La Nakba n’a pas pris fin en 1948. Elle continue d’avoir un impact quotidien sur les Palestiniens.

Publié le

People march with the Palestinian flag on the Washington Mall

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Il y a soixante-quinze ans aujourd'hui, l'État juif d'Israël était créé et l'état palestinien de désespoir et de sans-abri commençait. Les Palestiniens appellent cette journée « al-Nakba », la catastrophe qui a entraîné le nettoyage ethnique de près de 750 000 indigènes et la destruction de plus de 500 villages et villes palestiniennes.

Le 15 mai 1948 est une date gravée à jamais dans la mémoire collective de chaque Palestinien. Personne ne peut oublier ce qui s'est passé avant ce jour fatidique. À cette époque, le monde était témoin de l'une des plus migrations forcées de l'histoire moderne.

Aujourd'hui, la stratégie fondatrice d'Israël consistant à expulser de force la population autochtone se poursuit. Pendant des décennies, les Palestiniens ont été empêchés d'exercer leurs droits à la liberté, à l'égalité et à l'autodétermination. Pendant des décennies, ils ont enduré d'horribles conditions d'apartheid et d'occupation militaire brutale ; et après des décennies, l'espoir de récupérer ne -ce qu'une petite partie de leur patrie historique s'est envolé. Les Palestiniens savent qu'avec le gouvernement d'extrême droite nouvellement élu, le pire est encore à venir.

Je suis un Palestinien de la vieille ville de Jérusalem. Alors que j'écris ces mots à l'occasion du 75e anniversaire de la Nakba, mon esprit est rongé par les pensées de ma famille et de mes amis en Palestine, qui continuent de subir des abus quotidiens sous le régime d'apartheid israélien et sa forme la plus inhumaine de punition collective, tandis que les États-Unis Le gouvernement continue de soutenir tacitement les violations des droits de l'homme, les crimes contre l'humanité et l'oppression continue des Palestiniens par Israël.

Je suis indigné et j'ai mal au cœur. Mais l'indignation et le chagrin sont loin de décrire ce que je ressens en ce moment face à ce que mes frères et sœurs de Gaza ont vécu récemment. Lors de son dernier bombardement qui a tué 29 personnes, dont six enfants, à Gaza, Israël n'a pas exercé son « droit à l'autodéfense », comme certains de nos élus et les grands médias voudraient vous le faire croire. Il a commis des massacres et des crimes de guerre. Il a utilisé sa puissance militaire – l'une des armées, de l'aviation et de la marine les plus puissantes et les plus dangereusement équipées au monde, avec un vaste arsenal nucléaire – contre une population occupée et surpeuplée, soumise à un siège suffocant pendant plus de 15 ans.

Au cours des quinze dernières années, Israël a bombardé Gaza à huit reprises, causant à chaque fois des morts, des destructions et une tragédie humaine aux proportions inimaginables. À chaque fois, les bombardements aveugles et criminels d'Israël se sont terminés par un cessez-le-feu de courte durée, laissant les habitants de Gaza vivre dans la peur quotidienne de la prochaine série de bombardements aériens et de missiles qui pourraient détruire leurs maisons et déchirer leurs familles. Ce n'est pas parce que la terreur venue du ciel s'est temporairement arrêtée que la terreur sur le terrain a pris fin.

Un ami à Gaza m'a dit récemment : « Ce qui est pire que de mourir à Gaza, c'est de vivre (à Gaza). » Les conditions humanitaires désastreuses à Gaza – associées aux pénuries de nourriture, d'électricité, de carburant et de fournitures médicales – laissent les Palestiniens sans biens et services essentiels à leur survie, et dans une misère et des difficultés sans fin.

Lire aussi  Un génocide est en cours à Gaza. Les dirigeants américains ne peuvent plus dire « nous ne savions pas ».

Les atrocités survenues récemment – ​​les attaques contre les fidèles de la mosquée Al Aqsa qui ont blessé des centaines de personnes, les raids systématiques sur Jénine et Naplouse qui ont tué des dizaines de civils, la démolition d'une école et les menaces d'expulsion auxquelles ont été confrontés plus de 1 000 Palestiniens après les attaques israéliennes. La Haute Cour a approuvé la destruction de plusieurs villages de Masafer Yatta, dans les collines d'Hébron – ce n'est que le dernier d'une série de crimes contre l'humanité commis par Israël depuis sa création. Le tollé palestinien qui a suivi contre ces crimes reflète une rage refoulée contre l'apartheid, le racisme, la persécution, la force meurtrière et l'occupation. Le tollé légitime condamne également l'inaction de la communauté internationale – en particulier des États-Unis – pour tenir Israël pour responsable de ses violations des lois internationales et des droits de l'homme.

Les Palestiniens du monde entier n'oublieront jamais l'assassinat de la journaliste palestino-américaine Shireen Abu Akleh il y a un an. Son assassinat par les Forces de défense israéliennes (FDI), avec une balle de tireur d'élite dans le visage alors qu'il portait clairement un gilet de la PRESS, m'a profondément secoué. Consacrant sa vie à rapporter la vérité et à dénoncer les horreurs de l'occupation israélienne actuelle, Abu Akleh représente le meilleur que la Palestine et l'humanité aient jamais produit. Un nouveau rapport du Comité pour la protection des journalistes, publié la semaine dernière pour coïncider avec l'anniversaire de la mort d'Abu Akleh, révèle que depuis 2001, Israël n'a jamais inculpé ni tenu quiconque pour responsable des meurtres d'au moins 20 journalistes, dont 18 palestiniens. .

Depuis son entrée en fonction, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a agi rapidement – ​​avec ses partenaires racistes, d'extrême droite et anti-palestiniens – pour mettre en œuvre de politiques qui ont entraîné une escalade de la violence. Ces nouvelles politiques comprennent des raids militaires intensifiés et des assassinats ciblés de soi-disant « terroristes » palestiniens, des démolitions accélérées de maisons palestiniennes et l'expansion des colonies israéliennes illégales sur des terres palestiniennes volées. Il est assez alarmant de penser que l'oppression systémique des Palestiniens par Israël et son déni des droits des Palestiniens sont sur le point de s'aggraver encore. À quel point cela peut-il être pire ?

Commentant les récentes élections, le journaliste israélien Gideon Levy a écrit dans Haaretz que « les conséquences des élections ont montré que la société israélienne est devenue en partie religieuse et largement raciste, la haine des Arabes étant son principal carburant, sans personne pour s'y opposer ».

Alors qu'Israël continue d'envahir les villes palestiniennes et de tuer des Palestiniens quotidiennement, ici aux États-Unis, il n'y a aucun tollé ni aucune condamnation de la part de l'administration Biden. Au contraire, les États-Unis récompensent Israël avec 3,8 milliards de dollars par an provenant des contribuables et n'exigent en retour aucune responsabilité pour son comportement. Le silence écrasant du Congrès et sa peur de critiquer le gouvernement israélien le rendent complice des souffrances continues des Palestiniens. Les États-Unis sont devenus le principal catalyseur de la ségrégation et de la discrimination systématiques d'Israël contre une population sur la base de la race.

Lire aussi  En tant que fille de Gaza en exil, j'aimerais pouvoir être avec mes proches

Il n'était guère surprenant d'apprendre qu'au moment où Israël faisait pleuvoir des missiles sur Gaza lors de « l'opération Bouclier et Flèche », le secrétaire d'État Antony Blinken, le secrétaire à la Défense Lloyd Austin et le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan se sont empressés de proclamer leur soutien au « droit d'Israël à se défendre ». » Le mois dernier, le président de la Chambre des représentants Kevin McCarthy, le chef de la minorité parlementaire Hakeem Jeffries et le gouverneur de Floride Ron DeSantis se sont tous rendus en Israël pour prêter allégeance à l'État israélien.

Avant eux, Blinken s'est rendu en Israël et a réaffirmé le soutien « sans faille » des États-Unis à l'État israélien, qui a récemment voté pour le gouvernement d'extrême droite le plus fasciste, extrémiste de son histoire. Dans son discours, Blinken a évoqué la relation particulière des États-Unis avec Israël, enracinée dans des « valeurs partagées ». De même, lors de sa dernière visite en Israël, le président Joe Biden s'est empressé de montrer un soutien « inébranlable » aux architectes de cette politique inhumaine et cruelle d'apartheid et de déni des droits des Palestiniens. Toutes ces actions permettent aux crimes d'Israël de se poursuivre sans aucun recours, punition ou responsabilité.

Les organisations internationales de défense des droits de l'homme, notamment Amnesty International et Human Rights Watch, ont publié des rapports détaillés concluant qu'Israël pratique l'apartheid. La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les droits de l'homme dans le territoire palestinien occupé, Francesca Albanese, a fait l'objet d'attaques virulentes à la suite de son rapport mettant en lumière le colonialisme de peuplement israélien et l'apartheid. Hagai El-Ad, directeur de B'Tselem, la plus ancienne organisation israélienne de défense des droits de l'homme, a récemment déclaré : « Israël n'est pas une démocratie à laquelle est attachée une occupation temporaire : c'est un régime unique entre le fleuve Jourdain et la mer Méditerranée, et nous Il faut regarder la situation dans son ensemble et la voir telle qu'elle est : l'apartheid. Pourtant, nos élus ignorent tout cela, y compris le fait que la Cour pénale internationale qualifie l'apartheid de « crime contre l'humanité ».

Nous, Palestiniens, demandons : pourquoi les États-Unis ne nous ont-ils pas fait preuve de la même empathie, de la même compassion, du même soutien et de la même détermination qu'ils ont montré à nos frères et sœurs d'Ukraine dans leur lutte pour mettre fin à l'occupation illégale de leurs terres ? Je suis très troublé par le fait que de nombreux collègues progressistes qui dénoncent l'occupation russe de l'Ukraine et d'autres injustices perpétuent la tradition du silence lorsqu'il s'agit d'Israël.

Le niveau de désespoir palestinien atteint un niveau sans précédent. Les Palestiniens continuent d'être colonisés ; Les terres palestiniennes continuent d'être confisquées pour la construction illégale de colonies ; Les membres des familles palestiniennes continuent d'être séparés les uns des autres par des murs ; Les communautés palestiniennes continuent d'être déplacées de force ; Les maisons palestiniennes continuent d'être démolies ; Les oliviers des agriculteurs palestiniens continuent d'être déracinés ; Les enfants palestiniens continuent d'être terrorisés et tués par Tsahal ; Les réfugiés palestiniens continuent d'être exilés ; et les Palestiniens vivant en Israël continuent d'être victimes de discrimination. Avec la complicité de son plus grand allié, les États-Unis, Israël a non seulement poursuivi, mais intensifié ses politiques inhumaines et ses violations du droit international.

Lire aussi  Israël a tué des civils et pris pour cible des hôpitaux de Jénine avec les armes et le soutien des États-Unis

La solution à deux États promise aux Palestiniens lors des accords d'Oslo n'est plus possible ; les chances d'une solution à un État unique avec des droits de citoyenneté égaux pour tous sont encore plus minces, puisque les sionistes insistent pour que Israël reste un État juif avec des droits démocratiques réservés aux Juifs. Ce qui reste – et ce à quoi beaucoup sont favorables au sein du nouveau gouvernement extrémiste israélien – c'est ce que j'appelle la « solution hors de l'État ». Cette stratégie vise à transférer les Palestiniens – ou à continuer de les opprimer jusqu'à ce qu'ils abandonnent et partent – ​​vers les pays arabes voisins, les dépossédant de leur patrie. Mais les Palestiniens sont déterminés à maintenir leur lutte en vie, donc cela aussi échouera.

Il est difficile pour les Palestiniens de ne pas se sentir impuissants lorsqu'ils sont soumis à ces injustices massives depuis si longtemps. Mais ils ont fait preuve d'une formidable résilience et sont inspirés par le soutien collectif des peuples de la communauté mondiale et par les nombreux acquis obtenus grâce au mouvement croissant de Boycott, Désinvestissement et Sanctions. L'ampleur de la solidarité mondiale envers les Palestiniens montre que les gens – en particulier la jeune génération – ne détournent plus le regard.

Même si les tactiques de peur et d'intimidation des groupes de pression israéliens ont fonctionné auprès des élus, elles n'ont pas réussi à obtenir le soutien du public, en particulier parmi les jeunes Juifs. Aujourd'hui, les Palestiniens bénéficient plus que jamais du soutien des peuples du monde entier, comme nous l'avons vu lors de la Coupe du Monde de la FIFA et les scènes du drapeau palestinien omniprésent tenu par les supporters tout au long du tournoi.

Mais alors que le discours public évolue, c'est le contraire qui se produit au sein du Congrès contrôlé par les Républicains. La semaine dernière, le président de la Chambre, McCarthy, a empêché la représentante Rashida Tlaib d'organiser un événement au Capitole pour commémorer la Nakba. Malgré les tentatives de McCarthy, l'événement s'est quand même déroulé dans un bureau du Sénat grâce au sénateur Bernie Sanders, qui a pu trouver un nouveau lieu dans le bâtiment Dirksen du bureau du Sénat, où McCarthy n'a aucune juridiction.

La Nakba n'a pas pris fin en 1948 ; elle continue d'avoir un impact quotidien sur les Palestiniens partout dans le monde. Le Jour 75 d'Al-Nakba sert de rappel important jusqu'à la fin de l'occupation ; jusqu'à ce que les Palestiniens obtiennent justice, liberté et droits égaux ; et tant qu'Israël n'adhérera pas au droit international, il ne pourra y avoir aucun espoir de paix.

Avatar de Charles Briot