18 aînés juifs arrêtés suite à une manifestation pour le cessez-le-feu à Gaza devant la Maison Blanche

Publié le

18 aînés juifs arrêtés suite à une manifestation pour le cessez-le-feu à Gaza devant la Maison Blanche

Un groupe d'anciens juifs s'est enchaîné aux portes de la Maison Blanche lundi, appelant l'administration Biden à cesser de financer le génocide israélien des Palestiniens à Gaza et à soutenir un cessez-le-feu permanent.

L'action a eu lieu quelques heures avant l'allumage prévu de la Menorah à la Maison Blanche pour Hanoukka.

Des membres des Anciens juifs pour la liberté des Palestiniens ont également tenté de lire les noms des 17 000 Palestiniens tués par les Forces de défense israéliennes (FDI) depuis octobre, à commencer par Mahdiya Abdullah Abdul Wahab Halawa, 93 ans, survivant de la Nakba de 1948.

Dix-huit membres du groupe ont été arrêtés pour leur action, organisée en partie avec Jewish Voice for Peace. Les membres du groupe ont été accusés de crimes fédéraux d'intrusion.

Dans des déclarations partagées avec Véritéles manifestants ont expliqué pourquoi ils se sentaient obligés d'agir.

« Les États-Unis arment et financent ce massacre de Palestiniens – non pas pour la sécurité des Juifs, mais pour leurs propres intérêts », a déclaré Sarah Schulman, 65 ans, boursière du Guggenheim. « Biden, arrête de nous utiliser. Les Palestiniens devraient être libres.

« Ne les laissez pas vous dire que c'est compliqué. Les Palestiniens sont massacrés », a déclaré Karen Ackerman, 70 ans, ancienne directrice politique de l'AFL-CIO, qui a souligné que le massacre de Palestiniens par Israël inclut des méthodes de famine. « Il n'a jamais été aussi important que nous agissions. »

« Ma famille a survécu à l'Holocauste, donc je connais le prix du silence. Je refuse de me taire maintenant », a déclaré Deb Kaplan, experte en justice reproductive et défenseure de la santé maternelle et infantile de 69 ans.

Lire aussi  Plus de 400 responsables de l'administration Biden exigent un cessez-le-feu à Gaza

Les États-Unis ont récemment ignoré le processus habituel d'approbation du Congrès pour approuver l'envoi à Israël de plus de 14 000 obus pour sa campagne de bombardement incessante contre Gaza. L'armée israélienne a déjà utilisé plus de 22 000 bombes fournies par les États-Unis, notamment des bombes au phosphore blanc, lors d'attaques contre le Liban dans le nord – une action qui, selon les défenseurs des droits de l'homme, devrait faire l'objet d'une enquête comme crime de guerre.

Lundi également, une douzaine de personnes ont participé à un « die-in » devant la Maison Blanche, affirmant qu'elles « la responsabilité » de dénoncer les atrocités mondialement reconnues commises par Israël.

La manifestation, organisée par le fondateur et activiste de Humanity Lab Hazami Barmada, a également eu lieu pour soutenir les responsables de l'administration qui pourraient soutenir un cessez-le-feu mais craignent d'exprimer leur point de vue.

« En fait, le personnel de l'administration nous a dit que notre présence ici avait contribué à faire sur eux, ce qui est pour nous un signe de succès », a déclaré Barmada.

Les deux manifestations ont eu lieu quelques heures avant une réception de Hanoukka à la Maison Blanche. Près de 800 invités étaient attendus à l'événement, parmi lesquels des survivants de l'Holocauste, Actualités ABC signalé.

Lundi, les forces israéliennes ont tué au 18 000 Palestiniens à Gaza, dont 7 729 enfants. Le siège israélien a également blessé 50 000 Palestiniens et démantelé des systèmes de santé essentiels à Gaza.

Lire aussi  Le DOJ et le Congrès font face à de nouveaux appels pour enquêter sur les liens financiers de Trump avec l'Arabie saoudite

Les appels à un cessez-le-feu et à la fin de l'occupation se sont multipliés ces dernières semaines, des centaines de milliers d'Américains étant descendus dans la rue en solidarité avec la Palestine. Mais malgré le large soutien en faveur d'un cessez-le-feu parmi les électeurs américains, les hommes politiques des deux côtés restent fidèles à leur soutien au génocide israélien à Gaza. La semaine dernière, les États-Unis ont été le seul pays du Conseil de sécurité de l'ONU, composé de 13 membres, à voter contre une résolution appelant à la libération immédiate de tous les otages israéliens et à un cessez-le-feu, mettant ainsi leur veto à la résolution.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire