Le syndicat des travailleurs de l’automobile dépose des accusations injustes contre les trois grands constructeurs automobiles

Publié le

Le syndicat des travailleurs de l’automobile dépose des accusations injustes contre les trois grands constructeurs automobiles

Le syndicat United Auto Workers a porté plainte jeudi pour pratiques déloyales de travail contre General Motors et Stellantis, accusant les principaux constructeurs automobiles de refuser illégalement de négocier de bonne foi alors que le syndicat cherche à obtenir des augmentations de salaire et des améliorations substantielles des avantages sociaux.

Le président de l'UAW, Shawn Fain, a annoncé les accusations lors d'une direct jeudi soir, deux avant l'expiration des contrats du syndicat avec GM, Stellantis et Ford – les soi-disant « trois grands » constructeurs automobiles.

« Je suis triste d'annoncer que soit les Trois Grands n'écoutent pas, soit qu'ils ne nous prennent pas au sérieux », a déclaré Fain, qui a souligné qu'il avait directement averti les PDG des constructeurs automobiles de ne pas faire traîner les négociations contractuelles dans le but de forcer les syndicat à avaler un contrat milquetoast à la dernière minute.

L'UAW a présenté ses revendications il y a un mois, qui comprennent une augmentation de salaire de 46 % sur quatre ans, davantage de congés payés et l'élimination des niveaux qui laissent les nouveaux travailleurs avec des salaires et des avantages sociaux dérisoires.

« Ni General Motors ni Stellantis n'ont réussi à nous fournir le moindre compteur économique », a déclaré Fain jeudi. « Le refus délibéré de GM et de Stellantis de négocier de bonne foi est non seulement insultant et contre-productif, mais il est également illégal. C'est pourquoi aujourd'hui, notre syndicat a déposé des accusations de pratiques de travail déloyales, ou ULP, contre GM et Stellantis auprès du Conseil national des relations de travail.

Lire aussi  97 pour cent des travailleurs de l'UAW chez les trois grands constructeurs automobiles votent pour autoriser une grève

Mais Fain a souligné que la « ligne de défense la plus solide » du syndicat contre l'obstruction et les actes antisyndicaux des constructeurs automobiles est « notre capacité à entreprendre une action collective ».

« Notre objectif n'est pas de faire grève. Notre objectif est de négocier un contrat équitable », a déclaré Fain, qui a été élu président de l'UAW plus tôt cette année. « Mais si nous devons faire grève pour obtenir la justice économique et sociale, alors nous le ferons. »

GM et Stellantis ont rejeté les allégations d'infraction à la loi de Fain, les qualifiant de « frivoles » et sans fondement.

L'annonce par Fain des accusations portées par l'ULP contre les deux des trois grands constructeurs automobiles intervient alors que Ford a contré l'offre de l'UAW avec une proposition d'augmentation de salaire de 9 % sur quatre ans ainsi que « une réduction du temps nécessaire aux travailleurs pour atteindre le sommet de l'échelle salariale de huit à six ans, l'élimination des niveaux de salaire, une augmentation de salaire de départ de 20 % pour les travailleurs temporaires à 20 dollars de l'heure, des primes de ratification de 5 500 dollars et 12 000 dollars sur quatre ans dans ce que l'entreprise appelle une « prime d'ajustement au coût de la vie ». Les nouvelles de Détroit signalé.

Un employé de l'usine de moteurs Ford de Cleveland a déclaré au journal que le compteur de l'entreprise n'était « rien de moins qu'une gifle ».

« Nous avons beaucoup d'intérimaires ici qui gagnent 16,70 $ de l'heure, et ils s'en sortent à peine – 20 $, ce n'est pas beaucoup mieux », a déclaré le travailleur. « Ford a un long chemin à parcourir s'il veut obtenir le soutien de nos membres sur un contrat. »

Lire aussi  L'OCDE a fait pression en secret contre une loi obligeant les entreprises à divulguer leurs dossiers fiscaux

La semaine dernière, l'UAW a annoncé que 97 % des membres participants chez General Motors, Ford et Stellantis avaient voté en faveur d'une grève si un accord contractuel adéquat avec la direction n'était pas conclu d'ici le 14 septembre. Selon un sondage Gallup publié plus tôt cette semaine, 75 % de l'opinion publique américaine se du côté des membres de l'UAW concernant la direction des Trois Grands dans les négociations contractuelles.

« Je sais que nos exigences sont ambitieuses, mais j'ai dit à plusieurs reprises aux entreprises que je ne suis pas la raison pour laquelle les attentes des membres sont si élevées », a déclaré Fain jeudi. « Ce qui motive les attentes des membres, ce sont les bénéfices des Trois Grands. On ne peut pas réaliser 21 milliards de dollars de bénéfices en six mois et s'attendre à ce que les membres acceptent un contrat médiocre.»

Avatar de Charles Briot