Israël s’apprête à voter un plan budgétaire qui finance les colonies illégales en Cisjordanie

Publié le

A woman carries a baby through a rubble-strewn street

Le chef des Affaires étrangères de l'Union européenne s'est déclaré lundi « consterné d' » que le gouvernement israélien en temps de guerre se prépare à voter un plan budgétaire qui comprend des fonds pour les colonies illégales en Cisjordanie occupée, où la violence des colons contre les Palestiniens s'est intensifiée ces dernières semaines. au milieu de l'attaque israélienne contre Gaza.

« En pleine guerre, le gouvernement israélien est sur le point d'engager de nouveaux fonds pour construire davantage de colonies illégales », a déclaré Josep Borrell, haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. a écrit sur les réseaux sociaux. « Il ne s'agit pas d'une légitime défense et cela ne rendra pas Israël plus sûr. Les colonies constituent une violation grave (du droit international humanitaire) et constituent la plus grande menace en matière de sécurité pour Israël.»

Borrell faisait référence au financement des colonies inclus dans un projet de budget de fin d'année que le cabinet de guerre israélien devrait approuver lundi. Selon le budget proposé, des fonds seraient alloués à la construction des colonies en Cisjordanie ainsi qu'à l'armement des « escouades de gardes civiles », selon un résumé Souligné par Itay Epshtain du Conseil norvégien pour les réfugiés.

« Les fonds alloués aux conseils locaux et régionaux des colonies permettent l'achat de véhicules tout-terrain, de gilets pare-balles, de drones équipés de caméras et d'autres équipements de surveillance électronique, ainsi que l'emploi de « personnel de reconnaissance » », a écrit Epshtain. « Il s'agit d'une milice de colons israéliens mandatée pour faire obstacle à l'aide humanitaire aux Palestiniens rendus vulnérables par l'établissement et l'expansion de ces mêmes colonies. »

RUPTURE : ce sont les allocations budgétaires spéciales #IsraëlLe gouvernement votera à 18 heures, confirmant ce qui suit (pour la seule année 2023, avec 5 semaines pour la mise en œuvre) :
* 94,3 millions d'ILS pour la construction de colonies
* 39 millions d'ILS pour « recherche et destruction » de @eu_echopic.twitter.com/468VbR7eaE

– Itay Epshtain (@EpshtainItay) 27 novembre 2023

Le ministre israélien des Finances, Bezalel Smotrich, partisan d'extrême droite de l'expansion des colonies, a défendu le projet de budget et a nié qu'une partie de l'argent soit consacrée à la construction de nouvelles colonies.

Lire aussi  Les travailleurs de l'automobile des trois grands groupes lancent leur toute première grève simultanée

« Il y a des fonds pour répondre aux besoins de sécurité » en Cisjordanie, a déclaré Smotrich Le temps d'Israëlqualifiant les Palestiniens du territoire de « nazis ».

Le projet de budget a suscité des ré négatives au sein du gouvernement israélien, le membre de la Knesset et ancien chef de l'opposition Benny Gantz exigeant la suppression de tous les « paiements politiques », y compris le financement des colonies, Reuters a rapporté lundi.

« En vertu de l'accord de coalition conclu par Netanyahu avec Smotrich et les chefs d'autres partis religieux et d'extrême droite après les élections de l'année dernière », a noté le média, « des milliards de dollars devraient être réservés aux ultra-orthodoxes et à l'extrême droite ». partis pro-colons.

Regard sur le Moyen-Orient a rapporté lundi que des fuites de détails sur le budget « ont révélé une augmentation du financement des yeshivot de 133 millions de dollars, ainsi que l'allocation de 107 millions de dollars au ministère des Missions nationales, dirigé par le d'extrême droite de Smotrich ».

La lutte budgétaire intervient dans un contexte d'inquiétude croissante face aux violences meurtrières des colons en Cisjordanie. Depuis le mois dernier, les forces israéliennes et les colons ont tué plus de 130 Palestiniens en Cisjordanie.

« Au cours des huit premiers mois de 2023, la violence des colons a atteint son plus haut niveau depuis que l'ONU a commencé à enregistrer ces données en 2006 ; trois incidents par jour en moyenne, contre deux en 2022 et un en 2021 », a écrit la semaine dernière Omar Shakir, directeur Israël et Palestine à Human Rights Watch. « Ce taux a presque doublé depuis le 7 octobre. »

Lire aussi  Pour une première historique, les travailleurs se syndiquent dans deux grandes organisations à but non lucratif de marchés agricoles

« Ces abus font partie des crimes contre l'humanité d'apartheid et de persécution commis par les autorités israéliennes, tels que documentés par Human Rights Watch et d'autres organisations israéliennes, palestiniennes et internationales de défense des droits humains », a écrit Shakir. « Les racines de la violence en Israël-Palestine sont multiples et profondes ; mettre fin à la violence nécessite le démantèlement des systèmes d'oppression qui l'alimentent, y compris en Cisjordanie.

Agnès Callamard, secrétaire générale d'Amnesty International, fait écho ce message lundi en réponse à la proposition de budget du gouvernement israélien.

« Les colonies de Cisjordanie », a-t-elle écrit sur les réseaux sociaux, « font partie intégrante du système d'apartheid contre le peuple palestinien, au même titre que les détentions illégales, la torture, les assassinats arbitraires, les déplacements forcés, etc. »

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire