Un travailleur humanitaire de Gaza décrit « l’horreur » de la troisième réinstallation forcée de sa famille

Publié le

Un travailleur humanitaire de Gaza décrit « l'horreur » de la troisième réinstallation forcée de sa famille

Nous nous rendons à Gaza pour faire le point sur l'attaque israélienne, qui est désormais décrite comme l'une des pires attaques contre une population civile de ces derniers temps. Alors que les chars israéliens entrent dans Khan Younis et que le bilan palestinien dépasse les 16 000 morts, nous discutons avec Yousef Hammash. Le responsable du Conseil norvégien pour les réfugiés à Gaza décrit comment lui et sa famille sont confrontés à un déplacement interne pour la troisième fois lors de l'assaut, cette fois depuis Khan Younis, où ils avaient fui après les avertissements israéliens de se diriger vers le sud de la bande de Gaza. . Aujourd'hui à Rafah, près de la frontière égyptienne, ils ont du mal à trouver un abri et, comme des milliers d'autres Palestiniens désormais sans abri, ont dû vivre dans une tente de fortune. « J'ai tout laissé derrière moi », dit Hammash à propos de sa dans la ville de Gaza, aujourd'hui détruite. «Je me fichais de ce que j'allais perdre. Je cherchais la sécurité de ma famille. Hammash affirme qu'une quantité dérisoire d'aide humanitaire est autorisée à entrer à Gaza alors même que les réfugiés de la guerre sont confrontés à la famine, à la déshydratation et à l'infection. « Le montant de l'aide qui arrive à Gaza n'est littéralement pas tangible », dit-il.

TRANSCRIPTION

Ceci est une transcription urgente. La copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

AMY GOODMAN : Nous diffusons depuis le sommet des Nations Unies sur le climat à Dubaï, aux Émirats arabes unis.

Nous commençons le spectacle d'aujourd'hui à Gaza, alors que les chars israéliens se dirigent vers le centre de Khan Younis, la deuxième plus grande ville de Gaza, après des jours de bombardements et de frappes aériennes intenses. Les responsables palestiniens de la santé affirment que le nombre de morts à Gaza a dépassé les 16 200, dont plus de 6 600 enfants. Il s'agit d'un habitant de Khan Younis qui parle après qu'Israël a bombardé sa maison.

HAMDI TANIRA : (traduit) Il y avait 30 personnes à l'intérieur de la maison. Vingt d'entre eux étaient des enfants, des enfants âgés de 15 jours, 1 an, 3 ans, 4 ans. Nous leur avons aménagé un endroit pour dormir pendant toute la durée du bombardement. Nous les avons endormis. Nous sommes allés dormir. Tout d'un coup, ce qui nous est arrivé, nous ne le savons pas. Le feu nous a touché. Et comme vous le voyez, tout cela s'est effondré sur nous. Aucun de nous ne s'en est sorti complètement bien. Tout le monde est blessé. Comment et pourquoi, nous ne comprenons même pas ce qui s'est passé nous-mêmes. Nous nous sommes précipités à l'hôpital pour vérifier l'état des enfants et sommes revenus ce matin pour vérifier la maison. Regarde ça. Je le jure, on ne sait même pas comment on s'en est sorti vivant.

AMY GOODMAN : Mardi, Jan Egeland, le secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, a publié une déclaration disant, je cite : « La pulvérisation de Gaza compte désormais parmi les pires agressions contre une population civile de notre époque. Chaque jour, nous voyons de plus en plus d'enfants morts et de nouvelles profondeurs de souffrance pour les innocents qui endurent cet enfer », a-t-il déclaré.

Nous sommes maintenant rejoints par Yousef Hammash, responsable du plaidoyer à Gaza pour le Conseil norvégien pour les réfugiés. Il nous rejoint aujourd'hui depuis Rafah.

Yousef, merci d'être avec nous. Pourriez-vous commencer par parler de ce qui se passe en ce moment, de Khan Younis, où vous étiez, à Rafah, où vous avez fui maintenant ?

Lire aussi  Une aide insuffisante afflue à Gaza alors que l’Égypte dit non aux réfugiés palestiniens

YOUSEF HAMMASH : Merci de m'avoir hébergé, Amy.

Malheureusement, après sept jours de pause humanitaire, on ne s'attendait pas à voir cette folie s'accentuer. La folie devient de plus en plus grande. Et juste après la pause humanitaire, les bombardements ont commencé principalement dans le sud, et l'opération terrestre israélienne a commencé à avoir lieu à Khan Younis, et ils ont divisé Gaza en trois morceaux. Alors qu'il était autrefois coupé en deux parties, il est désormais composé de trois parties. Nous avons donc la ville de Gaza et la zone médiane, ainsi que Khan Younis et Rafah.

Et lorsque l'opération terrestre a commencé dans la partie orientale de Khan Younis, et qu'ils ont demandé aux habitants de fuir vers Rafah, c'est ce qui nous a obligés à fuir pour la troisième fois maintenant vers Rafah. Et des centaines de milliers de personnes ont dû faire cela, faire le choix de fuir vers Rafah et de construire ces petites tentes faites de bâtons de bois et de plastique sous ce temps rigoureux. Et c'est devenu soudainement une situation vraiment folle. Et nous avons dû être témoins de la même chose que celle dont nous avons été témoins dans la partie nord de Gaza lorsque l'opération militaire – et même la guerre a commencé le 12 – après que la guerre a commencé le 12 octobre, lorsqu'ils nous ont demandé de fuir vers le sud. Et nous n'avions pas d'autre choix, et nous avons fui vers le sud, à Khan Younis, et maintenant nous nous sommes retrouvés à recommencer. J'espère que ce sera la dernière fois.

Malheureusement, la situation humanitaire est ici catastrophique. Les gens utilisent n'importe quel endroit comme abri. Les gens vivent sur les trottoirs, les rues et dans tous les espaces vides qu'ils trouvent. Ils mettent n'importe quoi pour se couvrir la tête et le considèrent comme un abri, sans aucun moyen de protection. Et c'est une situation horrible que je ne pense pas avoir la capacité de décrire. Si vous le voyez de vos propres yeux, vous serez choqué. Nous n'avons jamais été témoins d'une telle horreur. Et cela se voit sur le visage des gens. Ils sont dans une situation misérable et n'ont aucune option. Tout ce qu'ils font, c'est rechercher leur sécurité, fuir d'un endroit à un autre.

AMY GOODMAN : Yousef, il n'est pas habituel dans la plupart des situations que les journalistes eux-mêmes tentent de sauver leur propre famille et leur propre vie pendant que vous faites un reportage sur la situation dans son ensemble. Si vous pouviez suivre votre propre avec votre famille ? Je pense qu'environ 60 journalistes, gazaouis et palestiniens, ont été tués ces dernières semaines, y compris le président de l'association des journalistes de Gaza, ainsi que de nombreux caméramans et reporters. Mais si vous pouvez commencer votre voyage là où vous êtes parti, d'abord vers le nord, puis rentrer chez vous à Jabaliya, et repartir de là, et pourquoi, dans chaque situation, la terreur et la destruction que vous avez laissées derrière vous ?

YOUSEF HAMMASH : Donc, au début du… le 7 octobre, j'ai dû fuir ma maison, parce que j'habitais à Beit Lahia, qui est plus proche de la frontière, et généralement, comme dans notre expérience précédente des guerres et de l'escalade, c'est la première fois. zones à cibler. Et j'ai pensé qu'il valait mieux pour moi emmener mes enfants et ma famille élargie au camp de Jabaliya, qui est le centre du nord, et me convaincre que ce serait un peu plus sûr. Et depuis le moment où j'ai pris cette décision, j'ai tout laissé derrière moi. Je me fichais de ce que j'allais perdre. J'étais juste – je cherchais la sécurité de ma famille. Les deux ou trois jours après la guerre, ma maison a été prise pour cible, la maison de mes parents a été prise pour cible, et l'autre maison où se trouvait mon frère a été prise pour cible.

Lire aussi  Le DOJ et le Congrès font face à de nouveaux appels pour enquêter sur les liens financiers de Trump avec l'Arabie saoudite

Et le 12, nous avons dû rester dans la maison de mes grands-parents à Jabaliya. Le 12 octobre, nous avons commencé à recevoir des appels téléphoniques d'Israéliens et de colons qui nous menaçaient et nous avertissaient de ce qui allait arriver. Et puis j'ai dû décider de fuir à nouveau Jabaliya vers le sud, sur la base de ce qu'ils nous avaient demandé. Et encore une fois, notre responsabilité envers nos enfants et nos familles élargies nous a obligés à prendre ces options. Nous avons fui vers Khan Younis sans rien, littéralement. Nous devions commencer notre nouvelle vie. Et j'ai eu de la chance parce que j'ai des proches là-bas, donc j'ai dû le faire : j'ai réussi à trouver un toit pour me couvrir la tête.

Et je ne m'attendais pas à ce que nous vivions à nouveau cette horreur, et nous avons dû reprendre cette option pour la troisième fois pour aller à Rafah. Mais malheureusement, à Rafah, nous n'avons pas la possibilité d'avoir un toit pour nous couvrir la tête. Et depuis deux jours, j'essaye de surfer autour de Rafah, à la recherche d'un endroit où abriter ma famille. Et malheureusement, jusqu'à présent, je n'ai pas réussi à trouver une place. Aujourd'hui, j'ai dû construire une tente pour ma famille et trouver un endroit sûr, comme on l'appelle, dans la région d'al-Mawasi, qui y sera très sûr. Et nous suivons les instructions que nous recevons. Et j'ai dû faire la même chose que les centaines de milliers d'autres personnes à Gaza qui ont également dû choisir cette option. J'ai donc dû construire une tente. Je ne sais pas comment nous parviendrons à nous y intégrer, mais c'est l'option qui s'offre à nous.

Mais surtout les deux jours où l'opération militaire a commencé à Khan Younis, l'horreur que nous avons vue du bombardement, le bombardement incessant – j'avais calculé que le temps entre chaque missile était de huit secondes, imaginant que nous vivions dans un tremblement de terre, Amy. Et c'est ce qui, encore une fois, nous met toujours dans une situation devant nos enfants où nous sommes inutiles pour les protéger. Nous ne pouvons même pas assurer la protection de nos enfants et de nos… mes sœurs, par exemple. Je me sentais très inutile devant eux car je ne peux rien faire pour eux. Nous avons donc dû choisir cette option, en nous convainquant à nouveau que nous serons en sécurité. Je suis presque sûr qu'il n'y a aucun endroit sûr à Gaza. Mais nous ferons tout ce qu'il faudra – je prendrai tout ce qu'il faudra. Je le ferai pour protéger ma famille.

AMY GOODMAN : Maintenant, vous n'êtes pas journaliste. Vous êtes un travailleur humanitaire. Vous êtes chargé de plaidoyer à Gaza pour le Conseil norvégien pour les réfugiés. Mais vos descriptions de ce qui s'y passe sont très critiques. Comment faites-vous votre travail et comment la cinquantaine d'autres travailleurs du Conseil norvégien pour les réfugiés font-ils leur travail à Gaza alors qu'ils sont forcés de fuir ? Et essayez-vous maintenant de franchir la frontière de Rafah vers l'Égypte ?

YOUSEF HAMMASH : Ouais, Amy, nous essayons de faire de notre mieux, parce que c'est notre rôle, et c'est pourquoi nous sommes ici. Mais malheureusement, nous sommes dans la même situation que tout le monde ici. Pendant la pause humanitaire, nous évaluions la situation et essayions d'élaborer un plan de distribution, car nous essayons d'aider autant que possible les personnes dans le besoin. La majorité de la population entière de Gaza est dans le besoin. Il faut donc comprendre la situation en général. Avant le 7 octobre, la moitié de la population dépendait de l'aide humanitaire. Imaginer ajouter cette situation catastrophique aux besoins des gens. La population entière de Gaza est dans le besoin. Et si nous nous réunissons tous en tant qu'acteurs humanitaires, nous ne pouvons pas répondre aux besoins que nous avons ici.

Lire aussi  L'eau est un droit humain. Créons une société qui affirme cela.

Nous avons utilisé ces sept jours pour faire entrer nos camions via Rafah, pour réaliser notre plan de distribution et pour essayer d'aider autant que nous le pouvons. Mais ensuite nous nous sommes retrouvés à nouveau dans le cercle de la violence. Et malheureusement, même face à la situation actuelle, nous ne servons à rien. Nous ne pouvons pas nous protéger, même en tant que travailleurs humanitaires. Il n'y a aucune protection pour aucun d'entre nous. Nous sommes tous à Gaza dans les mêmes circonstances. Nous essayons, mais la situation nous en empêche. Et croyez-moi, beaucoup de mes collègues ont dû dormir dans la rue.

AMY GOODMAN : Pouvez-vous parler de quoi…

YOUSEF HAMMASH : Désolé. Vas-y, Amy.

AMY GOODMAN : Pouvez-vous nous parler du type d'aide qui parvient ou non, et de ce que cela signifie lorsque vous avez quelque chose comme 1,8 million, 1,9 million de Palestiniens, sur quoi ? — 2,3 millions, qui sont en fuite, qui sont déplacés à l'intérieur du pays ?

YOUSEF HAMMASH : Honnêtement, Amy, ce que nous pouvons tous faire en tant qu'acteurs humanitaires n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan des besoins. Et nous continuons à demander l'entrée de plus en plus de camions d'aide, mais c'est trop politique et tout le monde comprend la situation maintenant. Ils autorisent seulement – ​​il n'existe même pas de chiffre précis sur le nombre de camions que nous pouvons faire passer chaque jour par Rafah. C'est trop une situation politique, ce qui nous amène à la comprendre. Croyez-moi, ces derniers jours, nous poursuivions nos camions. Nous essayions de trouver une solution pour le faire passer par Rafah, le gérer, le stocker dans un endroit, puis essayer de le distribuer aussi vite que possible, car nous comprenons que ce n'est rien comparé aux besoins. Nous essayons donc de faire de notre mieux. Même si nous pouvons assister et aider peu de personnes, c'est quelque chose. Mais même atteindre ce petit quelque chose n'est pas facile. C'est presque impossible à cause de la situation dans laquelle nous vivons. Le montant de l'aide qui arrive à Gaza est littéralement…

AMY GOODMAN : Youssef Hammash —

YOUSEF HAMMASH : — n'est pas tangible et n'affecte pas le besoin. Cela n'affecte pas vraiment l'ampleur des besoins que nous avons à Gaza.

AMY GOODMAN : Je tiens à vous remercier infiniment d'être avec nous, Yousef Hammash, responsable du plaidoyer à Gaza pour le Conseil norvégien pour les réfugiés. Il a fui Khan Younis en début de semaine et nous rejoint désormais depuis Rafah. Il se trouvait initialement à Beit Lahia, a fui vers le camp de réfugiés de Jabaliya, puis à Khan Younis, puis à Rafah, près de la frontière avec l'Égypte.

À venir, La démocratie maintenant ! questions — tentatives d'interroger le chef de la compagnie pétrolière nationale des Émirats arabes unis, qui préside le sommet de l'ONU sur le climat. Rester avec nous.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire