Le « transfert » des Palestiniens hors de Gaza n’est pas une « migration volontaire »

Publié le

Palestinian children look up into a destroyed apartment building

Une partie de la série

Lutte et solidarité : écrire pour la libération palestinienne

Au lieu des feux d'artifice qui sonnaient pour la nouvelle année, les habitants de Gaza, frappés par la peur, étaient tenus éveillés par les grondements des explosions et des bombes lancées du ciel sur eux – un rappel aux Palestiniens de l'engagement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. La veille, il a déclaré qu'il n'y avait pas de fin en vue aux bombardements, qui, selon lui, se poursuivraient « pendant encore de nombreux mois » à venir.

Les Palestiniens savent depuis toujours que le véritable objectif de l'horrible assaut d'Israël contre Gaza est de vider la bande de tous les Palestiniens et le retour des colonies juives. Après près de 90 jours de bombardements incessants et d'efforts ternes de la part du israélien pour négocier la libération des otages pris par le Hamas, il est devenu clair, même pour les Israéliens, que les objectifs déclarés de Netanyahu consistant à « démanteler le Hamas, à rendre nos otages et à faire en sorte qu'à Gaza il n'y ait personne qui menace Israël » ne sont rien d'autre qu'une couverture pour le plan de « transfert » du gouvernement.

La première phase du plan de transfert a commencé avec le bombardement massif du nord de Gaza et un ordre d'évacuation ordonnant aux Palestiniens de quitter la zone – l'une des plus densément peuplées au monde – et de se diriger vers le sud de Gaza « où ils seront plus en sécurité ». Mais à peine avaient-ils atteint le sud de Gaza que les bombes ont recommencé à pleuvoir sur eux – à Beit Lahia, Khan Younis, Maghazi et dans d'autres quartiers résidentiels densément peuplés.

Nulle part n'est sûr à Gaza ; nulle part où se cacher des bombes de 2 000 livres fournies par les États-Unis. Les 2,3 millions d'habitants de la bande de Gaza sont désormais enfermés dans une prison à ciel ouvert, surpeuplée, encore plus petite, qui fait un tiers de la taille de la précédente d'où ils ont été forcés d'évacuer.

Le « transfert » – ou la « migration volontaire » comme l'appellent certains responsables israéliens – est désormais présenté comme une solution humaine pour la population de Gaza qui peuple désormais une parcelle de terre devenue complètement invivable, l'accomplissement d'une promesse. » faite par plusieurs responsables du gouvernement israélien après l'attaque du Hamas du 7 octobre. Rappelez-vous que le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a déclaré : « Nous combattons les animaux humains et nous agissons en conséquence… Nous éliminerons tout – ils le regretteront. » Ou encore le général de division à la Giora Eiland déclarant aux médias israéliens : « Créer une grave crise humanitaire à Gaza est un moyen nécessaire pour atteindre l'objectif. Gaza deviendra un endroit où aucun être humain ne pourra exister.

Après son retour d'une récente visite dans la bande de Gaza assiégée, le commissaire général de l'UNRWA, Philippe Lazzarini, a déclaré au Forum mondial sur les réfugiés à la mi-décembre que la population de Gaza « manque de temps et d'options, alors qu'elle est confrontée aux bombardements, aux privations et aux maladie dans un espace de plus en plus restreint. S'exprimant également lors du forum, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a appelé à un cessez-le-feu immédiat et à la fin du siège pour permettre une aide suffisante. Grandi a déclaré : « Chaque fois que je retourne (à Gaza), je pense toujours que cela ne peut pas empirer, mais à chaque fois je vois plus de misère, plus de chagrin, plus de tristesse, et j'ai le sentiment que Gaza n'est plus vraiment un endroit habitable. »

Lire aussi  En raison du black-out des communications à Gaza, les Palestiniens pourraient être confrontés aux plus grands massacres jamais vus

Dans un éditorial du quotidien israélien Haaretz, Danny Danon, membre de la Knesset, aurait déclaré : « Nous devons faciliter le départ des Gazaouis vers d'autres pays… Je parle de la migration volontaire des Palestiniens. » Il a ajouté qu'il pensait que « les États arabes ont le devoir d'aider les Palestiniens. Ils devraient avoir la décence d'aider au lieu de tenir des discours incendiaires.»

Mais l'idée de « transfert » de Danon – d'autant plus qu'il la qualifie de « volontaire » – n'est pas rare. Parmi les autres responsables israéliens qui ont lancé des appels publics en faveur de l'idée de « transfert », citons Ram Ben-Barak, membre de la Knesset, qui a publié un article d'opinion dans le le journal Wall Street et la ministre du Renseignement, Gila Gamliel, qui a écrit un article dans le Poste de Jérusalem. Même Netanyahu a déclaré lors d'une réunion des membres du Likud à la Knesset : « Notre problème, ce sont les pays qui sont prêts à les absorber, et nous y travaillons. »

Paula Gaviria Betancu, la rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les droits humains des personnes déplacées à l'intérieur du pays, a déclaré qu'Israël « s'efforce d'expulser » la population civile de Gaza : « La seule conclusion logique est que l'opération militaire d'Israël à Gaza vise à expulser la majorité des la population civile en masse », a déclaré Gaviria Betancur.

Essentiellement, les Palestiniens de Gaza sont désormais interrogés pour savoir qui les prendrait. Selon Israël Canal 12 nouvelles et un article du 31 décembre dans Le Poste de Jérusaleml'ancien Premier ministre britannique Tony Blair a rencontré Netanyahu et le ministre de la guerre Benny Gantz pour discuter du rôle de Blair dans la recherche de pays pouvant accueillir les réfugiés palestiniens de Gaza.

Alors que Blair a nié ces informations, écrivant dans une réponse que ces affirmations « sont incorrectes », le ministre israélien de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, a publié dimanche une déclaration, saluant les informations selon lesquelles Blair « dirigeait un groupe de travail qui favoriserait l'émigration des résidents de Gaza ». vers d'autres pays du monde… C'est une mesure moralement juste à prendre, d'abord et avant tout pour les résidents frontaliers de Gaza et pour l'ensemble d'Israël », a déclaré le ministre. Il a ajouté que de telles initiatives constituent « un élément nécessaire de la véritable solution au « lendemain » ».

Le rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits humains des personnes déplacées à l'intérieur du pays a déclaré qu'Israël « s'efforce d'expulser » la population civile de Gaza.

Comment peut-on prétendre que les Palestiniens qui fuient pour sauver leur vie le font « volontairement » après que leurs maisons ont été démolies, leurs quartiers rasés, leurs enfants mutilés ou tués, et qu'ils ont été laissés à mourir sans nourriture, sans eau, sans électricité ou sans aide médicale ? Et pourquoi le président Joe Biden et le secrétaire d'État Antony Blinken restent-ils silencieux face à ce meurtre de masse en cours et à ces scandaleuses allégations de « transfert » ? N'avons-nous pas entendu Biden répéter à plusieurs reprises qu'il s'opposait aux « déplacements forcés » et soutenait la « solution à deux États » ?

Lire aussi  6 nouveau-nés meurent après que l'hôpital Al-Shifa de Gaza soit à court de carburant en raison du blocus

Biden ne condamnera pas le « transfert » parce que les États-Unis le financent

La complicité américaine dans le génocide est indéniable : chaque avion utilisé et chaque bombe larguée sur des civils palestiniens est au moins en partie payé par les contribuables américains. Les États-Unis ont utilisé leur droit de veto pour écraser une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU appelant à un cessez-le-feu. Les États-Unis et Israël sont désormais isolés parmi les nations du monde.

Que va faire Biden maintenant ? Permettra-t-il que le « transfert » s'effectue sous sa surveillance ? Ne voit-il pas que les raids intensifiés contre les Palestiniens en Cisjordanie font également partie de la stratégie de « transfert » d'Israël – que les Palestiniens de Cisjordanie sont quotidiennement soumis à la terreur et au harcèlement de la part des soldats israéliens et des colons armés afin de les forcer à partir ? ? Tant de vies ont été détruites. Un nombre encore plus grand de personnes souffriront et mourront de faim et de maladies infectieuses, alors que les familles et les enfants seront confrontés au froid hivernal et aux conditions de vie insalubres. Biden pense-t-il vraiment que cela mettra fin à la résistance palestinienne ou rendra les Israéliens plus sûrs ? Ou est-il – en tant que principal bénéficiaire des dons de campagne du Comité américain des affaires publiques israéliennes depuis 1990 – obligé de suivre la ligne israélienne sans aucun doute ?

Alors que Blinken vient d'autoriser une vente de 147,5 millions de dollars de munitions d'artillerie explosives de 155 mm à Israël en contournant l'examen du Congrès, des millions de personnes dans le monde se lèvent pour soutenir les Palestiniens et exigent un cessez-le-feu immédiat et la fin du génocide.

Dans une extraordinaire démonstration de solidarité pro-palestinienne, Djibouti a refusé de participer à l'opération Prosperity Guardian de la coalition navale dirigée par les États-Unis en mer Rouge, qui vise à contrecarrer les yéménites sur les navires liés à Israël transitant par cette route maritime cruciale. Le Yémen a déclaré que les attaques d'Ansar Allah dans la mer Rouge cesseraient lorsque l'aide aux Palestiniens serait autorisée à entrer à Gaza. Le ministre djiboutien des Affaires étrangères, Mahmoud Ali Youssouf, a affirmé que son pays ne condamnait pas les attaques de Sanaa en mer Rouge et de Bab el-Mandeb, les considérant comme un « soulagement légitime pour les Palestiniens ». Youssouf a conclu en disant : « Si la Palestine ne trouve pas de secours ailleurs, que Dieu bénisse le secours fourni par les Yéménites ».

L'Afrique du Sud a adopté une position de principe en déposant une requête introductive d'instance contre Israël devant la Cour internationale de Justice (CIJ), le principal organe judiciaire des Nations Unies, concernant des violations présumées par Israël de ses obligations au titre de la Convention pour la prévention et la répression des actes criminels. le crime de génocide (la « Convention sur le génocide ») à l'égard des Palestiniens de la bande de Gaza.

Lire aussi  Les Haïtiens travaillent dans des plantations de sucre dans des conditions s'apparentant à du travail forcé

Selon la requête, « les actes et omissions d'Israël…. . . ont un caractère génocidaire, car ils sont commis avec l'intention spécifique requise. . . détruire les Palestiniens de Gaza en tant que partie du groupe national, racial et ethnique palestinien plus large » et que « la conduite d'Israël – par l'intermédiaire de ses organes d'État, de ses agents et d'autres personnes et entités agissant sur ses instructions ou sous sa direction, son contrôle » ou d'influence – à l'égard des Palestiniens de Gaza, constitue une violation de ses obligations en vertu de la Convention sur le génocide.

Le demandeur déclare en outre qu'« Israël, depuis le 7 octobre 2023 en particulier, n'a pas réussi à prévenir le génocide et n'a pas engagé de poursuites pour incitation directe et publique au génocide » et qu'« Israël s'est engagé, s'engage et risque de s'engager davantage dans actes génocidaires contre le peuple palestinien à Gaza. L'Afrique du Sud demande à la Cour d'indiquer des mesures provisoires afin de « protéger contre tout préjudice supplémentaire, grave et irréparable aux droits du peuple palestinien en vertu de la Convention sur le génocide » et « d'assurer le respect par Israël de ses obligations en vertu de la Convention sur le génocide de ne pas s'engager dans le génocide, et pour prévenir et punir le génocide.

Comment peut-on prétendre que les Palestiniens qui fuient pour sauver leur vie le font « volontairement » après… qu'ils ont été abandonnés à la mort sans nourriture, sans eau, sans électricité ou sans aide médicale ?

Dans les jours et les semaines à venir, j'espère que de nombreux pays soutiendront l'Afrique du Sud devant la CIJ en déposant des « déclarations d'intervention », similaires à celles déposées en février 2022 par 32 pays soutenant l'Ukraine dans le cas de l'Ukraine. Ukraine c. Fédération de Russie.

On se souviendra de l'année 2023 comme de l'année où Israël a été autorisé par les États-Unis, le Royaume-Uni et l'UE à procéder au nettoyage ethnique d'un peuple alors que nous avons vu l'horreur génocidaire se dérouler en temps réel. Cela restera dans l'histoire comme l'année où les peuples du monde ont été témoins de massacres, de destructions massives, de famines massives, d'oppression massive et de déshumanisation massive des Palestiniens, ainsi que d'un tollé général et d'un soutien massif aux Palestiniens – mais sans cessez-le-feu permanent.

L'histoire nous a enseigné une leçon : les Palestiniens ne reculeront pas face à la terreur et à l'oppression dans leur pays tandis que leurs voix sont réduites au silence à l'étranger. Ils ont montré au monde comment exister dignement et résister avec courage.

En 2024, les Palestiniens et leurs partisans – en particulier la jeune génération – poursuivront leur lutte pour la justice jusqu'au moment où les Palestiniens pourront vivre dans leurs maisons, sur leurs terres, et prospérer comme le reste de l'humanité – en paix. , stabilité, liberté et égalité, et sans crainte.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire