Plus de 30 000 bébés à Gaza boivent de l’eau contaminée, selon le département d’État américain

Publié le

A Palestinian man fills empty bottles with sea water due to water crisis as a result of the suspension of water flow in the water pipes from Israel to the Gaza Strip in Deir al-Balah, Gaza on October 29, 2023.

Un rapport interne du Département d'État américain révèle que des dizaines de milliers de personnes enceintes et de bébés âgés de quelques mois seulement sont forcés de boire de l'eau sale à Gaza, mettant leur santé en danger que les dirigeants israéliens bloquent l'accès à l'eau et à l'électricité dans la zone.

Selon HaaretzAprès avoir consulté le rapport, les responsables du Département d'État ont découvert que 52 000 femmes enceintes et plus de 30 000 bébés de moins de six mois boivent de l'eau contaminée ou saumâtre, ce qui signifie qu'elle contient du sel. Le rapport s'appuie sur des informations provenant d'organisations affiliées à l'ONU comme l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Boire de l'eau contaminée ou saumâtre est dangereux dans tous les contextes, mais particulièrement pour les femmes enceintes, leurs fœtus et les jeunes bébés, qui courent un risque accru d'infection, de maladies et de problèmes de santé à long terme. Ces risques pourraient mettre la vie en danger.

C'est également particulièrement dangereux dans la mesure où l'eau sale est probablement la seule source d'eau pour de nombreux à l'heure actuelle, Israël ayant interrompu l'approvisionnement en eau, en électricité, en carburant et en aide humanitaire dans la région il y a des semaines, sans signe d'arrêt de son blocus.

Le rapport recommande que l'administration Biden exhorte Israël à rétablir l'accès à l'eau à sa capacité d'origine plus deux tuyaux, en plus du tuyau qui fonctionnait déjà à la demande des responsables de Biden, et à laisser suffisamment de carburant entrer dans la zone pour que l'eau puisse y couler. la région. Les recommandations, Haaretz rapports, n'avaient pas été acceptés ou rejetés par l'administration vendredi.

Lire aussi  Alors que son système de santé s’effondre, les maladies infectieuses augmentent à Gaza

Selon un rapport de l'UNICEF du 17 octobre, la production d'eau à Gaza n'était alors qu'à 5 pour cent de ses niveaux normaux ; les experts affirment que de nombreuses personnes à Gaza n'ont actuellement accès qu'à de l'eau de mer mélangée à des eaux usées.

L'eau de Gaza est souvent contaminée par des nitrates en raison du ruissellement agricole. Il est bien connu que la contamination par les nitrates provoque une maladie appelée syndrome du bébé bleu, ou méthémoglobinémie infantile, lorsqu'elle est mélangée à des préparations pour nourrissons, qui peut provoquer le coma et la mort. Les nitrates présents dans l'eau potable peuvent également provoquer une naissance prématurée, augmentant ainsi le besoin d'un nouveau-né d'aller à l'UNSI, car les hôpitaux de Gaza risquent de manquer d'électricité pour maintenir en vie les bébés de l'UNSI.

Le rapport du Département d'État indique que les quelque 640 000 personnes déplacées hébergées dans les abris gérés par l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) n'ont accès qu'à environ un demi-litre d'eau par personne et par jour, soit environ 17 onces. Ceci est à comparer aux 15 litres d'eau recommandés par l'OMS au minimum pour les besoins humains, et aux 50 à 100 litres par personne et par jour pour les besoins de base et en cas de problèmes de santé.

Le rapport intervient alors que Gaza est confrontée à des épidémies de maladies transmissibles comme la varicelle et la gale, et que les femmes enceintes se demandent déjà comment elles vont accoucher ou gérer leurs problèmes de grossesse sans rendez-vous réguliers. Cela survient également alors que l'attaque israélienne a tué plus d'enfants à Gaza que le nombre total d'enfants tués dans les conflits mondiaux depuis 2019, selon Save the Children, avec au moins 3 324 enfants tués à Gaza et 36 enfants en Cisjordanie tués jusqu'à présent.

Avatar de Charles Briot