Les syndicats iraniens ont mené des grèves de solidarité inspirantes au milieu du soulèvement

Publié le

Les syndicats iraniens ont mené des grèves de solidarité inspirantes au milieu du soulèvement

Le 16 janvier a marqué le quatrième mois d'un nouveau soulèvement en Iran, qui a débuté par des manifestations contre l'arrestation et le meurtre par la police d'une jeune femme kurde, Zhina Mahsa Amini, pour son hijab « inapproprié ». Plus de 18 000 personnes ont été arrêtées et plus de 500 tuées par la police et l'armée lors des manifestations à l'échelle nationale. Quatre jeunes hommes ont été pendus pour leur participation aux manifestations et neuf autres sont dans le couloir de la mort. 109 autres manifestants risquent la peine de mort. La police et les soldats tirent sur les manifestants dans les yeux et les parties génitales. Les rapports indiquent une augmentation de la gravité des passages à tabac et des viols des femmes et des hommes en détention. Lorsque certaines personnes violemment battues et violées par la police meurent des suites de leurs blessures, le gouvernement prétend à tort qu'elles se sont suicidées. Le nouveau chef de la police iranienne est le célèbre Ahmad Reza Radan, qui a dirigé la répression brutale du Mouvement vert en 2009 et a été chef de la police répressive des provinces du Kurdistan, du Sistan et du Baloutchistan.

Les femmes continuent de mener le soulèvement et de s'opposer non seulement au hijab obligatoire mais aussi au régime lui-même. Selon les mots d'une militante féministe en Iran qui a souhaité rester anonyme : « C'est la résistance de nous, les femmes, qui marquera réellement l'orientation future de l'histoire. Si nous battons en retraite, nous subirons une grande perte.

Face au refus généralisé des femmes de porter le hijab ou le foulard, le bureau du procureur général iranien a ordonné à la police de réprimer davantage les femmes avec des sanctions pouvant aller de l'amende à l'expropriation de son véhicule, en passant par la perte d'un emploi rémunéré, la perte du droit voyager à l'étranger, perte des services gouvernementaux et publics, travail forcé et jusqu'à 10 ans d'emprisonnement.

Auparavant, en République islamique, les femmes qui ne portaient pas le hijab en public étaient passibles d'une peine pouvant aller jusqu'à deux mois d'emprisonnement et une amende. Les sanctions légales supplémentaires mentionnées ci-dessus sont nouvelles. En outre, l'institution du travail forcé pour les femmes non voilées témoigne d'un effort visant à promouvoir l'emprisonnement massif des femmes, non seulement à des fins de domination misogyne et d'abus sexuels sadiques, mais également dans le but de produire de la valeur économique à une époque où le pays est en déclin. au bord de l'effondrement économique.

Ce qu'il faut également souligner, c'est que si la majorité des manifestants du soulèvement actuel sont jeunes, la plupart sont soit issus de la classe ouvrière, soit représentent la classe moyenne pauvre dans un pays où les deux tiers d'une population de 88 millions d'habitants relèvent de l'esclavage. le seuil de pauvreté relative ou absolue.* Les quatre jeunes manifestants pendus par le régime en décembre et janvier étaient tous issus de la classe ouvrière : Mohammad Hosseini, un ouvrier avicole ; Mohsen Shekari, employé d'un café et soignant de sa grand-mère ; Majid Reza Rahnavard, commis de magasin ; et Mohammad Mehdi Karami, champion de karaté kurde et fils d'un vendeur ambulant.

Lire aussi  Les médias ont couvert le massacre du Memorial Day de 1937, lorsque les flics en ont tué 10 pendant une grève

Dans un pays où l'indépendance du travail et l'organisation professionnelle sont sévèrement restreintes ou interdites par l'État, les quelques véritables syndicats existants (non contrôlés par l'État) ont activement participé au soulèvement et soutiennent désormais explicitement les droits des femmes et les droits des groupes nationaux et ethniques. minorités dans leurs déclarations.

Dans un article précédent, j'ai examiné certaines des dimensions féministes explicites du soulèvement. Ici, je voudrais souligner le soutien des travailleurs et de la classe ouvrière aux manifestations en cours. Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des grèves organisées qui ont explicitement déclaré leur défense du soulèvement. Des grèves de petites entreprises, de commerçants et de marchands de bazars traditionnels ont également eu lieu du 5 au 7 décembre dans 50 villes d'Iran en solidarité avec le soulèvement.

Une vision de l'approfondissement de la dimension du travail

Le 24 septembre, une semaine après le début des manifestations, le Conseil de coordination des corporations d'éducateurs, dont les dirigeants sont en prison pour avoir organisé des grèves préalables, a lancé un appel à une grève nationale. L'appel déclarait : « Des meurtriers dogmatiques ont transformé le pays en une base militaire pour réprimer les manifestants.… Nous frapperons parallèlement aux manifestations de rue afin qu'ensemble nous puissions paralyser les rouages ​​de ce système répressif et montrer le pouvoir des opprimés au peuple. corrompus, oppressifs, misogynes et haineux qui détiennent le pouvoir. Cet appel a conduit à une grève d'occupation de deux jours qui a exigé la libération de tous les étudiants et enseignants arrêtés et l'interdiction de l'entrée du personnel policier et militaire dans les établissements d'enseignement. Les 11 et 12 décembre, les enseignants ont de nouveau fait grève dans plus de 60 villes du pays.

Entre-temps, le Conseil des travailleurs contractuels de la pétrochimie a lancé deux appels à la grève fin septembre et fin octobre. Leur premier appel, le 26 septembre, disait : « Nous vous avertissons (le gouvernement) que si les arrestations, le massacre de la population, la répression et le harcèlement des femmes à cause du hijab ne prennent pas fin, nous ne garderons pas le silence. Avec le peuple, nous protesterons et arrêterons le travail.… Nous défendons la lutte populaire contre la violence organisée et la violence quotidienne contre les femmes, contre la pauvreté, le manque de soutien et l'enfer qui régit la société.» Cette référence et cette reconnaissance de la violence quotidienne contre les femmes était sans précédent de leur part car elle allait au-delà des revendications précédentes, qui étaient économiques et réclamaient la libération des travailleuses arrêtées. Suite à l'appel à la grève, les 10 et 11 octobre, plus de 4 000 travailleurs de la pétrochimie du sud de l'Iran ont entamé une grève de solidarité. Plus de 200 travailleurs ont été arrêtés, dont beaucoup sont toujours en prison. Ils ont tenté une autre grève le 25 octobre, qui a été réprimée peu après son déclenchement. Le 5 décembre, les travailleurs sous contrat de l'industrie pétrochimique ont entamé une grève de trois jours dans le cadre d'une vague de grève nationale et ont exigé la libération de tous les détenus et la fin des condamnations à mort. Le 18 décembre, le syndicat a publié une autre déclaration dans laquelle il soulignait : « Nous ne sommes plus disposés à vivre dans l'esclavage et la dégradation… Les exécutions ne nous dissuaderont pas d'exiger une vie convenable, digne et respectueuse. » Le 17 janvier, les travailleurs permanents du pétrole ont entamé une journée de grève. Cependant, ils n'ont formulé que des revendications économiques.

Lire aussi  Les accords d'Oslo ont été signés il y a 30 ans. Ils ont tué la solution à deux États.

Le Syndicat des travailleurs de la canne à sucre de Haft Tappeh, qui proteste depuis de nombreuses années contre le non-paiement des salaires, les bas salaires et les terribles conditions de travail, a publié le 1er octobre des revendications qui, pour la première fois, incluaient le droit de choisir sa tenue vestimentaire et le droit de la liberté d'expression et une éducation gratuite. Le 18 octobre, ils tentent une grève mais sont réprimés. Le 25 novembre, le syndicat a publié une déclaration commune avec le syndicat national des retraités dans laquelle ils ont déclaré : « Nous, les travailleurs, sommes contre toute forme d'oppression, d'oppression nationale, d'oppression de genre et, en fin de compte, d'exploitation.… Nous exigeons le retrait de toutes les forces armées répressives. du Kurdistan et la libération de tous les prisonniers et détenus.

Le 23 novembre le Syndicat des propriétaires et chauffeurs de camions a lancé un appel à la grève à l'échelle nationale . L'appel disait : « Comment pouvons-nous ignorer le sort de nos collègues innocents et d'autres personnes au Kurdistan, au Baloutchistan, à Izeh (au Khouzistan) et dans d'autres villes ensanglantées ? La grève a débuté le 26 novembre et s'est jointe à une vague de grèves nationales du 5 au 7 décembre. Jusqu'à présent, quatre des camionneurs qui ont participé à la grève ont été condamnés à des peines de 1 à 10 ans de prison.

L'Alliance des médecins a également les médecins, les infirmières et les membres des secteurs paramédicaux à se joindre à une vague de grèves nationales du 5 au 7 décembre. Ils se sont spécifiquement opposés aux exécutions, aux meurtres, aux aveuglements et aux viols de manifestants, ainsi qu'à l'arrestation de manifestants blessés par la police et l'armée qui entraient dans les hôpitaux.

Des perturbations dans la classe dirigeante iranienne ?

Le soulèvement en cours a révélé des divisions au sein de la classe dirigeante, comme en témoigne récemment l'exécution ordonnée par l'État d'Alireza Akbari, ancien vice-ministre de la Défense et ancien commandant en chef du des Gardiens de la révolution islamique, accusé d'espionnage pour le compte de la Grande-Bretagne. Avant son exécution, Akbari avait déclaré dans un fichier audio envoyé à BBC qu'il était détenu en raison de sa proximité avec l'aile réformiste du gouvernement. Un site gouvernemental a également affirmé que les poursuites contre lui n'avaient rien à voir avec de l'espionnage mais concernaient « le transfert de leadership ». Reste à savoir si ces luttes de pouvoir internes créeront une rupture. La majeure partie de la classe dirigeante appartient ou est liée au Corps des Gardiens de la révolution islamique, qui est beaucoup trop investi dans le système capitaliste d'État militarisé de l'Iran, tant sur le plan économique qu'idéologique. Cependant, même Ahmad Tavakkoli, l'un des membres du « Conseil de discernement opportun du système », qui est l'organe suprême après le guide suprême l'ayatollah Khamenei, a récemment averti que « les émeutes des pauvres approchent ». En réponse à l'opposition du gouvernement à un impôt sur les plus-values, il a déclaré : « Ne faites pas quelque chose qui permettrait aux pauvres de s'abattre sur nous et de nous démanteler. »

Lire aussi  L'ouragan Ian a augmenté les cas de bactéries mangeuses de chair en Floride

À la fin du quatrième mois du soulèvement actuel en Iran, nous pouvons affirmer que par rapport aux soulèvements précédents de 2009, 2017-18 et 2019, le degré de participation de la classe ouvrière est plus élevé et la manière dont les droits des travailleurs sont respectés. La situation des femmes et des minorités est sans précédent. La majorité de l'opinion iranienne s'accorde sur la nécessité d'une révolution pour ouvrir la voie à la création d'une alternative pacifique et démocratique.

Il est cependant extrêmement difficile d'avoir les débats et les discussions nécessaires pour articuler et réaliser une alternative démocratique en Iran alors que la répression est si sévère et que les dirigeants féministes, syndicaux, des minorités nationales et étudiants continuent de croupir dans les prisons. Un changement de régime impérialiste ne fera qu'empirer les choses. Au lieu de cela, nous avons besoin d'une campagne de solidarité soutenue et puissante de la part des féministes du monde entier pour informer sur ce qui se passe et envoyer une aide matérielle aux militants des droits des femmes et des droits syndicaux en Iran. Cela peut à son tour renforcer les efforts des dirigeantes féministes emprisonnées comme Narges Mohammadi, des dirigeantes féministes temporairement libérées comme Nasrin Sotoudeh et d'autres militantes féministes pour tendre la main aux femmes kurdes, baloutches, arabes, azari, bahaïes et sunnites afin de briser le chauvinisme et religieux et de briser le chauvinisme ethnique et religieux. promouvoir une alternative progressiste, féministe et démocratique.

*En Iran, le le revenu minimum requis pour une famille urbaine de quatre personnes est de 800 $ par mois. Le le salaire minimum actuel pour une famille de quatre personnes est d'environ 150 $ par mois. Le la norme mondiale en matière de pauvreté fixée par la Banque mondiale est de 2,15 dollars par personne et par jour ce qui équivaut à environ 240 $ par mois pour une famille de quatre personnes.

Avatar de Charles Briot