Les présidents de l’Ivy League lors d’une audience au Congrès ont jeté des étudiants manifestants sous le bus

Publié le

Les présidents de l'Ivy League lors d'une audience au Congrès ont jeté des étudiants manifestants sous le bus

Le Congrès des États-Unis a attiré l'attention internationale en décembre pour ses contre-interrogatoires passionnés des présidents d' sur le thème de l'antisémitisme sur les campus. Ce spectacle a alimenté la militarisation de l'antisémitisme par les conservateurs, insufflant une nouvelle vie à une droite consolidée, suffisamment solide pour s'attaquer à l'enseignement supérieur libéral.

Nivedita Majumdar est professeur d'anglais au John Jay College de CUNY et auteur de Le monde dans un grain de sable : littérature postcoloniale et universalisme radical (Presse verso). Dans cette exclusivité Vérité Dans cette interview, elle discute de l'attaque de la droite visant les présidents d'université à propos de la politique de la guerre d'Israël contre Gaza. Majumdar affirme que les dirigeants de l'enseignement supérieur n'ont pas réussi à défendre la voix des étudiants, l'activisme et la liberté académique. Le Congrès n'a pas non plus reconnu les nombreux groupes et organisations d'étudiants juifs qui trouvent l'occupation répréhensible. Elle soutient que si, d'un côté, les écoles très médiatisées de l'Ivy League permettent à la question palestinienne de devenir plus courante, les écoles publiques restent extrêmement affaiblies, sous-financées et vulnérables. Majumdar décompose également les politiques de diversité, d'équité et d'inclusion (DEI) sur les campus et explique comment le travail important du DEI est coopté par le contrôle de la direction. Malgré les effets dissuasifs supplémentaires des attaques contre la liberté académique, elle est optimiste et pense que les étudiants pourront redoubler d'efforts de syndicalisation. L'interview qui suit a été légèrement modifiée pour plus de clarté.

Daniel Falcone : Quelles sont vos réactions initiales et générales face aux critiques et aux démissions de présidents d'université, compte tenu de la guerre menée par Israël contre les Palestiniens ?

Nivedita Majumdar : Le caractère théâtral des audiences du Congrès avait certainement beaucoup à offrir. En invoquant l'antisémitisme, les conservateurs ont trouvé le terrain idéal pour lancer une attaque contre l'establishment intellectuel libéral, tout en s'engageant dans leur représentation raciste du mouvement pro-palestinien. L'éthos libéral des universités est un anathème pour la droite, et dans ce cas, elles ont réussi à utiliser allègrement l'idée d'anti-discrimination contre leurs adversaires.

Aussi cynique et manipulateur que soit le stratagème de droite, la performance des présidents d'université lors des audiences a révélé les limites du libéralisme de l'establishment. La représentante Elise Stefanik (Républicaine de New York) et d'autres ont affirmé à plusieurs reprises que les manifestations en soutien au peuple palestinien étaient intrinsèquement antisémites ; ils ont confondu les chants d'« intifada/révolution » avec le génocide. Aucun des présidents d'université n'a remis en question ces prémisses sans fondement. Aucun d'entre eux n'a pris la défense de ses étudiants en affirmant la pure vérité : que l'antisémitisme, et encore moins les au génocide, ne constitue pas une partie de la motivation derrière les manifestations sur les campus ; que leurs étudiants sont fondamentalement motivés par la solidarité envers le peuple palestinien. Aucun d'entre eux n'a pris la peine de rappeler à ses interlocuteurs cyniques que des milliers d'étudiants juifs et de nombreuses organisations juives font partie du mouvement. Et pas un seul dirigeant du campus n'a fait preuve du courage de dire clairement que la lutte contre les politiques profondément injustes de l'État israélien ne équivaut pas à de l'antisémitisme. Au lieu de cela, les présidents des universités ont pleinement cédé le terrain politique à la droite dure en déclarant qu'eux aussi trouvaient le comportement des étudiants « personnellement odieux ».

Lire aussi  « Endoctrinement religieux » : les autorités de l'Oklahoma approuvent l'école publique catholique

En fin de compte, même si les présidents ont essentiellement jeté leurs manifestants étudiants sous le bus, cela n'a pas suffi à certains conseils d'administration et donateurs de l'université qui ont exigé une alliance plus complète avec les revendications conservatrices. Cela a permis à la présidente de Harvard de réussir à conserver son poste et à la démission du président de l'Université de Pennsylvanie. Les conservateurs devraient être très satisfaits du résultat de cette attaque réussie contre la liberté académique et la liberté d'expression. Cela restera considéré comme un chapitre honteux de la capacité de l'enseignement supérieur à préserver un espace démocratique de dissidence.

