Les États-Unis accusés d’avoir blanchi l’assassinat par Israël de la journaliste Shireen Abu Akleh

Publié le

Les États-Unis accusés d’avoir blanchi l’assassinat par Israël de la journaliste Shireen Abu Akleh

Les États-Unis sont accusés d'avoir blanchi le meurtre de la journaliste palestino-américaine Shireen Abu Akleh après avoir conclu que la balle qui l'a tuée provenait probablement de tirs militaires israéliens, mais sans parvenir à une « conclusion définitive » sur son meurtre. Abu Akleh portait un uniforme de presse alors qu'elle couvrait un raid de l'armée israélienne en Cisjordanie occupée lorsqu'elle a été mortellement touchée à la tête le 11 mai. Depuis cet assassinat, plusieurs médias, dont CNN, Le New York Times et Al Jazeera, ont tous déterminé que l'armée israélienne avait tué Abu Akleh. « Ce que les États-Unis ont fait, c'est tenter de jeter suffisamment de doute sur les faits de l'affaire et ainsi garantir qu'Israël ne sera pas tenu responsable de ses actions concernant le meurtre de Shireen Abu Akleh », a déclaré l'analyste politique Mouin Rabbani, qui estime il était acquis d'avance que le gouvernement américain « ferait passer les intérêts politiques d'Israël avant la justice et la responsabilité pour un citoyen américain assassiné ».

TRANSCRIPTION

Ceci est une transcription urgente. La copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

AMIE HOMME BON: C'est La démocratie maintenant !démocratienow.org, Le rapport Guerre et Paix. Je m'appelle Amy Goodman.

Alors que le président Biden se prépare à se rendre en Israël et en Cisjordanie occupée, les États-Unis sont accusés de blanchir le meurtre de la journaliste palestino-américaine Shireen Abu Akleh. Lundi, le Département d'État a annoncé qu'il avait conclu que la balle qui a tué Shireen provenait probablement de tirs militaires israéliens, mais n'est pas allé jusqu'à affirmer que les enquêteurs étaient parvenus à une conclusion définitive sur son meurtre. Le Département d'État a également déclaré que sa mort n'était pas un meurtre intentionnel mais le résultat, je cite, de « circonstances tragiques ».

Shireen Abu Akleh a reçu une balle dans la tête le 11 mai alors qu'elle faisait un reportage pour Al Jazeera sur un raid de l'armée israélienne en Cisjordanie occupée du camp de réfugiés de Jénine, alors même qu'elle portait un gilet pare-balles et un casque clairement marqués « PRESSE.» Des groupes palestiniens et plusieurs organisations médiatiques, dont CNN, Le New York Times, Al Jazeera, ont déterminé qu'Abu Akleh avait été tué par l'armée israélienne. Il en va de même pour le groupe israélien de défense des droits humains B'Tselem, qui a accusé l'administration Biden d'avoir blanchi sa mort.

La nièce de Shireen Abu Akleh, Lina Abu Akleh, a répondu lundi aux conclusions du département d'État.

LINA ABU AKLEH: Nous nous attendions à ce qu'une telle enquête oblige les auteurs à rendre des comptes et mène une enquête transparente, libre de toute pression politique. Or, tel n'a pas été le cas. … Nous continuerons de réclamer justice. Nous continuerons d'appeler les États-Unis à mener une enquête transparente menée par un organisme indépendant. En outre, nous continuons d'appeler l'ONU et le CPI mener une enquête, demander des comptes à Israël et mettre fin à cette impunité grotesque dont Israël continue de bénéficier.

AMIE HOMME BON: Nous sommes désormais rejoints par l'analyste palestinien néerlandais Mouin Rabbani, co-éditeur de la revue en ligne Jadaliyya et accueille le Connexions podcast. Il est ancien analyste principal du Moyen-Orient et conseiller spécial sur Israël-Palestine auprès de l'International Crisis Group.

Lire aussi  Les médias d'entreprise obscurcissent le rôle de l'argent du PAC dans la défaite de Nina Turner

Mouin, merci de vous joindre à nous. Parlez de l'importance de ce que les États-Unis ont découvert, car, en fait, ils pointent du doigt Israël, mais il s'agit de la question de la responsabilité, sans parler du fait qu'ils s'en prennent à Israël. Le New York Times, CNNun certain nombre d'agences de presse et le groupe israélien de défense des droits de l'homme B'Tselem ont déclaré qu'il s'agissait de tirs israéliens.

MOUIN RABBANI: Oui. Je veux dire, l'importance de la soi-disant enquête américaine ne réside pas dans ce qu'ils ont trouvé mais dans ce qu'ils ont choisi de ne pas trouver. À mon avis, il était acquis d'avance que les États-Unis trouveraient un moyen de laisser passer Israël lors de l'exécution sommaire de la légendaire journaliste palestinienne – la journaliste palestinienne américaine, devrais-je ajouter – Shireen Abu Akleh. Et ce que ce rapport a essentiellement fait, c'est de dire, vous savez, qu'il est probable que ce soit cela, mais la seule conclusion définitive à laquelle nous pouvons parvenir est que ce n'était pas un acte intentionnel et le résultat de circonstances tragiques. En d'autres termes, les États-Unis ont tenté de jeter suffisamment de doute sur les faits de l'affaire et ainsi garantir qu'Israël ne sera pas tenu responsable de ses actions concernant le meurtre de Shireen Abu Akleh. Et je pense que c'est tout ce qu'il faut savoir.

Et je pense que j'ajouterais également que quiconque s'attendait à une enquête sérieuse sur cette affaire a, au mieux, une compréhension limitée des relations américano-israéliennes, car, encore une fois, à mon avis, il était toujours acquis d'avance que le gouvernement américain faire passer les intérêts politiques d'Israël avant la justice et la responsabilité pour un citoyen américain assassiné, qui est également un journaliste palestinien.

AMIE HOMME BON: Mardi, le journaliste de l'AP Matthew Lee a interrogé le porte-parole du Département d'État, Ned Price. Cela commence par le porte-parole du Département d'État, Price.

NED PRIX: Compte tenu de l'ensemble des circonstances, compte tenu de l'ensemble des faits devenus disponibles et mis à la disposition du coordinateur américain de la sécurité et de son équipe, ils n'ont trouvé aucune raison de croire qu'il s'agissait d'un assassinat intentionnel, mais plutôt du résultat de circonstances tragiques survenus dans le pays. déroulement d'un raid.

MATTHIEU LIE: D'ACCORD. Et puis, comment sont-ils parvenus à déterminer qu'il y avait — qu'ils ne pouvaient pas conclure à l'existence d'une intention ou d'une absence d'intention ? Et comment sont-ils arrivés à cette conclusion – je veux dire, ils ne sont parvenus à aucune conclusion.

NED PRIX: Qu'ont-ils fait –

MATTHIEU LIE: ?

NED PRIX: Quoi quoi –

MATTHIEU LIE: Mais alors, pouvez-vous expliquer comment il se fait que vous puissiez dire qu'il n'y a aucune preuve d'intention, peu importe qui a tiré ?

NED PRIX: Droite. Eh bien, c'est exactement ce qu'ils ont trouvé, ce qu'ils ont trouvé, ou précisément ce qu'ils n'ont pas trouvé.

MATTHIEU LIE: N'est-ce pas une découverte – exactement. C'est ne rien trouver.

NED PRIX: Eh bien, ils n'ont trouvé aucune raison de croire que c'était intentionnel. Mais encore une fois – mais encore une fois –

MATTHIEU LIE: Mais ils n'ont trouvé aucune raison de penser…

NED PRIX: Mais –

MATTHIEU LIE: Ils n'ont trouvé aucune raison pour que ce ne soit pas intentionnel, n'est-ce pas ?

NED PRIX: Encore une fois, la totalité…

MATTHIEU LIE: Alors pourquoi tu…

NED PRIX: L'ensemble des circonstances, basées sur les deux enquêtes auxquelles ils ont eu accès, sur la base de la visite sur place du décès de Mme Abu Akleh, les ont conduits à la conclusion que cela était le résultat de circonstances tragiques survenues au cours de cette FDI-opération dirigée.

AMIE HOMME BON: Alors, Mouin Rabbani, si vous pouvez répondre à cela ? Et aussi, je veux dire, vous avez également fait attaquer les funérailles de Shireen par l'armée israélienne, où le cercueil est presque tombé au sol lorsque les porteurs ont été attaqués.

Lire aussi  Les autorités britanniques n’ont poursuivi que 11 personnes fortunées pour fraude fiscale l’année dernière

MOUIN RABBANI: Les porteurs du cercueil ont été physiquement agressés par la police et les forces de sécurité israéliennes lors des funérailles de Shireen Abu Akleh à Jérusalem-Est. Ce n'était qu'un des nombreux incidents commis par les forces israéliennes le jour de ses funérailles.

Je dois ajouter que Matthew Lee s'intéresse depuis des années au cas du Département d'État et à ses tergiversations sur les questions israélo-palestiniennes. C'est donc à lui également d'avoir suivi -ci.

Mais je veux dire, peut-on imaginer Ned Price réagir de la même manière si un journaliste américain d'origine ukrainienne avait été abattu par un tireur d'élite militaire russe dans l'est de l'Ukraine ? C'est tout simplement inconcevable. Et encore une fois, ce qui se passe ici, c'est que les États-Unis indiquent très clairement que la seule conclusion définitive à laquelle ils peuvent parvenir est qu'Israël est essentiellement innocent du meurtre d'un citoyen américain. Et vous savez, c'est là l'indignation. Mais c'est aussi la nature des relations américano-israéliennes et américano-palestiniennes ainsi que de la politique américaine au Moyen-Orient.

AMIE HOMME BON: Alors, parlons de la prochaine visite du président Biden en Israël et dans les territoires occupés et de l'importance de celle-ci, comment ce qu'ils disent à propos de Shireen Abu Akleh joue-t-il un rôle dans tout cela ?

MOUIN RABBANI: Eh bien, comme l'a récemment écrit l'analyste politique et écrivain Trita Parsi, lorsqu'il s'agit du Moyen-Orient, le premier mandat de Biden est, à toutes fins utiles, identique au deuxième mandat de Trump. Et certainement sur cette question, la politique de l'administration Biden a été de maintenir le statu quo, d'approfondir les initiatives entreprises par Trump et l'apprenti sorcier Jared Kushner sous la dernière administration. L'administration Biden met l'accent sur la normalisation des relations diplomatiques, économiques et sécuritaires entre Israël et les monarchies arabes conservatrices, l'Arabie saoudite étant considérée comme le grand prix.

Lire aussi  Les écoles du Nouveau-Mexique adoptent de plus en plus la justice réparatrice

Et en ce qui concerne spécifiquement Shireen Abu Akleh, il me semble assez évident que ce qu'Antony Blinken et d'autres responsables américains ont dit aux dirigeants palestiniens est qu'à moins que vous ne rendiez la balle qui a tué Shireen Abu Akleh et ne nous permettiez de soumettre cette affaire à reposez-vous en disant essentiellement qu'aucune conclusion ne peut être atteinte, nous n'allons pas vous jeter l'os d'une visite présidentielle auprès des dirigeants de l'Autorité palestinienne. Et c'est essentiellement ce qui s'est passé.

AMIE HOMME BON: Mouin, je voulais avoir votre réponse sur ce qui se passe actuellement. Mercredi, l'armée israélienne a mené des raids à grande échelle en Cisjordanie occupée, arrêtant au moins 42 Palestiniens et abattant un homme de 20 ans nommé Rafiq Riyad Ghannam lors d'un raid dans le village de Jaba, près de Jénine, cet été. trois jours seulement après que l'armée israélienne a abattu Kamel Alawneh, un Palestinien de 18 ans, dans le même village. Ce sont les domaines que Shireen a couverts pendant si longtemps et ce genre d'actions.

MOUIN RABBANI: Oui. Je veux dire, tu sais, c'est normal. Il ne peut y avoir d'occupation militaire sans une répression violente et constante pour maintenir cette occupation. Vous savez, l'histoire des derniers milliers d'années le démontre de manière concluante.

Et ce que vous avez ici, c'est que les Israéliens se concentrent en particulier sur le nord de la Cisjordanie et sur Jénine et ses environs, car c'est une zone qui est sous un contrôle un peu moins ferme de l'Autorité palestinienne et de ses forces de sécurité, qui ont travaillé très dur pour assurer la paix et la tranquillité pour le maintien de l'occupation israélienne. Et c'est dans ce contexte que vous assistez à ces raids constants. Et il est fort probable également que le meurtre de Shireen Abu Akleh visait en partie à effrayer les médias de cette région afin qu'Israël puisse avoir les mains plus libres dans la conduite des types d'activités que vous venez de mentionner.

AMIE HOMME BON: Eh bien, Mouin Rabbani, nous tenons à vous remercier d'être avec nous. Bien entendu, nous continuerons à aborder cette question. Analyste palestinien néerlandais, co-éditeur de Jadaliyyail anime également le Connexions podcast.

C'est tout pour notre émission. La démocratie maintenant ! produit avec Renée Feltz, Mike Burke, Messiah , Nermeen Shaikh, María Taracena, Tami Woronoff, Charina Nadura, Sam Alcoff. Je m'appelle Amy Goodman. Soyez prudent.

Avatar de Charles Briot