Les Haïtiens travaillent dans des plantations de sucre dans des conditions s’apparentant à du travail forcé

Publié le

Les Haïtiens travaillent dans des plantations de sucre dans des conditions s'apparentant à du travail forcé

Nous allons avec La démocratie maintenant ! Juan Carlos Dávila en République dominicaine, où de nombreux migrants haïtiens et leurs descendants travaillent dans les plantations de canne à sucre dans des conditions s'apparentant à du travail forcé et vivent dans des communautés fortement sous-financées connues sous le nom de bateyes. Beaucoup bateyes n'ont pas d'électricité ni d'eau courante. Nous discutons avec les résidents locaux et les membres du mouvement Reconocido, qui lutte pour les droits des Haïtiens en République Dominicaine, du traitement inhumain infligé aux travailleurs et de leur absence de statut légal dans le pays, ainsi que des efforts visant à améliorer les conditions de vie en République Dominicaine. le bateyes, comme une initiative menée par le groupe environnemental portoricain Casa Pueblo pour installer des panneaux solaires dans les communautés. « Le droit à l'énergie doit être pour tout le monde », déclare le directeur exécutif de Casa Pueblo, Arturo Massol-Deyá, qui explique comment son organisation travaille en solidarité avec batey aux habitants de briser le cycle de la pauvreté et de se préparer à l'adaptation au climat.

TRANSCRIPTION

Ceci est une transcription urgente. La copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

AMY GOODMAN : C'est La démocratie maintenant !démocratienow.org, Le rapport Guerre et Paix. Je m'appelle Amy Goodman et Juan González. Nous nous tournons maintenant vers la République dominicaine et le sort des travailleurs des plantations sucrières, dont de nombreux migrants haïtiens, qui vivent dans des conditions désastreuses.

L'année dernière, l'administration Biden a interdit les importations de sucre de l'une des principales sociétés sucrières dominicaines, Central Romana, qui vend ses produits aux États-Unis sous la marque Domino. À l'époque, le américain avait déclaré avoir découvert, je cite, des « indicateurs de travail forcé ». Un responsable américain a dénoncé les pratiques de l'entreprise, les qualifiant, je cite, d'« inhumaines ».

De nombreux migrants haïtiens travaillent 12 à 14 heures pour moins de 2 dollars par jour, tout en vivant dans des communautés connues sous le nom de «bateyes», dont certaines n'ont ni eau courante ni électricité. Eh bien, le groupe environnemental portoricain Casa Pueblo a tenté d'améliorer les conditions de vie dans le bateyesen installant des panneaux solaires dans certaines communautés. La démocratie maintenant ! Le correspondant Juan Carlos Dávila s'est récemment rendu en République Dominicaine pour discuter avec les habitants des communautés locales pendant l'installation des panneaux solaires. Ce sont quelques-unes de leurs voix.

ÉPIFANIE ST. CHALS : (traduit) Je m'appelle Epifania St. Chals. Je suis dominicain d'origine haïtienne. Je suis le coordinateur du mouvement Reconocido ici dans la région de Seibo.

Ces dernières années, ces deux gouvernements avaient conclu un accord de travail avec le pays voisin d'Haïti. Les accords de travail qu'ils ont conclus ont amené des ouvriers agricoles saisonniers et des coupeurs de canne à sucre en République dominicaine pour travailler comme coupeurs et récolteurs de canne à sucre. L'État s'est rendu compte que la main-d'œuvre bon marché des saisonniers haïtiens était bénéfique à l'économie dominicaine. Cela a abouti à la construction de bateyes, villes d'ouvriers des plantations sucrières. Ces plantations ont exploité cette main d'œuvre bon marché et contraint les travailleurs saisonniers haïtiens à une forme moderne d'esclavage.

Si les plantations sucrières se souciaient de l'espérance de vie et de la dignité des travailleurs, elles s'efforceraient d'améliorer leur qualité de vie. Les travailleurs qui vivent à l'intérieur bateyes sont la matière première de l'entreprise. Comme vous pouvez le voir, les gens dans ces bateyes vivent depuis plus de cent ans sans électricité. Nous sommes au 21ème siècle. Cela a rendu encore plus vulnérable une population déjà discriminée.

Casa Pueblo s'est rendue pour élaborer une stratégie sur la façon de mettre en œuvre l'énergie solaire pour le bateyes ici en République Dominicaine, principalement à l'est. Les panneaux ont également été installés dans les zones de Batey 50 et Batey Brador.

Le gouvernement local ne s'intéresse pas à l'amélioration de la qualité de vie des gens. Ils ne souhaitent pas aider cette population à accéder à l'éducation ou à avoir une vie meilleure, alors le gouvernement peut continuer à les exploiter. L'entreprise a profité des coupeurs de canne à sucre et des ouvriers agricoles saisonniers, qui ont prêté leurs mains, leur force et leur sueur pour travailler dans les champs de canne à sucre.

ARTURO MASSOL-DEYÁ : (traduit) Aujourd'hui, nous travaillons pour changer cette sans l'aide des politiciens. Nous mettons en œuvre un modèle énergétique durable et établissons un nouvel exemple de la façon dont bateyes devrait être en République Dominicaine.

YONNY RENÉ : (traduit) Je m'appelle Yonny René. Je fais partie du mouvement Reconocido. Mes parents sont haïtiens. Ils ont émigré d'Haïti. Ce sont des coupeurs de canne à sucre. Ils sont envoyés travailler dans des régions reculées de la République dominicaine.

Ici, chaque personne travaille directement avec la Central Romana. Ils sont confrontés à des conditions de travail extrêmement dangereuses. Ils paient des pensions qu'ils ne reçoivent pas par la suite. Ils sont obligés de travailler même s'ils sont malades, y compris les sexagénaires et les soixante-dix ans. Ils doivent continuer à couper la canne à sucre parce qu'ils ne touchent pas leurs retraites, alors qu'ils les ont payées. Ils n'ont pas droit à de bons soins de santé. Ils n'ont pas accès aux services de santé publique. Les Dominicains n'accueillent pas les Haïtiens. Ils les expulsent même des hôpitaux.

JONATHAN CASTILLO : (traduit) En raison de la pente du toit, nous avons dû placer le panneau solaire dans cette direction, car le soleil brillera de cette façon. Je n'ai pas pu les mettre dans l'autre sens, car le panneau ne recevra pas suffisamment de lumière directe du soleil.

FRANKLIN DINOL : (traduit) Je m'appelle Franklyn Dinol. Je viens de la communauté Higuera, qui appartient au quartier de Santa Lucía. Je suis un activiste social et un défenseur des droits humains. Je fais partie d'un mouvement Reconocido, un mouvement de dominicains d'origine haïtienne.

Comme vous pouvez le constater, le bateyes sont des communautés qui ne disposent pas de services publics, tels que les services d'eau ou d'électricité et d'autres ressources importantes. Imaginez l'importance de dire qu'avec ce projet, bateyes vont enfin avoir accès à l'électricité. Ici, les gens n'ont même pas eu l'occasion d'apprendre à utiliser un ordinateur. Les membres de la communauté ici ne savent pas utiliser les logiciels de traitement de texte. Les étudiants n'ont pas accès à des ordinateurs, des tablettes ou des téléphones et ne peuvent pas accéder à un navigateur Web pour trouver des informations, toutes essentielles pour le marché du travail ou l'école. Nous résolvons également ce problème en apportant des panneaux solaires. Nous envoyons un message fort aux entreprises et aux élus locaux.

AMY GOODMAN : Voix des travailleurs migrants haïtiens des plantations sucrières en République dominicaine. Remerciement spécial à La démocratie maintenant ! correspondant Juan Carlos Dávila. Ces personnes vivent dans des communautés dépourvues d'électricité, mais des panneaux solaires sont actuellement installés par le groupe environnemental portoricain Casa Pueblo, Maison du peuple, ancien lauréat du prix Goldman.

Lire aussi  Plus de 30 000 bébés à Gaza boivent de l’eau contaminée, selon le département d’État américain

Nous sommes maintenant rejoints par le directeur exécutif de Casa Pueblo, Arturo Massol-Deyá, de retour de République dominicaine, maintenant à San Juan, Porto Rico.

C'est génial de t'avoir avec nous, Arturo. Parlez davantage des conditions auxquelles ils sont confrontés, des entreprises pour lesquelles ils travaillent, comme la société sucrière dominicaine Central Romana, qui vend ses produits aux États-Unis sous la marque Domino, et de ce que vous avez fait en République dominicaine.

ARTURO MASSOL-DEYÁ : Eh bien, c'est une situation incroyable. Il est difficile de croire que des gens vivent dans de telles circonstances, en particulier des migrants légaux amenés en République dominicaine pour travailler dans l'économie formelle. Ils produisent, dans une entreprise très lucrative, du sucre pour le pays et pour l'exportation, et pourtant ces gens travaillent dans des conditions forcées, à dessein. Lorsque vous êtes payé seulement 4 dollars ou moins par tonne de canne à sucre coupée, vous êtes obligé de travailler plus longtemps. Vous êtes obligé d'amener des membres de votre famille pour vous aider à améliorer votre revenu de survie. Et pourtant, ils ne disposent pas de conditions minimales de vie : pas d'eau courante, pas d'électricité. Et c'est navrant de voir cela se produire. De plus, ils ne reconnaissent pas leur statut juridique – aucun document. Et ils ne peuvent pas migrer. Ils ne peuvent pas avancer et améliorer leur qualité de vie.

Ce que nous avons décidé de faire, c'est de nous engager. La charité ne suffit pas. La charité perpétue la réalité. Nous avons décidé d'agir en solidarité avec le bateyes et avec Epifania St. Chals, et nous y sommes allés pour installer deux unités dans deux bateyes, pour installer un congélateur pour leur nourriture. Ils peuvent désormais produire de la glace pour conserver une partie de leur viande et améliorer leur alimentation. Il y a un nouveau centre culturel. Ils ont une chaîne de télévision, une petite sorte de cinéma pour divertir la communauté et de l'éclairage. Ils peuvent désormais recharger leurs équipements et s'améliorer, pour montrer que cette réalité peut être transformée tout de suite, immédiatement. C'est très facile. Et le droit à l'énergie doit être accordé à tous, en particulier dans les Caraïbes, où l'adaptation au climat est extrêmement importante.

Lire aussi  Les États tentent de cacher leurs méthodes d’exécution alors que les fabricants de médicaments empêchent les injections mortelles

JUAN GONZALEZ : Et, Arturo, pourriez-vous parler un peu du rôle du gouvernement de la République dominicaine en termes de protection ou de non-protection des travailleurs migrants ? De toute évidence, Central Romana n'est pas seulement un important producteur de sucre, mais c'est aussi le site de l'une des stations balnéaires les plus chères des Caraïbes, où les touristes d'Europe et des États-Unis viennent dans un complexe cinq étoiles.

ARTURO MASSOL-DEYÁ : Ils ont le pouvoir politique et économique d'influencer le gouvernement. Et le gouvernement, parfois, dit qu'il va protéger les droits de cette population, et pourtant, la police de l'immigration abuse et crée un sentiment de peur chez tout le monde en République Dominicaine, surtout si vous venez d'Haïti. Ils ne sont pas. En gros, ils hantent les gens de ce pays, pas du Venezuela, ni d'ailleurs, des Noirs qui, selon eux, n'ont pas de papiers, et sont renvoyés en Haïti. Le gouvernement ne fait donc pas sa part. Ils ne s'acquittent pas de leur responsabilité. Ils font le contraire, contribuant à cette des violations humaines. La discrimination n'est pas seulement de la discrimination, Juan. Nous parlons de conditions extrêmes de discrimination envers cette population. Et il faut faire quelque chose.

Nous avons vu l'année dernière l'embargo imposé par les États-Unis sur le sucre importé de la République dominicaine. Et c'est symbolique. Cela n'arrive pas. Cela ne fait rien. Le marché a été réorganisé. Désormais, la Central Romana s'occupe de la demande intérieure de sucre, et les autres sociétés envoient du sucre aux États-Unis comme d'habitude. C'est une blague. Même le gouvernement local, le gouvernement américain, ne soutient pas par ses actions ce qui se passe à Central Romana et la discrimination envers les populations haïtiennes et leurs descendants, première, deuxième, troisième, quatrième générations de personnes qui sont nées, ont grandi. , qui travaillent depuis 40, 50, 60 ans pour Central Romana, et pourtant ils n'ont pas les conditions de vie de base et leur droit civil d'être en République Dominicaine n'est pas non plus reconnu.

Lire aussi  Le prochain débat Newsom-DeSantis est un pari de relations publiques pour les deux gouverneurs

AMY GOODMAN : Et enfin, Arturo, si vous pouvez juste commenter — nous n'avons que 30 secondes — sur l'accès à une énergie durable, sans dépendre du gouvernement local et de la privatisation de l'électricité ?

ARTURO MASSOL-DEYÁ : Eh bien, je pense que les alternatives existent, mais il semble que le gouvernement et l'entreprise veulent les maintenir sans électricité. C'est un moyen de contrôle. Nous sommes préoccupés par la sécurité d'Epifania St. Chals et des habitants de Reconocido ainsi que par les gens de la communauté qui ont effectivement participé à l'installation de ces panneaux solaires. Nous voulons donc tenir le gouvernement et l'entreprise responsables de la sécurité de tous. Nous devons changer cette réalité et les alternatives sont accessibles.

AMY GOODMAN : Nous tenons à vous remercier infiniment d'être avec nous, Arturo Massol-Deyá, directeur exécutif de Casa Pueblo, Maison du Peuple, qui nous parle depuis Porto Rico, tout juste de retour de la République Dominicaine. Je m'appelle Amy Goodman, avec Juan González. Merci de vous joindre a nous.

Avatar de Charles Briot