Un manifestant contre la crise climatique à l’US Open collé les pieds au sol, retardant le match de tennis

Publié le

Un manifestant contre la crise climatique à l’US Open collé les pieds au sol, retardant le match de tennis

Un match de tennis de demi-finale de l'US Open au stade Arthur Ashe de New York, New York, a été retardé de près de 50 minutes jeudi soir en raison d'une interruption par des manifestants pour le climat.

Trois des quatre manifestants ont été évacués des tribunes immédiatement après s'être levés et semblant crier « End Fossil Fuels » au début du deuxième set, qui mettait en vedette la joueuse américaine Coco Gauff et la Tchèque Karolína Muchová. Un manifestant a collé ses pieds nus au sol, là où il se tenait, ce qui a nécessité une supplémentaire et du personnel médical pour l'évacuer en toute sécurité et avec un minimum de blessures.

Le groupe de protestation Extinction Rebellion s'est attribué le mérite de l'interruption. L'un des manifestants a précisé que la manifestation n'était pas dirigée vers les joueurs eux-mêmes et a souligné que l'US Open avait des sponsors corporatifs qui contribuaient à la crise climatique.

« Nous n'essayons en aucun cas de nuire aux athlètes. Nous n'avons rien contre ce sport », a déclaré un homme nommé Ian, l'un des quatre manifestants. The Associated Press à propos de l'incident. « Mais nous essayons vraiment d'attirer l'attention sur un problème ici : il n'y aura plus de tennis pour que quiconque dans le monde puisse en profiter. »

Selon le site Web d'Extinction Rebellion, les demandes d'action du groupe incluent la déclaration d'urgence climatique et écologique par les gouvernements du monde entier, ainsi que l'engagement de réduire les émissions de gaz à effet de serre à zéro d'ici 2025.

Gauff et Muchová ont quitté temporairement l'arène pendant le retard, ne sachant pas combien de temps il faudrait pour que le match reprenne. Quarante-neuf minutes après le de l'interruption initiale, le jeu a pu reprendre et Gauff a remporté le match, se qualifiant pour la finale de l'US Open.

Lire aussi  Les employeurs à bas salaires ont dépensé 341,2 milliards de dollars en rachats d'actions depuis 2020

Après le match, Gauff a discuté des actions des manifestants, expliquant qu'elle n'avait aucun ressentiment envers la manifestation.

«Je crois au changement climatique. Je ne sais pas vraiment contre quoi ils protestaient. Je sais que c'était une d'environnement. J'y crois à 100% », a-t-elle déclaré, ajoutant qu'elle « n'était pas en colère contre les manifestants » et qu'elle s'attendait à ce qu'une manifestation ait lieu, comme des manifestations ont eu lieu lors de récents tournois de tennis.

« J'avais le sentiment que ça allait arriver ce tournoi. C'est arrivé à Roland-Garros, c'est arrivé à Wimbledon. Donc, vous savez, en suivant la tendance, cela allait certainement se produire ici », a déclaré Gauff.

« Je parle toujours de prêcher sur ce que vous ressentez et ce en quoi vous croyez. Cela a été fait de manière pacifique, donc je ne peux pas trop m'énerver », a poursuivi Gauff, ajoutant :

Évidemment, je ne veux pas que cela se produise lorsque je gagne… et je voulais que cet élan continue. Mais bon, si c'est ce qu'ils ont estimé devoir faire pour faire entendre leur voix, je ne peux pas vraiment m'en énerver.

Gauff n'est pas la seule à croire au changement climatique : des sondages montrent que la plupart des Américains croient que la crise climatique est réelle, un point de vue soutenu par la grande majorité des climatologues.

UN USA aujourd'hui/Un sondage Ipsos de juillet indique qu'environ un Américain sur deux a été confronté à un événement météorologique extrême dans le mois suivant la pose de la question. Ce nombre est probablement plus élevé maintenant, car les incidences de chaleur extrême, d'ouragans, d'incendies de forêt et d'autres événements météorologiques ont augmenté au cours des mois qui ont suivi, l'été 2023 étant considéré comme le plus chaud jamais enregistré, selon les climatologues.

Lire aussi  Le comté du Wisconsin se déclare un sanctuaire pour les personnes trans

Avatar de Charles Briot