La seule solution à la « suprématie de la richesse » est une économie démocratique

Publié le

A digital illustration of hands grating a house with people still in it into money, over a plate already overflowing with money.

L'extraction de est une pathologie du capitalisme tardif et est définie par les processus culturels et politiques par lesquels les riches s'établissent comme classe dominante. La théoricienne sociale et organisatrice Marjorie Kelly qualifie ce phénomène de « suprématie de la richesse », ce qui est également le titre de son dernier livre. Mais comme elle le souligne dans cette interview exclusive pour Vérité, la suprématie de la richesse, qui a institutionnalisé la cupidité, définit un système non seulement biaisé mais truqué contre la grande majorité de la population et donc préjudiciable à l'économie, aux citoyens et à la planète. Elle soutient, à son tour, qu'un mouvement visant à construire une économie démocratique est notre seule issue. Kelly est membre émérite du Democracy Collaborative. En plus de Suprématie de la richesse : comment l'économie extractive et les règles biaisées du capitalisme sont à l'origine des crises actuelles (2023), elle est l'auteur de La création d'une économie démocratique : bâtir la prospérité pour le plus grand nombre, et pas seulement pour quelques-uns (co-écrit avec Ted Howard ; 2019). L'interview qui suit a été légèrement modifiée pour plus de clarté.

CJ Polychroniou : L'un des développements les plus prononcés au cours des 40 dernières années au sein de l'économie , et en particulier dans les pays développés, est la financiarisation – ce qui signifie que la finance en est venue à dominer notre économie, notre culture, le monde naturel, et même notre politique apparemment démocratique. . Certains affirment que la financiarisation représente une nouvelle phase du capitalisme, tandis que d'autres y voient une conséquence du néolibéralisme. Votre livre récent, Suprématie de la richesse, analyse la forme actuelle du capitalisme et met en lumière ce que vous percevez comme son problème central, tout en offrant également une vision d'un système alternatif, une économie démocratique – ainsi que des voies pour y parvenir. Commençons par ce que vous entendez par « suprématie de la richesse » et comment, selon vous, la financiarisation en est venue à dominer toutes les autres formes d'activité économique.

Marjorie Kelly: Nous ne pouvons pas résoudre un problème que nous ne pouvons pas nommer. Nous pointons du doigt le « pouvoir des entreprises », les « inégalités » et la « cupidité » comme étant les problèmes. Mais cela ne s'attaque pas à la racine du dysfonctionnement du système. J'appelle cela la suprématie de la richesse – le biais qui institutionnalise l'extraction infinie de richesses pour les riches, même si cela signifie une stagnation ou des pertes pour le reste d'entre nous. L'avidité personnelle est certainement à l'œuvre. Mais le système Le problème est de savoir comment la cupidité est mandatée, récompensée, normalisée et institutionnalisée dans les pratiques et les institutions du système.

Il s'applique à la manière dont les investissements sont gérés et à la manière dont les sociétés sont gouvernées ; l'objectif des deux est de maximiser le revenu du capital. En pratique, la suprématie de la richesse prend la forme d'un biais capitaliste – la façon dont seul le capital vote dans les entreprises, la façon dont un marché boursier en hausse est assimilé à une économie prospère.

Les politiques gouvernementales néolibérales ont laissé libre cours à cette machine centrée sur le capital. Le résultat a été la financiarisation – la production de plus en plus de richesse financière.

Derrière tout cela se cache l'objectif de garder les riches au top, protégés et confortables. La suprématie de la richesse est une manifestation d'un préjugé de classe. Il s'agit des innombrables façons dont notre culture favorise les riches, la classe supérieure. La classe, c'est beaucoup de choses – un goût exquis pour l'art et le vin, bien parler et s'habiller, faire fréquenter les bonnes écoles – mais elle repose sur une base de richesse, qui rend possible tous les rites de classe.

Lire aussi  Une chaîne d'hôpitaux menacée de supprimer l'assurance maladie de 1 300 grévistes

Créer de la richesse est certainement un objectif auquel aspirent de nombreuses personnes ; Pourtant, dans votre livre, vous affirmez que les processus en cours d'accumulation de richesses sont en réalité préjudiciables à l'économie, aux citoyens et à la planète. En quoi la richesse est-elle néfaste ? Et qui est le coupable ici : la culture de la « suprématie de la richesse » ou le capitalisme lui-même ?

Le vrai problème est excès richesse – comme les huit milliardaires qui possèdent la moitié de la richesse mondiale. Mais la culture de notre économie en général soutient, voire impose, l'extraction maximale des richesses. Lorsque les investisseurs examinent les rendements de leur/nos portefeuille, nous entrons dans le monde onirique de la richesse, la fiction selon laquelle les gains financiers tombent du ciel, intacts et sans tache. Le système est tellement axé sur l'avantage de la richesse qu'il ignore l'impact sur les autres. La richesse a un revers dont on parle rarement.

Au Democracy Collaborative où je travaille, nous avons commandé des travaux à trois économistes internationaux qui ont démontré comment la richesse augmente par extraction. Chaque actif détenu par une personne représente une créance sur quelqu'un ou sur quelque chose d'autre. La dette de carte de crédit est une créance sur votre chéquier. Les actions sont un droit à la valeur d'une entreprise et accroître cette valeur pour les actionnaires fortunés signifie souvent licencier des travailleurs ou transformer des emplois à temps plein en emplois à temps partiel et ubérés, afin de déplacer les revenus du travail vers le capital. Le problème n'est pas seulement que la richesse est inégale. Comme l'ont démontré ces économistes internationaux, le secteur financier est devenu le lieu où l'inégalité est créé.

Alors que notre société voit la richesse des multimillionnaires et des milliardaires croître comme par magie comme si elle sortait de nulle part, une grande partie de cette richesse est extraite des poches des gens ordinaires et de nos gouvernements financés par les contribuables. On nous dit que nous sommes dans une économie de « retombée ». La vérité est l'inverse : ce qui se passe est un vide vers le haut. Les actifs financiers sont devenus une action de succion géante qui pèse sur le portefeuille des consommateurs, crée du chômage, pousse les prix de l'immobilier à des sommets inatteignables, crée des monopoles qui entravent les entreprises familiales, bloque notre capacité à lutter contre le changement climatique, déstabilise l'économie avec des hauts et des bas des marchés boursiers. Et permettre aux milliardaires de s'emparer de la démocratie.

Le capitalisme est ce système d'extraction. Son objectif est de maintenir les riches dans le trèfle. Notre culture aide à maintenir tout cela en place – à le légitimer – lorsque nous vénérons les riches comme détenteurs de pouvoirs divins et lorsque nous acceptons les opérations et les institutions de l'économie comme normales, nécessaires et inoffensives. Le dénoncer comme un système de préjugés est une étape vers sa délégitimation, transformant en sable ses fondements culturels.

Vous écrivez sur les mythes de la suprématie de la richesse qui normalisent les biais du système. Quels sont certains de ces mythes et quel est leur impact sur la politique et la gouvernance démocratique en particulier ?

J'identifie sept mythes qui forment le système de fonctionnement de notre économie. Le mythe central est le mythe de la maximisation – l'idée qu'aucune richesse n'est jamais suffisante. C'est le principe de base de l'investissement. Dans le livre, je distingue la « réalisation de profit » de la « maximisation du profit ». Les entreprises doivent réaliser des bénéfices pour survivre, mais maximiser cela entraîne des dégâts sur la société et la destruction de la Terre.

Lire aussi  L’insécurité est une caractéristique, et non un bug, du capitalisme. Mais cela peut susciter de la résistance.

Il y a le mythe de la gouvernance d'entreprise, qui dit que les travailleurs ne sont pas membres de la société. Les travailleurs peuvent se rendre dans une entreprise tous les jours pendant 40 ans et faire fonctionner l'entreprise, mais ce sont des étrangers. Les investisseurs dans les hedge funds qui détiennent des actions pendant 15 minutes sont les initiés, car seul le capital a le droit de voter pour le conseil d'administration. Les travailleurs sont dépossédés et privés de leurs droits.

Il y a le mythe de la matérialité en comptabilité d'entreprise et financière, qui dit que seuls les gains en capital sont réels. Les impacts sur l'environnement ou la société ne sont pas réels, ne sont pas « matériels », à moins qu'ils n'affectent le capital. ExxonMobil a augmenté la valeur actionnariale de près de 80 % en 2022. C'est considéré comme un succès. Peu importe que ces produits alimentent des incendies de forêt catastrophiques et inondent les villes.

On nous dit que nous sommes dans une économie de « retombée ». La vérité est l'inverse : ce qui se passe est un vide vers le haut.

Ce qui est important pour notre politique, c'est mythe du libre marché, qui dit que le gouvernement doit être soumis, car il est l'ennemi de l'indépendance et du pouvoir de la richesse. Il n'y aura aucune limite au champ d'action des sociétés et du capital.

Ce mythe consiste à laisser la machine d'extraction de richesse fonctionner sans entrave. Pourtant, alors que cette machine passe à la vitesse supérieure, les actifs financiers sont désormais cinq fois le PIB aux États-Unis, et encore plus au Royaume-Uni — l'extraction en cours devient plus difficile. Il faut abattre les réglementations, créer des monopoles, supprimer les bons emplois et éluder les impôts. Mais les citoyens ordinaires d'une démocratie ne soutiennent pas un tel programme. Ainsi, le parti de la richesse met de son côté le ressentiment de la classe ouvrière blanche en rejetant la faute sur les immigrés, attisant ainsi les préjugés raciaux. Et il cherche à détruire la démocratie elle-même – en vilipendant le concept même de gouvernement, en déployant de l'argent noir pour changer la façon dont les votes sont déposés et comptés. Ou lancer le grand mensonge, comme le fait Donald Trump. Pourtant, au-delà de Trump, comme l'a dit le sénateur Sheldon Whitehouse, l'assaut plus large contre la démocratie est mené par une petite élite milliardaire.

Ce qui a contribué à refaire la politique américaine, c'est la financiarisation. Cela a conduit à une inégalité galopante – créant un bassin croissant de classe ouvrière mécontente – tout en créant également la richesse qui a orienté la politique vers les entreprises et les riches. L'ère néolibérale d'après 1980 a marqué la montée de la ploutocratie – ce que Whitehouse appelle « la classe dirigeante invisible ». La destruction de la démocratie fait partie de son plan de jeu pour maintenir la machine à extraire les richesses.

Dans ce que j'ai compris comme une tentative de votre part de mélanger classe et race, vous avez écrit que la suprématie blanche et la suprématie de la richesse sont étroitement liées. Êtes-vous en train de dire que le capitalisme a de la couleur ?

Ces deux formes de préjugés sont profondément liées. Dans la phase initiale de ce que l'intellectuel guyanais Walter Rodney appelait le « système capitaliste/impérialiste », une grande partie de la richesse provenait de l'extraction de personnes et de nations de couleur, par le biais de l'esclavage et de la possession impériale. L'extraction raciale par la finance s'est poursuivie dans les temps modernes à travers des lignes rouges, des hypothèques prédatrices, etc.

Lire aussi  11 000 travailleurs de la ville de Los Angeles font grève après que la ville se soit engagée dans des négociations de mauvaise foi

Mais si les systèmes de suprématie de la richesse et de suprématie blanche fonctionnent ensemble, ils fonctionnent également selon des logiques distinctes. suprémacie blanche persiste, causant des dommages à travers les générations. Pourtant, la suprématie de la richesse accélère. Parce que plus la sphère de richesse gonflée s'agrandit, plus elle nécessite d'extractions importantes pour s'agrandir encore. Si les personnes de couleur ont longtemps été et restent les principales cibles de cette extraction, la planète elle-même est aujourd'hui prise dans son étreinte de fer. Et la souffrance que connaissent depuis longtemps les personnes de couleur frappe les Blancs.

Le socialisme d'État est pratiquement mort et la social-démocratie est à genoux. Premièrement, comment pouvons-nous changer le système actuel et, deuxièmement, à quoi ressemblerait une économie démocratique ?

Nous parlons donc maintenant de changement de système. Ne pas réguler le capitalisme, mais passer à un prochain système, où le capital n'est plus au centre. Cela commence par reconnaître que la propriété et le contrôle de notre économie politique par une élite riche constituent le problème central. La solution devient alors claire. Nous devons préserver la démocratie politique et intégrer son esprit dans l'économie elle-même – en créant une économie démocratique, où la richesse et le pouvoir sont largement détenus, où les institutions et les pratiques économiques sont conçues pour nous permettre à tous de prospérer sur une Terre florissante.

Comment pouvons-nous y arriver? Nous avons besoin d'une grande transition de propriété, y compris la propriété publique de secteurs clés comme l'eau et les soins de santé, la propriété des entreprises par les travailleurs, la protection des biens communs par le biais de fiducies et de réserves, la propriété et le contrôle équitables des terres, des forêts et du logement. Et nous avons besoin de repenser les entreprises pour qu'elles aient l'obligation légale de servir le bien public. Les sociétés qui maximisent leurs profits et qui visent à rendre les riches encore plus riches ne peuvent plus exister.

Nous avons également besoin d'un prochain système de capital – comprenant l'annulation de la dette lorsque cela est nécessaire, un nouvel écosystème bancaire dans l'intérêt public, un impact authentique et des investissements locaux, ainsi que des impôts sur la fortune et les successions qui interdisent la formation de dynasties. Il est également nécessaire de réglementer les super-prédateurs, les super-extracteurs comme le capital-investissement et les hedge funds.

On me demande souvent si tout cela est possible. Et j'aime diviser cette question en deux parties. Ces nouveaux modèles d'économie démocratique – comme les banques publiques et les entreprises appartenant aux travailleurs – sont-ils des modèles réalisable? La réponse est oui. Ils sont prouvés. Ils sont pratiques. Leurs résultats sont supérieurs si le succès est synonyme de bien-être humain plutôt que de simple hausse du cours des actions.

La deuxième question est alors : un changement de système est-il possible ? Mais si nous avions commencé par le changement climatique – en nous demandant s'il était possible de réduire les émissions de carbone de 80 pour cent – ​​nous aurions abandonné. Comme l'a dit Nelson Mandela : « Cela semble toujours impossible jusqu'à ce que ce soit fait. »

Le changement de système ne commence pas par se si la transformation est possible. Au lieu de cela, nous demandons : est-ce nécessaire? C'est ici que nous commençons.

Une chose que nous pouvons savoir avec une certaine certitude. Un monde à moitié ploutocratique et à moitié démocratique ne peut pas durer longtemps. Une moitié finira par remplacer l'autre. Soit l'économie ploutocratique détruira la démocratie, soit nous imprégnerons la démocratie dans notre économie, construisant ainsi l'économie démocratique désormais nécessaire à notre survie.

Avatar de Flore Malaud

Laisser un commentaire