Le génocide à Gaza fait revivre aux survivants de la Nakba leur propre nettoyage ethnique

Publié le

Le génocide à Gaza fait revivre aux survivants de la Nakba leur propre nettoyage ethnique

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Lorsque les milices sionistes ont massacré plus de 100 Palestiniens, dont des femmes et des enfants, à Deir Yassin, un village proche de Jérusalem, lors de la création de l'État d'Israël en 1948 – connue sous le nom de Nakba, ou « catastrophe » – la nouvelle s'est rapidement répandue dans d'autres villages palestiniens. , semant la peur dans le cœur des habitants.

« Nous revenions de nos fermes », raconte Abdelrahman Suleiman Nakhleh, 86 ans, de Beit Nabala, dans la région de Ramla, en Palestine historique. « Nous avons entendu le bruit des bombes larguées sur un village voisin. » C'était en mai, un mois après le massacre de Deir Yassin. « Nous savions que les sionistes étaient enfin arrivés. Si nous ne fuyions pas, ils transformeraient notre village en un autre Deir Yassin. »

Le village pittoresque de Beit Nabala, avec ses structures construites en pierre et ses collines vallonnées d'oliviers et d'agrumes qui les entouraient, abritait plus de 2 600 personnes et faisait partie des quelque 530 villages palestiniens détruits par les forces sionistes lors de l'établissement d'Israël.

Pour Nakhleh, qui avait environ 12 ans à l'époque, sa vie allait soudainement changer pour toujours – absorbée par un cycle sans fin de déplacement. C'est le sort qu'ont connu au moins 750 000 Palestiniens qui ont été expulsés de leurs foyers et sont devenus réfugiés en 1948.

Courant avec juste leurs vêtements sur le dos, Nakhleh et sa famille ont trouvé refuge sous les branches de leurs oliviers. Les petites feuilles vertes qui, des mois auparavant, avaient donné naissance aux olives lors de la récolte annuelle, attirant tout le village qui les cueillait en chantant et en discutant, les protégeaient désormais des bombes. Apparemment par instinct, tous les villageois ont fui vers leurs oliviers. C'était la dernière fois que le village était rassemblé. Plus jamais ils ne sentiraient la saleté ou l'odeur terrestre de leurs terres sous leurs pieds.

Environ 25 des qui avaient rejoint la résistance armée sont restés à Beit Nabala et ont tenté de défendre le village. Mais n'ayant qu'une arme pour deux combattants, les milices sionistes les ont rapidement maîtrisés ; ils se dirigèrent lentement vers les oliviers, accroupis et rampant à travers les champs de maïs, pour retrouver le reste de leur village.

« Nous avons voyagé d'une ville à l'autre… jusqu'à ce que nous arrivions ici », raconte Nakhleh, assis sur un canapé dans son domicile actuel à Amman, la capitale de la Jordanie, où résident environ 2 millions de réfugiés palestiniens et leurs descendants.

Lire aussi  Biden dit qu’il a « pratiquement » déclaré l’urgence climatique – mais il ne l’a pas fait

« Je ne pourrai jamais oublier ce jour », raconte Nakhleh Vérité. Derrière lui se trouve une grande photo du Dôme du Rocher de l'enceinte de la mosquée Al Aqsa à Jérusalem-Est occupée, couvrant presque la totalité de l'un de ses murs. « Je n'oublierai jamais nos terres, nos oliviers et nos maisons. »

Nakba en cours

Mais 75 ans après la Nakba, le monde a vu Israël commettre le pire massacre de l'histoire de la Palestine. Le 7 octobre, les Brigades Qassam – la branche armée du Hamas qui gouverne la bande de Gaza assiégée – ont lancé une attaque militaire complexe et surprise contre Israël, tuant 1 200 personnes et capturant environ 240 otages israéliens et étrangers. Depuis, les frappes aériennes israéliennes ont tué au moins 15 000 personnes à Gaza, dont plus de 6 000 enfants.

L'agression sans précédent d'Israël contre l'une des régions les plus densément peuplées de la planète, que certains critiques qualifient de génocide, a fait frémir même les survivants de la Nakba. « Je donne tout mon cœur et toute mon âme au peuple de Gaza », dit Nakhleh, sa voix montant et se brisant en même temps. « J'aimerais pouvoir prendre la souffrance de ces enfants et la mettre sur moi-même. Mais comme les Palestiniens avant eux, Gaza souffre parce qu'ils ont choisi de résister. »

Environ 1,8 million de personnes ont été déplacées de leurs foyers en moins de deux mois, soit plus de 80 pour cent de la population de la région, tandis que plus de la moitié des maisons de Gaza ont été endommagées ou complètement détruites. Des images de centaines de milliers de Palestiniens fuyant leurs maisons, poussant précipitamment leurs aînés en fauteuil roulant à travers des quartiers bombardés et transportant des valises remplies des quelques objets qu'ils ont pu récupérer à la hâte avant que leurs maisons n'explosent sous les frappes aériennes, ont été diffusées dans les maisons à travers le monde. monde.

Pour les survivants de la Nakba, cela leur rappelle leur propre déplacement. « Tous les réfugiés palestiniens revivent ce qu'eux ou leurs familles ont vécu en 1948 », explique Muhammad Yousef Mahmoud al-Adarbe, 60 ans, responsable communautaire du camp d'Al-Wehdat à Amman, le deuxième plus grand camp de réfugiés de Jordanie et abritant environ 57 000 personnes. Réfugiés palestiniens. « Nous regardons notre passé prendre vie sur nos téléviseurs. »

Lire aussi  Jeremy Scahill : Biden doit être responsable d’avoir cosigné le mensonge de l’hôpital Al-Shifa

Le nombre de Palestiniens tués et expulsés de leurs foyers depuis le 7 octobre dépasse de loin ceux tués ou réfugiés pendant la Nakba. Mais, selon Ilan Pappe, historien israélien et directeur du Centre européen d'études palestiniennes à l'Université d'Exeter, le massacre de Gaza s'inscrit dans un contexte historique plus large de ce que les Palestiniens appellent al-Nakba al-Mustameraou « la Nakba en cours ».

« Nous sommes dans un autre chapitre terrible d'une longue histoire de nettoyage ethnique qui n'a jamais cessé depuis 1948 jusqu'à aujourd'hui », déclare Pappe. Vérité. « Que ce soit dans la bande de Gaza ou en Cisjordanie, ce processus s'accompagne de politiques génocidaires progressives. »

Regarder un autre massacre

Adarbe est né dans le camp de réfugiés d'Ein as-Sultan, situé dans la vallée du Jourdain en Cisjordanie, près de la ville de Jéricho. Après environ deux ans, sa famille a déménagé à Amman, s'installant dans une maison exiguë du camp d'Al-Wehdat.

Alors qu'Adarbe grandissait de l'enfance à l'âge adulte, ce sont les histoires que sa famille lui racontait sur leur village d'Al-Dawayima, dans le sous-district historique d'Hébron, qui a été dépeuplé en 1948, qui lui ont donné de la force alors qu'il luttait contre la surpopulation et le manque d'opportunités. qui continue de définir la vie dans les camps.

« Nous regardons notre passé prendre vie sur nos téléviseurs. »

« Dans notre village, nous avions beaucoup de terres, mais maintenant nous étions confinés dans un tout petit espace dans le camp », raconte Adarbe. Vérité, en tirant périodiquement une bouffée de cigarette. « En fin de compte, même si la vie était difficile, nous savions qu'un jour nous retournerions dans notre village et cela nous a toujours fait nous sentir forts. »

Il y a une histoire que sa famille lui a racontée qui a éclipsé toutes les autres. Le village de Dawayima a été le théâtre de l'un des massacres les plus horribles perpétrés en 1948 – qui avait été dissimulé pendant des années par le gouvernement israélien. Contrairement aux massacres orchestrés par des groupes paramilitaires sionistes, comme à Deir Yassin, les auteurs du massacre de Dawayima étaient des forces armées régulières faisant partie du nouvel État israélien, qui cherchait déjà à être reconnu par la communauté internationale et préparait sa candidature pour devenir un État israélien. État membre de l'ONU.

Les forces israéliennes ont envahi le village, tuant sans discernement des hommes, des femmes et des enfants – dans leurs maisons et dans les rues. Selon un soldat israélien présent lors du massacre, ils n'ont rencontré aucun combat ni résistance parmi les habitants d'Al-Dawayima, mais ont quand même continué le carnage, brisant même le crâne d'enfants avec des bâtons. Ils ont bloqué les maisons et les ont fait exploser avec des explosifs alors que des personnes étaient encore en vie à l'intérieur.

Lire aussi  L’administration Biden porte sa capitulation face à Israël à un nouveau niveau absurde

Les troupes se sont ensuite déplacées vers la mosquée du village, massacrant environ 75 personnes qui s'y étaient réfugiées, pour la plupart des personnes âgées. Des dizaines d'autres, dont de nombreuses femmes et enfants, s'étaient cachés dans des grottes et des grottes voisines ; ils ont également été retrouvés et abattus. On estime qu'entre 500 et 1 000 Palestiniens ont été tués.

En 1955, la colonie juive d'Amatzia fut construite sur les ruines d'Al-Dawayima. Selon Adarbe, sa famille l'avait informé depuis longtemps qu'après le massacre, les Palestiniens étaient retournés au village au milieu de la nuit et avaient récupéré certains des corps tués et les avaient enterrés dans un puits.

Cette histoire, racontée depuis longtemps par les survivants, a été confirmée dans les années 1980 lorsque l'ancien leader de Dawayima a amené un journaliste israélien dans le village détruit et lui a montré où les morts étaient enterrés. Le journaliste revint avec des ouvriers et commença à creuser ; ils ont rapidement mis au jour des os et des squelettes, dont l'un appartenait à un petit enfant.

« Je n'ai pas vécu personnellement ce massacre », dit Adarbe. « Je n'en ai entendu parler que par ma famille. Mais regarder Gaza maintenant, c'est comme regarder le massacre que ma famille a vécu en temps réel. Quand vous le voyez réellement devant vous et que ce n'est pas seulement une histoire, c'est très différent. Je ressens beaucoup de douleur.

« Ce qui se passe à Gaza est la preuve de ce qui est arrivé à ma famille », poursuit-il. « Ce qu'ils nous ont fait en 1948, ils le font encore, mais à une échelle encore plus grande. Ce génocide à Gaza réaffirme tout ce que mes parents ont vécu et toutes les histoires qu'ils m'ont racontées en grandissant. »

« Mais la résistance à Gaza rappelle également à tous les Palestiniens que le moment est venu où nous enfin faire tout notre possible pour rentrer chez nous. Il est temps pour nous de revenir.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire