Il n’y a aucun moyen de mettre fin à l’effusion de sang si les droits des Palestiniens continuent d’être bafoués

Publié le

Il n’y a aucun moyen de mettre fin à l’effusion de sang si les droits des Palestiniens continuent d’être bafoués

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Depuis le week-end dernier, je suis collé à l'actualité et je surveille frénétiquement ma famille et mes amis à Gaza et en Cisjordanie. Je pleure la perte de vies palestiniennes et israéliennes et je pleure avec tous ceux qui ont perdu des êtres chers et ceux qui continuent de subir les conséquences de la plus longue occupation de l'histoire moderne.

Les violences de cette semaine n'ont pas commencé avec l'acte de résistance armée du Hamas contre Israël le 7 octobre, qui a étonnamment choqué les Israéliens et le monde. À la suite de l'attaque – qui, selon certains, est mieux comprise non pas comme un acte de guerre mais comme une « révolte de prisons à ciel ouvert », en raison des conditions suffocantes du siège sans fin de Gaza – les Israéliens ont momentanément vécu ce qu'ils ont vécu. Les Palestiniens endurent quotidiennement depuis des décennies. Le cauchemar qui s'est produit est le résultat direct et inévitable d'une politique de nettoyage ethnique et d'apartheid qui dure depuis des décennies.

Depuis son entrée en fonction, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a agi rapidement – ​​avec ses partenaires racistes, d'extrême droite et anti-palestiniens – pour mettre en œuvre de nouvelles politiques qui ont entraîné une escalade de la violence. Ces nouvelles politiques comprennent des raids militaires intensifiés et des assassinats ciblés de Palestiniens qualifiés de menaces par l'État israélien, une intensification des démolitions de maisons palestiniennes et l'expansion des colonies israéliennes illégales sur des terres palestiniennes volées.

Il est navrant de voir les images de morts, de destructions massives et de démolition de quartiers résidentiels entiers à Gaza, notamment d'écoles, d'hôpitaux, d'immeubles d'habitation et de mosquées. Au moment où j'écris, les missiles et les frappes aériennes israéliennes frappent Gaza sans discernement, en violation du droit international et du droit des droits de l'homme.

Lors d'une conférence de presse après la formation d'un gouvernement de guerre d'urgence avec le chef de l'opposition Benny Gantz, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré : « Chaque membre du Hamas est un homme mort… Le Hamas est l'EI, et nous l'écraserons et l'éliminerons. » Il a alors ordonné au bombardement en tapis de Gaza visant non seulement le Hamas, mais aussi martelant sans discernement les quartiers résidentiels palestiniens. Selon le ministère de la Santé de Gaza, le bilan des morts après le cinquième jour de bombardement a dépassé 1 200 Palestiniens, dont plus de 300 enfants et près de 200 femmes. Israël utilise sa puissance militaire – qui comprend une armée, une force aérienne et une marine parmi les plus puissantes et les plus dangereusement équipées au monde, avec un important arsenal nucléaire non reconnu – contre une population en cage, occupée et surpeuplée. Les hommes politiques israéliens, dont Benjamin Netanyahu et le général de division de l'armée israélienne Ghasan Alyan, appellent à « transformer Gaza en » et à « ouvrir les portes de l'enfer ». Le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a fait une annonce de génocide et a ordonné un « blocus complet » encore plus complet de Gaza et a déclaré qu'Israël « couperait toute eau, électricité, carburant et nourriture…. Nous combattons les animaux humains et nous agissons en conséquence.

Le cauchemar qui s'est produit est le résultat direct et inévitable d'une politique de nettoyage ethnique et d'apartheid qui dure depuis des décennies.

Combien de fois avons-nous déjà entendu Israël menacer « d'aplatir » Gaza ? Il est scandaleux et myope de décrire les actions du Hamas comme « une attaque non provoquée », comme le font les grands médias américains, la Maison Blanche et les membres du Congrès. (Notamment, certaines voix dans les médias israéliens tels que Haaretz sont plus disposés à reconnaître les racines de la violence.)

Lire aussi  Les États-Unis mènent la campagne en faveur d’une intervention multinationale armée en Haïti

Plus de 2 millions de Palestiniens – dont la plupart sont des réfugiés des guerres de 1948 et 1967 – sont assiégés depuis 2007 et soumis à des frappes aériennes incessantes à intervalles de quelques années qui ont provoqué une tragédie aux proportions inimaginables : des familles déplacées de leurs maisons détruites ; une économie en ruine avec un taux de chômage de 42 pour cent ; pas de liberté de mouvement ; le manque de ressources vitales telles que la nourriture, l'eau et le carburant ; et 80 pour cent de la population dépend de l'aide humanitaire internationale pour sa survie. La cause profonde de la violence est l'oppression d'un peuple qui, depuis des décennies, lutte pour obtenir sa liberté et son égalité et qui est témoin d'une « communauté internationale » peu disposée à remédier à l'injustice, aux violations flagrantes et systémiques du droit international et au déni de ses droits. et les conditions horribles qu'ils ont endurées.

Un ami à Gaza m'a dit récemment : « Ce qui est pire que de mourir à Gaza, c'est vie (à Gaza).» Les conditions humanitaires désastreuses à Gaza – associées aux pénuries de nourriture, d'électricité, de carburant et de fournitures médicales – ont laissé les Palestiniens sans biens et services essentiels à leur survie, et dans une misère et des difficultés sans fin.

Au moment où j'écris, les missiles et les frappes aériennes israéliennes frappent Gaza sans discernement, en violation du droit international et du droit des droits de l'homme.

Ce sont les agressions continues et incessantes, la violence des colons et les crimes odieux de l'apartheid qui provoquent une réponse armée. Soyons également clairs sur le fait que le gouvernement américain est complice de ces actes et qu'il est le principal catalyseur de l'oppression et de la déshumanisation continues des Palestiniens. Les États-Unis et d'autres alliés européens qui soutiennent l'armée israélienne alors qu'elle applique une punition collective aux Palestiniens – bombardant des immeubles d'habitation, rasant des quartiers entiers et coupant l'électricité aux 2,3 millions de Palestiniens de Gaza – portent l'entière responsabilité de l'effusion de sang. Lors d'une conversation téléphonique avec le Premier ministre Netanyahu, le président Biden a réitéré le « soutien solide et inébranlable » des États-Unis et a ordonné aux navires militaires américains de se rapprocher de la Méditerranée orientale. Selon un rapport de Actualités CBSle groupe aéronaval USS Gerald R. Ford comprend le porte-avions USS Gerald R. Ford, qui est le plus grand navire de guerre au monde, ainsi que cinq navires de guerre lance-missiles.

Lire aussi  Le Minnesota devient le 4e État à offrir des repas gratuits à tous les enfants des écoles publiques

Nous appelons nos élus et tous ceux qui se soucient de la justice et de la vie humaine à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour obtenir un cessez-le-feu immédiat, mettre fin à l'anéantissement des Palestiniens, mettre fin au blocus étouffant de Gaza qui dure depuis 17 ans et mettre fin à Financement américain du régime d'apartheid israélien avec l'argent des contribuables. Envoyer davantage d'armes américaines à Israël ne fera qu'alimenter la violence et entraîner davantage de morts et de dévastation.

Le 10 octobre, le président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, Michael McCaul (Républicain-Texas) et le membre de premier plan Gregory W. Meeks (Démocrate-New York), rejoints par 390 de leurs collègues, ont présenté une résolution bipartite « aux côtés d'Israël alors qu'il se défend contre la guerre barbare lancée par le Hamas et d'autres terroristes et condamnant la guerre brutale du Hamas contre Israël.

Sans un changement dans la politique actuelle des États-Unis envers Israël/Palestine et sans la capacité du Congrès à constater qu'une « guerre barbare » contre les Palestiniens a lieu depuis avant 1948, il n'y aura jamais de paix juste dans la région.

N'est-il pas temps de mettre fin à toutes ces souffrances en soutenant la liberté et l'égalité pour tous ?

Les organisations internationales de défense des droits de l'homme, notamment Amnesty International et Human Rights Watch, ont publié des rapports détaillés concluant qu'Israël pratique l'apartheid. La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les droits de l'homme dans le territoire palestinien occupé, Francesca Albanese, a fait l'objet d'attaques virulentes suite à son rapport mettant en lumière le colonialisme de peuplement israélien et l'apartheid. Hagai El-Ad, directeur de B'Tselem, la plus ancienne organisation israélienne de défense des droits de l'homme, a récemment déclaré dans son rapport : « Israël n'est pas une démocratie à laquelle est attachée une occupation temporaire : c'est un régime entre le fleuve Jourdain et la mer Méditerranée. , et nous devons regarder la situation dans son ensemble et la voir telle qu'elle est : l'apartheid. Pourtant, nos élus ignorent tout cela, y compris le fait que la Cour pénale internationale qualifie l'apartheid de « crime contre l'humanité ».

Lire aussi  Le nouveau régime israélien s’oriente vers un « nettoyage » de tous les Palestiniens de Palestine

Pourquoi le gouvernement américain n'a-t-il pas fait preuve aux Palestiniens de la même empathie, de la même compassion, du même soutien et de la même détermination qu'il a montré à nos frères et sœurs d'Ukraine ? Dans une démonstration claire de deux poids, deux mesures, les responsables du gouvernement américain saluent les Ukrainiens combattant l'occupation illégale russe comme des héros et leur fournissent des armes pour se défendre, mais les Palestiniens – qui luttent également pour mettre fin à une occupation illégale – sont régulièrement qualifiés de terroristes (bien avant le Hamas). existait même). Certains responsables accusent à tort d'antisémitisme les partisans américains des droits des Palestiniens, tandis que d'autres calomnient les partisans juifs des droits des Palestiniens en les qualifiant de juifs haineux.

Cet outrage doit cesser. Il ne peut y avoir aucun espoir de paix tant qu'il n'y aura pas la fin de l'occupation ; jusqu'à ce que les Palestiniens obtiennent justice, liberté et droits égaux ; et jusqu'à ce qu'Israël adhère au droit international. Ceux qui se soucient de l'humanité – et ceux qui se soucient de la vie des Israéliens et des Palestiniens – devront se poser une simple : n'est-il pas temps de mettre fin à toutes ces souffrances en soutenant la liberté et l'égalité pour tous ?

Avatar de Charles Briot