Un juge fédéral bloque temporairement la loi de l’Arkansas criminalisant les bibliothécaires

Publié le

Un juge fédéral bloque temporairement la loi de l'Arkansas criminalisant les bibliothécaires

Un juge fédéral a temporairement bloqué samedi l'application d'une loi de l'Arkansas criminalisant les bibliothécaires et les libraires qui donnent accès à des documents jugés « nuisibles aux mineurs ».

Le juge de district américain Timothy Brooks – nommé par l'ancien président Barack Obama – a émis une injonction préliminaire contre deux articles de la loi 372 (également connue sous le nom de SB 81), un projet de loi de censure présenté par le sénateur de l'État de l'Arkansas, Dan Sullivan (R-20), adopté. par la législature de l'État contrôlée par les républicains et promulguée par la gouverneure républicaine Sarah Huckabee Sanders en mars.

La loi – qui serait entrée en vigueur mardi – érige en délit de classe A passible d'un an de prison maximum le fait de fournir à un matériel mineur « qu'à l'individu moyen, en appliquant les normes communautaires contemporaines, le thème dominant du matériel » pris dans son ensemble, fait appel à un intérêt lascif.

La législation permet également aux parents et aux tuteurs légaux d'accéder aux archives des bibliothèques des mineurs.

L'injonction temporaire de Brooks contre la loi 372 s'applique à l'article 3 – qui criminalise les bibliothécaires et les libraires pour avoir donné accès à des documents jugés « préjudiciables aux mineurs » – et à l'article 5, qui les bibliothèques à établir des processus d'examen des documents et autorise les tribunaux à obliger les bibliothèques à supprimer les documents. qui peuvent être protégés par le premier amendement.

Lire aussi  Tucker Carlson accuse Fox de fraude et annonce son intention de diffuser son émission sur Twitter

« Si le simple fait d'avoir un livre accessible sur une étagère, là où un mineur peut l'atteindre, expose potentiellement les bibliothécaires et les libraires à des sanctions pénales, ces livres peuvent simplement être retirés », a écrit Brooks dans sa décision de 49 pages. « En conséquence, ces clients affirment que leur droit, en vertu du premier amendement, d'accéder à du matériel de lecture non obscène (c'est-à-dire protégé par la Constitution) sera considérablement . »

En mai, le Central Arkansas Library System (CALS) a intenté une action en justice contre la législation. Le directeur exécutif du CALS, Nate Coulter, s'est dit « extrêmement heureux et satisfait » de la décision de Brooks.

« Je suis soulagé que pour l'instant le nuage noir qui planait sur les bibliothécaires du CALS se soit dissipé : ils ne seront pas menacés de prison pour avoir mis des livres à la disposition de nos clients », a déclaré Coulter au Défenseur de l'Arkansas.

La directrice exécutive de l'ACLU de l'Arkansas, Holly Dickson, a également salué la décision, déclarant dans un communiqué que « nous saluons la décision du tribunal de mettre fin à l'application des articles 3 et 5 de la loi 372, ce qui aurait mis en péril les droits essentiels du premier amendement de tous les résidents de l'Arkansas. .»

Lire aussi  La chaîne câblée d'extrême droite colportant les mensonges électoraux de Trump est financée par AT&T

« Il est regrettable que nous devions même nous demander si nos droits constitutionnels sont encore respectés aujourd'hui », a ajouté Dickson. « La question que nous devions nous poser était la suivante : les Arkansans ont-ils toujours légalement accès au matériel de lecture ? Heureusement, le système judiciaire a une fois de plus défendu nos libertés si chères.»

Plus tôt cette année, l'American Library Association a déclaré qu'un nombre record de 2 571 titres uniques avaient été contestés par des personnes ou des groupes cherchant à les interdire en 2022, soit une de 38 % par rapport à l'année précédente.

Avatar de Charles Briot