Israël « assure-t-il réellement la sécurité des Juifs » ?

Publié le

A man holds a sign with an image of a menorah with the word

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

À la suite de l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, de nombreux partisans d'Israël ont redoublé d'idée selon laquelle les Juifs ne peuvent être en sécurité que dans un État dont ils contrôlent le gouvernement par le biais d'un gouvernement majoritaire et de lois favorisant les Juifs par aux non-Juifs.

Cette idée — un principe fondamental du sionisme, exprimé pour la première fois par Theodor Herzl dans sa brochure, L'État juif (1896) – c'est ce qui a conduit les Nations Unies à voter en faveur de la création de l'État d'Israël en 1948, malgré l'opposition unie des porte-parole palestiniens et arabes.

Comment cette croyance a-t-elle résisté à la lumière des 75 dernières années ?

Les guerres répétées d'Israël contre ses voisins arabes – l'Égypte, la Syrie, la Jordanie, le Liban et l'Irak – ont-elles assuré la sécurité des Juifs ?

Même les méthodes les plus draconiennes ont-elles réussi à éradiquer la résistance de la population palestinienne indigène au régime militaire et aux déplacements forcés ?

Je dirais que l'assassinat d'environ 1 200 Israéliens par le Hamas le 7 octobre montre en réalité le contraire de ce que beaucoup prétendent. Plutôt que de prouver que l'État d'Israël assure la sécurité des Juifs, l'effusion de sang montre que les Juifs israéliens ne peuvent pas espérer jouir de la sécurité en imposant un siège brutal, en érigeant des murs, en multipliant les points de contrôle, en démolissant des maisons, en confisquant des terres et en déshumanisant, en emprisonnant ou en tuant des Palestiniens. qui défendent leurs droits, que ce soit de manière non-violente ou violente.

Les Juifs israéliens ne peuvent pas espérer jouir de la sécurité en imposant un siège brutal, en érigeant des murs, en multipliant les points de contrôle, en démolissant des maisons, en confisquant des terres et en déshumanisant, en emprisonnant ou en tuant tout Palestinien qui défend ses droits.

Les personnes enclines à remettre en question l'affirmation selon laquelle la sécurité des Juifs dépend de l'existence d'un État juif fort craignent souvent d'être accusées d'antisémitisme. Pourtant, l'opposition au sionisme a toujours existé au sein de la communauté juive.

Lorsque Herzl lança le mouvement sioniste en 1897, la grande majorité des Juifs du monde le rejetèrent comme une dangereuse hérésie. Les rabbins allemands se sont tellement opposés à la tenue par Herzl du premier Congrès sioniste mondial à Munich qu'il a déplacé le lieu à Bâle, en Suisse.

Dans ces premières années, des rabbins représentant tout le spectre de la théologie juive dénonçaient le sionisme pour des raisons à la fois religieuses et politiques. Les rabbins orthodoxes ont accusé les sionistes d'usurper le rôle du Messie, dont la venue devait racheter le peuple juif de l'exil spirituel et inaugurer le règne universel de la paix, de la justice et de la droiture.

Les rabbins réformés des États-Unis ont dénoncé la tentative de création d'un État juif. En effet, la plate-forme de Pittsburgh de 1885 du judaïsme réformé avait précisé : « Nous ne nous considérons plus comme une nation, mais comme une communauté religieuse, et n'attendons donc ni un retour en Palestine. . . ni le rétablissement d'aucune des lois concernant l'État juif.

Sur le plan politique, les rabbins orthodoxes et réformés craignaient qu'en appelant les Juifs à émigrer en Palestine, le sionisme ne remette en cause leur patriotisme et ne mette en péril leur statut de citoyens loyaux des pays dans lesquels ils résidaient.

En Grande-Bretagne, le seul membre juif du cabinet a voté contre la Déclaration Balfour, avertissant qu'elle ferait des musulmans et des chrétiens de Palestine des « étrangers » dans leur propre pays, tout en faisant des Juifs « des étrangers dans tous les pays sauf la Palestine ».

Pendant et après la Première Guerre mondiale, les sionistes ont acquis une influence non pas sur le public juif ou sur le rabbinat, mais sur des hommes d'État clés qui pouvaient les aider à atteindre leurs objectifs. Ainsi, le leader sioniste britannique Chaim Weizmann a convaincu le ministre britannique des Affaires étrangères Arthur James Balfour qu'il serait dans l'intérêt du pays d'établir un « foyer national pour le peuple juif » en Palestine, qui pourrait servir à la fois à détourner les immigrants juifs de Grande-Bretagne et à protéger les possessions impériales britanniques au Moyen-Orient. Simultanément, les dirigeants sionistes américains, au premier rang desquels le juge de la Cour suprême Louis Brandeis, courtisèrent le président Woodrow Wilson, qui donna sa bénédiction en 1917 à ce qui devint la Déclaration Balfour.

Lire aussi  Un rabbin interrompt le discours de Biden pour exiger qu’il appelle avec force au cessez-le-feu à Gaza

La Déclaration Balfour a obtenu le soutien de certains Juifs réformés non sionistes, émoussant ainsi leur opposition à l'idéologie sioniste. Sapant encore davantage toute opposition efficace, les non-sionistes ont accepté de collaborer avec les sionistes sans approuver leurs objectifs.

Néanmoins, d'éminents Juifs ont é à élever la voix contre l'objectif sioniste d'un État juif. En Grande-Bretagne, le seul membre juif du cabinet, Edwin Montagu, a voté contre la Déclaration Balfour, avertissant qu'elle ferait des musulmans et des chrétiens de Palestine des « étrangers » dans leur propre pays, tout en faisant des Juifs des « étrangers dans tous les pays sauf la Palestine ». Aux États-Unis, 299 juifs distingués ont signé une déclaration lors de la Conférence de paix de Paris en 1919, après la Première Guerre mondiale, qui a été présentée au président Wilson par le député juif d'origine allemande de San Francisco, Julius Kahn. On pouvait y lire : « Nous protestons contre la ségrégation politique des Juifs et le rétablissement en Palestine d'un État spécifiquement juif, car ils sont totalement opposés aux principes de démocratie que l'objectif avoué de la Conférence mondiale de la paix est d'établir. »

Bien que les juifs dissidents n'aient pas réussi à empêcher les sionistes d'avancer vers leur objectif en Palestine, où la Société des Nations a accordé à la Grande-Bretagne le mandat de préparer administrativement le pays à devenir un « foyer national juif », le sionisme est resté un mouvement minoritaire parmi les juifs jusqu'à la montée du nazisme. dans les années 1930. Deux facteurs se sont alors combinés pour convaincre une majorité de Juifs de rallier l'affirmation sioniste selon laquelle l'antisémitisme ne pourrait jamais être éradiqué et que seul un État juif pourrait fournir un refuge sûr. Premièrement, dans un pays européen après l'autre, des citoyens juifs auparavant bien intégrés se sont retrouvés licenciés de leur emploi, leurs magasins et entreprises détruits, leurs maisons pillées et les membres de leur communauté rassemblés et envoyés dans des camps de concentration. Deuxièmement, les États-Unis, qui jusqu'alors constituaient pour les Juifs le principal refuge contre la persécution, avaient fermé leurs portes en 1924 en adoptant une loi restreignant drastiquement l'immigration de groupes jugés indésirables.

Entre 1947 et 1949, les milices sionistes ont chassé de leur terre natale 750 000 Palestiniens, soit la moitié de la population arabe du pays, et ont détruit plus de 500 de leurs villes et villages.

Pourtant, alors même que le sentiment des Juifs américains évoluait en faveur de la création d'un État juif en Palestine pour les réfugiés du nazisme, les Juifs antisionistes préconisaient des solutions alternatives. Le Conseil américain pour le judaïsme, fondé par les juifs réformés en 1942, a fait campagne vigoureusement pour libéraliser la politique d'immigration américaine et pour établir un « gouvernement démocratique et autonome en Palestine, dans lequel les juifs, les musulmans et les chrétiens seront justement représentés » et doté de « droits égaux ». droits et . . . responsabilités égales. L'International Jewish Labour Bund, une organisation socialiste transplantée aux États-Unis par des réfugiés d'Europe de l'Est, a appelé à « un État démocratique commun (en Palestine) fondé sur les principes d'égalité des droits communautaires pour les Juifs et les Arabes », ainsi que « la fraternité internationale et le respect mutuel.

Lire aussi  Le juge ordonne au DOI d’adopter une règle pour les tribus demandant à nouveau une reconnaissance fédérale

Au lieu de cela, le sionisme a triomphé avec la création d'Israël en tant qu'État juif. Les Palestiniens ont payé un prix élevé pour la solution choisie par le monde occidental pour indemniser les Juifs pour l'Holocauste nazi. Entre 1947 et 1949, les milices sionistes ont chassé de leur terre natale 750 000 Palestiniens, soit la moitié de la population arabe du pays, et ont détruit plus de 500 de leurs villes et villages. L'historien juif israélien Ilan Pappe a qualifié ce processus de « nettoyage ethnique de la Palestine ». Les Palestiniens l'appellent le Nakbaarabe pour « catastrophe ».

Les conséquences hantent encore aujourd'hui le monde. Environ 200 000 Palestiniens ont fui vers Gaza. Cela a plus que triplé la population de cette petite enclave côtière, qui compte aujourd'hui 2,3 millions d'habitants, dont les deux tiers sont des descendants de réfugiés. Les autres ont fui vers la Jordanie, la Syrie, le Liban, l'Égypte et d'autres pays, où la plupart de leurs descendants croupissent dans des camps de réfugiés depuis 75 ans dans des conditions misérables. Israël n'a jamais respecté la résolution 194 de l'Assemblée générale des Nations Unies, qui stipulait que « les réfugiés souhaitant rentrer chez eux et vivre en paix avec leurs voisins devraient être autorisés à le faire le plus tôt possible ». L'objectif sioniste de maintenir une majorité juive exigeait d'empêcher un tel retour.

À la fin de la guerre de 1947-49, 150 000 Palestiniens restaient à l'intérieur des frontières de ce qui est devenu Israël, dont un quart étaient déplacés internes de leurs foyers d'origine. Israël leur a accordé la citoyenneté mais leur a imposé la loi martiale jusqu'en 1966. Représentant désormais 21 pour cent de la population israélienne, les citoyens palestiniens continuent de faire face à une grave discrimination, ainsi qu'à la confiscation de leurs terres et à la démolition de leurs maisons.

300 000 autres Palestiniens sont devenus réfugiés en juin 1967, lorsqu'Israël a lancé une guerre contre l'Égypte, la Syrie et la Jordanie, prétendument pour empêcher une « attaque entièrement arabe ». En conquérant Gaza, Jérusalem-Est et la Cisjordanie de Jordanie en six jours, Israël a acquis une population palestinienne plus importante que celle qu'il avait expulsée en 1947-49. Depuis lors, il a maintenu la Cisjordanie sous occupation militaire tout en la remplissant de colonies juives ; il a levé son occupation militaire de Gaza pour ensuite la remplacer par un blocus étouffant en 2007 ; et a chassé de plus en plus de Palestiniens de Jérusalem-Est.

Une construction inventée si récemment peut sûrement être démantelée et remplacée par une source d'identité juive plus en harmonie avec les valeurs éthiques chères à la plupart des Juifs.

Actuellement, les colons violents de Cisjordanie détruisent des villages palestiniens et chassent leurs habitants avec l'intention explicite d'adopter une autre loi. Nakba, ou, comme l'a dit un jour l'historien juif israélien Benny Morris, « terminer le travail ». (Lors d'un rassemblement pro-israélien à Washington, DC, le 14 novembre 2023, au moins un manifestant portait une pancarte exigeant explicitement « Laissons Israël terminer le travail ».)

Lire aussi  18 députés soutiennent la résolution de cessez-le-feu à Gaza au Congrès

Pendant ce temps, en représailles à l'attaque du Hamas du 7 octobre, l'armée israélienne bombarde Gaza depuis plus de huit semaines, détruisant des maisons, des écoles, des hôpitaux, des usines de distribution d'eau, des installations de traitement des eaux usées et des boulangeries, privant les Gazaouis de nourriture, d'eau, d'électricité et de nourriture. de carburant, et forçant plus de 80 pour cent des habitants de Gaza à fuir sous les bombardements constants du nord vers le sud d'un territoire déjà surpeuplé, où aucun refuge n'existe. Jamais le besoin d'envisager des alternatives n'a semblé plus urgent qu'aujourd'hui, alors que nous sommes confrontés à l'horreur du génocide perpétré par Israël contre les Palestiniens – avec le plein soutien des États-Unis et d'une grande partie du monde occidental.

Par conséquent, un nombre croissant d'Américains – juifs et non juifs – rejettent le championnat inconditionnel d'Israël que notre gouvernement exige. Pourtant, de nombreux Juifs considèrent Israël comme un élément central de leur identité, donc sacro-saint. Très peu de gens se rendent compte qu'Israël n'est devenu un élément central de l'identité juive qu'après la guerre des Six Jours, lorsque ses prouesses militaires ont suscité l'admiration du monde occidental et ont ainsi doté les Juifs d'une nouvelle image puissante d'eux-mêmes, comme le documente Jonathan D. Sarna dans Judaïsme américain : une histoire. Une construction inventée si récemment peut sûrement être démantelée et remplacée par une source d'identité juive plus en harmonie avec les valeurs éthiques chères à la plupart des Juifs.

Divers groupes juifs ont déjà commencé ce travail. Parmi eux se trouve Jewish Voice for Peace, une organisation intergénérationnelle et multiethnique fondée en 1996 qui comprend un conseil rabbinique et le réseau Havurah et qui envisage « un monde où tous les peuples – des États-Unis à la Palestine – vivent dans la liberté, la justice, l'égalité et la dignité. » ; IfNotNow, un mouvement de jeunes Juifs, né en réponse à la guerre israélienne contre Gaza en 2014 et qui se concentre sur la mobilisation de la communauté juive « pour mettre fin au soutien américain au système d'apartheid israélien et exiger l'égalité, la justice et un avenir prospère pour tous les Palestiniens et les Israéliens. » ; et Judaïsme selon nos propres conditions, anciennement connu sous le nom d'Open Hillel, un réseau de communautés juives indépendantes, diverses, radicalement inclusives, « soucieuses de justice et dirigées par les étudiants » sur les campus universitaires, engagées à permettre « des significations et des réalités alternatives de la judéité ». « libéré des diktats des institutions juives héritées qui nous contraignent et déforment le judaïsme. » En résumé, les Juifs qui cherchent à reconstruire leur identité sur une base qui ne dépend pas de l'oppression et de l'effacement des Palestiniens peuvent trouver de nombreux modèles.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire