Un projet de loi de Floride vise à rendre obligatoire « Ne dites pas gay » sur de nombreux lieux de travail

Publié le

Un projet de loi de Floride vise à rendre obligatoire « Ne dites pas gay » sur de nombreux lieux de travail

Un nouveau projet de loi qui vient d'être présenté en Floride vise à étendre les dispositions « Ne dites pas gay ou trans » à un large éventail de lieux de travail. Ciblant les employés du gouvernement, les entrepreneurs et les organisations à but non lucratif, le projet de loi énonce des restrictions et des interdictions sur les politiques relatives aux pronoms, à l'identité de genre et à la sexualité. Plus précisément, cela interdirait aux employés des gouvernements nationaux et locaux ainsi qu'à tout sous-traitant engagé auprès du gouvernement de changer leurs pronoms ou leurs titres honorifiques s'ils ne correspondent pas à leur sexe assigné à la naissance. Cela leur interdirait également de donner des cours sur l'identité de genre ou la sexualité, à l'instar des lois « Ne dites pas gay ou trans » déjà en vigueur dans le système éducatif public. La législation établirait les pronoms « biologiques » comme politique officielle de l'État. Le projet de loi établirait également des protections pour ce qu'il appelle « des croyances profondément ancrées fondées sur la biologie ». Le plus effrayant peut-être est que cela pourrait même empêcher toutes les organisations à but non lucratif de l'État d'imposer toute « formation, instruction ou activité sur l'orientation sexuelle, l'identité de genre ou l'expression de genre », une clause qui pourrait détruire les organisations à but non lucratif LGBTQ+ dans toute la Floride.

Le projet de loi, HB599, a été présenté par le représentant Ryan Chamberlin, un républicain. Le projet de loi est divisé en deux sections, la première section s'appliquant aux employés et entrepreneurs du gouvernement, qu'il définit comme « un individu, une société de personnes, une société ou une entité commerciale » qui « conclut ou tente de conclure un contrat de services » avec tout État, comté, municipalité ou district spécial de Floride. Ces définitions englobent un grand nombre d'entreprises, telles que les stades, les centres de congrès, les grands hôpitaux, les agences d'assurance, etc. Pour ces entreprises, ainsi que pour tous les fonctionnaires, le projet de loi déclarerait que la politique de l'État est que « le sexe d'une personne est un trait biologique immuable et qu'il est faux d'attribuer à une personne un pronom qui ne correspond pas à ce caractère ». le sexe de la personne. Elle interdirait alors aux salariés couverts de partager des pronoms qui « ne correspondent pas au sexe de cette personne », interdisant ainsi la transition sociale au travail pour ces salariés.

Lire aussi  Avant le tournage, l'équipe de tournage de l'IATSE sur "Rust" est partie pour protester contre les conditions

Consultez les dispositions interdisant les pronoms, les titres honorifiques et plus encore ici :

Le projet de loi consacrerait également une nouvelle phrase dans la loi : des protections pour les employés « profondément religieux ». ou basé sur la biologie croyances. » L'expression « croyances religieuses profondément ancrées » constitue un précédent de longue date en droit constitutionnel et est utilisée pour annuler des lois jugées violer la liberté de religion d'une personne. Cependant, les croyances profondément ancrées « fondées sur la biologie » n'ont jamais fait partie d'aucune loi. Il semblerait que cette ligne vise à fournir des protections fondées sur la religion aux personnes qui affirment que le fait de maltraiter les personnes transgenres et d'utiliser les anciens noms de personnes transgenres fait partie de leurs droits « fondés sur la biologie ».

Le projet de loi ne s'applique toutefois pas aux employés et aux entrepreneurs du gouvernement. Un article distinct du projet de loi s'appliquerait aux « organisations à but non lucratif ou à un employeur qui reçoit un financement de l'État ». Dans l'interprétation la plus large de cet article, séparant les « organisations à but non lucratif » des « employeurs qui reçoivent un financement de l'État », cela interdirait à toutes ces organisations d'exiger « une formation, un enseignement ou toute autre activité sur l'orientation sexuelle, l'identité de genre ou le genre ». expression. »

Voir cette rubrique ici :

Dispositions du HB599

Cette disposition est grave quant à son impact potentiel. Pratiquement toutes les organisations LGBTQ+ en seraient radicalement affectées et devraient probablement fermer leurs portes. Il serait presque impossible pour une organisation LGBTQ+ de fonctionner sans fournir des instructions, des formations et « d'autres activités » autour de l'identité de genre ou de la sexualité. Il s'agirait d'une prise de pouvoir flagrante de la part de l'État ciblant des organisations essentielles au gouvernement et cela stimulerait davantage l'activisme LGBTQ+ et l'organisation clandestine dans l'État. S'il est appliqué largement, cet article pourrait avoir un impact similaire aux lois russes conçues pour fermer les organisations LGBTQ+ dans ce pays.

Lire aussi  4 Américains LGBTQ sur 5 se sentent moins en sécurité en raison de l'interdiction des soins d'affirmation de genre

Cette section aurait également des impacts bien au-delà des organisations LGBTQ+. Les dispositions s'appliqueraient à « toute organisation exonérée d'impôt », y compris « l'art. Organisations 501 ». Cela inclurait, par exemple, les 501c4, qui sont cruciaux pendant les cycles électoraux et pourraient être utilisés pour cibler les organisations de gauche diffusant des publicités électorales. Beaucoup de ces organisations ont des employés LGBTQ+ et fournissent des instructions et des aménagements à leurs employés, ce qui serait interdit par l'État si cela était adopté par la loi.

Cela pourrait également avoir des impacts sur les organisations médicales qui font affaire avec les gouvernements des États et locaux. Planned Parenthood, un 501c3, fournit une large part de soins aux personnes LGBTQ+, et une telle loi pourrait être utilisée pour cibler l'organisation à l'échelle de l'État. De même, de nombreux systèmes hospitaliers publics qui font affaire avec le gouvernement doivent souvent éduquer leurs employés et leurs patients sur le VIH et le SIDA, ce qui est impossible à dissocier des questions LGBTQ+. Les cliniques de santé communautaire seraient également confrontées à ces dispositions.

Cette législation représente une première étape dans ce qui promet d'être une année difficile pour la législation anti-LGBTQ+ en 2024. Historiquement, la Floride a souvent été le terrain fertile pour de lois destinées à la communauté LGBTQ+. Ce projet de loi pourrait bien servir de précurseur à la prochaine « politique modèle » qui pourrait être reproduite dans plusieurs États et mérite d'être surveillée de près.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire