Des groupes humanitaires exigent un cessez-le-feu alors qu’Israël intensifie sa guerre génocidaire contre Gaza

Publié le

Des groupes humanitaires exigent un cessez-le-feu alors qu’Israël intensifie sa guerre génocidaire contre Gaza

L'Organisation mondiale de la santé prévient que la crise à Gaza s'aggrave d'heure en heure alors qu'Israël intensifie ses attaques terrestres et aériennes dans toutes les parties de la bande de Gaza, y compris en encerclant le camp de réfugiés de Jabaliya et en bombardant Khan Younis, où de nombreuses personnes ont fui la bande de Gaza. nord. Alors que l'attaque israélienne a tué près de 16 000 Palestiniens, Shaina Low, du Conseil norvégien pour les réfugiés, décrit les conditions « trépidantes, chaotiques et désespérées » sur le terrain et affirme qu'elle peut à peine entrer en contact avec ses collègues à Gaza, et encore moins coordonner une réponse humanitaire à la destruction. « S'ils ne peuvent pas communiquer entre eux, nos opérations s'arrêteront », explique Low. « Nous avons désespérément besoin d'un cessez-le-feu pour pouvoir enfin répondre à ces besoins urgents. »

TRANSCRIPTION

Ceci est une transcription urgente. La copie peut ne pas dans sa forme définitive.

AMY GOODMAN : Nous diffusons depuis Dubaï, aux Émirats arabes unis, le sommet des Nations Unies sur le climat.

L'Organisation mondiale de la santé prévient que la crise à Gaza s'aggrave d'heure en heure alors qu'Israël intensifie ses attaques terrestres et aériennes dans toutes les parties de la bande de Gaza. L'UNICEF affirme qu'il n'y a, je cite, « aucune zone de sécurité » dans aucune partie de Gaza, où le nombre de morts dus aux bombardements israéliens approche les 16 000 personnes. Les troupes israéliennes auraient encerclé Jabaliya, le plus grand camp de réfugiés de Gaza. Un porte-parole du ministère de la Santé de Gaza a déclaré que les hôpitaux avaient du mal à faire face à l'afflux de patients.

ASHRAF AL-QUDRA : (traduit) Les blessés et les patients sont à terre. Il n'existe aucun service de santé permettant de sauver des vies dans les hôpitaux du sud de la bande de Gaza, c'est pourquoi les hôpitaux du sud de Gaza se sont totalement effondrés. Ils ne peuvent pas faire face à la quantité et à la qualité des blessures qui arrivent dans les hôpitaux. Il est difficile pour les ambulances d'atteindre les blessés dans les zones ciblées. L'occupation israélienne cible les ambulances qui circulent dans les zones sud de la bande de Gaza. Cela les empêche d'atteindre les endroits ciblés.

AMY GOODMAN : Lundi, la présidente du Comité international de la Croix-Rouge, Mirjana Spoljaric, s'est rendue à Gaza.

MIRJANA SPOLJARIC : Je viens de visiter l' européen de Gaza. Et les choses que j'ai vues là-bas dépassent tout ce que quiconque devrait être en mesure de décrire. Ce qui m'a le plus choqué, ce sont les enfants qui souffrent d'atroces blessures et qui en même temps ont perdu leurs parents, sans que personne ne s'occupe d'eux. Nous sommes confrontés à une situation qui ne pourra pas être guérie en envoyant davantage de camions. Nous devons assurer la protection des civils à Gaza, des femmes et des enfants, des personnes âgées que j'ai vues aujourd'hui et qui n'ont nulle part où aller. La majorité des personnes que j'ai rencontrées aujourd'hui ont été déplacées à reprises. J'ai rencontré des gens qui ont perdu un membre parce qu'ils ont dû évacuer entre deux traitements, et qui ont perdu une main ou un pied parce qu'ils n'ont pas pu être soignés à l'hôpital où ils sont arrivés en premier. On m'a dit aujourd'hui que le Nord avait perdu toute sa capacité chirurgicale.

AMY GOODMAN : Il s'agit de la présidente du CICR, Mirjana Spoljaric.

Lire aussi  Netanyahu rejette les appels au cessez-le-feu alors que le bilan des morts à Gaza dépasse les 8 300

Nous commençons le spectacle d'aujourd'hui à Jérusalem, où nous sommes rejoints par Shaina Low. Elle est conseillère en communication en Palestine pour le Conseil norvégien pour les réfugiés et a passé la majeure partie des 15 dernières années à travailler en Palestine.

Shaina, merci beaucoup de vous joindre à nous dans cette période très désespérée à Gaza. Pouvez-vous nous décrire la situation globale ?

SHAINA BAS : Ce que nous entendons de la part de notre personnel sur le terrain à Gaza, c'est que, jour après jour, les choses deviennent de plus en plus agitées, chaotiques et désespérées. Nous entendons parler d'afflux massifs de personnes fuyant Khan Younis, fuyant vers le sud et l'ouest vers des zones arides où il n'existe aucune installation capable de les accueillir. Nous entendons parler de refuges qui sont débordés, pleins à craquer et qui ne peuvent pas accueillir de personnes supplémentaires. Nous entendons dire que des gens sont tellement désespérés qu'ils dorment dans la rue, essayant de récupérer tous les matériaux qu'ils peuvent trouver pour construire un abri de fortune. Hier, notre bureau a perdu la connexion Internet parce que des gens avaient coupé le câble Internet afin de l'utiliser pour construire un abri. C'est à ce niveau de désespoir que nous arrivons.

Les magasins ont fermé parce qu'il n'y a pas de nourriture disponible ou pas de stocks disponibles à vendre. Hier, notre personnel a survécu en mangeant des crackers, car il n'y avait rien d'autre à disposition. Jour après jour, la situation devient de plus en plus désespérée. Environ 1,9 million de personnes sur 2,3 millions, soit plus de 80 % de la population de Gaza, sont déplacées à l'intérieur du pays et n'ont nulle part où aller. Nous avons désespérément besoin d'un cessez-le-feu pour pouvoir enfin répondre à ces besoins pressants, car nous ne pouvons pas y répondre tant que les hostilités se poursuivent. C'est tout simplement impossible.

AMY GOODMAN : Une grande partie de la population s'est déplacée du nord vers le sud, à Khan Younis et encore plus au sud. Ce sont des endroits où ils se sont rendus parce que l'armée israélienne leur avait assuré qu'ils seraient en sécurité. Maintenant, ils disent que pour détruire le Hamas, ils doivent également bombarder ces endroits. Où leur disent-ils d'aller, Shaina ?

SHAINA BAS : Vous savez, ils disent aux gens de ne pas se rendre dans des endroits sûrs, mais dans des endroits soi-disant plus sûrs. Mais ce que nous constatons depuis huit semaines à Gaza, c'est qu'il n'y a tout simplement aucun endroit sûr à Gaza. Aucun endroit n'est à l'abri des bombardements, terrestres, aériens et maritimes. Nous constatons qu'il n'existe aucun endroit sûr où les gens puissent chercher refuge, non seulement à cause des bombardements en cours, mais simplement parce qu'il n'existe pas d'installations capables d'accueillir autant de personnes. Les gens sont exposés aux éléments. Ils vivent dans des refuges surpeuplés où les maladies se propagent. Nous entendons déjà parler de détection d'hépatite A dans certains abris de l'ONU. Il n'y a vraiment aucun endroit sûr.

Nous appelons Israël à mettre un terme à ces directives appelant les gens à fuir. Ces directives constituent des violations du droit humanitaire international, car Israël ne garantit ni le passage en toute sécurité des personnes vers des zones sûres, ni la sécurité dans ces zones, ni le droit des personnes de rentrer chez elles une fois les hostilités terminées. terminé.

Lire aussi  Le budget dévoilé du GOP de la Chambre cible Medicaid et les avantages alimentaires avec des milliards de réductions

AMY GOODMAN : Pouvez-vous parler de ce qui se passe dans les hôpitaux ? Et aussi, combien d'effectifs avez-vous au sein du Conseil norvégien pour les réfugiés à Gaza ? Et qu'est-il arrivé à leurs familles ?

SHAINA BAS : Eh bien, ce que nous entendons à propos de la situation dans les hôpitaux, c'est qu'il y a un besoin désespéré de lits supplémentaires. Il y a environ 1 500 lits, m'a-t-on dit hier lors d'un briefing de l'Organisation mondiale de la santé. Les besoins sont estimés à environ 5 000 lits. Il y avait autrefois 3 500 lits à Gaza, donc nous constatons – à mesure que les besoins augmentent, nous constatons que le nombre de lits diminue. Bien sûr, il y a une pénurie chronique de fournitures médicales, de médicaments et d'eau potable, juste pour garantir que les lieux sont stériles et que les patients peuvent être soignés en toute sécurité. Nous entendons depuis des semaines des rapports selon lesquels des asticots sortent des blessures des gens parce qu'ils ne peuvent pas être soignés et traités correctement.

Nous avons actuellement un effectif de 54 personnes à Gaza. Et heureusement, tout notre personnel est resté en vie. Mais je ne peux pas dire qu'ils sont en sécurité ou indemnes. Plusieurs membres de notre personnel ont perdu des membres de leur famille. Nous avions une membre du personnel, Amal, qui avait suivi les directives d'Israël pour fuir le nord, alors qu'elle fuyait sa maison au nord de Gaza et se retrouvait à Rafah, où la maison dans laquelle elle cherchait refuge a été bombardée, tuant son unique enfant, son Khaled, son fils de 7 ans, et tuant 10 autres membres de sa famille. Cette semaine encore, une autre collègue a été blessée lors d'une frappe aérienne sur Rafah, prétendument l'un de ces endroits les plus sûrs, et deux membres de sa famille ont été tués. Nous avons du personnel qui dort dans la rue parce qu'il n'a nulle part où aller, notamment un membre du personnel qui a un bébé de 2 mois. Ils ne parviennent pas à trouver un abri. Les gens sont désespérés. Nous faisons de notre mieux, non seulement pour soutenir les gens, les gens ordinaires, à Gaza, mais aussi pour soutenir notre personnel. Mais nous avons de plus en plus les mains liées et sommes incapables de faire certaines choses parce que nos activités ne sont pas sûres. Nous ne pouvons pas accéder à l'aide que nous avons stockée dans des entrepôts à Gaza, soit parce que les routes sont coupées, soit parce qu'il n'est tout simplement pas sûr pour nous d'y accéder.

AMY GOODMAN : Avez-vous réussi à atteindre les gens à Gaza ? Nous avons essayé toute la matinée. Les gens que nous avons pu atteindre dans le passé, nous ne pouvons pas les atteindre aujourd'hui.

SHAINA BAS : J'ai pu être en contact avec mon collègue Yousef ce matin. Il m'a dit qu'il était en route pour aller voir le reste de sa famille, qui séjourne à Khan Younis. Malheureusement, la connectivité étant très difficile, je n'ai pas pu le joindre depuis le petit matin. J'ai contacté l'un de nos responsables de la sécurité, car j'avais peur de ne pas avoir de ses nouvelles. Et heureusement, environ 10 minutes avant mon arrivée à l'antenne, j'ai été informé que oui, Yousef était en sécurité et qu'il avait atteint notre bureau, qu'il était retourné à notre bureau.

Lire aussi  Les jeunes autistes et ceux souffrant de problèmes de santé mentale sont la cible des lois anti-trans

Mais ce sont les difficultés et les défis avec lesquels nous vivons, où nous nous demandons non seulement si notre personnel va bien, mais aussi si nous serons capables de communiquer avec eux. Il ne s'agit pas seulement d'une inquiétude personnelle, car il ne s'agit pas uniquement de nos collègues. Ce sont nos amis. Ce sont ces personnes avec qui nous travaillons jour après jour. Mais il nous est également impossible d'avoir un quelconque type de réponse humanitaire sans être en mesure de la coordonner, ni entre notre bureau de Jérusalem et notre bureau de Gaza, mais aussi avec notre personnel à Gaza qui essaie de gérer cette réponse. S'ils ne parviennent pas à se contacter, nos opérations s'arrêtent.

AMY GOODMAN : Je voudrais vous poser une question à propos d'un commentaire du porte-parole du Département d'État, Matthew Miller, qui a déclaré qu'il était trop tôt pour juger si Israël en faisait suffisamment pour protéger les civils à Gaza. Il a été interpellé par un journaliste palestinien chevronné, Said Arikat. Ceci est un extrait.

ARIKAT DIT : Et vous ne pensez pas qu'Israël tue intentionnellement des civils ?

MATTHIEU MILLER : Nous pensons que beaucoup trop de gens…

ARIKAT DIT : Quand vous bombardez – quand vous bombardez des quartiers –

MATTHIEU MILLER : Je n'ai vu aucune preuve qu'ils tuent intentionnellement des civils. Nous pensons que beaucoup trop de civils ont été tués. Mais encore une fois, cela nous ramène au problème sous-jacent de toute cette situation, à savoir que le Hamas s'est intégré parmi les civils.

ARIKAT DIT : Allez.

MATTHIEU MILLER : – dans les maisons civiles, dans les mosquées, dans les écoles, dans les églises. C'est le Hamas qui met ces civils en danger.

AMY GOODMAN : Pouvez-vous répondre à ce qu'a dit le porte-parole du Département d'État, Matthew Miller ?

SHAINA BAS : D'après ce que nous avons vu et entendu, il semble qu'Israël ne soit pas proportionné dans sa réponse et ne respecte pas le droit humanitaire international. Même s'il peut y avoir des cibles militaires légitimes, les principes du droit humanitaire de distinction, de proportionnalité et de précaution s'appliquent toujours. Quand 70 % des victimes sont des femmes et des enfants, il semble que la proportionnalité ne soit pas prise en considération.

Pas plus tard qu'hier, il a été rapporté que des responsables militaires israéliens avaient déclaré qu'ils commenceraient à utiliser la technologie pour tenter de réduire le nombre de morts civiles. Le fait qu'ils réalisent qu'ils doivent réduire, et qu'ils ont la capacité de réduire, le nombre de morts civiles indiquerait qu'avant cela, ils ne prenaient pas les précautions appropriées. Ils ne veillaient pas à ce que leurs attaques soient proportionnées au regard du droit international humanitaire. Et il semble qu'avec les bombardements aveugles qui ont lieu, il soit impossible de faire la distinction entre les objectifs civils et militaires.

AMY GOODMAN : Shaina Low, nous tenons à vous remercier d'être avec nous, conseillère en communication en Palestine pour le Conseil norvégien pour les réfugiés, a été en contact quotidien avec ses collègues à Gaza, généralement plusieurs fois par jour lorsque la connectivité le permet, a passé une grande partie des 15 dernières années en Palestine.

Quand on revient, on regarde le lien entre guerre, militarisme et crise climatique. Rester avec nous.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire