La menace de Trump de s’attaquer à la « vermine » est tout droit sortie du manuel nazi

Publié le

La menace de Trump de s’attaquer à la « vermine » est tout droit sortie du manuel nazi

On pourrait penser qu'après avoir été confronté au principal candidat du parti à la présidence, divaguant en public sur « les communistes, les marxistes, les fascistes et les voyous de gauche radicale qui vivent comme de la vermine dans les limites de notre pays » le BNCLors de la « Rencontre avec la presse », le président du Comité national républicain serait obligé de dire autre chose que « Je ne ferai pas de commentaires sur les candidats et leurs messages de campagne ». Mais pas Ronna McDaniel.

Il fut un temps où une personne qui dirait une telle chose ne serait pas le favori pour l'investiture présidentielle du GOP. Bien sûr, il y a toujours eu des républicains qui ont dit des choses comme ça. C'est tout à fait hors de l'ère McCarthy que de dénoncer les « communistes » fantômes qui étaient censés détruire le pays. Mais il ne s'agissait pas de candidats présidentiels très suivis. C'étaient des excentriques comme le sénateur Joe McCarthy qui, avec son proche conseiller Roy Cohn (qui a ensuite conseillé Donald Trump plus tard), a ruiné de nombreuses vies avec ses accusations farfelues. Mais même lui a finalement été répudié par son propre parti.

Il faut bien comprendre que la définition de Trump des « communistes, marxistes, fascistes et voyous de la gauche radicale » ne concerne pas vraiment l'idéologie, dont il n'a aucune connaissance. Ce sont de vieilles épithètes de la guerre froide qu'il a entendues pour la première fois quand il était enfant et qui sont revenues à la mode à l'extrême droite. Il les applique à ses ennemis politiques que sont les démocrates et certains républicains qui, selon lui, l'ont trahi. Le reste de son message sur la Journée des anciens combattants, que Kristen Welker n'a pas récité sur « Meet the Press », ressemblait à ceci :

La menace des forces extérieures est bien moins sinistre, dangereuse et grave que la menace de l'intérieur. Malgré la haine et la colère des fous de la gauche radicale qui veulent détruire notre pays, nous rendrons à l'Amérique sa grandeur !

Je suis si vieux que je me souviens quand Hillary Clinton a déclaré dans un discours qu'on pouvait mettre la moitié des partisans de Trump dans un « panier de déplorables » et que les médias ont connu un véritable effondrement avec la campagne Trump prenant les vapeurs et publiant une dénonciation haletante. :

Juste au moment où Hillary Clinton annonçait qu'elle allait lancer une campagne positive, elle arracha son masque et révéla son véritable mépris pour les Américains ordinaires.

C'était riche à l'époque et c'est encore plus riche maintenant.

Aujourd'hui, Trump est sur le qui-vive et menace quotidiennement de se venger de ses ennemis politiques, parmi les démocrates, la presse, les responsables électoraux, le ministère de la Justice et toute autre personne qui, selon lui, l'a contrarié. C'est le thème principal de sa campagne. Mais appeler ces ennemis vermine cela amène cela à un tout autre et qui a encore plus de résonance que d'habitude avec le débat actuel sur l'antisémitisme. Il utilise désormais ouvertement le langage de l'Allemagne nazie pour dégrader et déshumaniser les Juifs des années 1930.

Si je devais deviner, je dirais que Trump n'a pas inventé ce mot lui-même. Il est plus un type « rats » qu'un type « vermine » lorsqu'il s'agit de rhétorique. Et le fait qu'il ait répété la phrase exacte du prompteur lors d'un rassemblement plus tard dans la journée de samedi indique qu'il s'agissait d'un travail de rédacteur de discours et non du sien, même si cela reflète certainement ses sentiments sur la question. Je soupçonne qu'il a été écrit ou inspiré par son fasciste de droite, Stephen Miller, qui a été largement présenté dans un autre article effrayant du New York Times sur le programme de Trump pour son deuxième mandat.

