Le juge rejette les accusations contre 3 protecteurs de l’eau autochtones pour une action contre un pipeline

Publié le

Le juge rejette les accusations contre 3 protecteurs de l’eau autochtones pour une action contre un pipeline

Un juge du Minnesota a rejeté les accusations criminelles portées contre trois protecteurs de l'eau autochtones qui ont été arrêtés pour avoir protesté contre l'extraction de pétrole sur des terres anishinaabe cédées par traité. Winona LaDuke, Tania Aubid et Dawn Goodwin ont été arrêtées en janvier 2021 après que la police a vu une vidéo partagée sur les réseaux sociaux des trois femmes chantant, dansant et priant près des équipes de construction de la ligne 3 de l'oléoduc de sables bitumineux de la société énergétique canadienne Enbridge. Dans un avis historique, le juge Leslie Metzen a affirmé le droit à la liberté d'expression des manifestants, écrivant que « criminaliser leur comportement serait un crime ». Nous nous rendons dans la réserve indienne de White Earth pour parler à Winona LaDuke, une Anishinaabekwe membre inscrite de la bande des Ashinaabeg du Mississippi et militante écologiste de longue date, de l'affaire et des manifestations en cours contre la ligne 3. « Je suis heureux de ne pas être présent. prison », dit LaDuke. «Je ne suis pas un criminel, et Enbridge l'est.»

TRANSCRIPTION

Ceci est une transcription urgente. La copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

AMY GOODMAN : C'est La démocratie maintenant ! Je m'appelle Amy Goodman, avec Juan González.

Ici à New York, les manifestations se sont poursuivies mardi pendant la Semaine du climat. Dans le cadre d'une action, des militants autochtones d'Honor the Earth ont peint une fresque géante à Times Square avec le message « Pas de colonialisme vert. Atterrissez maintenant ! » Des militants autochtones étaient également à l'avant-garde dimanche de la marche de quelque 75 000 personnes vers les Nations Unies appelant le président à mettre fin aux combustibles fossiles.

Cela survient alors qu'un juge du Minnesota a rejeté les accusations criminelles portées contre trois protecteurs de l'eau autochtones qui ont été arrêtés après avoir manifesté sur le chantier de construction de l'oléoduc de sables bitumineux de la ligne 3 d'Enbridge en janvier 2021. Les trois femmes — Winona LaDuke, Tania Aubid et Dawn Goodwin — ont été arrêtés après que la police a vu une vidéo partagée sur les réseaux sociaux d'eux lors d'une cérémonie de Rassemblement pour les rivières sur les rives du fleuve Mississippi sur des terres Anishinaabe cédées par traité alors qu'ils chantaient, dansaient et priaient près des équipes de construction.

WINONA LADUKE : Nos belles protectrices de l'eau, nous allons continuer à danser dans un autre endroit vraiment important.

AMY GOODMAN : Eh bien, dans un avis historique rendu jeudi dernier, le juge principal du comté d'Aitkin, Leslie Metzen, a écrit, alors que des membres respectés des tribus Anishinaabe, LaDuke, Aubid et Goodwin exprimaient, je cite, « leur conviction sincère que les eaux du Minnesota doivent être protégées des dommages qui pourraient résulter du pipeline. Le juge Metzen a conclu, je cite : « Dans l'intérêt de la justice, les accusations portées contre ces trois individus qui exerçaient leur droit à la liberté d'expression et à exprimer librement leurs croyances spirituelles devraient être rejetées. Criminaliser leur comportement serait un crime », a déclaré le juge.

Pour en savoir plus, nous sommes rejoints par Winona LaDuke, militante autochtone de longue date, auteure, membre Ojibwe inscrit de la bande des Ashinaabeg du Mississippi qui vit et travaille dans la réserve indienne de White Earth, qui a fondé le White Earth Land Recovery Project. Son premier roman, Dernière femme debout, réédité cette année dans une édition du 25e anniversaire. Elle nous rejoint depuis la réserve White Earth, Minnesota.

Lire aussi  Une frappe aérienne israélienne blesse le poète de Gaza qui a inspiré la grande marche du retour

Winona, bon retour à La démocratie maintenant ! Je suis désolé d'avoir si mal prononcé les noms.

WINONA LADUKE : C'est bon. C'était tôt le matin, Amy.

AMY GOODMAN : Si tu peux les dire ?

WINONA LADUKE : Bonjour.

AMY GOODMAN : Si vous pouviez nous les dire ?

WINONA LADUKE : Anishinaabe. Anishinaabe. Aaniin, Ndinawemaaganag. Bonjour, mes proches. Boozhoo. Mino-gigizheb. C'est un Anishinaabe. Merci de m'avoir appelé. Et je suis content de ne pas être en prison. Est-ce que c'est ce que vous demandez ?

AMY GOODMAN : Alors, pouvez-vous parler de la décision du juge, de ce que cela signifie exactement ?

WINONA LADUKE : Eh bien, tout d'abord, c'était tellement important. J'ai pleuré en lisant sa décision, car elle fait spécifiquement référence non seulement à notre liberté de religion, mais également à nos traités, car nous sommes tous membres de la bande Anishinaabe du Mississippi, et notre territoire que nous aimons et d'où nous venons se trouve juste là. Et dans sa décision, elle déclare : « Des traités entre les États-Unis et les Anishinaabe ont été signés concernant ces terres. Cette Cour estime qu'il est dans l'intérêt de la justice de protéger les défendeurs qui protestent pacifiquement pour protéger les terres et l'eau situées sur les terres visées par ces traités en rejetant cette action contre tous les défendeurs. Il s'agissait donc, vous savez, de notre liberté religieuse, de notre liberté de réunion, de nos droits constitutionnels, mais aussi de la reconnaissance de nos droits issus de traités, comme nous l'avons dit. Ce sont nos territoires, et nous avons le droit et la responsabilité de les protéger.

Et je suis très reconnaissant envers le juge. Mais, vous savez, elle a également été claire dans sa décision en disant que – vous savez, elle vient de dire : « Dans l'intérêt de la justice », une expression souvent et rarement appliquée aux accusés moins puissants et sans voix. Pendant 40 ans, elle a servi dans ces tribunaux. Ces cas l'ont particulièrement réveillé. Vous savez, elle a parlé du fait que vous avez grandi dans le Minnesota, que vous avez eu une éducation de cow-boy et d'Indiens, et qu'ensuite vous êtes censé juger des affaires, vous savez ? Cette femme a donc pris le temps et 40 ans d'expérience pour voir des Indiens venir au bar à maintes reprises et à maintes reprises accusés d'être Indiens, essentiellement, d'être Anishinaabe. Elle a dit quelque chose de vraiment profond et elle a fait ce qu'il fallait. Elle a rendu justice, tu sais ? Et nous l'apprécions.

JUAN GONZALEZ : Et Winona, pourriez-vous nous dire comment — la différence entre la façon dont les procureurs du Minnesota vous ont traité, vous et les autres manifestants de la liberté d'expression, et la façon dont le procureur général du Minnesota, Keith Ellison, qui se targue, soi-disant, d'être un progressiste, qui était beaucoup plus indulgent envers Enbridge, a porté contre eux une seule de délit pour violation d'un aquifère, qui a été rejetée ?

WINONA LADUKE : C'est vrai, et Enbridge a percé quatre aquifères, c'est ce que nous savons. Les crimes commis par cette société sont flagrants et continus. Ils n'ont jamais été inculpés. Le seul cas dans le comté de Clearwater, la première rupture d'un aquifère sur quatre — en d'autres termes, nous ne savons pas — vous savez, ils ne produisent plus d'eau. Et Enbridge détruit et contamine continuellement notre eau. Aucune accusation n'a été portée pour les trois autres violations d'aquifère. Et Enbridge a négocié une sorte de règlement discret, du genre « Nous allons nous en occuper, puis nous le reporterons. »

Lire aussi  Sanders, Warren : Le DOJ doit poursuivre les géants pétroliers pour des décennies de mensonges sur la crise climatique

Des dizaines de milliers de personnes ont écrit au procureur général Keith Ellison et lui ont demandé d'abandonner les charges retenues contre des personnes comme moi. Je ne suis pas un criminel. Je suis un protecteur de l'eau. Je suis une femme Anishinaabe qui a prié au bord de la rivière, dansé, fait de son mieux pour arrêter le pipeline, tout essayé, puis j'ai été inculpée dans trois comtés. Des dizaines de milliers de personnes ont dit : « Abandonnez les charges ». Et il y a encore des personnes accusées de crime qui doivent voir leurs accusations abandonnées. Et Enbridge doit être accusé, car ce sont eux les criminels.

AMY GOODMAN : Parlons-en. Près d'un millier de personnes ont été arrêtées lors de manifestations visant à bloquer la canalisation 3. Même si de nombreuses accusations ont été rejetées ou réglées, une vingtaine sont toujours en suspens. Il y a quelques semaines, nous avons discuté avec la militante climatique et protectrice de l'eau Mylène Vialard, dont le procès pour avoir manifesté pacifiquement contre la ligne 3 d'Enbridge était sur le point de commencer au Minnesota. Elle était sur le point de témoigner ce jour-là. Elle a été reconnue coupable de crime d'entrave pour son rôle dans la tentative d'arrêt de la construction et risque un an et un jour de prison pour sa manifestation de 2021, lorsqu'elle s'est attachée à une tour en bambou de 25 pieds érigée pour bloquer une station de pompage dans le comté d'Aitkin. Vialard, qui vit dans le Colorado, était venu au Minnesota pour participer à cette vague d'actes de désobéissance civile menés par les autochtones pour arrêter le pipeline. Lorsque nous avons parlé, je lui ai posé des questions sur ses inquiétudes alors qu'elle risquait d'être reconnue coupable et condamnée.

MYLÈNE VIALARD : Je ne dirais pas que j'ai peur. Je suis entré dans cette affaire pleinement conscient du risque que je prenais, et ne croyant pas vraiment que le système judiciaire de ce tribunal serait servi, il m'entendrait pleinement. Donc, je suis conscient de ce que je risque, et j'y vais — j'y vais en toute conscience du risque, mais je n'ai pas peur. Je sais où j'en suis. Je sais quel est mon but ici. Je vous suis reconnaissant de nous entendre aujourd'hui.

AMY GOODMAN : Voilà donc la protectrice de l'eau Mylène Vialard. Winona, juste après notre conversation, elle est allée au tribunal et a témoigné. Elle a donc été reconnue coupable et risque un an de prison. Pouvez-vous parler d'elle et des autres personnes qui attendent encore ? Et sont-ils tous devant le même juge qui vous a acquitté et abandonné les charges ?

WINONA LADUKE : Non, ils ne sont pas. Ils sont devant plusieurs juges dans le Nord. Et certains pourraient également être confrontés à des procès devant jury. Nous étions confrontés à un procès devant jury. Et vous savez, c'est le Grand Nord. J'espérais que les gens seraient de notre côté avec un procès devant jury, mais, vous savez, vous ne savez pas ici. C'est assez raciste.

Lire aussi  Fossil Fuel Exec devrait diriger la COP28. Nous devons décoloniser la gouvernance climatique.

Cela dit, vous savez, ces personnes ne devraient pas être inculpées. Enbridge accuse les gens de vol de temps, parce qu'ils ont ralenti Enbridge, et ils ont donc été accusés de vol de temps. Je veux dire, les accusations augmentent. Ils ont été encouragés par le fait qu'Enbridge a payé pour l'ensemble de la police, 8,6 millions de dollars. Et certains procureurs ont été déçus qu'Enbridge ne paie pas pour les poursuites, y compris le comté de Hubbard, où nous travaillions et où nous étions en train d'ériger notre musée sur les droits issus de traités et la culture.

Mais vous savez, cela dit, c'est juste… c'est dommage ce qui se passe dans le Nord. C'est une pour le Minnesota. Et ce que cela montre, c'est que la planète est confrontée au chaos climatique. Et les voilà, justifiant et défendant une société pipelinière canadienne qui importe 75 % des sables bitumineux aux États-Unis et qui tente d'installer un pipeline à travers le détroit de Mackinac, ou d'en refaire un. Vous savez, les comportements de dépendance à un stade avancé sont mauvais et nous devons devenir sobres. Et nous devons protéger l'eau et les droits humains des personnes et des animaux, et non la société canadienne des pipelines.

Donc, vous savez, j'ai l'intention de prendre la parole et d'aider d'autres personnes, et nous espérons que la décision du juge ici aidera les autres, car nous avons tout essayé pour arrêter cette entreprise, et aucun d'entre nous ne veut être arrêté. Mais je vais vous le dire tout de suite : je ne suis pas un criminel, et Enbridge l'est.

JUAN GONZALEZ : Et Winona, il ne nous reste qu'une vingtaine de secondes, mais les manifestants à l'Assemblée générale des Nations Unies se sont rendus à Times Square avec une grande fresque intitulée « Pas de colonialisme vert. Atterrissez maintenant ! » Qu'espérez-vous voir de l'administration Biden ?

WINONA LADUKE : Eh bien, nous voulons que la mine Tamarack soit arrêtée, ainsi que celle du Nevada, Thacker Pass. Mais ils envisagent d'échanger notre lac sacré Sandy Lake, où notre peuple est mort par centaines, par centaines, notre lac sacré contre une mine Tesla. Et nous devons arrêter. Ce que nous devons faire, c'est réduire notre consommation, devenir efficaces et ne pas essayer de prétendre qu'un nouveau colonialisme vert va changer les choses. Il existe de nombreux choix, comme les infrastructures pour les gens, pas pour les sociétés pipelinières ni pour Elon Musk. Et c'est ce que nous voulons. Nous voulons protéger l'eau. Merci beaucoup d'avoir jeté un coup d'œil sur nous au Minnesota, un cinquième de l'eau de la planète. Cela vaut la peine d'être protégé. Et nous ne sommes certainement pas des criminels.

AMY GOODMAN : Winona LaDuke, militante autochtone de longue date et auteure, qui vit et travaille dans la réserve indienne de White Earth, a fondé le White Earth Land Recovery Project. Son premier roman, Dernière femme debout, réédité dans une édition du 25e anniversaire. Je m'appelle Amy Goodman, avec Juan González.

Avatar de Charles Briot