Les femmes et les enfants palestiniens ne méritent pas de mourir à Gaza. Les hommes non plus.

Publié le

A man carries a child injured during Israeli bombardment in Rafah, in the southern Gaza Strip, on December 14, 2023.

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Alors que la guerre d'Israël contre Gaza continue de faire rage, on a assisté à une recrudescence mondiale des discours violents en ligne et de la violence dans les rues, notamment une montée de l'antisémitisme, du racisme anti-arabe et de l'islamophobie. Dans le discours politique dominant en Europe et en du Nord, la déshumanisation des hommes palestiniens, en particulier, a été normalisée, à la fois intentionnellement et inconsciemment.

Prenez, par exemple, la récente interview entre la journaliste britannique Julia Hartley-Brewer et l'homme politique palestinien Mustafa Barghouti. Hartley-Brewer, connue pour son parti pris pro-israélien à l'antenne, a crié à plusieurs reprises sur Barghouti. À un moment donné de l'interview, elle a affirmé : « Peut-être que vous n'êtes pas habituée à ce que les femmes parlent, je ne sais pas », puis a mis fin brusquement au segment en déclarant : « Désolée d'avoir été une femme qui vous parlait. » La vidéo de cet échange est devenue virale.

Il ressort clairement de la vidéo que les attaques de Hartley-Brewer sont un non-sequitur basé sur ses propres hypothèses racistes sur le sexisme présumé de tous les hommes arabes, plutôt qu'une réponse à une dynamique spécifique dans sa conversation avec Barghouti.

Cela fait suite à une série de vidéos dans lesquelles Stuart Seldowitz, ancien directeur adjoint du Bureau des israéliennes et palestiniennes du Département d'État et ancien responsable du Conseil de sécurité nationale sous l'administration Obama, est vu en train de harceler à plusieurs reprises un vendeur de nourriture halal à New York. Dans une vidéo, Seldowitz, après avoir appris que le vendeur était égyptien, lui a demandé : « Violez-vous votre fille, comme Mohammed l'a fait ? Dans une autre vidéo, Seldowitz, faisant référence aux violences israéliennes en cours à Gaza, a affirmé au vendeur : « Si nous tuions 4 000 enfants palestiniens, vous savez quoi ? Ce n'était pas suffisant.

Lire aussi  Plus de 1 000 manifestants ont fermé la gare de Chicago pour exiger le cessez-le-feu

Seldowitz s'est depuis excusé pour ses propos, a nié être islamophobe et a tenté de rationaliser son traitement envers le vendeur. Le 22 novembre, la police de New York a arrêté Seldowitz. Il a ensuite été libéré sans caution et fait face à « deux chefs de crime de haine/harcèlement au quatrième degré et un chef de harcèlement aggravé au deuxième degré », selon CNN.

Pendant ce temps, Julia Hartley-Brewer n'a pas encore présenté d'excuses à Mustafa Barghouti pour son manquement à l'éthique journalistique. Comme Seldowitz, Hartley-Brewer épouse une rhétorique – avec une idéologie sous-jacente – qui blâme les hommes palestiniens et arabes pour les mauvais traitements infligés aux femmes et aux enfants parmi eux, tout en soutenant simultanément la violence d'Israël contre ces femmes et ces enfants. La position de classe de Barghouti par rapport au vendeur ambulant ne le protège pas de la pathologisation routinière et publique des hommes arabes.

Barghouti est un médecin et homme politique extrêmement respecté dans la société palestinienne. Son épouse, Rita Giacaman, a fondé pendant de nombreuses années l'Institut de santé communautaire et publique de l'Université de Birzeit et est une formidable dirigeante de la société civile palestinienne. Ensemble, ils ont élevé une fille remarquable, Dia Barghouti, aujourd'hui doctorante à l'Université de Londres. Toute sa vie, Barghouti a été entouré de femmes arabes fortes. On peut supposer que Hartley-Brewer l'ignore.

Les commentaires de Hartley-Brewer ont instrumentalisé les tropes concernant les mauvais traitements infligés aux femmes par les hommes arabes pour faire avancer son racisme anti-palestinien, tout comme les commentaires de Seldowitz ont déployé les tropes concernant les mauvais traitements infligés aux enfants par les hommes arabes pour faire avancer son racisme anti-palestinien. Certes, il y a beaucoup d'hommes arabes qui sont patriarcaux et misogynes, et il y en a beaucoup qui ne le sont pas, mais de nombreuses élites politiques et médiatiques occidentales ne peuvent pas imaginer l'existence de ces derniers, et encore moins l'existence de femmes arabes autonomes. L'élimination de l'humanité des hommes palestiniens devient un choix délibéré au service de la violence contre tous les Palestiniens – qu'ils soient armés ou non, hommes, femmes ou enfants.

L'effacement des hommes, intentionnellement ou non, établit par la suite l'hypothèse selon laquelle tous les hommes palestiniens sont des cibles légitimes de la violence israélienne.

L'éclat de Hartley-Brewer à l'antenne reflète un modèle de mépris pour toutes les vies palestiniennes – pas seulement pour les hommes – et est partagé par d'autres personnalités des centres de pouvoir et d'influence occidentaux comme Seldowitz. Alors que les actions de Seldowitz reflètent une impulsion parmi ceux qui exercent une influence politique sur le sort des Palestiniens, les actions de Hartley-Brewer reflètent une impulsion parmi ceux qui exercent une influence sur les représentations des Palestiniens dans le courant dominant. Ces discours ont des conséquences directes car ils constituent des forces de déshumanisation et de violence contre les communautés palestiniennes.

Lire aussi  L’accord DACA pour les « Dreamers » semble pétiller alors que le Texas GOP retire son soutien

Lorsque des personnalités telles que le président français Emmanuel Macron ont ostensiblement des intentions positives en exhortant Israël à cesser de « tuer des bébés et des femmes » à Gaza dans une interview avec BBC, l'effacement des hommes, intentionnellement ou non, établit par la suite l'hypothèse selon laquelle tous les hommes palestiniens sont des cibles légitimes de la violence israélienne. Alors que la violence génocidaire d'Israël se poursuit à Gaza, les statistiques des victimes palestiniennes adoptées par les États occidentaux, la presse et même les organisations humanitaires ventilent souvent les données pour citer le nombre de femmes et d'enfants tués ou blessés. Par la suite, le manque de précision quant aux victimes masculines évoque souvent des images de militants du Hamas. La possibilité d'un civil palestinien de sexe masculin devient de plus en plus incompréhensible – et l'humanité des hommes palestiniens au sens large est donc remise en question. En fin de compte, cela cause encore plus de tort aux femmes et aux enfants palestiniens ; prendre soin d'eux nécessite de prendre soin des hommes dans leur vie. Après tout, les femmes et les enfants veillent au bien-être de leurs pères, fils, maris, oncles, neveux, cousins ​​et voisins. Et comme le dé les antécédents de Hartley-Brewer et Seldowitz, la complicité dans la violence contre les Palestiniens inclut le ciblage non seulement des hommes mais aussi des femmes et des enfants. En fait, 70 pour cent des morts à Gaza suite aux bombardements israéliens sont désormais des femmes et des enfants.

Lire aussi  Israël utilise la famine comme arme de guerre contre le peuple palestinien

De nombreux Palestiniens chérissent nos engagements féministes ainsi que notre engagement dans la lutte nationale palestinienne pour la liberté et la dignité. Nous savons que malgré la dureté des réalités en Palestine, d'innombrables Palestiniens font preuve de tendresse chaque jour, lorsqu'ils soignent les blessés et les traumatisés, lorsqu'ils documentent les atrocités, lorsqu'ils s'occupent des ruines au milieu d'eux, et même lorsqu'ils ils s'occupent de leurs animaux de compagnie. Dans une autre vidéo virale circulant parmi les Palestiniens depuis le début de cette horreur récente à Gaza, une jeune fille est sauvée des décombres de sa maison. Alors qu'elle est transportée sur une civière, elle demande en arabe au jeune homme qui la porte : « Mon oncle, tu m'emmènes au cimetière ? Il répond alors gentiment : « Cimetière, quel cimetière ! Regarde-toi, tu es vivante et belle comme la lune.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire