Un nouveau livre capture l’esprit révolutionnaire des mouvements de libération latino-américains

Publié le

Un nouveau livre capture l’esprit révolutionnaire des mouvements de libération latino-américains

Benjamin Dangl et moi n'avions quitté l'université que depuis quatre ans lorsque le premier livre de Dangl Le prix du feu : guerres pour les ressources et mouvements sociaux en Bolivie (AK Press, 2007) a été publié. Lors de nos retrouvailles de 20 ans en mai dernier, Dangl m'a remis un exemplaire de son nouveau livre de poèmes et de photographies tout juste sorti de presse, explorant le pouls de la vie quotidienne lors de ses voyages en tant que journaliste à travers l'Amérique latine et au-delà, Un monde où de nombreux mondes s'intègrent (Presse Fomite, 2023).

Silvia Federici, auteur d'un livre sur le rôle joué par la chasse aux sorcières dans la création du capitalisme intitulé, Caliban et la sorcièrea décrit le livre de Dangl comme « un voyage puissant à travers des scènes de clameur et de résistance urbaines » qui « montre le pouvoir de l'imagerie et de la poésie pour relier différents mondes ».

Après avoir lu son nouveau livre au cours de l'été, j'ai retrouvé Dangl pour discuter des 20 dernières années de mouvements sociaux à travers l'Amérique latine, du journalisme, de la vision politique durable des zapatistes et bien plus encore. La transcription suivante a été légèrement modifiée pour plus de longueur et de clarté.

Matt Dineen : Comment Un monde où de nombreux mondes s'intègrent ça arrive ?

Benjamin Dangl : Je travaille comme journaliste couvrant les questions de justice sociale aux États-Unis et dans les pays du Sud depuis plus de 20 ans. Pendant ce temps, j'ai écrit ces descriptions approfondies des endroits où j'ai voyagé en tant que journaliste. J'emportais toujours un cahier avec moi partout où j'allais et je le remplissais de descriptions des choses que je voyais : des bribes de détails au bord de la route, les feux d'artifice des rassemblements politiques, les labyrinthes des de rue sans fin.

Ce genre de choses me fascinait, quels que soient mes recherches et mes écrits journalistiques. Ce livre est donc le résultat de ces années passées à remplir des centaines de cahiers en marge de mes reportages. Certaines d'entre elles ont été intégrées à mes livres et articles, mais une grande partie n'y convenait pas vraiment. Pour ce livre, j'ai sélectionné et révisé ce que je pensais être le meilleur écrit et j'ai tout rassemblé. Les photographies faisaient partie d'une même démarche de témoignage de ce que je voyais.

Lire aussi  Sondage : 70 % des électeurs souhaitent que le prochain président s'attaque à la crise climatique

Pensez-vous que les lecteurs familiers avec votre travail de journaliste couvrant la politique et les mouvements sociaux latino-américains ont été surpris d'entendre parler de ce nouveau recueil de poèmes et de photographies ?

Peut être! Tout cela fait partie du même processus. Être journaliste implique souvent de prêter une attention particulière à ce qui se passe autour de vous, de prendre des notes minutieuses, de garder les yeux ouverts pour de bonnes histoires, citations, scènes, couleurs et de mettre cela par écrit. Et c'est ce qu'impliquaient la prise de ces photos et la rédaction de ces descriptions lors de la réalisation de ce livre.

Tout vient du même endroit. Il s'agit d'assembler des mots d'une manière qui a du sens, qui émeut les gens, qui évoque un lieu de manière puissante et qui communique la beauté fascinante, tragique et infinie du monde.

Vous avez étudié la littérature à l'université et passé un semestre à l'étranger en Argentine. Comment cette expérience a-t-elle affecté votre vision du monde politique et vos intérêts connexes en Amérique latine et dans le journalisme ?

Ce fut une période vraiment marquante pour moi. Je suis arrivé en Argentine au moment même où l'économie s'effondrait en 2001. Les causes de la crise étaient les politiques économiques néolibérales, qui enrichissaient la classe dirigeante aux dépens de la classe ouvrière. Pendant ce temps, les gens sont descendus massivement dans la rue sous le slogan : «Que Se Vayan Todos», qui se traduit par « Jetez-les tous ! » Ils réclamaient que la classe politique, d'avoir orchestré la crise, soit chassée du pouvoir.

L'organisation ne doit pas nécessairement être quelque chose qui se produit uniquement sur les barricades, mais c'est une manière d'être, une manière de vivre différemment contre et en dehors du système capitaliste.

Des manifestations et des rassemblements massifs ont eu lieu. Les gens ont organisé des assemblées de quartier et des groupes d'entraide pour se soutenir mutuellement pendant le ralentissement économique. Les travailleurs dont les ont fait faillite ont occupé des usines et des bâtiments, les gérant comme des coopératives de travail associé pour survivre et prospérer. Cela comprenait des éditeurs de livres, des hôtels, des entreprises de fabrication de carrelage et des centaines d'autres entreprises qui ont été placées sous le contrôle des travailleurs.

J'ai été témoin de cette incroyable transformation sociale, et cela a complètement changé ma compréhension de ce qui était politiquement possible. Cela m'a obligé à sortir des sentiers battus des concepts américains de démocratie représentative et à croire en une gouvernance plus directe et participative par les communautés d'en bas. À partir de ce moment-là, j'ai approfondi mon engagement à concentrer mon travail journalistique sur l'écriture et le soutien de ces mouvements populaires en Amérique latine.

Lire aussi  « Killers of the Flower Moon » montre que la création de richesse ne met pas fin à l'injustice raciale

Il est intéressant de repenser à ce moment historique – à l'aube de ce qui serait finalement surnommé la « marée rose » de l'Amérique latine – deux décennies plus tard. L'effondrement économique de l'Argentine et le soulèvement horizontal qui a suivi ont été à mi-chemin entre la victoire d'Hugo Chavez au Venezuela et l'accession au pouvoir d'Evo Morales en Bolivie. Votre séjour en Argentine remonte à seulement sept ans après l'émergence des zapatistes au Chiapas avec leur déclaration contre l'Accord de libre-échange nord-américain et le néolibéralisme.

Le titre de ce livre est tiré d'un dicton zapatiste. Pouvez-vous nous parler davantage de leur influence sur votre écriture et de la façon dont les six parties de Un monde où de nombreux mondes s'intègrent sont organisés ?

Le titre du livre parle de l'esprit de nombreux mouvements qui opéraient et fonctionnent toujours dans une sorte d'esprit horizontal et populaire. Les zapatistes ont été une source d'inspiration à travers le monde. L'une des raisons pour lesquelles cette citation m'a marqué dans le livre est le message zapatiste selon lequel la révolution peut avoir lieu n'importe où, et que n'importe qui peut être révolutionnaire. Cela parle de la vie quotidienne et du fait que l'organisation ne doit pas nécessairement être quelque chose qui se produit uniquement sur les barricades, mais une manière d'être, une manière de vivre différemment contre et en dehors du système capitaliste. En fin de compte, la citation zapatiste célèbre la diversité de nos nombreux mondes qui défient un monde homogénéisé par la mondialisation des entreprises et l'impérialisme. Il englobe d'autres façons de faire de la politique et d'organiser les communautés et la société.

Le titre du livre évoque également à la fois la représentation et la célébration de la vie quotidienne et de ses nombreux mondes – en grande partie dans les rues. Avec le livre lui-même, il y avait toutes ces différentes pièces que j'ai assemblées. Le titre parle de l'organisation du livre dans le sens où de nombreux mondes sont contenus dans les pages – et ils s'intègrent tous !

Lire aussi  Si la police peut décider qui est qualifié comme journaliste, il n’y aura pas de presse libre

Le livre est organisé pour refléter un voyage que le lecteur peut parcourir dans chaque chapitre, en commençant par les départs, puis en passant par chaque chapitre suivant sur les rues, puis les villes, les étendues sauvages, les voies navigables et enfin, le thème du retour à la maison. L'idée est que les rues, les villes, les jungles, les rivières sont tous des mondes au sein d'un monde plus vaste.

Vos livres précédents ont été publiés par AK Press. Comment avez-vous fini par vous connecter avec Fomite Press, basé au Vermont, pour celui-ci ?

Cela a très bien fonctionné car Fomite est un éditeur qui se concentre davantage sur le travail littéraire et artistique, et ils ont été très enthousiastes à l'idée de cette combinaison de photographies et d'écritures de voyage. Cela m'a également été utile de travailler avec Fomite car je pouvais les rencontrer régulièrement pour des réunions en personne à Burlington, dans le Vermont. Leurs commentaires sur tout, depuis la conceptualisation et l'organisation du livre jusqu'à son objectif et son titre, ont été très utiles.

Les gens formidables d'AK Press distribuent Un monde où de nombreux mondes s'intègrentafin que les gens puissent l'obtenir directement auprès d'eux.

Avez-vous de nouveaux livres ou d'autres projets en préparation ?

Je travaille sur un nouveau livre sur les stratégies de communication des mouvements sociaux et sur la manière dont les journalistes peuvent produire des travaux en faveur des causes et des mouvements pour la justice sociale. C'est un domaine dans lequel j'enseigne à l'Université du Vermont et j'ai vraiment aimé approfondir ces sujets dans mes cours. J'ai travaillé dans ce monde de médias et de mouvements pendant des années en tant que rédacteur, journaliste et chercheur, donc rassembler ces différents éléments en classe a été formidable.

Je travaille sur ce livre pour aborder la question de savoir comment les mouvements développent des récits et des stratégies de communication pour remporter des victoires, construire des chiffres et faire évoluer l'opinion publique et l'action. Avec le fil journalistique du livre, je me concentre sur la manière de produire des médias solidaires des mouvements de rue luttant pour un changement social positif, et sur la manière dont les médias de mouvement peuvent soutenir et amplifier ces luttes.

En fin de compte, il s'agit de travailler pour un monde où de nombreux mondes s'intègrent !

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire