Rapport : Les principaux médias comme le New York Times couvrent Gaza avec un fort parti pris en faveur d’Israël

Publié le

Rapport : Les principaux médias comme le New York Times couvrent Gaza avec un fort parti pris en faveur d'Israël

Comme le soutiennent depuis longtemps les défenseurs des droits des Palestiniens, les principaux médias américains conservent un fort parti pris en faveur d'Israël dans leur couverture du bombardement actuel de Gaza par les forces israéliennes, selon une nouvelle analyse publiée par L'interception montre.

Dans une analyse de la couverture médiatique de Gaza Le New York Times, Le Washington Post et le Los Timesle chercheur Othman Ali et l'écrivain Adam Johnson ont trouvé des preuves quantitatives selon lesquelles, au cours des six premières semaines après l'attaque du Hamas du 7 octobre, les médias ont maintenu un « déséquilibre flagrant » en faveur d'Israël dans la manière dont les victimes et les récits étaient .

L'analyse de plus de 1 100 articles a révélé que, grâce à l'utilisation discriminatoire de certains termes, les Palestiniens étaient systématiquement déshumanisés et présentés comme antipathiques, tandis qu'un langage plus fort pour décrire les décès était réservé aux Israéliens.

Cela était évident dans l'utilisation par les médias de certains mots chargés d'émotion pour décrire les morts israéliennes et palestiniennes, révèle le rapport. Alors que les journaux ont utilisé le terme « massacre » 60 fois pour décrire les Israéliens qui ont été tués au cours de la période étudiée, ils n'ont utilisé le terme « massacre » qu'une seule fois pour décrire le meurtre de Palestiniens. « Horrible » a été utilisé 38 fois pour décrire les morts israéliennes, mais seulement quatre fois pour faire référence aux morts palestiniennes. Et les médias ont utilisé le terme « massacre » 120 fois en relation avec le meurtre d'Israéliens, contre quatre fois pour faire référence au meurtre de Palestiniens.

Lire aussi  L’éducation aux médias pour les jeunes est cruciale, mais rarement enseignée dans les écoles

Et ce, en dépit du fait que le nombre de morts parmi les Israéliens, bien que déchirant, a été multiplié par environ 20 par le nombre de morts palestiniens depuis le 7 octobre.

Pendant la période du Intercepter Selon une analyse, environ 1 200 Israéliens ont été tués, en grande partie lors de l'attaque du 7 octobre, tandis que les forces israéliennes ont tué plus de 10 000 Palestiniens à Gaza au cours des six semaines suivantes. Ce bilan a maintenant plus que doublé, les forces israéliennes ayant tué plus de 22 000 Palestiniens, soit environ un Palestinien sur 100 à Gaza, tandis que le bilan israélien est resté à peu près le même.

L'analyse a également révélé un biais de Le New York Times, Le Washington Post et le Los Angeles Times contre l'utilisation du mot « enfants » pour désigner les enfants de Gaza, utilisant plutôt souvent des euphémismes comme « personnes de moins de 18 ans » ou, parfois, « mineurs ». Il y a eu un manque notable de couverture médiatique sur le nombre record de journalistes tués lors de l'attaque israélienne, note en outre le rapport.

Ceci malgré le fait que le génocide israélien à Gaza a tué des enfants à un rythme plus rapide que tout autre conflit mondial des temps modernes, selon certaines recherches, tandis que 79 journalistes, dont 72 Palestiniens, 4 Israéliens et 3 Libanais, ont été tués – également un montant record.

Lire aussi  Les médias d'entreprise obscurcissent le rôle de l'argent du PAC dans la défaite de Nina Turner

Enfin, le rapport révèle que, même si certaines recherches ont indiqué une montée de la haine antisémite et islamophobe aux États-Unis, notamment la de trois étudiants palestiniens dans le Vermont et la mort à l'arme blanche d'un garçon palestinien de 6 ans. dans l'Illinois, ces médias se sont largement concentrés sur l'antisémitisme. Alors que les trois médias ont mentionné l'antisémitisme 549 fois au cours des six semaines qui ont suivi l'attaque du 7 octobre, ils n'ont mentionné l'islamophobie que 79 fois.

Ce rapport fait suite à un autre récent Intercepter l'enquête a révélé que CNN a toute sa couverture de Gaza examinée et approuvée par le personnel de son bureau de Jérusalem avant publication. Le bureau de Jérusalem est surveillé par les Forces de défense israéliennes, qui ont mis en place des protocoles de censure stricts concernant la couverture médiatique de l'attaque.

Les journalistes palestiniens notent depuis longtemps la partialité des médias occidentaux à l'égard des Palestiniens. En novembre, le Syndicat des journalistes palestiniens a publié une déclaration cinglante condamnant les médias occidentaux pour leur complicité dans l'attaque génocidaire d'Israël.

« Même au regard des normes peu élevées fixées par la couverture médiatique des massacres précédents à Gaza, le discours médiatique autour des événements récents représente un nouveau plus bas pour les principes d'intégrité journalistique », a écrit le groupe.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire