Au cœur des luttes et de l’organisation chez le géant de la vente au détail Lowe’s

Publié le

Au cœur des luttes et de l'organisation chez le géant de la vente au détail Lowe's

Vous êtes-vous déjà mis en colère contre un livreur qui apportait votre pizza en retard ? C'était moi. Maintenant, je suppose qu'il est tard parce qu'un patron surpayé oblige probablement deux employés à faire le travail de 10.

C'est parce que j'ai travaillé pendant deux ans dans une entreprise confrontée au genre de sous-effectif chronique qui afflige bon nombre des plus grands détaillants et sociétés de restauration d'Amérique.

Mon travail consistait à construire des présentoirs de marchandises chez Lowe's, la chaîne de rénovation domiciliaire. Je n'étais pas censé traiter directement avec les clients. Mais lorsque les gens me demandaient de l'aide, j'étais souvent le seul employé disponible. J'ai donc fini par tout faire, du sciage du bois à la taille des clés, tout en me souciant de terminer les projets qui m'étaient assignés.

Un tel manque de personnel de la frustration pour les clients et un épuisement professionnel pour les employés qui doivent se démener comme des fous pour obtenir un salaire qui couvre à peine leurs factures. Les PDG affirment qu'ils n'ont tout simplement pas l'argent nécessaire pour embaucher davantage de travailleurs ou payer des salaires suffisants pour subvenir aux besoins de leurs familles. Mais leurs actions disent autre chose.

Un nouveau rapport de l'Institute for Policy Studies montre que Lowe's a dépensé près de 35 milliards de dollars au cours des trois dernières années et demie en rachats d'actions. C'est à ce moment-là qu'une entreprise prend de l'argent qui pourrait être consacré aux salaires des travailleurs ou à d'autres investissements productifs et l'utilise pour gonfler artificiellement la valeur de ses actions – et la valeur de la rémunération en actions de son PDG.

Lire aussi  Plainte éthique déposée contre un législateur concernant des projets de loi bénéficiant à ses propres magasins d'armes

Rien qu'en 2022, Lowe's a dépensé 14,1 milliards de dollars en rachats. Cela aurait suffi à donner à chacun des 301 000 employés américains de l'entreprise une prime de 46 923 $. Au lieu de cela, le salaire médian des travailleurs de Lowe était inférieur à 30 000 $. Et le PDG ? Il détient des actions de la société d'une valeur d'environ 108 millions de dollars.

Les autres grands détaillants ne sont pas très différents. Walmart, Home Depot, Target, Dollar General et Best Buy ont tous dépensé plus de 5 milliards de dollars en rachats d'actions au cours des dernières années.

Les PDG affirment que les rachats sont un bon moyen de restituer les « liquidités excédentaires » aux actionnaires. Je suis presque sûr que les travailleurs de première ligne pourraient trouver de bien meilleures idées pour investir ces milliards. Mais personne ne leur demande.

Aucun de ces grands détaillants n'est syndiqué, ce qui signifie que leurs travailleurs n'ont pas voix au chapitre dans les décisions majeures qui affectent leur vie.

C'est pourquoi quelques collègues et moi avons commencé à nous organiser dans notre magasin Lowe's de la Nouvelle-Orléans en 2022. Nous voulions construire un pouvoir collectif pour relever nos défis, notamment le manque de personnel, les salaires injustes et le manque de protection contre les griefs. Nous en avions assez de voir des employés sans recours après avoir été licenciés pour s'être présentés quelques minutes en retard pour des raisons indépendantes de leur volonté, comme un bus en panne ou une crise de garde d'enfants.

Lire aussi  Un groupe de réflexion de droite et les héritiers de Walmart derrière la dernière attaque contre des enseignants de l'Arkansas

Il n'est pas surprenant que le chemin menant à l'organisation du premier syndicat de magasins à grande surface ait été semé d'embûches. Nous sommes fiers d'avoir surmonté l'opposition intense de la direction et d'avoir rassemblé suffisamment de signatures sur une pétition pour former un syndicat. Nous estimons également que nous avons à faire pression sur Lowe's pour qu'il accorde de modestes augmentations et bonus.

Mais pour des raisons techniques, nous avons dû retirer notre pétition. Puis, il y a quelques mois, j'ai été congédié, ce que je crois être des représailles à mes activités pro-syndicales. Le Conseil national des relations du travail a déjà statué contre Starbucks et Amazon pour avoir licencié illégalement des organisateurs syndicaux. Ils enquêtent actuellement sur mon licenciement et sur plusieurs autres plaintes concernant les pratiques de travail de Lowe.

Les dés sont clairement joués contre les travailleurs ordinaires des grandes entreprises puissantes. Mais nous savons que chaque employé contribue à la valeur d'une entreprise, et pas seulement le PDG. Et nous continuerons à nous battre pour le respect que nous méritons.

Avatar de Charles Briot