Le président de la COP28 affirme à tort qu’« aucune science » ne soutient l’élimination progressive des combustibles fossiles

Publié le

COP28 president Sultan Ahmed Al Jaber

Les scientifiques et les défenseurs du climat ont réagi dimanche avec indignation à l'affirmation du président de la COP28, le sultan Ahmed Al Jaber, selon laquelle il n'y avait « aucune science » derrière les efforts visant à éliminer rapidement les combustibles fossiles qui contribuent au réchauffement de la planète, que la société d'Al Jaber extrait à grande échelle.

Les commentaires d'Al Jaber, rapportés pour la première fois par Le gardien dimanche, est venu en réponse aux questions de la présidente des Aînés, Mary Robinson, lors d'une discussion virtuelle She Changes Climate. Robinson a déclaré à Al Jaber que « nous sommes dans une crise absolue qui frappe plus que quiconque les femmes et les enfants… et c'est parce que nous ne nous sommes pas encore engagés à éliminer progressivement les combustibles fossiles ».

Le chef de la COP28 et PDG de l'Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC) a répondu avec dédain, affirmant qu'il « avait accepté de venir à cette réunion pour avoir une conversation sobre et mature » et de ne prendre part à « aucune discussion alarmiste », selon l'audio. publié par Le gardien.

« Il n'existe aucune science, ni aucun scénario, qui affirme que l'élimination progressive des combustibles fossiles est ce qui permettra d'atteindre 1,5°C », a ajouté Al Jaber. « S'il vous plaît, aidez-moi, montrez-moi la feuille de route pour une élimination progressive des combustibles fossiles qui permettra un développement socio-économique durable, à moins que vous ne vouliez ramener le monde dans des grottes. »

Cette position va directement à l'encontre de la position franche du secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, qui a déclaré vendredi que « la limite de 1,5°C n'est possible que si nous arrêtons finalement de brûler tous les combustibles fossiles », arguant que « la science est claire ».

Lire aussi  Trump a utilisé des documents classifiés pour écrire des listes de « tâches à faire », selon son aide

Joelle Gergis, climatologue et principal de la contribution du Groupe de travail I du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) au sixième rapport d'évaluation, a qualifié les remarques d'Al Jaber de « honteuses ».

« Cela rejette des décennies de travail des scientifiques du GIEC », Gergis a écrit sur les réseaux sociaux.

Le GIEC, qui a synthétisé les recherches de centaines de climatologues du monde entier, a soutenu que tout effort réussi pour prévenir un réchauffement planétaire catastrophique « impliquera une réduction substantielle de l'utilisation des combustibles fossiles ».

« Plus d'un siècle de combustion de combustibles fossiles ainsi qu'une utilisation inégale et non durable de l'énergie et des terres ont conduit à un réchauffement climatique de 1,1°C au-dessus des niveaux préindustriels », a déclaré le GIEC après la publication de son dernier rapport plus tôt cette année. « Cela a entraîné des phénomènes météorologiques extrêmes plus fréquents et plus intenses, qui ont eu des conséquences de plus en plus dangereuses sur la nature et les populations dans toutes les régions du monde. »

D'autres recherches récentes ont averti que les pays riches doivent arrêter complètement la production de pétrole et de gaz d'ici 2034 pour donner au monde 50 % de chances de limiter le réchauffement à l'objectif de 1,5°C fixé par l'Accord de Paris.

Bill Hare, directeur général de Climate Analytics, a déclaré Le gardien que la réponse d'Al Jaber à Robinson était « extraordinaire, révélatrice, inquiétante et belliqueuse ».

« « Nous renvoyer dans des grottes » est le plus ancien des tropes de l'industrie des combustibles fossiles : cela frise le déni climatique », a déclaré Hare.

Lire aussi  Biden perd le soutien des électeurs musulmans alors que le bilan des morts à Gaza dépasse les 9 000

Les commentaires d'Al Jaber, qui, selon lui, ont été déformés, ont été considérés comme une confirmation supplémentaire qu'il n'est pas apte à diriger un sommet sur le climat étant donné son rôle simultané de cadre supérieur dans l'une des plus grandes sociétés de combustibles fossiles au monde. Une analyse de Global Witness publiée ce week-end a révélé qu'ADNOC est en passe de devenir le deuxième plus grand producteur de pétrole au monde d'ici 2050, et Al Jaber a été accusé d'utiliser sa position de président de la COP28 pour conclure des accords et gaziers.

« ADNOC prévoit de produire plus de pétrole que n'importe laquelle des « Big 5 » : ExxonMobil, Chevron, Shell, BP, TotalEnergies », a constaté Global Witness. « En fait, sa production projetée éclipsera nettement celle des majors européennes ; Les 35,9 milliards de barils d'ADNOC sont à eux 49 % plus élevés que la production projetée de 24,1 milliards de barils de Shell, BP et Total réunis.

Lundi, la présidence de la COP28 a publié une synthèse du Sommet mondial action climat, rassemblement de plus de 150 chefs d'État visant à faciliter une action climatique coordonnée.

Le document indique que les dirigeants mondiaux « ont souligné les opportunités de réduire les émissions dans chaque secteur et d'accélérer l'innovation technologique pour lutter contre les émissions de portée 3, ainsi que la réduction progressive des combustibles fossiles pour soutenir une transition cohérente avec la limitation du réchauffement à 1,5°. C. »

Romain Ioualalen, responsable de la politique mondiale chez Oil Change International, a déclaré dans un communiqué que « le soutien fort du sommet des dirigeants pour aborder les combustibles fossiles dans l'accord final de la COP28 est un signe prometteur, mais c'est juste suffisant ».

Lire aussi  Dans le cadre d'un procès unique en son genre, New York cible la pollution plastique de PepsiCo

« Les dirigeants doivent élever leur ambition au-delà d'une réduction progressive, et accepter d'arrêter immédiatement l'expansion des nouvelles énergies fossiles, et construire une élimination rapide, complète, équitable et financée de tous les combustibles fossiles tout en introduisant progressivement les énergies renouvelables », a déclaré Ioualalen. « Contrairement aux affirmations du président de la COP28, la science est tout à fait claire : le réchauffement se poursuivra aussi longtemps que nous continuerons à produire et à brûler des combustibles fossiles. »

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire