Plus de 50 corps retirés des décombres d’une école de Gaza bombardée lors d’un assaut israélien

Publié le

Plus de 50 corps retirés des décombres d’une école de Gaza bombardée lors d’un assaut israélien

Les responsables de la défense civile palestinienne ont déclaré vendredi que plus de 50 corps avaient été retrouvés dans les décombres d'une école du nord de Gaza où s'abritaient des civils lorsqu'elle a été détruite pendant la nuit des bombardements israéliens.

La Palestine Agence de presse WAFA Selon des informations, des équipes de défense civile et de secours ambulanciers ont enlevé les restes détruits et écrasés des victimes des frappes de missiles et d'artillerie de jeudi soir sur l'école al-Buraq, dans le quartier d'al-Nasr de la ville de Gaza. Le média a déclaré que la plupart des personnes tuées étaient des femmes, des enfants et des personnes âgées.

Le temps d'Israël rapporte que les responsables des Forces de défense israéliennes (FDI) n'ont pas encore commenté l'attaque

Les survivants de l'attaque ont été transportés d'urgence à l'hôpital al-Shifa, qui a été touché par les frappes aériennes israéliennes au moins quatre fois au cours des dernières 24 heures.

Comme Rêves communs Selon des informations rapportées plus tôt vendredi, des frappes israéliennes ont visé la cour et le service d'obstétrique de l'hôpital, où les médecins ont été contraints d'opérer des patients sans anesthésie après avoir manqué de fournitures essentielles pour soigner un nombre écrasant de victimes blessées. Les responsables de Gaza ont déclaré que 13 personnes étaient mortes dans les attaques contre al-Shifa.

Dans une interview avec Al Jazeerale directeur général d'al-Shifa, Muhammad Abu Salmiya, a qualifié vendredi de « journée de guerre contre les hôpitaux ».

Lire aussi  La Californie devient la plus grande économie à soutenir le traité de non-prolifération des combustibles fossiles

Les responsables israéliens ont fait des allégations non fondées selon lesquelles des combattants du Hamas opéreraient à l'intérieur ou sous les hôpitaux d'al-Shifa et d'autres hôpitaux de Gaza.

Vendredi, des avions de guerre israéliens ont bombardé les environs de l'hôpital indonésien de Bait Lahia – où les médecins ont annoncé l'arrêt des opérations chirurgicales – tandis que Mustafa al-Kahlout, directeur de l'hôpital al-Nasr et de l'hôpital pour enfants al-Rantisi dans le nord de Gaza, a déclaré CNN que les chars israéliens avaient « encerclé » le complexe.

Jens Laerke, porte-parole du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires, a déclaré vendredi que le nord de Gaza ressemble à « l'enfer sur Terre » en raison des bombardements israéliens et du manque d'aide.

Près de 200 agents de santé, plus de 100 Personnel des Nations Unieset des dizaines de journalistes ont été tués par les forces israéliennes pendant la guerre.

Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré vendredi qu'au moins 11 078 Palestiniens – dont plus de 3 000 femmes et plus de 4 500 enfants – ont été tués et plus de 27 000 blessés par des bombes et des balles israéliennes depuis le 7 octobre, lorsque les attaques menées par le Hamas contre Israël ont tué environ 1 200 civils. et des soldats, et environ 240 autres personnes ont été prises en . Les autorités israéliennes ont révisé à la baisse vendredi leur bilan des morts, qu'ils avaient précédemment estimé supérieur à 1 400.

Lire aussi  Étude : L'action positive en faveur des 1 pour cent les plus riches est courante dans les collèges d'élite

Selon les responsables de Gaza, environ 70 % des 2,3 millions d'habitants de Gaza ont été déplacés de force, tandis que la moitié des maisons de la bande assiégée ont été détruites. Les responsables ont également déclaré que 238 écoles, 67 mosquées et 88 bâtiments gouvernementaux avaient été détruits par les attaques israéliennes.

En Cisjordanie et à Jérusalem-Est illégalement occupées – dont les habitants subissaient déjà l'année la plus meurtrière depuis la deuxième Intifada, ou soulèvement, il y a une génération – les soldats et israéliens ont tué au moins 182 Palestiniens et en ont blessé des milliers d'autres depuis le 7 octobre.

Un nombre croissant d'experts juridiques, de militants et d'autres observateurs qualifient la guerre menée par Israël contre Gaza de « génocidaire » – une qualification rejetée par les dirigeants israéliens et américains, à quelques exceptions près.

Après 35 jours de bombardements incessants et aveugles – un porte-parole de Tsahal a reconnu au début de la guerre que « l'accent est mis sur les dégâts et non sur l'exactitude » – le secrétaire d'État américain Antony Blinken a déclaré vendredi lors d'une visite en Inde que « beaucoup trop de Palestiniens ont été tué. »

Cependant, les États-Unis continuent de soutenir fermement leur principal allié du Moyen-Orient, l'administration Biden et le Congrès travaillant sur un programme d'aide militaire de 14,3 milliards de dollars à Israël, en plus des près de 4 milliards de dollars que le pays reçoit déjà de Washington chaque année. Les États-Unis fournissent également une couverture diplomatique à Israël, notamment en opposant récemment leur veto à une résolution de cessez-le-feu du Conseil de sécurité des Nations Unies dirigée par le Brésil.

Lire aussi  En tant que journaliste à Gaza, tout ce que je peux faire, c'est écrire les histoires des morts

Alors qu'Israël a accepté jeudi des pauses humanitaires quotidiennes de quatre heures pendant au moins trois jours afin que les civils aient une chance de fuir les bombardements constants et l'avancée des forces terrestres de Tsahal, les responsables israéliens – et le président américain Joe Biden – soulignent qu'aucun cessez-le-feu n'est possible. imminent.

Les dirigeants israéliens ont déclaré qu'un cessez-le-feu n'était pas envisageable tant que tous les otages détenus par les militants basés à Gaza n'étaient pas libérés. Abou Hamza, porte-parole militaire des Brigades al-Quds, la branche armée du Jihad islamique palestinien, a déclaré jeudi que le groupe se préparait à libérer une femme âgée et un adolescent sous sa garde.

Le Commissaire général de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient, Philippe Lazzarini, a écrit dans un article d'opinion publié jeudi par Le Washington Post que « la voie actuelle choisie par les autorités israéliennes n'apportera pas la paix et la stabilité que les Israéliens et les Palestiniens souhaitent et méritent ».

« Raser des quartiers entiers n'est pas une réponse aux crimes flagrants commis par le Hamas », a affirmé Lazzarini. « Au contraire, cela crée une nouvelle génération de Palestiniens lésés qui risquent de poursuivre le cycle de violence. Le carnage doit simplement cesser.

Avatar de Charles Briot