Près de 80 pour cent des Palestiniens de Gaza ont été déplacés, rapporte l’ONU

Publié le

Près de 80 pour cent des Palestiniens de Gaza ont été déplacés, rapporte l'ONU

Le nombre de Palestiniens à Gaza qui ont été déplacés de leurs foyers s'est élevé à environ 1,7 million au 19 novembre, selon une mise à jour des Nations Unies cette semaine. Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a qualifié la crise humanitaire dans la région de « sans précédent ».

Ce nombre représente plus des trois quarts de la population de Gaza qui a été déplacée de force par les bombardements et les raids israéliens au cours des dernières semaines. Les refuges de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA), qui abritent 930 000 personnes à travers Gaza, sont gravement surpeuplés et ont connu une augmentation de 35 pour cent des maladies de peau et de 40 pour cent des cas de diarrhée au cours des deux dernières semaines, rapporte l'agence.

La propagation de la est due à des conditions insalubres, a indiqué l'UNRWA. Il n'y a en moyenne qu'une douche pour 700 personnes et une toilette pour 160 personnes dans les abris de l'agence. Cela varie considérablement en fonction de l'emplacement ; dans une ancienne base logistique de Rafah, aujourd'hui transformée en refuge abritant plus de 8 000 personnes, 400 personnes partagent une toilette.

« Nous assistons à un massacre de civils sans précédent et sans précédent dans aucun conflit depuis que je suis secrétaire général », a déclaré Guterres lors d'une conférence de presse lundi. Les organisations de défense des droits de l'homme et les experts ont averti qu'Israël procédait à un nettoyage ethnique de Gaza.

Lire aussi  Les défenseurs préviennent que la nouvelle politique de Biden en matière de migrants restreint les droits des demandeurs d'asile

Le bilan des Palestiniens morts à Gaza s'élève à au moins 14 128, selon le gouvernement palestinien, dont au moins 5 600 enfants. Au moins 30 000 personnes ont été blessées, alors que le système de santé s'est presque complètement effondré, avec seulement un quart des hôpitaux de la région encore fonctionnels et seulement 9 des 22 centres de santé de l'UNRWA encore opérationnels. Le génocide israélien a d'innombrables records depuis le 7 octobre, notamment le meurtre d'un nombre record de journalistes – 53 jusqu'à présent – ​​et le plus grand nombre d'enfants tués dans les conflits dans le monde depuis 2019.

Les capacités d'aide de l'UNRWA ont été considérablement réduites en raison du blocus israélien, a indiqué l'agence, et plus de 100 employés de l'UNRWA ont été tués. Les autorités israéliennes ont autorisé l'entrée de carburant dans la région qui, selon l'UNRWA, ne répondra qu'à une fraction des besoins quotidiens. Pendant ce temps, les eaux usées inondent certaines parties de Gaza car elles ne peuvent être évacuées, et l'accès à l'eau potable a été réduit d'un tiers. Il existe également une grave pénurie de nourriture, les stocks alimentaires risquant de s'épuiser en une semaine.

L'eau est un besoin particulièrement pressant. Selon un rapport d'Oxfam publié vendredi, les niveaux d'eau à Gaza sont à 17 pour cent des niveaux d'avant le siège, le traitement et la distribution de l'eau étant rendus « pratiquement impossibles » par la pénurie de carburant imposée par les forces israéliennes.

La norme internationale en matière d'eau par personne pour répondre à ses besoins fondamentaux est de 15 litres par jour, soit environ 4 gallons. Actuellement, Oxfam a constaté que de nombreuses personnes à Gaza ont accès à moins d'un gallon par jour et par personne, alors que la quantité d'eau que les camions humanitaires ont pu livrer à Gaza via le terminal de Rafah entre le 21 octobre et le 12 novembre était équivalente à moins plus d'un demi-gallon par personne. Aucune aide n'est entrée via le terminal de Rafah depuis le 14 novembre, a rapporté Oxfam.

Lire aussi  Israël a tué des civils et pris pour cible des hôpitaux de Jénine avec les armes et le soutien des États-Unis

« L'eau est dégoûtante, la plupart des gens doivent boire de l'eau saumâtre provenant de puits », a déclaré un membre du personnel d'Oxfam à Gaza. « Il n'y a pas d'électricité, nous devons donc remplir des seaux et les transporter jusqu'au réservoir sur le toit. notre famille souffre de diarrhée.

La présidente et directrice générale d'Oxfam America, Abby Maxman, a déclaré que le blocus imposé par Israël sur des approvisionnements tels que la nourriture, l'eau, l'électricité et le carburant est contraire au droit international.

Alors que les Palestiniens de Gaza sont confrontés à des déplacements massifs et à des difficultés extrêmes pour satisfaire leurs besoins humains fondamentaux, ils sont également confrontés aux bombardements des forces israéliennes et à l'absence d'endroit sûr où se mettre à l'abri des bombardements. Mardi seulement, les forces israéliennes ont bombardé l'hôpital al-Awda à Jabalia, tuant trois médecins et blessant gravement d'autres membres du personnel hospitalier.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire