprendre et à partager sur la manière dont la crise climatique affecte différentes communautés. Pourtant, il a été très stimulant de trouver un terrain d'entente avec d'autres et de voir un mouvement climatique en constante croissance, passionné, diversifié et énergique, solidifier sa vision et sa voix.

Ces sommets sont des moments politiques importants pour le mouvement international pour le climat, alors que les militants poursuivent leur action climatique sur plusieurs fronts. Il est toujours surprenant de voir les événements nombreux et divers qui se déroulent pendant et autour de la COP – systèmes alimentaires, développement urbain, énergie, droits de l'homme, santé publique, bien-être animal, foresterie, biologie marine, systèmes d'eau et chaîne d'approvisionnement de la mode, pour nommez-en quelques-uns. C'est un rappel important que la lutte pour un monde et durable comporte de multiples facettes. Avec un si large éventail de questions relevant du changement climatique, un mouvement climatique plus large peut souvent être fragmenté et cloisonné. C'est la magie des réunions mondiales sur le climat qui rassemblent ces questions sous un même toit.

Même lorsque les négociations formelles lors de ces sommets sont au point mort, les connexions, les collaborations et les conversations ne manquent pas. La COP28 est une opportunité pour les gouvernements locaux, les mouvements populaires, les chercheurs et les décideurs politiques de se rencontrer et de partager leurs connaissances, politiques et stratégies pour construire des réseaux transnationaux. C'est également le lieu d'une pollinisation croisée cruciale, alors que des personnes de différents secteurs impliqués dans l'action climatique relient leurs travaux.

Lire aussi  La Banque mondiale a dépensé près de 15 milliards de dollars pour soutenir les combustibles fossiles depuis les Accords de Paris

Le rôle des entreprises à but lucratif tend à être un peu plus délicat, à mesure que de plus en plus de sociétés y participent. Au mieux, la COP28 peut être un espace permettant aux spécialistes des technologies vertes d'établir des liens importants, de découvrir de nouvelles opportunités et de soutenir leur mise en œuvre sur le terrain. Certaines entreprises ont pris des mesures en prenant des engagements de réduction des émissions. Dans le pire des cas, les industries polluantes peuvent utiliser la COP28 comme une opportunité de lobbying pour détourner l'attention d'une action climatique significative. Cela est d'autant plus vrai qu'un nombre record de lobbyistes inondent la COP28. Plus tôt cette année, une règle a été mise en œuvre selon laquelle les lobbyistes associés aux combustibles fossiles devaient divulguer leur affiliation afin que les autres parties prenantes puissent évaluer équitablement le rôle de ces entreprises dans leur travail.

Plus important encore, alors que diverses parties prenantes établissent des liens fructueux lors de la COP28, leur simple présence contribue à maintenir la pression sur les gouvernements dans les négociations. Être dans un espace entouré d'experts du secteur climatique permet de lutter contre la désinformation climatique, de signaler les engagements et de garder un œil vigilant sur les gouvernements. Cela est essentiel lorsque les industries polluantes profitent du sommet comme d'une excellente occasion pour faire pression sur les gouvernements afin qu'ils gardent leurs intérêts à l'esprit. Les défenseurs, les scientifiques, les chercheurs et les responsables locaux sont les garants de la nécessité de véritables politiques climatiques.

Même avec l'opportunité passionnante de s'engager dans les mouvements climatiques mondiaux, de nombreux défenseurs de la justice climatique ne sont pas sûrs que cela suffise à surmonter l'accaparement des entreprises par le processus de la COP. Cela a conduit à des appels au boycott lors des dernières COP et à des espaces climatiques alternatifs pour diverses organisations dénonçant les promesses creuses des dirigeants des pays les plus polluants. Tout au long de l'année, des dizaines de sommets, conférences, événements et espaces sur le climat réunissent diverses parties prenantes. Pourtant, il n'existe pas d'autres mécanismes solides pour rassembler la majorité des dirigeants mondiaux afin d'examiner la crise climatique et de mettre en œuvre un changement systématique. Alors que le temps presse et que notre fenêtre de temps pour une action climatique urgente se rapproche, je me demande si nous avons le temps de réinventer la roue ou de créer quelque chose de mieux.

Lire aussi  D’Hawaï à Haïti, nous devons centrer la décolonisation dans notre action climatique

Notre meilleur espoir pour les futurs sommets sur le climat réside dans le travail inébranlable des acteurs non étatiques pour contrôler les politiciens et repousser l'influence néfaste des entreprises et de l'industrie des combustibles fossiles. Leur travail n'est possible qu'avec le soutien des citoyens ordinaires qui continuent d'exiger une transition rapide et juste loin des combustibles fossiles.

Alors que les négociations de la COP28 touchent à leur fin, de nombreux participants restent sceptiques quant à sa capacité à mener les changements nécessaires dont nous avons besoin pour éviter l'effondrement climatique. Cette préoccupation est d'autant plus grande que le pays hôte du sommet, les Émirats arabes unis, continue de saper les négociations mondiales sur le climat.

Mais au milieu de cette réunion de chefs d'État, une légion de chercheurs, de scientifiques, d'organisateurs locaux et de responsables locaux comptent parmi les acteurs les plus importants. Sur les cendres de négociations décevantes surgit un mouvement mondial pour le climat qui milite en faveur du changement, exige des mesures de la part des gouvernements et s'efforce de renforcer la solidarité.

J'espère que cette solidarité pourra changer la tendance de la volonté politique terne lors des futures COP et remettre les dirigeants du monde sur la bonne voie pour tenir leurs promesses.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire