L’insécurité est une caractéristique, et non un bug, du capitalisme. Mais cela peut susciter de la résistance.

Publié le

L’insécurité est une caractéristique, et non un bug, du capitalisme.  Mais cela peut susciter de la résistance.

Le capitalisme est un socio-économique qui dépend de l'exploitation et génère des inégalités. Dans un livre récemment publié intitulé, L'ère de l'insécurité : se rassembler alors que les choses s'effondrent, cinéaste, écrivain et organisatrice politique Astra Taylor décrit également le capitalisme comme une machine intrinsèquement génératrice d'insécurité. De l'éducation à l'accession à la propriété en passant par la surveillance des lieux de travail, le capitalisme fabrique l'insécurité, affirme Taylor, co-fondateur du Debt Collective. Cette insécurité nous rend de plus en plus vulnérables à l'incertitude économique, que le système utilise à son tour comme une arme contre nous.

Pourtant, Taylor affirme dans l'interview exclusive de Véritél'insécurité fabriquée par le système peut également rassembler les gens pour exiger des réformes radicales, même si l'insécurité dans le monde d'aujourd'hui semble attirer de plus en plus les gens vers des dirigeants politiques autoritaires.

CJ Polychroniou : On dit souvent que nous vivons une époque étrange et dangereuse. En effet, il existe des crises qui menacent la survie humaine ; les inégalités ne cessent de croître depuis les années 1980 et l'autoritarisme est en marche à mesure que la démocratie s'affaiblit. Dans ce contexte, dans votre livre récemment publié, judicieusement intitulé, L'ère de l'insécurité : se rassembler alors que les choses s'effondrent, vous avez décrit l'insécurité comme une « caractéristique déterminante de notre époque » et une caractéristique essentielle du système capitaliste. Aujourd'hui, le capital règne, bien sûr, et le capitalisme exploite l'insécurité, mais l'insécurité occasionnelle n'est-elle pas aussi une partie naturelle de la vie ? Pourquoi faire de l'insécurité un moteur de l'économie et de la politique d'aujourd'hui ? Pourquoi pas le ressentiment, ou les actions de protestation, qui se multiplient partout dans le monde, même si certaines études indiquent que la même chose se produit avec l'apathie politique ?

Astra Taylor : L'insécurité est liée aux nombreuses crises qui s'intensifient et se croisent auxquelles nous sommes confrontés aujourd'hui : logement inabordable, dette croissante, médias toxiques, détérioration de la santé mentale, extrême droite enhardie, catastrophe climatique, intelligence artificielle et Big Tech, la liste est longue.

Je ne dirais pas que je « fais » de l'insécurité un moteur de la politique d'aujourd'hui. Je dirais que c'en est juste un. En effet, comme je le montre dans le livre, l'insécurité est une composante déterminante du capitalisme – une composante aussi essentielle que la recherche du profit. Pour paraphraser votre question, le capitalisme non seulement exploits insécurités; plus fondamentalement, elle les génère.

En d'autres termes, l'insécurité n'est pas seulement un sous-produit malheureux de notre ordre économique concurrentiel actuel. C'est un produit phare. Si vous n'êtes pas en danger, vous ne continuez pas à acheter, à bousculer, à accumuler. L'insécurité est le bâton qui nous pousse à lutter et à lutter.

Lire aussi  Un responsable du département d’État démissionne alors que Biden appelle à une augmentation de l’aide militaire à Israël

Et pourtant, comme vous le constatez, l'insécurité fait aussi naturellement partie de la vie.

Dans le livre, je distingue deux types d'insécurité. Il y a d'abord insécurité existentielle, ou le genre d'insécurité inhérente à la vie humaine et qui découle du fait que nous sommes des créatures mortelles qui ne peuvent pas survivre sans le soin des autres. Et puis il y a ce que j'appelle insécurité fabriquéeet c'est le type d'insécurité qui est essentiel au fonctionnement d'une société de marché.

En revenant sur les siècles jusqu'à l'aube de l'ère industrielle, je montre comment le capitalisme a commencé par créer une insécurité dans le sens moderne du terme – en coupant les gens de leurs communautés et de leurs moyens de subsistance traditionnels pour qu'ils n'aient plus rien d'autre à vendre que leur travail. Nous constatons que cette dynamique se joue aujourd'hui, alors que les autorités poursuivent des politiques monétaires explicitement conçues pour affaiblir la main des travailleurs. C'est l'insécurité fabriquée au travail.

Tout cela peut sembler plutôt lourd, mais j'ai vraiment essayé d'écrire le livre avec une touche légère – en m'appuyant sur l'histoire et l'économie tout en incorporant également des mythes, de la psychologie et même quelques éléments de mémoire humoristiques. Et il y a de l'espoir. À l'heure actuelle, notre société est structurée pour empirer plutôt que pour s'occuper de nos insécurités et de nos vulnérabilités. Mais on peut toujours arranger les choses différemment.

La notion d'insécurité en tant que caractéristique du monde d'aujourd'hui pourrait amener les gens à supposer qu'elle conduit au désespoir et à l'inaction. Pourtant, vous soutenez que l'insécurité peut effectivement être une étape vers la création d'une solidarité dans le but de remettre en question et, à terme, de transformer le système. S'agit-il d'une affirmation théorique derrière la prétendue relation symbiotique entre le capitalisme et l'insécurité, ou s'agit-il d'une affirmation basée sur des preuves empiriques réelles ? En d'autres termes, pouvez-vous décrire comment l'insécurité se traduit par une action collective et quelle forme, selon vous, l'action collective doit prendre pour que le système soit transformé ?

Dans le livre, je soutiens que l'insécurité peut avoir des effets dans les deux sens. Cela peut susciter des compulsions défensives et destructrices, ou être un vecteur d'empathie, d'humilité, d'appartenance et de solidarité. Nous voyons cela tout le temps. La droite le sait et s'efforce d'attiser l'insécurité des gens, les encourageant à détourner leur colère vers les plus vulnérables – plutôt que vers le système économique et les élites qui profitent du statu quo.

Lire aussi  Sanders et Ocasio-Cortez présentent une résolution s'excusant du coup d'État chilien de 1973

Un exemple que je donne est la façon dont les travailleurs et les chômeurs se sont organisés pendant la Grande Dépression. Nous l'oublions aujourd'hui, mais « l'insécurité » était en réalité un concept crucial dans la bataille pour le New Deal. Franklin Roosevelt a qualifié l'insécurité de « l'un des maux les plus redoutables de notre système économique » et a fait du concept de sécurité la pierre angulaire de l'État-providence. Je vois certainement l'insécurité – la honte, la peur, l'anxiété face à l'avenir – transformée en solidarité dans mon travail avec le Debt Collective, le syndicat des débiteurs que j'ai aidé à fonder.

Dans le climat économique actuel, la crise du logement locatif est devenue particulièrement aiguë dans les sociétés résolument néolibérales comme les États-Unis, mais les loyers ont également explosé partout en Europe et de plus en plus de personnes sont confrontées à des conditions de vie précaires. Existe-t-il des solutions innovantes à la crise du logement locatif ? Par exemple, la politique de logement social de Vienne peut-elle être reproduite dans des pays comme les États-Unis ?

Absolument. Je m'attarde sur l'exemple du logement social autrichien dans le deuxième chapitre du livre. Il s'agit d'un exemple fantastique de la manière d'éradiquer une forme d'insécurité matérielle qui est désormais endémique et déprimante en Amérique du Nord.

Dans le livre, je reviens encore et encore à un paradoxe fondamental. Comme je l'écris : « Aujourd'hui, bon nombre des moyens par lesquels nous essayons de renforcer notre sécurité et celle de nos sociétés – l'argent, la propriété, les possessions, la police, l'armée – ont des effets paradoxaux, compromettant la sécurité même que nous recherchons et accélérant les dommages causés à l'économie. , le climat et la vie des gens, y compris la nôtre.

Le logement en est vraiment un excellent exemple. Aux États-Unis, un maigre 1 % des logements sont fournis sur une base non marchande. La marchandisation du logement garantit qu'un très grand nombre de personnes seront exclues du prix, perpétuellement précaires et sans logement. Ce qu'on nous dit va enfin nous garantir la sécurité – une hypothèque sur une unité unifamiliale – contribue également à la déstabilisation de nos communautés. Les valeurs et les loyers toujours plus élevés poussent les classes populaires à quitter leurs villes et leurs quartiers. Les fiefs unifamiliaux dépendant de la voiture sont un gaspillage écologique. Sans parler de la manière dont le secteur financier et la montée en puissance des propriétaires de Wall Street sont encore enrichis par ce modèle, contribuant ainsi à la volatilité. Le logement social est la seule issue à ce dilemme et la seule manière d'assurer une réelle sécurité du logement pour tous.

Lire aussi  L'UAW conclut un accord de contrat provisoire avec General Motors

L'administration Biden a fait des progrès en matière de dette étudiante, mais l'annulation de la dette étudiante est encore loin de devenir une réalité, en grande partie à cause de la majorité ultraconservatrice de la Cour suprême. J'aimerais d'abord que vous expliquiez aux lecteurs pourquoi le Collectif de la dette, que vous avez cofondé en 2014 et qui se trouve être le premier syndicat de débiteurs, parle d'« annulation de dette » et rejette le terme « remise de dette », puis si vous restez optimiste quant au fait qu'une victoire ultime pour les emprunteurs étudiants se produira à un moment donné.

Nous rejetons l'idée d'une « remise de dette » parce que les débiteurs n'ont rien fait de mal. Il n'est pas nécessaire de pardonner aux gens de poursuivre des études, de vouloir apprendre ou d'améliorer leur vie. C'est pourquoi le Collectif de la Dette préfère parler d'« annulation », d'« allégement » ou d'« abolition » de la dette.

Notre petit mais puissant mouvement a parcouru un long chemin en une décennie. Je crois que nous gagnerons – si les gens cessent de se tenir à l'écart et se joignent à nous. Un moyen simple pour les lecteurs d'y parvenir est de prendre 10 minutes pour soumettre un litige au de l'Éducation à l'aide de notre nouvel outil de libération de la dette étudiante. Toute personne bénéficiant d'un prêt fédéral peut le faire. L'outil enverra une ancienne lettre exigeant un soulagement aux hauts gradés du ministère de l'Éducation. Plus ils reçoivent de candidatures, plus nous pouvons exercer de pression.

Nous avons eu des victoires, des revers, puis encore des victoires et des revers. Je suis dans les tranchées depuis assez longtemps pour savoir comment se déroulent les mouvements. L'arc de la justice est malheureusement plutôt tordu et se replie parfois sur lui-même. Mais ce n'est pas le moment de lever les bras, c'est le moment de continuer à soutenir le président. Le mouvement pour l'abolition de la dette ne fait que commencer.

Avatar de Charles Briot