Les Irakiens torturés par les forces américaines « n’ont toujours pas de voie claire » vers la justice ou la réparation

Publié le

Les Irakiens torturés par les forces américaines « n’ont toujours pas de voie claire » vers la justice ou la réparation

Les Irakiens torturés par les forces américaines il y a vingt ans lors de l'occupation désastreuse de leur pays par les États-Unis n'ont toujours pas reçu de compensation de la part du gouvernement américain car ils souffrent de traumatismes physiques et psychologiques durables, selon un rapport publié lundi par Human Rights Watch.

Le groupe a interrogé un Irakien détenu à la prison d'Abou Ghraib – que les forces américaines utilisaient comme centre de détention – entre novembre 2003 et mars 2005.

Taleb al-Majli, qui a été libéré sans inculpation 16 mois, a déclaré à HRW qu'il était l'un des détenus sur la tristement célèbre photo de prisonniers irakiens nus et cagoulés que les forces américaines ont empilés les uns sur les autres pour former une pyramide humaine. Sur la photo, deux soldats américains sont derrière les prisonniers en souriant, et l'un d'eux lève le pouce.

« Ces un an et quatre mois ont changé mon être tout entier pour le pire », a déclaré al-Majli, qui a déclaré au groupe de défense des droits humains qu'il avait commencé à se mordre les mains et les poignets comme mécanisme d'adaptation alors qu'il était emprisonné – ce qu'il continue de faire. jour.

« Cela m'a détruit, ainsi que ma famille », a déclaré al-Majli à propos de sa détention. « C'est la raison des problèmes de santé de mon fils et les raisons pour lesquelles mes filles ont abandonné l'école. Ils nous ont volé notre avenir.

HRW a noté qu'al-Majli a passé près de deux décennies depuis sa libération à demander réparation pour les abus qu'il a subis aux mains des soldats américains, en vain. Lorsque le groupe a écrit au Pentagone plus tôt cette année pour détailler le cas d'al-Majli et demander des informations sur les plans visant à indemniser les Irakiens torturés par les forces américaines, il n'a obtenu aucune réponse.

Lire aussi  Plus de 50 corps retirés des décombres d’une école de Gaza bombardée lors d’un assaut israélien

« Vingt ans plus tard, les Irakiens qui ont été torturés par le personnel américain n'ont toujours pas de voie claire pour déposer une plainte ou obtenir une quelconque réparation ou reconnaissance de la part du gouvernement américain », a déclaré Sarah Yager, directrice de HRW à Washington, dans un communiqué. « Les responsables américains ont indiqué qu'ils préféraient laisser la torture dans le passé, mais les effets à long terme de la torture restent une réalité quotidienne pour de nombreux Irakiens et leurs familles. »

Lors d'une audience du Congrès en 2004, convoquée quelques jours après que le journaliste d'investigation chevronné Seymour Hersh et d'autres aient découvert les tortures grotesques perpétrées par les forces américaines à Abou Ghraib, Donald Rumsfeld, alors secrétaire à la Défense des États-Unis – un architecte clé de l'invasion de l'Irak – a déclaré qu'il était « Nous cherchons un moyen de fournir une compensation appropriée aux détenus qui ont subi des abus et des cruautés aussi graves et brutaux de la part de quelques membres de l'armée américaine. »

« C'est la bonne chose à faire », a ajouté Rumsfeld.

Mais HRW a déclaré lundi n'avoir « trouvé aucune preuve que le gouvernement américain ait versé une quelconque compensation ou autre réparation aux victimes de mauvais traitements infligés aux détenus en Irak, et que les États-Unis n'ont pas non plus présenté d'excuses individuelles ou d'autres compensations ».

« Certaines victimes ont tenté de demander une indemnisation en utilisant le Foreign Claims Act (FCA) américain », a observé le groupe. « Human Rights Watch n'a pas été en mesure de trouver des preuves publiques démontrant que des paiements ont été effectués en vertu de cette loi en guise de compensation pour les mauvais traitements infligés aux détenus, y compris la torture. En 2007, l'American Civil Liberties Union a obtenu des documents détaillant 506 réclamations déposées en vertu du Foreign Claims Act : 488 en Irak et 18 en Afghanistan. La majorité des réclamations concernent des dommages ou des décès causés par des fusillades, des convois et des accidents de véhicules.

Lire aussi  Les Haïtiens travaillent dans des plantations de sucre dans des conditions s'apparentant à du travail forcé

« Le seul cas de paiement en vertu de la Loi sur les réclamations étrangères lié à la détention dans ces documents concernait un demandeur qui avait reçu 1 000 dollars américains pour avoir été illégalement détenu en Irak, sans aucune mention d'autres abus », a ajouté HRW. « Cinq autres plaintes concernaient des abus en détention, mais elles font partie des onze plaintes qui ne contiennent pas de résultat, notamment si le paiement a été effectué. »

Les tentatives de certains Irakiens d'obtenir réparation auprès du système judiciaire américain ont également échoué. Selon HRW, « le ministère américain de la Justice a rejeté à plusieurs reprises de telles affaires en invoquant une loi de 1946 qui préserve l'immunité des forces américaines pour « toute réclamation découlant des de combat des forces militaires ou navales, ou des garde-côtes, en temps de ». .'»

Yager a soutenu que les chefs du Pentagone et du ministère de la Justice « devraient enquêter sur les allégations de torture et d'autres abus sur les personnes détenues par les États-Unis à l'étranger au cours d'opérations anti-insurrectionnelles liées à leur « guerre mondiale contre le terrorisme » ».

« Les autorités américaines devraient engager des poursuites appropriées contre toute personne impliquée, quel que soit son rang ou sa position », a déclaré Yager. « Les États-Unis devraient offrir une compensation, une reconnaissance et des excuses officielles aux survivants des abus et à leurs familles. »

Avatar de Charles Briot