Qu'est-ce que cela signifie pour liberté académiqueet les droits d'expression en termes d'organisation du campus, à votre avis ?

L'attaque bipartite contre la liberté académique et la liberté d'expression et d'organisation a produit un climat de coercition, d'intimidation et de peur dans les collèges et universités de tout le pays. Les établissements subissent des pressions de la part de leurs conseils d'administration, de la part des sénateurs, des gouverneurs et des enquêtes du département d'État, pour contrôler les activités et les discours sur le campus. Nous avons assisté à la discipline des professeurs, à l'annulation d'événements sur le campus et à la désactivation de groupes d'étudiants pro-palestiniens à l'université de Columbia et en Floride ; on peut noter l'ironie de faire taire la Voix juive pour la paix au nom de la protection des étudiants juifs.

En raison de l'obsession médiatique pour l'Ivy League, nous en savons beaucoup sur ce qui se passe sur ces sites, et c'est une bonne chose. Mais l'impact sur les institutions publiques doit être souligné car d'autres facteurs contribuent à cet effet dissuasif. À la suite des audiences du Congrès, mon université, CUNY, et notre homologue d'État, SUNY, ont reçu une lettre de la gouverneure Kathy Hochul, exigeant « des mesures disciplinaires rapides » contre les étudiants violant le code de conduite des universités. Mais de tels messages des gouverneurs et d'autres formes de pression de l'État sur les universités publiques ne sont pas simplement une exigence de respect des établies, ils constituent une menace – une menace de retrait de financement qui peut être presque existentielle pour les institutions publiques déjà dans une situation désespérée. des décennies de sous-financement.

Les présidents des collèges doivent peser l'intérêt de protéger le droit à la liberté d'expression par rapport à la menace de perdre le financement nécessaire au maintien de la solvabilité de leurs établissements. Harvard peut avoir le luxe de refuser un donateur s'il fait ce qu'il faut ; le dilemme est bien plus grand pour mon collège ; En résumé : tant que les universités publiques resteront systématiquement sous-financées, la liberté académique et la liberté d'expression seront peu protégées.

Lire aussi  Un nouveau programme de Memphis arrêterait des enfants parce qu'ils jouaient de la musique, dansaient et vendaient des bonbons

Bien entendu, il ne s'agit pas uniquement d'acteurs étatiques. Au lendemain de la guerre, des organisations de droite bien financées et en réseau ont intensifié leurs attaques contre les étudiants et les professeurs critiques à l'égard d'Israël. A titre d'exemple, le groupe Accuracy in Media (AIM) a ciblé le Hunter College, CUNY. À la mi-novembre, un camion exploité par AIM a fait le tour de Hunter avec des affichages rotatifs de photos et de noms de professeurs projetés sur un grand écran fixé au camion, sous la légende : «Les principaux antisémites de CUNY.» Les professeurs et les étudiants d'autres écoles de CUNY ont également été victimes de harcèlement ciblé et ont vu leurs noms et leurs informations personnelles publiés sur les réseaux sociaux et sur d'autres sites avec de fausses accusations d'antisémitisme. Malgré la menace physique et réputationnelle évidente que ces actions représentent pour les membres du campus, l'administration n'a pris aucune mesure pour résoudre le problème. Il est important de souligner qu'environ la moitié des professeurs de CUNY sont des auxiliaires dont le statut d'emploi est précaire, ce qui rend la protection de la liberté académique encore plus difficile. Ceci est un aperçu de ce qui se passe dans les établissements d'enseignement supérieur du pays. Le climat actuel n'est pas favorable à l'organisation sur les campus. Mais je ne pense pas que ce soit nécessairement un mauvais présage pour le recrutement ; après tout, des conditions défavorables fournissent la motivation et l'impulsion nécessaires pour redoubler d'efforts de syndicalisation. Sur ce point, je suis plus optimiste quant à l'organisation étudiante.

J'ai été plutôt surpris que les présidents des collèges puissent être convoqués devant le Congrès. Qu'est-ce qui l'empêchera d'être ensuite professeur ?

Cela s'est certainement produit dans un passé pas si lointain. Les professeurs ont été interrogés par un comité sénatorial à l'époque McCarthy, et les membres du corps professoral du Brooklyn College qui refusaient de répondre aux questions ont été contraints de démissionner. La récente audition au Congrès des présidents d'université rend certainement possible la menace d'une réapparition de ce passé honteux. La préparation contre une telle agression nécessiterait une appréciation de la valeur de la liberté académique par la population au sens large, qui est actuellement presque inexistante. Au lieu de considérer cette liberté comme un privilège ésotérique dont jouissent les habitants de la tour d'ivoire, il faut la comprendre comme une condition fondamentale pour produire toute connaissance.

Et je crois fermement que pour que cela se produise, le corps professoral doit être organisé – non seulement pour nos conditions de travail, mais aussi pour la valeur de notre profession. En outre, il doit y avoir des échanges plus solides entre les professeurs et les étudiants en dehors de la salle de classe, y compris une organisation et des enseignements conjoints. La liberté académique ne peut prospérer que lorsque les étudiants et le monde en général ressentent sa valeur pour tous.

Lire aussi  Les conseils d’administration des bibliothèques progressistes peuvent bloquer la censure de droite. Voici comment.

Journaliste Liza Featherstone a récemment déclaré sur Facebook : « Je suppose qu'avec sa nouvelle politique contre la « célébration du génocide », le DEI (Diversité, Égalité et Inclusion) de Penn prépare des ateliers de défense juridique et de sensibilité pour défendre la réduction au silence des Italo-Américains qui pourraient vouloir célébrer le Columbus Day. Ou toute personne arborant un drapeau américain ou israélien. Qu'est-ce que cela dit ou expose sur la politique des programmes DEI dans les écoles ?

Featherstone a certainement raison de signaler les initiatives insignifiantes souvent entreprises par les groupes de la DEI au nom de la lutte contre la discrimination. De nombreux mouvements anti-discrimination nés de conditions d'oppression ont fini par être récupérés par l'establishment. Dans le monde de l'entreprise, cela s'est traduit par des conseils d'administration plus diversifiés qui exécutent « le statu quo ». Et dans l'univers universitaire, les projets DEI ont de plus en plus tendance à servir le même objectif. Il y a certainement de bonnes personnes qui croient sincèrement à la justice et à l'équité et qui sont impliquées dans le travail de la DEI. Mais ce qui passe généralement inaperçu, c'est que les administrations des collèges et des universités mobilisent les initiatives DEI pour saper les normes de gouvernance partagée dans les processus clés, par exemple le recrutement des professeurs ; en ce sens, ironiquement, le DEI déplace souvent l'équilibre du pouvoir des professeurs et des étudiants vers les administrations. Nous avons besoin de mécanismes démocratiques pour mener à bien le travail nécessaire de lutte contre le racisme ; les initiatives dirigées par l'administration ne sont pas la solution.

Êtes-vous optimiste quant au changement ou à l'amélioration du climat ? Sous Trump, nous pensions avoir vu le pire en termes de attaques étatistes sur la liberté académique.

L'énorme résurgence du militantisme des jeunes me rend plus optimiste aujourd'hui qu'à l'époque de Trump. Aussi troublante que soit la réponse politique au mouvement pro-palestinien, elle témoigne également d'une inquiétude croissante de l'establishment sur cette question. Cela faisait très longtemps qu'ils n'avaient pas connu un tel niveau de résistance à une guerre. Je crois également que ce moment précis, avec l'activisme autour de la Palestine, est porteur de leçons potentiellement transformatrices pour les jeunes. Cela pourrait être un moment de maturation où les étudiants apprendraient à ne pas s'appuyer sur les administrations pour faire avancer leur programme comme ils l'ont fait dans un passé récent. Contrairement à ce qui a été le cas pour certains mouvements précédents, les revendications sur la Palestine ne peuvent pas être récupérées par les initiatives de la DEI. L'ajout de quotas musulmans ne suffira pas. Les étudiants sont désormais témoins des limites de l'engagement institutionnel en faveur de la liberté d'expression et font l'expérience du pouvoir répressif des administrations sur les campus. Il existe ici une véritable possibilité d'approfondissement et d'expansion du type de sensibilité politique nécessaire dans une lutte transformatrice.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire