Les institutions universitaires occidentales ne peuvent plus rester silencieuses sur Gaza

Publié le

Les institutions universitaires occidentales ne peuvent plus rester silencieuses sur Gaza

Une partie de la série

Défier l'université d'entreprise
Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Lorsque la Russie a envahi l'Ukraine il y a deux ans, j'ai été frappé par la rapidité avec laquelle les campus universitaires américains semblaient déployer un drapeau ukrainien et le hisser juste à côté du drapeau américain sur le campus. Sans remise en question. Sans discussion.

Quatre jours après l'invasion russe, le drapeau ukrainien flottait à Harvard Yard ; La représentante de New York, Elise Stefanik, a ensuite réprimandé la présidente Claudine Gay pour ne pas avoir accordé à Israël le même statut après l'invasion de Gaza. Moins d'une semaine après l'empiétement de la Russie, la plupart des universités occidentales ont fait des claires de solidarité avec l'Ukraine – de la Sorbonne à Emory, en passant par la London School of Economics and Political Science et l'Universität Tübingen. Certaines institutions, comme Harvard et Case Western Reserve, ont publié des ressources destinées aux membres de leur communauté universitaire touchés par la en Ukraine. D'autres encore – comme le Bard College, l'Université de Chicago et l'Université de Cambridge – ont créé des créneaux spéciaux permettant aux étudiants ukrainiens d'étudier grâce à des bourses. En revanche, des efforts sont en cours au Royaume-Uni pour criminaliser l'exposition de drapeaux palestiniens, notamment sur les campus universitaires.

Si la solidarité contre l'oppression est effectivement l'objectif, alors pourquoi ce double standard ? Sans surprise, les institutions universitaires n'ont condamné cette atrocité que sous la forme de récits aseptisés et anhistoriques des « deux côtés » qui tentent d'assimiler l'attaque de la résistance du Hamas le 7 octobre au génocide qui a suivi par Israël. Jusqu'à présent, seules deux institutions universitaires – l'Université asiatique pour les femmes de Chittagong, au Bangladesh, et l'Université d'Ulster en Irlande du Nord – ont invité des étudiants palestiniens déplacés sur leur campus en leur proposant des admissions et des offres de bourses, mais seules les femmes peuvent postuler.

Comme l'Ukraine, Gaza a été envahie par un État voisin hostile. Mais contrairement à l'Ukraine, Gaza subit un siège israélien belliqueux depuis 17 ans, y compris plusieurs conflagrations militaires laissant l'ensemble de sa population, en particulier la jeune génération, mesurer sa vie dans les guerres. Alors que la Russie a bombardé des établissements d'enseignement en Ukraine, Israël a ciblé à la fois les installations universitaires et les universitaires à Gaza au cours des cinq derniers mois. Israël a attaqué à la fois les écoles de l'UNRWA et les écoles publiques à Gaza, détruit les 12 universités de la bande et assassiné 94 professeurs d'université, dont le mathématicien et physicien Sufyan Tayeh, le poète Refaat Alareer et le doyen des sciences infirmières de l'Université islamique de Gaza, Nasser Abu Al-Nour. Pourtant, les universités occidentales restent silencieuses et complices du génocide israélien à Gaza.

Même si l'Occident ne comprend peut-être pas les parallèles entre la guerre menée par la Russie contre l'Ukraine et l'invasion de Gaza par Israël, le ukrainien le voit très clairement. Comme l'a dit Yuliia Kishchuk Vérité dans une interview:

En fait, Israël et la Russie ont davantage de points communs. Ils utilisent la même justification du « droit de légitime défense » pour envahir et occuper une terre qui ne leur appartient pas légalement.

Leurs régimes politiques sont également similaires ; tous deux sont d'extrême droite et autoritaires et alimentent leur population avec une propagande haineuse, voire génocidaire, à l'encontre des Ukrainiens et des Palestiniens. Ce sont tous deux des États oppresseurs.

À Gaza, tous les universités, les archives et les bibliothèques ont été bombardées. Ils étaient la cible d'une nation hostile qui veut non seulement anéantir le peuple palestinien, mais aussi détruire toute preuve que les Palestiniens sont profondément liés à la terre, à une culture, à une société qui existe depuis des milliers d'années. Les écoles qui sont restées debout, abritant des milliers de personnes, ont été privées de financement par leurs plus grands bienfaiteurs : les États-Unis et leurs alliés.

Lire aussi  J'ai déménagé en Floride pour enseigner malgré la censure de droite. Voici pourquoi.

Le droit à l'éducation

Le savoir et la culture palestiniennes ont toujours été attaqués. En effet, lors de la première Nakba en 1948, plus de 70 000 livres palestiniens ont été pillés dans les maisons et institutions palestiniennes. Israël censure les documents de lecture. Il ferme les festivals de littérature. Il ferme les universités. Il saisit des livres et des journaux, des archives et des objets. Lors de chaque attaque contre Gaza, Israël cible ses institutions universitaires. J'ai écrit à ce sujet avec mon collègue Akram Habeeb en 2009, lorsqu'Israël a bombardé son institution, l'Université islamique de Gaza. Au cours de cette guerre, Karma Nabulsi a inventé le terme « scolasticide » pour décrire les attaques spécifiques contre les infrastructures éducatives palestiniennes.

La pratique israélienne consistant à violer le droit des Palestiniens à l'éducation s'est intensifiée avec la fondation de la première université palestinienne, Birzeit, en 1972. En plus du matériel pédagogique soumis à la censure israélienne – à la fois en termes de production intellectuelle en Palestine et de types de matériel académique peuvent être importés – les étudiants, les professeurs et les établissements universitaires palestiniens sont constamment menacés. En Cisjordanie, cela a commencé lorsque les autorités militaires israéliennes ont arrêté et expulsé le président fondateur de Birzeit, Hanna Nasir, au Liban en 1974, où il a vécu en exil pendant 20 ans. Cela s'est poursuivi avec la fermeture de toutes les universités, écoles et jardins d'enfants palestiniens pendant la première Intifada en 1987, rendant l'éducation palestinienne illégale.

De 1988 à 1992, toutes les universités sont restées fermées et selon Riham Barghouti et Helen Murray, « l'éducation palestinienne a été poussée dans la clandestinité » dans les maisons, les mosquées, les églises et les centres communautaires, qui ont été constamment perquisitionnés et leurs enseignants et étudiants arrêtés pour avoir étudié. Depuis 1992, lorsque Birzeit et d'autres universités ont été autorisées à rouvrir, les Palestiniens ont encore du mal à se rendre dans leurs établissements d'enseignement en raison des couvre-feux, des bouclages, des points de contrôle et des routes réservées aux juifs dans toute la Cisjordanie. Durant la Deuxième Intifada, les institutions universitaires palestiniennes étaient des cibles militaires. Selon Barghouti et Murray, « huit universités et plus de trois cents écoles ont été bombardées, abattues ou attaquées par l'armée israélienne ».

Inaction

L'une des étudiantes avec qui j'ai travaillé a vu son rêve de devenir journaliste brisé lorsque son université, l'Université islamique de Gaza, a été une fois de plus détruite par Israël. En contactant les bureaux d'admission universitaires et les départements de communication au Royaume-Uni et en Asie occidentale, je suis stupéfait par les réponses que j'ai reçues lorsque je me suis renseigné sur son éventuelle admission : a-t-elle déjà passé le SAT ? Quels sont ses scores IELTS ? Puis-je voir ses relevés de notes universitaires ?

Lire aussi  18 militants du mouvement Youth Sunrise arrêtés pour avoir occupé le bureau de McCarthy

Comment une étudiante qui rêve de poursuivre ses études peut-elle obtenir des relevés de notes d'une université démolie ? Comment passe-t-elle un examen avec peu ou pas de connexion Internet ? Comment peut-elle même commencer à se concentrer sur de telles activités alors que les bombes tombent et que les drones survolent sans cesse ?

Bien que cela ne semble pas être la préoccupation la plus urgente compte tenu des bombes qui pleuvent actuellement sur Rafah – en fait, dans le quartier même de mon étudiant – je trouve exaspérant le manque de désir du monde universitaire de remuer ciel et terre pour aider les étudiants de Gaza. C'est exaspérant parce que chaque jour nous attendons avec impatience un signe de justice et d'humanité venant d'un coin du monde, d'une institution ou d'un État capable de mettre fin à ce génocide – on pourrait espérer que des individus prendront sur eux de faire quelque chose.

Bien sûr, des chercheurs se rassemblent pour documenter l'anéantissement d'institutions universitaires comme les Educateurs pour la Palestine et les Bibliothécaires et Archivistes avec la Palestine, ainsi que des groupes universitaires comme les Chercheurs contre la guerre contre la Palestine et la Campagne américaine pour le boycott académique et culturel d'Israël. , qui font de l'organisation politique. Et il y a de plus en plus d'enseignants dans le monde qui s'informent eux-mêmes et informent leurs communautés sur la guerre génocidaire menée par Israël contre Gaza. Mais tout cela semble si minime comparé au poids de cette attaque continue contre le peuple palestinien, sa culture, sa société et son histoire.

En janvier, Israël a planifié l'implosion de l'université Al-Isra, la dernière des 11 universités de Gaza détruites. Avant de faire exploser leurs bombes, les soldats israéliens ont pillé des objets du musée universitaire datant de l'Empire romain jusqu'à l'histoire palestinienne moderne. L'armée israélienne a depuis longtemps outrepassé toutes les lois internationales régissant le transfert d'antiquités d'un endroit à un autre.

L'anéantissement de l'histoire, de la culture, du monde universitaire et du peuple palestiniens est lié au projet d'effacement et d'appropriation qui permet à Israël de perpétuer sa mythologie selon laquelle le peuple palestinien n'existe pas, tout en essayant de prendre le pas sur la société palestinienne. C'est un génocide culturel.

Les universités, les musées et les archives qui restent silencieux pendant cette attaque sont complices de ces actes génocidaires. Et ce n'est pas seulement à cause de leur silence. C'est aussi parce qu'ils profitent de ce génocide à travers leurs portefeuilles d'investissement. Le 11 février, des manifestants ont pris pour cible le Musée d'Art Moderne et le Musée de Brooklyn parce que leurs conseils d'administration « financent directement l'occupation sioniste via la fabrication d'armes, le lobbying et les investissements des entreprises ». De même, les étudiants de l'Université Brown ont entamé une grève de la faim de huit jours alors qu'ils militent pour que leur institution se désinvestisse des entreprises qui soutiennent le colonialisme de peuplement en Palestine. Les professeurs de l'Université du Michigan ont voté en faveur du désinvestissement d'Israël. Les étudiants du Pitzer College ont adopté une résolution du Sénat étudiant pour annuler son programme d'études à l'étranger avec l'Université de Haïfa. Et plus récemment, les étudiants de l'Université de Davis ont voté en faveur du désinvestissement d'Israël.

Lire aussi  Les critiques qualifient le projet de loi bipartisan sur l’immigration de « honte » qui nuira aux migrants

Ce ne sont que des gouttes d'eau dans l'océan comparé à la répression écrasante contre les étudiants qui s'organisent en faveur de la Palestine. Cette répression fait partie de la complicité institutionnelle – que ce soit au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Europe ou, bien sûr, dans les universités israéliennes. L'Allemagne se trouve une fois de plus du mauvais côté de l'histoire lorsqu'il s'agit de complicité dans un génocide.

Aux États-Unis, les sanctions contre les militants solidaires palestiniens sur les campus universitaires sont devenues si répandues que même le célèbre anti-palestinien New York Times l'a couvert. En effet, les entreprises indiquent clairement qu'elles surveillent de très près ce qui se passe sur les campus américains. Qu'il s'agisse de PDG d'entreprises promettant de bloquer l'embauche d'étudiants qui participent à des actions de solidarité avec la Palestine, ou de donateurs menaçant de retirer le financement d'institutions qui, selon eux, donnent de la place aux points de vue palestiniens, ou exigeant la démission des présidents d'université, c'est plus clair que jamais. que le monde universitaire n'est ni gouverné de l'intérieur, ni entre les mains de ses travailleurs intellectuels ou de ses apprenants, mais entre les mains d'anciens élèves et de donateurs riches et influents.

Alors que nous regardons ce génocide diffusé en direct à Gaza – alors que plus de 2 millions de Palestiniens déplacés internes ont été entassés à Rafah, où Israël est sur le point d'envahir avec des forces terrestres – et qu'aucun corps universitaire n'intervient, je suis frappé. par quelque chose que la fille du rabbin Abraham Joshua Heschel, Susannah, a écrit dans sa préface au livre de son père : Le sabbat. Elle pensait aux érudits d'Europe de l'Est exilés, qui ont échappé à la solution finale de l'Allemagne nazie, et qui se rassemblaient chez elle pour le Shabbat :

Ils ne parlaient pas du processus d'assassinat de l'Holocauste, et n'utilisaient pas non plus ce mot à l'époque, mais ils parlaient des érudits non juifs qui avaient été dénoncés comme nazis dans le livre de Max Wenreich. Les professeurs d'Hitler. Comme mon père, la plupart des amis de mes parents avaient étudié avant la guerre dans des universités allemandes et restaient choqués, vingt ou trente ans après la fin de la guerre, que les universitaires dont ils admiraient les travaux soient devenus nazis.

Même si je ne dis pas que ceux d'entre nous qui gardent le silence sont des nazis, je me demande ce que ceux d'entre nous affiliés au monde universitaire diront d'une manière ou d'une autre de notre position et de ce que nous avons fait pendant ce génocide, un génocide dans lequel nous ne pouvons pas dire que nous l'avons fait. Je ne sais pas, nous n'avons pas vu, nous n'avons pas entendu.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire