Les élites guatémaltèques soutenues par les États-Unis et le Canada menacent de coup d’État au milieu du second tour de l’opposition

Publié le

Les élites guatémaltèques soutenues par les États-Unis et le Canada menacent de coup d’État au milieu du second tour de l’opposition

Le Guatemala a reçu une attention inhabituelle des médias internationaux ces derniers mois, grâce à ses élections historiques ainsi qu'aux efforts effrontés de l'élite pour les renverser.

Le 25 juin, au grand choc de la plupart des Guatémaltèques et des observateurs internationaux, le parti d'opposition Mouvement Semilla (« Mouvement des semences ») a terminé deuxième au premier tour des élections, forçant un second tour contre l'establishment. Unité nationale de l'espérance parti, connu sous le nom d'UNE, dirigé par Sandra Torres, une militante politique de longue date qui a été arrêtée en 2015 en lien avec des allégations de financement illégal de campagne. C'est la première fois dans l'histoire récente qu'un parti d'opposition lance un défi sérieux à l'élite militaire et économique profondément enracinée du Guatemala.

En réponse aux résultats surprises du premier tour, le « Pacte des Corrompus » – une alliance de juges, de procureurs et de politiciens corrompus, ainsi que d'élites économiques et militaires qui dirigent le pays – a mené des attaques semblables à celles du 6 janvier contre le pays. Sémilla parti et le processus électoral lui-. Les enjeux des prochaines élections du 20 août ne pourraient pas être plus élevés pour les aspirations démocratiques du peuple guatémaltèque, alors qu'il tente de se débarrasser du joug de plus de sept décennies de régime répressif. Le résultat entraînera également probablement un changement tectonique dans la dynamique du pouvoir dans toute la région, soit en renforçant le régime oligarchique, soit en ouvrant un nouvel espace pour la démocratie participative.

Le Sémilla Le parti est né d'une vague de manifestations anti-corruption en 2015, largement urbaines, qui a évincé le président Otto Pérez Molina et la vice-présidente Roxana Baldetti, soutenus par les États-Unis et le Canada, qui ont été reconnus coupables d'avoir dirigé un réseau criminel qui a volé des millions de dollars. dans les fonds publics. Pérez Molina, un ancien général de l'armée, est également un criminel de guerre présumé impliqué dans des massacres de communautés mayas, des assassinats et des disparitions forcées commis par des régimes militaires soutenus par les États-Unis dans les années 1970, 1980 et au début des années 1990.

Le Sémilla Le parti et son chef, l'ancien diplomate et actuel membre du Congrès Bernardo Arévalo, ont fait de l'éradication de cette corruption la pièce maîtresse de leur campagne social-démocrate. Selon sa plateforme politique accessible au public, en éliminant la corruption et en réinvestissant dans les institutions publiques, le Sémilla le mouvement vise à construire un système national de soins de santé gratuits et universels ; renforcer l'éducation de la maternelle à la 12e année ; soutenir l'agroécologie et l'agriculture à petite échelle ; élargir l'accès au crédit et aux programmes d'emploi ; et encourager la participation démocratique des secteurs longtemps marginalisés de la société guatémaltèque.

Lire aussi  Les responsables de la santé de Biden recommandent de déclasser la marijuana de l’annexe I

Coup d'État électoral à la vue de tous

En réponse au succès du 25 juin du Sémilla parti, les élites guatémaltèques ont lancé une offensive de « lutte contre la loi », en utilisant son réseau de procureurs corrompus pour porter de fausses accusations contre Sémilla et le processus électoral lui-même. Les Guatémaltèques sont descendus dans les rues de tout le pays pour défendre leur droit de vote.

L'assaut a commencé avant même le premier tour du scrutin, lorsque la leader du mouvement social indigène Maya-Mam, Thelma Cabrera, a été empêchée de participer aux élections nationales au motif tout à fait fallacieux qu'il y avait une « anomalie » dans les documents de sa colistière, l'ancienne candidate humaine. le médiateur des droits Jordán Rodas. L'assaut de la « lawfare » se poursuit sans relâche et, à la veille du 20 août, la répression contre la population et les attaques ciblées contre Sémilla des membres ne peuvent être exclus.

Alors que l'attention des médias s'est, à juste titre, concentrée sur les attaques contre le processus électoral et le Sémilla Le parti, la presse et d'autres observateurs continuent de négliger largement le fait que ces événements concernent autant la démocratie et l'État de droit aux États-Unis et au Canada que le Guatemala.

Le Guatemala sous le « Pacte des Corrompus »

Depuis 1995, moi, co-auteur Grahame Russell, je travaille en tant que directeur de l'organisation à but non lucratif basée aux États-Unis et au Canada, Rights Action, qui agit en tant que bailleur de fonds local pour les organisations de défense des droits de l'homme et de l'environnement en Amérique centrale et qui mène des activités d'éducation et d'activisme. dans le Nord en solidarité avec ces luttes. J'ai été témoin direct de violations systématiques des droits de l'homme, de violences politiques et d'assassinats perpétrés par les administrations corrompues successives du Pacte au Guatemala. J'ai vu ces gouvernements transformer l'administration de la justice en arme, prenant le contrôle et utilisant les tribunaux, les parquets et la pour menacer, emprisonner, forcer à l'exil ou assassiner des défenseurs des terres autochtones et non autochtones, ainsi que des centaines de juges, procureurs et avocats, journalistes et propriétaires de médias.

Le plus souvent, ces actes ont été perpétrés en pleine connaissance des gouvernements américain et canadien, comme le montre le livre TÉMOIGNAGE L'exploitation minière canadienne à la suite des génocides au Guatemalaque moi, Russell, j'ai co-édité avec Catherine Nolin, professeure à l'Université du Nord de la Colombie-Britannique.

Lire aussi  Le nouveau président de la Chambre, Mike Johnson, appelle à la « prière » en réponse à la fusillade de masse

Au cours des dix dernières années, les médias nord-américains ont rendu compte du sort de millions de migrants forcés qui tentent désespérément de traverser le Mexique et d'entrer aux États-Unis. Un nombre disproportionné de ces réfugiés et migrants forcés fuient le Guatemala. Beaucoup ont fui leur pays d'origine en conséquence directe des violences et des expulsions dues aux luttes pour la défense de la terre, de l'environnement et des droits humains, qui sont rarement évoquées dans la presse internationale. Pacte successif des administrations guatémaltèques corrompues, en partenariat avec des sociétés transnationales du secteur minier ; barrages hydroélectriques; et la production orientée vers l'exportation de palmiers, de canne à sucre, de bananes et de café africains, ont procédé à des expulsions et à des violences contre les communautés à prédominance maya « sur le chemin » de ces projets d'extraction.

Pourtant, face à cela, les gouvernements, les entreprises et les investisseurs américains et canadiens ont toujours donné la priorité à leurs intérêts politiques et économiques plutôt qu'aux questions fondamentales des droits de l'homme et de l'environnement, de la démocratie et de l'État de droit. Leur politique, en effet, a été de maintenir le Guatemala ouvert aux affaires et aux investissements transnationaux alors même que les droits sociaux les plus fondamentaux à la santé, à l'éducation et à un environnement vivable tombent en ruine.

Les élites du Pacte des Corrompus et leurs partisans en sont venus à comprendre que le soutien et l'enthousiasme apparemment inébranlables des États-Unis et du Canada à « faire des affaires » dans pratiquement toutes les conditions en matière de droits de l'homme ou d'environnement, leur accordaient carte blanche pour commettre d'horribles violations en toute impunité. Pendant des décennies, ils ont utilisé les élections pour donner un vernis de démocratie tout en travaillant en coulisses pour garantir que leur pouvoir et leur richesse restent incontestés. Aujourd'hui, ce statu quo méprisable commence peut-être à changer.

Du « printemps démocratique » au long hiver

Sémilla Les dirigeants et partisans du parti appellent leur mouvement le « deuxième », en référence à la période de 1944 à 1954 connue sous le nom de « printemps démocratique » du Guatemala. la primavera. Cette période a commencé avec l'élection en 1945 du premier président véritablement démocratique du pays, Juan José Arévalo, et l'élection en 1950 de son successeur, le président Jacobo Arbenz Guzman.

Lire aussi  La campagne Trump exploite l’ordre du bâillon pour récolter des fonds alors que les factures juridiques s’accumulent

Les deux administrations ont réalisé des investissements importants dans la santé publique et l'éducation, ont élargi les droits des électeurs, se sont battues pour la protection des travailleurs, la réforme agraire et ont entamé le processus attendu depuis longtemps pour commencer à répondre aux demandes des peuples autochtones, principalement mayas, de reconnaître leurs droits et leurs terres historiques. réclamations.

Le printemps démocratique a connu une fin violente en 1954 par un coup d'État orchestré par les États-Unis qui a renversé le gouvernement du président Arbenz Guzman et rendu le pouvoir aux élites économiques, militaires et politiques traditionnelles qui avaient gouverné pendant la dictature du général Jorge soutenue par les États-Unis. Ubico Castaneda, de 1931 à 1944. Ces élites ont rapidement renversé les efforts de réforme agraire d'Arbenz, protégeant les intérêts de la United Fruit Company, qui détenait une énorme influence sur la Central Intelligence Agency et le Département d'État de Dwight Eisenhower. Ces élites sont les précurseurs de l'actuel Pacte des Corrompus du Guatemala.

Les électeurs guatémaltèques n'ont pas perdu de vue que le vote d'aujourd'hui Sémilla Le candidat du parti, Bernardo Arévalo, est le fils de l'ancien président José Arévalo. Alors que le jeune Arévalo a juré de perpétuer l'héritage de son père, les élites du Pacte des Corrompus sont déterminées à empêcher l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement véritablement démocratique, avec un deuxième président Arévalo à la barre.

Lors d'une manifestation au Guatemala, un couple tient une pancarte indiquant : J'ai vécu le PRINTEMPS démocratique.  Je veux le revivre.

Cela nous ramène au rôle des États-Unis et du Canada. Au lendemain du coup d'État de 1954, les États-Unis, le Canada et les sociétés transnationales ont maintenu des relations économiques, politiques et militaires complètes avec le Guatemala, avec 69 années de gouvernements répressifs et corrompus tendant invariablement l'autre joue à l'exploitation, à la répression, à la corruption et à l'impunité systémiques. Après avoir refusé d'établir des relations diplomatiques avec le Guatemala au cours du printemps démocratique de 10 ans, le Canada a finalement établi des relations diplomatiques formelles avec le Guatemala en 1961. De même, l'aide financière américaine au Guatemala a considérablement augmenté une fois le coup d'État exécuté et la transition de la démocratie à la dictature. était complet.

Alors que le peuple guatémaltèque continue de se mobiliser à travers le pays pour défendre son processus électoral, les citoyens des États-Unis et du Canada doivent se mobiliser à leurs côtés et exiger que nos dirigeants politiques fassent ce qu'ils prétendent : soutenir et exiger le respect de la démocratie. Ils doivent laisser le peuple guatémaltèque décider, pour la première fois depuis le printemps démocratique de 1944-1954, qui il veut être son président.

Avatar de Charles Briot