Le nouveau régime israélien s’oriente vers un « nettoyage » de tous les Palestiniens de Palestine

Publié le

Le nouveau régime israélien s’oriente vers un « nettoyage » de tous les Palestiniens de Palestine

Une partie de la série

Droits de l'homme et torts mondiaux
Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Premier ministre israélien La coalition sioniste religieuse de Benjamin Netanyahu, qui a prêté serment le 29 décembre 2022, a déclaré dans son manifeste que les Juifs ont le « droit exclusif et inaliénable sur toutes les parties de la Terre d'Israël ». À cette fin, en un peu plus d'un mois, le régime israélien a tué des Palestiniens, démoli leurs maisons, organisé des incursions dans les territoires palestiniens occupés et s'est efforcé de modifier les lois et les politiques pour accélérer le nettoyage ethnique des Palestiniens de Palestine.

Cette année marque le 75e anniversaire de Nakba – le mot pour « catastrophe ». En 1948, Israël a pris le contrôle de plus des trois quarts de la Palestine. Plus de 700 000 Palestiniens ont été chassés de chez eux ou contraints de fuir et Israël a confisqué une grande partie de leurs terres.

Aujourd'hui, le nouveau régime extrémiste israélien – le plus anti-palestinien de l'histoire israélienne – vise à terminer le travail en intégrant tous les territoires palestiniens occupés à Israël.

De nombreux membres du nouveau gouvernement souhaitent une « solution hors État » dans laquelle les Palestiniens seraient transférés de force (ou partiraient en désespoir de cause) vers les pays arabes voisins, « les dépossédant de leur patrie », a déclaré Michel Moushabeck, écrivain palestino-américain. et éditeur, a écrit à Vérité.

Bezalel Smotrich, chef du Parti sioniste religieux, est le nouveau ministre des Finances. En 2021, il a déclaré aux membres arabes de la Knesset israélienne qu'ils étaient « ici par erreur parce que Ben Gourion n'a pas terminé le travail et les a expulsés en 1948 ».

Dans ses efforts pour « judaïser » la Cisjordanie et Jérusalem-Est occupées, Israël tente peut-être d'en débarrasser les Palestiniens.

« Le nouveau gouvernement israélien est le point culminant de décennies d'asservissement du peuple palestinien dans sa propre patrie par l'apartheid », a écrit Richard Falk, ancien rapporteur spécial de l'ONU sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, dans un courriel à Vérité. « Le long jeu du projet sioniste a été ouvertement proclamé dans la Loi fondamentale d'Israël de 2018, confirmant l'intention de maintenir la suprématie juive et les droits exclusifs à l'autodétermination sur l'ensemble du territoire s'étendant du « fleuve à la mer ».

Israël veut reprendre la Palestine occupée

La « Ligne verte », tracée en 1948 pour séparer Israël des territoires palestiniens occupés, délimitait le fleuve Jourdain et la mer Méditerranée. Près de 15 millions de personnes vivent entre fleuve et mer. Les Juifs représentent 7,454 millions, soit 49,84 pour cent. Les Palestiniens des deux côtés de la Ligne verte, y compris Gaza, sont 7,503 millions – soit 51,16 pour cent, soit une majorité. Entre 59 et 65 pour cent des personnes vivant entre le fleuve et la mer s'opposent à l'occupation israélienne.

Lire aussi  Les habitants de Gaza craignent que l’armée israélienne se prépare à un nettoyage ethnique massif en Égypte

Le « long jeu sioniste non divulgué d'Israël », a écrit Falk dans Just World Educational, « vise à étendre la souveraineté israélienne sur l'ensemble de la Palestine occupée, à l'exception peut-être de Gaza ».

« Gaza, avec ses plus de deux millions de Palestiniens, ne fait pas partie de la conception juive traditionnelle de la terre promise, et ne fait donc pas partie intégrante de la conception sioniste d'une solution israélienne à un seul État », a déclaré Falk. Vérité. « Elle est plutôt perçue par les dirigeants israéliens comme une dangereuse « bombe démographique », et donc une menace pour la sécurité, si elle est intégrée à la vision sioniste d'une solution au conflit sous-jacent. Israël préférerait que Gaza soit administrée par la Jordanie ou l'Égypte, comme avant 1967, ou même en tant que mini-État voisin indépendant.

En 1967, Israël (affirmant à tort qu'il se défendait) a attaqué l'Égypte, la Jordanie et la Syrie et s'est emparé des territoires palestiniens de Cisjordanie, de Gaza et de Jérusalem, ainsi que du plateau du Golan et de la péninsule du Sinaï. Les Palestiniens appellent cela le Naksa (« revers » en arabe). Cela a marqué le début de l'occupation prolongée du territoire palestinien par Israël. Mais la résolution 242 du Conseil de sécurité de l'ONU, adoptée en 1967 et réaffirmée en 2016, stipule « l'inadmissibilité de l'acquisition de territoires par la guerre ».

La punition collective infligée aux Palestiniens par Israël constitue un crime de guerre

Le Centre palestinien pour les droits de l'homme (PCHR) a documenté des meurtres, des démolitions de maisons et des incursions perpétrées par les Forces d'occupation israéliennes (FOI) contre des Palestiniens depuis le début de l'année 2023. Quarante-trois Palestiniens, dont dix-neuf civils (dont sept enfants), ont été tués. par l'OIF. Trois Palestiniens ont été tués par des colons, apparemment en représailles à des attaques par balle et à l'arme blanche. Et des dizaines de personnes ont été blessées en Cisjordanie occupée, y compris à Jérusalem-Est.

La Quatrième Convention de Genève interdit de punir des personnes se trouvant dans un territoire occupé pour des délits qu'elles n'ont pas commis personnellement. Les représailles d'Israël contre les familles et la communauté pour des actions qu'elles n'ont pas commises constituent une punition collective, considérée comme un crime de guerre.

Lire aussi  L’ICE a discrètement forcé les écoles et les cliniques d’avortement à partager des données privées

En outre, les FOI ont rendu 33 familles sans abri (un total de 229 personnes, dont 43 femmes et 108 enfants). C'était le résultat des démolitions de 34 maisons par les FOI. Six ont été contraints de démolir leur propre maison et trois ont été démolis dans le cadre d'un exercice de punition collective. « Les FOI ont également démoli 39 autres biens civils, rasé d'autres biens et délivré des dizaines d'avis de démolition, de cessation de construction et d'évacuation en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est », a rapporté le PCHR.

Les FOI ont mené 1 449 incursions en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est occupée, depuis le début de l'année. Lors de ces incursions, 638 Palestiniens ont été arrêtés, dont 11 femmes et 61 enfants.

De plus, 2022 a été l'année la plus meurtrière pour les Palestiniens de Cisjordanie occupée depuis 18 ans. Les FOI ont tué au moins 146 Palestiniens, dont 34 enfants.

Le nouveau gouvernement israélien cherche à affaiblir la Cour suprême et à annexer la Cisjordanie

Le nouveau gouvernement de coalition sioniste religieux d'Israël a entamé le processus visant à empêcher la Cour suprême israélienne d'annuler la législation adoptée par la Knesset (parlement). Il existe des propositions selon lesquelles la coalition sélectionnerait les juges et remplacerait les conseillers juridiques professionnels par des personnalités politiques.

Le nouveau régime a également retenu près de 40 millions de dollars de recettes fiscales palestiniennes et envisage de détourner cet argent vers les victimes des attaques palestiniennes.

Pendant ce temps, les lignes directrices publiées par le gouvernement appellent à davantage de construction de colonies juives en Cisjordanie occupée, à la légalisation des avant-postes illégaux et à une éventuelle annexion totale de la Cisjordanie.

Les colonies juives sur la terre palestinienne violent la Convention de Genève

La Quatrième Convention de Genève interdit à une puissance occupante de transférer « une partie de sa propre population civile vers les territoires qu'elle occupe ». Il est illégal pour Israël de directement ou tacitement la construction de colonies juives sur la terre palestinienne.

En 2016, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté la résolution 2334, qui condamnait Israël pour l'établissement de colonies dans les territoires palestiniens occupés, y compris Jérusalem-Est. Il affirme que la construction de colonies « n'a aucune validité juridique et constitue une violation flagrante du droit international ».

Lire aussi  « Nous refusons de laisser qui que ce soit de côté » : les enseignants d'Oakland obtiennent des victoires lors d'une grève

Environ 650 000 colons juifs vivent dans 164 colonies et 116 avant-postes en Cisjordanie occupée.

Les colons qui construisent illégalement des colonies sur le territoire palestinien ont été enhardis par le nouveau régime, qui compte parmi ses principaux ministres des dirigeants du mouvement des colons.

Résistance à la répression du régime israélien

« La résistance à Gaza fait son devoir et défend notre peuple à Gaza », a déclaré Hazem Qassem, porte-parole du Hamas, dans un communiqué. Al-Qassam Bridges, la branche armée du Hamas, a déclaré que les avions de guerre israéliens seraient confrontés à une antiaérienne et sol-air.

D'autres factions palestiniennes ont exprimé leur soutien à une réponse palestinienne armée à l'attaque du 26 janvier à Jénine, lorsque les forces israéliennes ont tué 9 Palestiniens dans un « massacre ». Le Front populaire de libération de la Palestine a déclaré que les factions palestiniennes à Gaza ont le droit de réagir en conséquence. La Tanière du Lion, un groupe de résistance armé palestinien en Cisjordanie occupée dont les membres sont considérés comme des héros par de nombreux Palestiniens, a lancé des dizaines d'attaques contre les troupes et les civils israéliens au cours des six derniers mois.

En vertu du droit international, les Palestiniens ont le droit de résister à l'occupation de leurs terres par Israël, y compris par la lutte armée. En 1982, l'Assemblée générale des Nations Unies « a réaffirmé la légitimité de la lutte des peuples pour l'indépendance, l'intégrité territoriale, l'unité nationale et la libération de la domination coloniale et étrangère et de l'occupation étrangère par tous les moyens disponibles, y compris la lutte armée ».

Le lendemain du massacre de Jénine, Khairy Alqam, 21 ans, a tué sept personnes devant une synagogue à Jérusalem-Est. en représailles au meurtre de son jeune parent par les forces israéliennes deux jours auparavant. Après l'attaque de la synagogue, Alqam a été abattu par la police et, dans un acte de punition collective, la maison de sa famille a été démolie.

Des dizaines de milliers d'Israéliens de différentes perspectives idéologiques manifestent chaque samedi soir contre le nouveau gouvernement de droite.

« Le gouvernement israélien massacre des Palestiniens chaque nuit, massacrant des gens dans leurs maisons, écoles et hôpitaux », a déclaré Stefanie Fox, directrice exécutive de Jewish Voice for Peace, dans un communiqué. « Il n'y a pas de marge. La tradition juive commande d'agir face à une grave injustice, et le moment est venu de se montrer solidaires avec les Palestiniens.

Avatar de Charles Briot