Nous ne vivons pas à une époque de réchauffement climatique, mais à une époque d’ébullition mondiale

Publié le

Nous ne vivons pas à une époque de réchauffement climatique, mais à une époque d’ébullition mondiale

Hé, qui sait ? Cela pourrait être l'effondrement du Gulf Stream ou la planète battant éternellement des records de chaleur. Mais quels que soient les détails, nous le vivons en ce moment même, pas au siècle prochain, ni dans la prochaine décennie, ni même l'année prochaine. Vous ne pourriez pas le manquer – du moins c'est ce que vous pourriez penser – si vous viviez dans la chaleur étouffante du sud-ouest ; en particulier à Phoenix, un lieu brûlant et record avec 30 jours consécutifs de températures supérieures à 110 degrés Fahrenheit ; ou dans la Grèce en flammes ou dans l'ouest de la Chine le jour où la température a atteint 126 degrés Fahrenheit ou dans une Algérie étouffante et flamboyante lorsque la température a atteint une température presque inimaginable de 135 (oui, 135 !) degrés Fahrenheit ; sans parler du Canada brûlant avec plus de 1 000 incendies en cours (un chiffre qui semble encore augmenter de semaine en semaine) et ses 29 millions d'acres déjà éteints ; et n'oubliez pas les 1 400 incendies en Italie ; ou l'eau de mer de style spa de Floride, qui a récemment atteint une température inouïe de plus de 101 degrés Fahrenheit. Et même si j'écris encore ceci alors que le mois touche à sa fin, juillet est plus ou moins assuré d'établir le record du mois le plus chaud de l'histoire. Et ne présumez pas non plus que le « record » durera longtemps.

Qui se souvient même que ce mois de juin a été le plus chaud depuis que des records ont été enregistrés ou que le 6 juillet a été le jour le plus chaud de l'histoire enregistrée (et du 3 au 6 juillet, les quatre jours les plus chauds jamais enregistrés) ? Et ne soyez pas surpris si 2023 finit par établir un record de l'année la plus chaude ou supposez qu'un tel record durera longtemps sur une planète où les huit précédentes ont été les plus chaudes jamais enregistrées. Et si je vous ennuie déjà, alors une chose est garantie : vous allez vous ennuyer à mourir dans les années à venir.

Et avec tout ce qui brûle dans des parties importantes du sud de l'Europe, de l'Afrique du Nord, du Canada et ailleurs, encore plus de dioxyde de carbone est libéré dans l'atmosphère, ouvrant la voie à un monde véritablement brûlant à venir. Gardez simplement à l'esprit, en fait, qu'au moment où cet article sera publié, je pourrais sans aucun doute produire un ou deux nouveaux paragraphes surprenants d'horreurs mises à jour et surchauffées à vous envoyer.

Oui, comme l'a récemment déclaré le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, l'ère du « réchauffement climatique » doit être considérée comme révolue, car nous vivons clairement aujourd'hui au début d'une époque d'« ébullition mondiale ». Et pendant que vous transpirez et lisez ceci, si cela ne vous semble pas extrême, pensez à autre chose : les sociétés de combustibles fossiles continuent de générer des bénéfices stupéfiants (même si les bénéfices de la pauvre Shell au deuxième trimestre 2023 n'étaient plus que d'un simple ). 5,1 milliards de dollars) car ils – oui ! — continuer à étendre leurs opérations pétrolières et gazières à l'échelle mondiale. Et pouvez-vous leur en vouloir ? Après tout, les entreprises dont les dirigeants savent depuis longtemps ce que leurs produits feraient à la planète et ont même parfois réagi en finançant des groupes de réflexion promouvant le déni du changement climatique, n'ont d'autre choix que (si vous me permettez l'expression) de couvrir leurs actifs. Pendant ce temps, l'année dernière, la Chine, à l'avant-garde du boom des énergies alternatives en cours, a également accordé des permis pour construire en moyenne deux nouvelles centrales à charbon par semaine (tout en brûlant plus de charbon que le reste de la planète réunie).

Lire aussi  L’histoire des Noirs interdite peut nous apprendre à lutter contre la censure scolaire de droite

Extrémisme environnemental

Maintenant, dites-moi que vous ne transpirez pas au moins un peu et que nous ne vivons pas sur une planète de plus en plus extrême. Et juste pour ajouter une note joyeuse à cela, découvrez le Texas fulgurant. El Paso a connu plus de 41 jours consécutifs de températures égales ou supérieures à 100 degrés Fahrenheit (un peu avant – oui, Ron ! – Miami à 45 degrés pendant que j'écrivais ceci). Cependant, le Parlement du Texas, contrôlé par les Républicains, s'efforce désormais de freiner considérablement les progrès remarquables de cet État en matière d'énergie solaire et éolienne tout en augmentant leur coût, alors même que nombre de ses membres font pression pour des investissements publics dans la construction de nouvelles centrales au gaz naturel (qui, en tant que une étude récente indique que cela pourrait s'avérer aussi polluant en termes de gaz à effet de serre que le charbon).

Rappelez-moi simplement : sur quelle planète vivent-ils ?

Toutefois, si vous voulez vraiment voir de près l'extrémisme américain, ne vous embêtez même pas à jeter un œil à Ron DeSantis, le gouverneur de Floride, qui a lancé avec charme sa campagne présidentielle aujourd'hui chancelante en renonçant à la « politisation de la météo ». .» Dans ces circonstances, je sais que vous ne serez pas légèrement surpris d'apprendre qu'il avait auparavant rejeté l'idée même du changement climatique en la qualifiant de « truc de gauche ». (Bien sûr, si la gauche s'avère être notre avenir, alors peut-être qu'il se révélera être… oh, mon Dieu, désolé, mais quel autre mot puis-je utiliser que « droite » ?)

Non, saute Ron. Après tout, si vous ne vivez pas en Floride, il ne pourrait pas être plus évitable. Regardez plutôt Donald Trump. Oui, notre ancien président très inculpé (ou bientôt à nouveau inculpé) et aspirant autocrate (« Soyez là, ce sera sauvage ! »), qui montre tous les signes d'une nouvelle fois le candidat « républicain » à la présidence.

S'il devenait effectivement cela et qu'ensuite – également tout sauf inimaginable – remportait les élections de 2024 et se retrouvait à la Maison Blanche, l'extrémité du monde dans lequel nous pourrions nous trouver pourrait être presque au-delà de l'imagination. Nous parlons de celui qui prétendait que, lorsqu'il s'agit de changement climatique, ses pleins effets pourraient être… oh-oh ! – que « l'océan augmentera de 1/100e de pouce au cours des 350 prochaines années ». (En fait, si l'augmentation de la température mondiale est maintenue à 2 degrés Celsius, le niveau de la mer près de Mar-a-Lago devrait augmenter de trois pieds d'ici 2150, soit à peine 3 500 fois l'estimation de l'ancien président en deux fois moins de temps – et c'est si nous ne se trouve pas vraiment sur une planète en ébullition climatique.)

Bien sûr, si Donald Trump remportait non seulement l'investiture républicaine mais aussi les élections de 2024, ce pays étouffant aurait réinstallé à la Maison Blanche quelqu'un qui a passé sa carrière politique à se moquer de l'idée même du réchauffement climatique et à soutenir jusqu'au bout la production de combustibles fossiles. Son administration a annulé, annulé ou effacé près de 100 règles et réglementations environnementales, dont beaucoup étaient liées au changement climatique, y compris « les limites de l'ère Obama sur les émissions de dioxyde de carbone des centrales électriques, des voitures et des camions qui contribuent au réchauffement de la planète ». Entre-temps, il a nommé des membres du cabinet qui ont ouvertement rejeté l'idée même du réchauffement climatique.

Lire aussi  Comment la nouvelle interdiction de forage pétrolier en Amazonie en Équateur influencera-t-elle le second tour des élections ?

Et d'ailleurs, si vous voulez mesurer l'extrémisme fou des Républicains aujourd'hui, essayez de vous rappeler une époque où ils avaient à peine moins de vision environnementale que les Démocrates. (Il est facile d'oublier que c'est le lamentable président républicain Richard Nixon dont l'administration a créé l'Environmental Protection Agency.) Si vous voulez mesurer l'extrémisme de ce qu'on peut difficilement appeler le parti républicain – par opposition au parti Trumpublican – de 2023, vérifiez les positions sur le changement climatique de la plupart de ses éventuels candidats à la présidentielle.

Si, en fait, vous voulez mesurer à quel point ce pays est déjà devenu extrême au cours de ce siècle, arrêtez-vous et réfléchissez un instant au fait que, pour l'instant, peu de professionnels des sondages croient qu'une élection Biden-Trump en 2024 ne le serait pas. prouver qu'il se ronge les ongles. Cela devrait vous faire transpirer un peu plus.

Soyez là, ce sera sauvage !

Sur notre planète étouffante, Donald Trump et ses Trumppublicains devraient en effet être considérés comme des versions rapprochées et personnelles de l'extrémisme américain. Oui, en 2016, Trump a remporté les élections en captant l'humeur d'un trop grand nombre d'électeurs avec le slogan « rendre sa grandeur à l'Amérique ! » ou MAGA! (point d'exclamation inclus). Comme je l'écrivais à l'époque : « Avec ce ‘encore', Donald Trump a franchi une ligne dans la politique américaine qui, jusqu'à son moment d'escalade, représentait une sorte de tabou psychologique pour les politiciens de tous bords, des deux partis. » Et dans son discours inaugural, il a ajouté un autre slogan inoubliable : « L'Amérique d'abord ». (« À partir de maintenant, ce sera l'Amérique d'abord », a-t-il insisté.)

Mais l'Amérique d'abord ? Aujourd'hui, ne me fais pas rire. Donald Trump, bien sûr, se présente à la présidence en tant que chef potentiel d'un parti qui n'a désormais pratiquement aucun rapport avec le Parti républicain d'un passé pas si lointain et il le fait non pas dans le cadre d'une Amérique d'abord, mais dans un souci de Me- Premier ticket contre une équipe d'autres candidats, dont la plupart ont soit carrément rejeté, soit simplement ignoré l'idée même qu'il pourrait y avoir une crise climatique sur la planète Terre.

Dans un tel état, Trump pourrait devenir le candidat Me-First de tous les temps et, pour lui, notamment en termes climatiques, il s'agit sans aucun doute de l'Amérique 19ème. Ou est-ce que je veux dire le 29e, le 129e ou le 1 029e ?

Maintenant, je n'ai guère envie de prétendre que le président Joe Biden est le parfait candidat anti-climatique. Accordez-lui même du crédit. Lui et un Congrès démocrate ont adopté l'Inflation Reduction Act, qui représente une législation climatique importante qui, dans les années à venir, consacrera des centaines de milliards de dollars à la réduction de l'utilisation américaine des combustibles fossiles et contribuera ainsi à réduire les émissions de gaz à effet de serre des États-Unis de manière significative. . De plus, contrairement aux Trumppublicains, il semble au moins s'inquiéter du fait que les Américains vivent une crise de chaleur (même si le Congrès actuel ne le laisse pas faire grand-chose à ce sujet).

Lire aussi  La législation californienne historique sur la divulgation du climat cible les grandes entreprises

Pourtant, étant le politicien qu'il est, bien qu'il ait promis de « ne plus forer sur les terres fédérales, point, point, point » lors de sa campagne électorale de 2020, il n'a pas pu se résoudre à dire non lorsqu'il s'agissait du nouveau projet ConocoPhillips Willow sur le territoire fédéral. atterrir dans l'Arctique de l'Alaska (déjà parmi les endroits où le réchauffement est le plus rapide sur Terre). Sa production est prévue – tenez vos chapeaux ! — près de 600 millions de barils de pétrole au cours des trois prochaines décennies. Il ne pouvait pas non plus le faire lorsqu'il s'agissait d'achever le bébé du sénateur Joe Manchin, le gazoduc de West Virginia Mountain Valley que son administration (et tout récemment la Cour suprême également) a approuvé dans ce qui est nettement trop un Moi d'abord ( ou du moins les entreprises productrices de combustibles fossiles en premier), même sans Donald Trump.

Mais comptez sur une chose : Donald lui-même ne vit plus sur notre planète – vous savez, celle où tout récemment plus de 190 millions d'Américains étaient soumis à des alertes de chaleur et où 250 à 275 millions d'entre nous étaient confrontés à des indices de chaleur d'au moins au moins (et mettez l'accent sur ce « au moins ») 90 degrés Fahrenheit. Il existe désormais sur une base directement issue de ce qui passe pour son imagination. Oubliez les positions extrémistes que lui et tant de ses partisans (sans parler de ses opposants républicains à la présidentielle) tiennent sur tout, depuis l'avortement et les livres que les bibliothèques scolaires peuvent contenir jusqu'à ce qui est acceptable (pas grand-chose) en matière de genre dans notre monde entièrement américain.

La chose cruciale ici est que, dans le monde du Moi-Premier où il est jusqu'au bout – même s'il pourrait, en fin de compte, laisser ce pays dans la poussière du climat et de l'histoire – une chose est garantie : s'il reviendrait. à la Maison Blanche, l'avenir serait « Moi d'abord » jusqu'à… enfin, soit la banque, soit les latrines. Et lui et ses conseillers ne le cachent pas. Grâce aux excellents reportages de Jonathan Swan, Charlie Savage et Maggie Haberman du New York Times, nous savons déjà que s'ils revenaient à la Maison Blanche, ils auraient l'intention de renforcer instantanément les pouvoirs de sa présidence en concentrant « une autorité bien plus grande entre ses mains » et de modifier « l'équilibre des pouvoirs en augmentant le pouvoir ». l'autorité du président sur chaque partie du gouvernement fédéral qui fonctionne désormais, soit par la loi, soit par la tradition, avec une certaine mesure d'indépendance vis-à-vis de l'ingérence politique de la Maison Blanche. Et tout cela, ils en discutent déjà ouvertement plus d'un an avant les élections de 2024.

En d'autres termes, Donald Trump a l'intention de conquérir le pouvoir pour créer, au mieux, une version hongroise de la « démocratie » ici en Amérique et cela, ne vous y trompez pas, contribuerait à ajouter plus d'un mètre d'élévation du niveau de la mer dans la région. de Floride près de Mar-a-Lago. Quant à nous autres, si vous avez chaud en ce moment, attendez le retour du Donald's Me-First World. Croyez-moi, vous ne savez encore rien en matière de chaleur. Soyez là, ce sera sauvage !

Avatar de Charles Briot