Lire aussi  Même selon son interprétation de la loi sur la divulgation, Thomas semble l'avoir violée

Nous savons qu'il envisage de purger le pouvoir exécutif des employés de la fonction publique et de transformer l'ensemble du secteur en une arnaque clientéliste pour ses copains et ses courtisans qui obéiraient à ses ordres et rien d'autre. Et nous avons appris qu'il va détruire le ministère de la Justice et y implanter des avocats de droite comme John Eastman, l'architecte de la de coup d'État après les élections de 2020. Ils mettront en œuvre la loi sur l'insurrection dès le premier jour du mandat afin de mettre en place le mécanisme permettant de dissuader et de réprimer toute manifestation comme la Marche des femmes qui a eu lieu en 2017, éclipsant les foules d'investiture (dont Trump n'a jamais pu se remettre).

Rien de tout cela n'est secret et ce n'est évidemment que la pointe de l'iceberg. Le dernier Fois L'exposé concerne leurs projets visant à arrêter complètement toute immigration et à lancer un programme d'expulsion draconien :

L'ancien président Donald J. Trump prévoit une extension extrême de sa répression contre l'immigration lors de son premier mandat s'il revient au pouvoir en 2025 – notamment en se préparant à rassembler à grande échelle les personnes sans papiers déjà présentes aux États-Unis et à les détenir dans des camps tentaculaires pendant leur séjour. ils attendent d'être expulsés.

Il va sans dire qu'il envisage d'interdire l'entrée dans le pays aux immigrants et aux demandeurs d'asile. expulser des millions de personnes sur la base de « l'Opération Wetback » d'Eisenhower, qu'il a également fouettée sans relâche lors de sa campagne de 2016. Et oui, il y aura des « camps » pour détenir des personnes aux fins de leur choix, sans procédure légale. Il paiera tout cela avec des fonds militaires si le Congrès refuse d'y allouer l'argent des contribuables.

Ils envisagent de révoquer les visas de tous les étrangers qu'ils pourraient désapprouver pour quelque raison que ce soit. Ils mettront fin au droit de citoyenneté « en proclamant que cette politique est la nouvelle position du gouvernement et en ordonnant aux agences de cesser de leur délivrer des documents confirmant la citoyenneté, comme des cartes de sécurité sociale et des passeports ». Trump a promis de refuser l'entrée à tous les communistes et marxistes et a demandé à ses manifestants ce qu'il fallait faire de « tous ceux qui sont ici ». Ils scandaient « expulsez-les, expulsez-les ». Que cela s'applique uniquement aux communistes nés à l'étranger est laissé à l'imagination. Cela dépendra en grande partie de la Cour suprême, mais il est évident que Trump n'aura aucun problème à défier ses ordres. Qui va l'arrêter ?

Lire aussi  Le législateur du WI GOP détient les salaires universitaires et augmente en otage afin d'éliminer le DEI

La rhétorique de Trump à cet égard est également tout droit sortie du manuel nazi :

« Personne n'a jamais rien vu de pareil à ce à quoi nous assistons actuellement. C'est une chose très triste pour notre pays. Cela empoisonne le sang de notre pays. C'est tellement grave et les gens arrivent avec la maladie. Les gens arrivent avec tout ce que vous pourriez avoir.

L'homme chargé d'élaborer ces plans est Stephen Miller, qui s'est entretenu avec le Fois à propos des projets pour un deuxième mandat de Trump :

Les déportations massives constitueront une perturbation du marché du travail célébrée par les travailleurs américains, à qui l'on proposera désormais des salaires plus élevés et de meilleurs avantages sociaux pour occuper ces emplois. Les Américains célébreront également le fait que les lois de notre pays sont désormais appliquées de manière égale et qu'un groupe sélectionné n'est plus, comme par magie, exempté.

Je ne pense pas avoir besoin d'en expliquer les conséquences économiques.

Il est clair que Trump et ses acolytes envisagent une administration de type nazi et ils n'essaient pas de le cacher. Sa campagne a dit au Fois parler à Miller qui a généreusement partagé son agenda avec le journal. Ils veulent que les gens sachent ce qu'ils complotent. Cette fois, personne ne devrait supposer qu'il s'agit simplement d'une hyperbole. Comme Miller l'a dit au Fois, « en fin de compte, le président Trump fera tout ce qu'il faut ». N'en doutez pas.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire