6 nouveau-nés meurent après que l’hôpital Al-Shifa de Gaza soit à court de carburant en raison du blocus

Publié le

6 nouveau-nés meurent après que l'hôpital Al-Shifa de Gaza soit à court de carburant en raison du blocus

Les forces israéliennes ont intensifié leurs attaques contre les hôpitaux de Gaza ce week-end, rapportent des responsables de Gaza et des groupes humanitaires, alors que les prestataires de santé et des milliers de patients sont coincés dans des hôpitaux qui ne sont plus opérationnels en raison du blocus israélien de l'électricité et du carburant.

Le blocus israélien a contraint l'hôpital Al-Shifa, le plus hôpital de la ville de Gaza, à être mis hors service samedi matin, ont indiqué des responsables palestiniens, l'établissement étant plongé dans l'obscurité en raison du manque d'électricité. Les forces israéliennes se rapprochent des hôpitaux de la ville de Gaza, le directeur d'al-Shifa déclarant qu'elles « lancent une guerre » contre les hôpitaux de la région ; Les bombardements et les combats à proximité immédiate d'al-Shifa ont piégé le personnel soignant, les patients et les personnes réfugiées dans et autour de l'établissement.

Au moins six nouveau-nés qui ont dû être retirés de leurs incubateurs à al-Shifa sont morts lundi, selon le ministère de la Santé de Gaza, et au moins 30 autres sont toujours en danger car les médecins sont obligés de pratiquer la respiration manuelle sur les bébés pour gardez-les en vie. Les médecins ont déclaré que les bébés risquaient de tant qu'il n'y aurait pas d'électricité. Le blocus a également contraint des dizaines de patients sous dialyse à être arrêté le traitementdisent les responsables de la santé, ce qui signifie qu'ils mourront probablement dans quelques jours.

Il y a encore au moins 600 patients et entre 200 et 500 agents de santé à al-Shifa, ainsi qu'au moins 1 500 personnes déplacées qui trouvent refuge, selon une mise à jour du bureau palestinien de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), basée sur les données du bureau palestinien. Le ministère de la santé. Le ministère affirme que les travailleurs ont dû prendre des mesures de plus en plus désespérées après les forces israéliennes tiré à balles réelles à travers les fenêtres de l'hôpital, déplaçant les patients vers les couloirs de l'hôpital.

Lire aussi  Les Palestiniens condamnent la visite d'un ministre israélien d'extrême droite sur un lieu saint islamique

Ceux qui sont encore à l'intérieur sont piégés, a rapporté l'OMS, car les travailleurs et le ministère de la Santé ont déclaré que les forces israéliennes menaient de lourdes frappes à l'extérieur de l'hôpital. « Il n'y a pas de sortie sûre de l'hôpital », a écrit l'OMS. Plus tôt ce mois-ci, les forces israéliennes ont bombardé un convoi d'ambulances à l'entrée d'al-Shifa alors que des agents de santé et des organisations humanitaires tentaient d'évacuer des patients.

« Il n'est pas sécuritaire de déménager ni de rester. Nous ne savons pas quoi faire. S'il vous plaît, aidez-nous », a déclaré Nidal Abu Hadrous, médecin à al-Shifa. BNC.

« Personnellement, nous nous effondrons », a poursuivi Abou Hadrous. « Je ne sais pas combien de jours encore nous pourrons survivre… Je ne crois plus en l'humanité. Je ne crois plus à tous ces comités et organisations spéciaux. Personne ne prend soin de nous. C'est incroyable. Je n'ai pas de mots. »

Des centaines de corps bordent les couloirs d'al-Shifa, tandis que d'autres encore gisaient à l'extérieur. Bien que les corps en décomposition constituent un risque pour la santé, les agents de santé n'ont guère de choix, car l'extérieur et même certaines parties de l'intérieur de l'hôpital ne sont pas sûrs en raison des attaques israéliennes.

Les responsables israéliens ont nié avoir attaqué des hôpitaux à Gaza, mais ont également préparé le terrain depuis des semaines pour justifier soi-disant l'attaque d'al-Shifa et d'autres hôpitaux, affirmant que le Hamas mène des opérations dans des tunnels sous l'hôpital. Et, dans le même temps, Israël a assumé la responsabilité de certaines frappes sur et autour des hôpitaux.

Lire aussi  Les défenseurs appellent à un changement de réglementation après avoir bloqué l’expulsion d’une femme dans le coma

L'hôpital Al-Quds, le deuxième plus grand de la région, n'est également plus opérationnel depuis ce week-end en raison d'une pénurie de carburant, les travailleurs et les patients semblant également coincés à l'intérieur. Les deux principaux hôpitaux étant fermés, les Palestiniens blessés lors d'autres attaques israéliennes – comme lors d'échanges de tirs à l'extérieur d'al-Quds – ne peuvent pas se faire soigner. Les responsables de l'hôpital des martyrs d'Al-Aqsa, dans le centre de Gaza, ont également averti qu'il manquait d'électricité et que les bébés dans les couveuses et les patients dialysés couraient un risque.

Pendant ce temps, les forces israéliennes ont 14 raids en Cisjordanie occupée dans la nuit de lundi – contre une moyenne de 40 raids par nuit depuis le début du siège actuel de Gaza par Israël – et ont arrêté 50 Palestiniens, portant le nombre total de Palestiniens détenus dans le contexte actuel du siège israélien de Gaza. campagne de nettoyage ethnique à plus de 2 500 personnes.

Le ministère palestinien de la Santé a rapporté que les attaques israéliennes ont tué au moins 11 078 Palestiniens – dont au moins 4 506 enfants – depuis le 7 octobre, et 27 490 autres ont été blessés. Les attaques israéliennes ont également tué au moins 183 Palestiniens en Cisjordanie occupée.

Avatar de Charles Briot

Laisser un commentaire