Au milieu de la brutalité israélienne à Gaza, il est temps de s’engager dans l’antisionisme

Publié le

Au milieu de la brutalité israélienne à Gaza, il est temps de s’engager dans l’antisionisme

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Au cours des dernières années, nous avons assisté à des appels croissants pour qualifier l'antisionisme d'antisémitisme. Cependant, depuis l'attaque du Hamas du 7 octobre et l'attaque militaire ultérieure d' sur Gaza, les d'Israël ont encore redoublé d'accent politique sur cette accusation cynique. Le 28 novembre, la Chambre des représentants américaine a adopté une résolution affirmant que « nier le droit d'Israël à exister est une forme d'antisémitisme ». Aujourd'hui, la Chambre envisage une résolution encore plus erronée. Citant la définition de l'antisémitisme de l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste, profondément problématique, elle « déclare clairement et fermement que l'antisionisme est de l'antisémitisme ».

S'il y a jamais eu un moment pour que les antisionistes juifs se manifestent fièrement et soient pris en compte, c'est bien celui-ci. Il ne pourrait y avoir de démonstration plus terrifiante de la fin du jeu du sionisme que la violence génocidaire qu'Israël a déclenchée contre Gaza. Dès les origines du concept du sionisme, sa raison d'être était la création d'un État juif en acquérant le plus grand nombre de terres avec le moins de Palestiniens. Au cours des dernières semaines, les politiciens israéliens ont été honnêtes sans vergogne à propos de ces intentions, indiquant clairement que leur objectif ultime est de nettoyer ethniquement Gaza de ses habitants – éliminant ainsi jusqu'à 2,2 millions de Palestiniens de l'équation démographique.

Dans le même temps, l'armée israélienne réduit systématiquement cette équation par la simple force de sa violence contre la population de Gaza. Une enquête approfondie du magazine en ligne israélien +972 a déterminé que l'attaque israélienne à Gaza représente « l'une des campagnes militaires les plus meurtrières contre les Palestiniens depuis la Nakba de 1948 ». Comme un récent New York Times L'article a fait remarquer de manière effrayante que « les experts disent que même une lecture prudente des chiffres des victimes rapportés à Gaza montre que le rythme des morts pendant la campagne israélienne a peu de précédents dans ce siècle. »

Plus récemment, l'armée israélienne a ordonné aux Palestiniens du sud de Gaza d'évacuer alors qu'elle renouvelle ses bombardements massifs sur cette région, laissant des centaines de milliers de réfugiés internes du nord littéralement sans nulle part où aller. Dans tout, près de 1,9 million de Palestiniens, soit 80 pour cent de la population de Gaza, ont été déplacés. Martin Griffiths, sous-secrétaire de l'ONU aux Affaires humanitaires, a qualifié la situation à Gaza d'« apocalyptique ».

Lire aussi  Israël défie le droit international en légalisant 9 colonies de colons sur des terres occupées

Alors que la logique interne du sionisme devient si claire aux yeux de tous, il n'est pas surprenant de voir un nombre croissant de Juifs s'identifier fièrement et ouvertement comme antisionistes. Si nous avions besoin de preuves, les manifestations publiques régulières de Juifs appelant à un cessez-le-feu à Gaza – et prêts à se faire arrêter par milliers – sont un témoignage puissant de ce phénomène.

Il ne pourrait y avoir de démonstration plus terrifiante de la fin du jeu du sionisme que la violence génocidaire qu'Israël a déclenchée contre Gaza.

En tant que rabbin de la congrégation juive antisioniste Tzedek Chicago, je peux témoigner de cette nouvelle tendance puissante. Au cours des deux derniers mois, nous avons acquis près de 30 nouveaux foyers membres ; presque tous déclarent qu'ils recherchent activement une communauté juive antisioniste en ce moment critique.

Il n'est pas exagéré de dire que la communauté juive est actuellement confrontée à la question suivante : « de quel côté êtes-vous ? moment. Ce bilan est particulièrement critique pour les partisans libéraux d'Israël. En effet, la contradiction oxymorique du terme « sionisme libéral » n'a jamais été aussi claire. Il n'y a tout simplement rien de libéral dans l'ethnonationalisme, c'est-à-dire l'établissement d'un État-nation exclusivement sur la majorité démographique d'un groupe particulier de personnes. Bien que cette contradiction ne soit pas nouvelle, le carnage qu'Israël inflige à Gaza met en lumière sans relâche le mariage impossible entre un État à majorité juive et l'égalité des droits pour tous.

Cette tension s'est douloureusement manifestée lors d'une « Marche pour Israël » le mois dernier à Washington, DC. Organisée par les Fédérations juives d'Amérique du Nord et la Conférence des des principales organisations juives américaines, le rassemblement a attiré un grand nombre de partisans d'Israël, y compris des partisans libéraux. des groupes tels que J Street, Americans for Peace Now et l'organisation rabbinique T'ruah. Cependant, l'un des principaux orateurs de l'événement était le pasteur John Hagee, l'un des antisémites les plus puissants des États-Unis, qui promeut l'idéologie sioniste chrétienne apocalyptique.

Lire aussi  La menace de Trump de s’attaquer à la « vermine » est tout droit sortie du manuel nazi

Même si les participants sionistes libéraux – qui se sont eux-mêmes appelés le « bloc de la paix » lors du rassemblement – ​​ont crié au scandale suite à l'inclusion de Hagee, ils ont néanmoins commenté la « dynamique harmonieuse » de l'événement. Selon Maytal Kowalski, directrice exécutive de Partners for a Progressive Israel, « Nous étions tous présents au rassemblement parce que nous voulions être avec la communauté. Je ne pense pas que cela aide qui que ce soit de s'en aller avec défi.

Est-il même éthique de construire des communautés congrégationnelles dans lesquelles certains membres chérissent et célèbrent un projet juif ethno-nationaliste, tandis que d'autres le qualifient à juste titre d'État colonial d'apartheid ?

Bien sûr, s'éloigner aurait certainement aidé, étant donné que l'objectif central du rassemblement était d'exprimer le soutien collectif des Juifs à une nation qui se livrait à ce moment-là à une violence génocidaire contre une population essentiellement emprisonnée dans une attaque militaire qui avait déjà tué des milliers de personnes. des enfants. Comme le journaliste Mitchell Plitnick a raison : soulignéil s'agissait d'une « marche de la haine », ajoutant que « ceux qui s'opposaient (à l'inclusion de Hagee) n'auraient pas dû y assister, sauf pour protester ».

Cette tension inhérente est également évidente dans le nombre croissant de congrégations juives promouvant une approche « tente ouverte » en matière de sionisme – c'est-à-dire des congrégations qui font ouvertement de la place aux opinions des non-sionistes et des antisionistes ainsi qu'aux sionistes libéraux dans leurs communautés. . Bien que cela puisse sembler une évolution bienvenue, le défi demeure : cette tente dite ouverte est-elle finalement tenable ? Est-ce durable ? Est-il même éthique de construire des communautés congrégationnelles dans lesquelles les membres ont des approches morales si fondamentalement différentes du fait d'être juif ? Dans lequel certains membres de la congrégation chérissent et célèbrent un projet juif ethno-nationaliste, tandis que d'autres le qualifient à juste titre d'État colonial d'apartheid ?

Trop souvent, les congrégations juives libérales utilisent le mot « inclusion » pour leur fournir un prétexte pratique pour éviter le choix douloureux de l'oppression structurelle du peuple palestinien par Israël. Mais face à l'assaut impitoyable d'Israël contre Gaza, cette équivoque sonne désormais plus pitoyablement creux que jamais – accentuant d'autant plus à quel point le sionisme a placé la communauté juive face à un fossé intenable et infranchissable.

Lire aussi  Des groupes humanitaires exigent un cessez-le-feu alors qu’Israël intensifie sa guerre génocidaire contre Gaza

Dans un récent épisode de Vérité podcast « Movement Memos », j'ai tristement commenté cette fracture :

De mon point de vue de juif américain, je peux attester que notre communauté est désormais profondément, profondément brisée, peut-être de manière irrévocable. … Je suis stupéfait par les voix de la communauté juive qui soutiennent sans réserve les atrocités commises par Israël. Sinon, des dirigeants soi-disant progressistes qui n'arrivent pas à approuver un simple cessez-le-feu. Lorsque la poussière retombe – et s'il vous plaît, puisse-t-elle retomber bientôt – je ne sais pas si les membres brisés de ma communauté pourront un jour vraiment en guérir.

Même si je continue de pleurer le brisement moral de la communauté juive, je trouve néanmoins courage à l'idée d'une communauté de conscience juive en croissance rapide qui rejette sans vergogne le sionisme en faveur d'un judaïsme qui promeut la solidarité et la libération pour tous. Jewish Voice for Peace, expliquant son approche du sionisme, a exprimé cette vision avec force : « Plutôt que d'accepter l'inévitabilité de l'occupation et de la dépossession, nous choisissons une voie différente. … Nous choisissons un avenir où chacun, y compris les Palestiniens et les Juifs israéliens, pourra vivre sa vie librement dans des communautés dynamiques, sûres et équitables, où les besoins humains fondamentaux seront satisfaits.

De même, lorsque les membres de Tzedek Chicago ont voté pour affirmer l'antisionisme comme valeur fondamentale, les dirigeants de ma synagogue ont déclaré :

S'éloigner d'un judaïsme qui considère Israël comme son foyer pleinement réalisé nous libère dans de riches imaginations sur ce à quoi pourrait ressembler le monde à venir, où il pourrait être et comment nous pourrions l'habiter maintenant. … Nous pensons également que la conscience de la diaspora juive a le réel potentiel de nous aider à parvenir à une solidarité plus profonde avec ceux qui ont été historiquement colonisés et opprimés.

En d'autres termes, le judaïsme antisioniste n'est pas simplement un rejet de l'État juif ethno-national : c'est une vision juive de justice et de libération pour tous ceux qui vivent entre le fleuve et la mer – et pour tous ceux qui habitent sur terre.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire