Les États-Unis déclassifient des documents liés au coup d’État au Chili suite aux pressions des progressistes

Publié le

A man, his back facing the viewer, gazes at a photo he shot of the Chilean Coup of 1974

Le Département d’État américain a déclassifié deux documents liés aux événements qui ont conduit au coup d’État de 1973 au Chili, une violente attaque contre la démocratie soutenue en secret par la Central Intelligence Agency.

Les deux documents ont été rendus publics à la fin de la semaine dernière suite aux appels renouvelés à la transparence des représentants américains Alexandria Ocasio-Cortez (DN.Y.), Greg Casar (Démocrate-Texas) et d’autres législateurs progressistes qui se sont rendus au Chili plus tôt ce mois-ci dans le cadre de un voyage plus large en Amérique latine. Le gouvernement chilien et les groupes internationaux de défense des droits de l’homme demandent également depuis des années la déclassification des documents contenant des détails sur le coup d’État soutenu par les États-Unis.

Les dossiers nouvellement déclassifiés sont des mémoires quotidiens que le président Richard Nixon a reçus le 11 septembre 1973 – le jour du renversement de Salvador Allende – et trois jours avant le coup d’État.

« Un certain nombre de rapports ont été reçus… indiquant la possibilité d’un coup d’État militaire rapide », lit-on dans le communiqué quotidien de Nixon du 8 septembre 1973. « Les hommes de la marine qui complotent pour renverser le gouvernement réclament désormais le soutien de l’armée et de l’aviation. »

Le document note que Patrie et Liberté, un groupe paramilitaire fasciste, « a bloqué les routes et provoqué des affrontements avec la police nationale, ajoutant à la tension provoquée par la poursuite des grèves et des mouvements politiques de l’opposition. Le président Allende a déclaré plus tôt cette semaine qu’il pensait que les forces armées demanderaient sa démission s’il ne modifiait pas sa politique économique et politique.

Nixon – qui a été étroitement impliqué dans les efforts visant à empêcher Allende d’accéder au pouvoir et a un jour ordonné à la CIA de « faire crier l’économie (chilienne) » – a également reçu un rapport quotidien sur le jour du coup d’État, juste avant l’éviction d’Allende. Le président de gauche démocratiquement élu s’est suicidé pendant le coup d’État après avoir refusé de démissionner.

« Les plans des officiers de la marine visant à déclencher une action militaire contre le gouvernement Allende sont soutenus par certaines unités clés de l’armée », peut-on lire dans le mémoire du 11 septembre. « La marine compte également sur l’aide de l’armée de l’air et de la police nationale. »

« Les socialistes, les gauchistes, les extrémistes et les communistes sont également déterminés à ne pas faire de compromis », ajoute le document. « Ils parient que l’opposition militaire et politique ne pourra pas prendre des mesures pour renverser le gouvernement ou même lui imposer des restrictions. Le président Allende, pour sa part, espère toujours que la temporisation permettra d’éviter une confrontation.»

Dirigée par le général Augusto Pinochet, l’armée chilienne a pris le contrôle du gouvernement le 11 septembre. S’en est suivi un règne cruel de terreur et de répression qui a duré des décennies, au cours duquel des dizaines de milliers de Chiliens ont été tués, torturés ou ont disparu par Pinochet. régime, qui a continué à recevoir le soutien de la CIA.

Comme l’a admis la CIA dans un rapport de 2000, « de nombreux officiers de Pinochet ont été impliqués dans des violations systématiques et généralisées des droits de l’homme… Certains d’entre eux étaient des contacts ou des agents de la CIA ou de l’armée américaine. »

Pinochet a été arrêté en 1998 puis inculpé pour diverses violations des droits humains. Le dictateur est mort avant d’être jugé.

Peter Kornbluh, de l’association à but non lucratif National Security Archive, s’est félicité de la déclassification des deux documents présidentiels, mais s’est demandé pourquoi ils avaient été gardés dans un secret aussi strict pendant des décennies, étant donné qu’ils ne « contiennent pas une seule phrase qui pourrait compromettre la sécurité nationale des États-Unis ».

« Je suis heureux que la loi sur la liberté d’information, associée à une diplomatie positive de la part du gouvernement chilien, ait brisé la barrière du secret qui nous a empêché de connaître cette histoire pendant 50 ans », a déclaré Kornbluh, spécialiste du Chili aux Archives de sécurité nationale. « J’espère que l’administration (Biden) renforcera son engagement en faveur de la transparence en publiant tous les documents qui, inexplicablement, restent secrets après tout ce temps. »

Le gouvernement chilien, actuellement dirigé par le président progressiste Gabriel Boric, a également salué la publication de ces documents.

Gloria de la Fuente, sous-secrétaire chilienne aux Affaires étrangères, a remercié l’administration Biden pour « sa volonté d’accepter la demande de déclassification des dossiers liés à notre pays ».

« Cinquante ans après le coup d’État », a déclaré le diplomate, « la déclassification des archives de cette documentation favorise la recherche de la vérité et renforce l’engagement de nos pays envers nos valeurs démocratiques ».

Avatar de Charles Briot